Duché du Bourbonnais-Auvergne

Forum Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Domaine de Ravel

Aller en bas 
AuteurMessage
Aetha
Invité



MessageSujet: Domaine de Ravel   Mar 5 Sep 2006 - 16:43

1e page Posté le: Ven Aoû 18, 2006 8:06 pm
Odin52 a écrit:
Dans son château de Ravel, Odin était très affairé. Il regardait des cartes, et prenait des notes. Des tonnes de parchemins s'entassaient sur son bureau. Il en poussa quelques uns pour faire de la place, ils tombèrent au sol mais n'y prêta pas attention, il était plongé dans son travail.
On frappa à la porte, le Vicomte lacha un "oui" par reflexe, un valet entra dans la pièce. Il s'avança vers le maître de maison et se racla la gorge lorsqu'il fût à sa hauteur avant de déclarer :


Monsieur le Vicomte, un homme s'est présenté aux portes et m'a chargé de vous faire parvenir ceci.

Il lui tendit un parchemin.

Citation :
Nous avons été découvert, ils connaissent les noms de chacuns d'entre nous ainsi que le moindre détail de nos plans. Nous atendons les consignes.

L.

Le Vicomte devint blafard, il n'en croyait pas ses yeux. Il chercha parmis tout le foutoir un bout de parchemin vierge, les piles volaient, ses mains tremblaient. Lorsqu'il fût en possession d'un parchemin assez grand, il rédigea quelques lignes.

Citation :
Rien ne sert de resister, je ne veux pas d'effusion de sang.
S'ils viennent nous arréter, laissons-nous faire, et nions. Ils ne peuvent rien contre nous.

O.

Il releva la tête vers son valet et lui tendit le parchemin en demandant :

L'homme est-il encore là ?

Oui monsieur.

Très bien, retournez le voir et donnez lui ceci.

Le valet s'empara du rouleau de parchemin et sorti de la pièce en refermant la porte derrière lui.
Odin alluma un feu et y jeta tous les parchemins présents sur son bureau. Il ne fallait laisser aucune trace.
Gypsie a écrit:
Affairée dans la pièce à côté, Gypsie entendit frapper à la porte, Odin répondre au visiteur, puis elle sentit une odeur de brulé... elle se dirigea vers le bureau d'Odin, le vit occupé à mettre le feu à tout ces papiers,

" Odin mon amour, que se passe-t-il ? "
Odin52 a écrit:
Odin regarda Gypsie, la mine déconfite.

Je viens de recevoir la visite d'un messager, des membres du Conseil sont au courant de nos intensions et connaissent les noms de tous ceux qui sont avec nous. Ils vont certainement lancer des recherches et venir nous arrêter.

Je sais qu'ils ne peuvent strictement rien contre nous, mais le seul fait de te savoir derrière des barreaux me répugne. Prépares tes bagages au plus vite, je fais préparer notre voiture. Sors du duché mon amour, vas où bon te semble, je ne veux point le savoir. S'ils me torturent je n'aurais rien à leur dire, et si jamais j'ai besoin de te retrouver, je passerais par ta cousine.


Odin se rapprocha de Gypsie et la pris dans ses bras.

Je t'aime Gypsie, n'ai aucune crainte pour moi, nous avons encore du monde en qui nous pouvons faire confiance.
Gypsie a écrit:
Gypsie savait qu'Odin ne lui demandait pas de le quitter sans raison ; la cérémonie de la veille à Avalon était encore toute fraiche en sa mémoire et lui donna le courage d'aller faire ses bagages ; ceci fait, elle revint vers Odin, l'enlaça tendrement en lui disant

" ne regrette rien Odin, il ne faut jamais regretter ; je te dis à bientôt mon amour "
Odin52 a écrit:
Après un long baiser échangé, Gypsie sorti de la pièce, non sans se retourner, les larmes lui coulaient sur les joues.
Odin regarda par la fenêtre la voiture s'éloigner. Il murmura un dernier "je t'aime" à la femme qui lui donnait tant de bonheur.

Il se retourna vers le feu, il brulait encore. Il fini d'y jeter le reste de ses papiers pour ne laisser aucune preuve de ses agissements. Une fois terminé, il se posa dans un bon fauteuil avec un livre et tenta de s'y plonger, en vain...
ThemisLaDouce a écrit:
Themis et Tephe se dirigent vers le domaine de Ravel. Leurs amis leur ont parlé de la cérémonie de la veille, et c'est les bras chargés de fleurs que les deux femmes marchent, discutant chiffons, appel et manifestation...

Je sais, il faut garder courage...Mais un beau projet nous anime....
Toi aussi tu sais à quel point l'amitié, l'amour et la motivation aident à avancer...

Themis ne termine pas sa phrase.

Tephe, ce n'est pas Gypsie que j'aperçois au loin?
tephe a écrit:
Tephe voyait, sur le chemin qu'elles empreintaient, une voiture, rouler à vive allure. Le cocher fouettait les chevaux pour les contraindre à accélérer l'allure. Penchée à la portière, elle avait vu, tout comme Thémis, la silhouette de Gypsie.

Tu as ma foi raison, Thémis, c'est bien Gypsie...que se passe-t-il donc, on n'a jamais vu une jeune épousée partir ainsi de son logis le lendemain de ses noces. Ce serait-il passé quelque chose ?

Désirant comprendre ce qui entraînait ainsi Gypsie, Tephe, dans un coup de folie, se campa au milieu du chemin pour faire stopper l'attelage.
Elle laissa tomber à terre les brassée de fleurs qu'elle tenait et hurla :


Arrêtez-vous!

Les chevaux fonçaient à vive allure et se cabrèrent aux cris de la jeune femme. Le cocher eut bien de la peine pour stopper leur course folle et reteint les chevaux dans un nuage de poussière à quelques centimètres de Tephe, blême d'avoir ainsi risqué sa vie.
ThemisLaDouce a écrit:
Themis court vers Tephe, affolée.

Tu n'as rien? Tu m'as fait peur ma belle!!

Themis lève les yeux vers la voiture et voit Gypsie sortir en courant se précipiter vers les deux femmes, l'air très inquiet et les yeux rouges.


Gypsie...
Tout va bien poru nous.

Mais...tu as pleuré...Gyspie....
Gypsie a écrit:
Gypsie serra ses amies dans ses bras...

Il me faut hélas partir, telle est la décision d'Odin, mais je ne pars pas loin, rassurez vous...

Ils n'ont pas compris que notre projet est pacifiste, la division du Ba serait une bonne chose pour rétablir une stabilité, il y aurait moins de choses à régler de part et d'autre ; ce serait un renouveau économique bénéfique à tous et relève du désir de nombre d'habitants du Ba ; malheureusement je vois que certains en profitent pour se manifester personnellement, en essayant de donner une mauvaise image à notre mouvement ; ces gens là ne font pas partie de notre groupe, pacifiste...

Themis, pourrais-tu envoyer un pigeon à Pharacaë, mon filleul, actuellement bloqué en terre d'Albion avec mes enfants, Eridan et Stella, ils doivent bientôt revenir en France, dès qu'ils le pourront.

Après avoir embrassé ses amies, Gypsie reprit place dans la voiture qui s'éloigna...
ThemisLaDouce a écrit:
Themis prend Gypsie dans ses bras.

Ma chère amie, je ne manquerais pas de prévenir ton filleul. Je m'occuperais de tes enfants si tu n'es pas revenue avant.

Pour ces gens là...Ils ne comprennent pas les mouvements pacifistes...Comment le pourraient ils? Notre projet est pacifiste, et sera profitable à tout un chacun. Prions Aristote pour que tous s'en rendent compte...
J'ai confiance en l'esprit humain...
Ne perdons pas espoir...

Themis embrasse Gypsie et la regarde repartir.

Se tournant vers Tephe:


Pourquoi les mouvements citoyens, pour la paix et la prospérité ne rassemblent pas tout le monde?? Une poignée reste hermétique à l'évolution...C'est bien dommage...
tephe a écrit:
Tèphe était restée sans voix, devant la révélation de son amie. Elle embrassa Gypsie puis la laissa, impuissante et déconcertée, monter dans la voiture.
Elle regarda l'attelage s'éloigner sur la route, fixant l'horizon, plongée dans ses pensées.
Elle eut un soubresaut en entendant la voix de Thémis et sortit de son mutisme


Ne perdons pas espoir? Je ne sais, cette nouvelle m'a totalement abattue. Est-il donc interdit, dans notre duché, d'avoir des projets politiques, de chercher des solutions pour sortir des difficultés?

Puis, sentant la colère l'envahir, elle explosa:

"Révolte", "complot", "trahison"...ils n'ont donc que ces mots à la bouche?!
Sont-ils incapables d'imaginer qu'un mouvement qui souhaite proposer une autre politique, une autre façon de voir le Bourbonnais Auvergne puisse le faire de façon pacifiste, dans le respect des règles?


Reprenant son souffle et d'une voix plus calme elle tourna ses yeux embués vers Thémis.

Crois-tu vraiment que je vous aurais rejoints si j'avais soupçonné une minute un désir de révolte, une volonté de nuire dans ce mouvement ? Oh que non! J'y ai vu, au contraire un moyen de proposer un renouveau, l'espoir de construire deux duchés sur de nouvelles bases saines...

Puis, essuyant ses larmes d'un revers de la main, elle prononça, dans un souffle presqu'imperceptible:

Oui, gardons espoir...
ThemisLaDouce a écrit:
Mais oui ma chère Tephe...

Les deux amies restèrent dans les bras l'une de l'autre un moment.
Themis ne pouvait plus retenir ses larmes. Et dans un sanglot:


Ce mouvement pacifiste regroupe uniquement des gens qui se sont toujours engagés pour le duché, dans l'intérêt du Ba et de ses habitants. L'évolution freine beaucoup de gens sans cervelle...C'est mon opinion Tephe...

Themis pleurait maintenant à chaudes larmes.

C'est injuste. Pourquoi voient ils le mal partout? Comment se fait-il que le bien de tous les répugnent à ce point? Crois tu Mel, mon cher mel et moi capables de vouloir la fin du duché? Crois tu Gypsie et Odin engagés dans un projet non pacifiste?
C'est ridicule tout ça....
ThemisLaDouce a écrit:
Un coursier à cheval s'arrête devant Themis et Tephe et dépose un courrier dans les mains de Themis.
Anxieuse, celle ci déplie la lettre, et après l'avoir lue, elle défaille. Tephe la rattrape et assoit Themis sur un ba,c tout près.
Elle récupère la lettre ds mains crispées de Themis et lit:

Citation :

Mon ange,
Je suis au château. Ils m'ont mis en procès pour Haute Trahison. Sache que je t'aime mon ange, mon coeur, ma vie.
Pharacae a écrit:
Un courant d'air, un pigeon bleu acier vient d'entrer dans le vestibule du manoir et se pose sur l'épaule de Dame Témis. L'oiseau extrait alors un bout de parchemin, attaché à sa patte.

Citation :
Bridgewater, le 20. août 1454,


Gente dame Thémis,


Madame, c'est avec effroi que j'ai reçu vostre courrier. Ainsi donc les dirigents Bourbonnais-Auvergne auraient découverts par l'intermédiaire d'un espion nos travaux quant à la proposition d'une indépendance du Bourbonnais. Le plus peinant est qu'ils osent interprêter cela comme une trahison alors qu'il n'y a et n'y aura aucune démonstration de force, seulement une demande au peuple. Des procès, ne savent-ils faire que cela ? L'écoute et la discussion auraient pourtant été plus sage.

Nonobstant, je suis davantage préoccupé par vostre situation et celle de mes proches amis. Ma tendre marraine et son noble époux se seraient donc exilés par crainte de représailles et jugements arbitraires ? Vous ne pouvez alors imaginer ma crainte. J'espère qu'il ne leur arrivera rien de mal. Je tiens également à vous remercier, ainsi que Dame Tephe pour veiller sur le domaine. Soyez fortes et courageuses, s'ils daignent nous écouter, il verront que nous ne voulons rien de mal.

Quant à Sr. Eridan et Mlle. Stella, les enfants de Dame Gypsie, ils sont en ma compagnie, en terres angloises, mais surtout en sécurité.

Je ferai mon possible pour vous rejoindre et vous aider de mon mieux. Si je puis faire quelque chose à l'heure actuelle malgré mon éloignement, faites-le moi savoir par courrier.

Bon courage, toutes mes pensées sont avec vous.
Veuillez agréer, madame, l'expression de ma considération la plus distinguée.


Bien à vous,


A. de Pharacaë.
tephe a écrit:
Tephe lut la lettre que Thémis lui tendait, la main tremblante.

Melkio en procès pour Haute Trahison !

La nervosité la gagna, ses jambes tremblaient. De ses mains crispées, elle chiffonna la missive.

Mais, sont-ils devenus fous! Je crois que notre duché s'est engagé dans une voie bien sombre...mettre des gens en procès parce qu'ils réfléchissent à un nouveau projet politique, sans jamais avoir eu à l'esprit de recourrir à la force...

Tephe releva Thémis

Viens mon amie, ne restons pas là, entrons dans le château. Thémis, les yeux hagards la suivit sans mot dire.

Une fois dans le vestibule, Tephe vit un pigeon se poser sur l'épaule de Thémis. Voyant son amie sans réaction, Tephe prit l'oiseau délicatement et détacha la missive accrochée à sa pate. Elle reconnut la signature de Pharacaë.

Thémis, vois, une réponse de notre ami. Viens, allons dans le petit salon.


Dernière édition par le Mar 5 Sep 2006 - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aetha
Invité



MessageSujet: Re: Domaine de Ravel   Mar 5 Sep 2006 - 16:45

2e page
ThemisLaDouce a écrit:
Themis suit Tephe sans mot dire, abasourdie par la nouvelle. Elle revoit en images son mari, leur amour...Ses yeux s'embuent de larmes...
Arrivée au château, Tephe lui lit la lettre de Pharacae. Themis esquisse un sourire. Quel gentil homme...Elle pense ensuite à Eridan et Stella et sourit...
Pourvu que...


A ce moment là, un homme entre en trombe dans le petit salon. la porte claque et les deux femmes sursautent.


Excusez moi mes dames...Mais j'ai une nouvelle qui ne peut attendre...Dame Themis...Vous êtes mise en accusation pour haute Trahison.
[/i]
tephe a écrit:
Tephe se figea à l'écoute du message de cet homme qui lui était totalement inconnu.

Elle vit le visage de Thémis blêmir. Cependant, son amie restait là, raide et digne, sans un seul tremblement qui trahirait une quelconque tension émotionnelle.

Tephe regarda son amie s'avancer vers l'homme, le visage fermé. Celui-ci lui tendit un morceau de parchemin sur lequel était noté l'acte d'accusation. Thémis lui dit alors d'une voix incroyablement calme, tout en le raccompagnant vers la porte d'entrée :


Merci mon brave, de me prévenir.

Lorque Thémis revint dans le salon, je me campai devant elle, les points serrés :

Cette fois, plus de doute, ils ne reculeront devant rien. Mais nous ne nous laisserons pas intimider. Soit, il y aura des procès en chaîne, et bien nous nous défendrons et nous démontrerons que ces accusations sont sans fondement.
ThemisLaDouce a écrit:
Themis s'avança vers Tephe.

Tephe. Il faut que je parte rejoindre Melkio.

Themis regarda son amie droit dans les yeux. Son visage s'etait fermé. Elle ne pleurait plus.


Tephe, ma chère Tephe...Restons dignes...Ils ne méritent pas notre intérêt. Cette justice qui empèche d'honnètes gens de discuter est vérolée. Les gens qui la pratique en haut lieu, Procureur et Juge, ne valent guère mieux. Quant au duc...
J'ai foi en mes convictions. Je veux encore me battre avec passion pour elles.
Mon Melkio m'attend. Je dois partir. Il est ma vie, je dois le rejoindre.
Peux tu faire mander mon avocate? Dame Cardamone?


Tephe fit oui de la tête. Themis se pencha, prit son ami dans ses bras. Elle ramassa ses affaires sans mot dire, se retourna et sortit.
tephe a écrit:
Tephe regarda Thémis partir. Elle s'assit dans un fauteuil après s'être servi un verre d'hidromel.

Odin, ne m'en voudra pas de ponctionner quelque peu sa cave. J'ai vraiment besoin d'un remontant.

Elle se leva et se dirigea vers la fenêtre, le visage sombre et pensif. Ses yeux fixaient l'horizon. Soudain, elle fut tirée de ses pensées par un volatile qui vint se poser sur la margelle de la fenêtre. Tephe le reconnut sans peine, grâce à la tâche noire qui entourait son oeil gauche. C'était Hermès, son pigeon. Un morceau de parchemin était accroché à l'une de ses pates. Tephe prit l'oiseau entre ses mains.


Allez, mon brave messager, montre-moi donc ce que tu m'apportes.

Tephe déccrocha le parchemin, c'était un message de Jrag.

Citation :
Tephe,
Tu n'es sans doute pas sans savoir que j'ai été mis en accusation pour Haute Trahison. Je ne suis pas le seul d'ailleurs.
Etant avocate du dragon, reconnue officiellement par le duché, je te demande de bien vouloir assurer ma défense. Contacte-moi au plus vite et rejoins moi à Clermont.
Amicalement,
Jrag

Plus vite qu'il ne fallait pour le dire, Tephe sortit d'une de ses poches un morceau de parchemin et elle y griffonna quelques mots, assurant Jrag de son soutien, ajoutant qu'elle s'honorais de le défendre dans son procès.
Elle attacha la missive à la patte d'Hermès et le laissa s'envoler en lui soufflant :


Vole, mon beau messager ! Vole rejoindre Jrag, sans perdre une minute.

Puis, elle se hâta de sortir. Tephe se dirigea vers les écuries du château et hella le palfrenier.

S'il vous plaît, un cheval ! Il faut que j'aille à Clermont, c'est de la plus haute importance.

Le palfrenier, interloqué, répondit un peu confus :

Ma Dame, les chevaux sont propriété d'mon maître, le Vicomte de Ravel. Je n'sais point si...

Tephe l'interrompit sèchement :

Laissez-là ces considérations ! Ou craignez les foudres de votre maître si vous n'accédez pas à ma demande. Je me rends à Clermont pour une affaire qui lui tient à coeur. Je n'ose imaginer sa fureur si vous me retardez pour une simple histoire de canasson!

Le palfrenier, déconfi et craignant d'être la quelconque cible de la colère de son maître, se précipita vers un box et sella une jument.
Tephe, sans perdre une minute, enfourcha l'animal et s'élança dans une course folle sur la route qui menait à Clermont.
ThemisLaDouce a écrit:
Themis arrive à Clermont. Elle rentre dans une taverne qu'elle connaissait bien, juste devant la Cathédrale. C'est là que Monseigneur Truffaldini avait marrié Themis et Melkio il y a peu de temps...
Elle regarde autour d'elle et ses yeux s'arrêtent sur un homme assis devant une cogrotte, les coudes sur la table, la tête dans ses mains.


Mel...mon ange...je suis là...
melkio a écrit:
Ma douce, nous voilà réunis!

Melkio embrasse sa tendre épouse. Il ne comprend décidément pas ce Conseil...Il prend Them dans la main, et avance d'un pas ferme et décidé vers la Cour de Justice

Allons la tête fière et haute ma douce, nous n'avons rien à nous reprocher...et sans doute le Conseil non plus! Un malentendu...
ThemisLaDouce a écrit:
Themis et Melkio se dirigèrent vers la cour de Justice, main dans la main. Arrivés devant le parvis, les deux amoureux aperçurent Jrag et Tephe en grande conversation...
L'accusé et son avocate ne se rendirent pas compte du couple qui passait devant eux et ne voulant pas les déranger.

Ils entrèrent dans le hall.
Ils se tournèrent l'un vers l'autre, toujours main dans la main. Melkio caressa les cheveux de sa femme et l'embrassa tendrement.
Themis fixa Melkio dans les yeux et lui sourit.


Mon amour, nous sommes ensemble, unis. Ils ne nous auront pas. Nos procès sont...enfin....seront...bref...
Tant que nous sommes vivants, je le jure devant Aristote, je t'aimerai et t'aimerai encore.
J'ai bien plus confiance dans la justice religieuse et dans la justice du peuple que dans celle de ce duché...

Attendons Cardamone maintenant, j'espère qu'elle ne tardera plus!


Themis et Melkio restèrent enlassés un moment puis se retournèrent vers le grand escalier, tête haute, attendant, fièrement et dignement.
Cardamone a écrit:
Cardamone arriva en courant, la route depuis Aurillac avait élé longue et semée d'embuches, comme toujours lorsque l'on est pressé et préoccupé ... Elle alla saluer sa consoeur Tephe, dont elle admirait l'intelligence et la détermination, et Jrag, qu'elle ne connaissait pas encore ... Puis elle se renditdans le hall, à la recherche de Themis et de Melkio.

Ma pauvre Themis, on ne se quitte plus en ce moment ... J'aurais préféré que ce soit en d'autres circonstances ! Mais il faut garder courage, l'innocence ne peut qu'être reconnue dans notre pays ...
Bros a écrit:
Après avoir évité les attaques de rapaces divers, un pigeon fatigué pénètre par la fenêtre ouverte du manoir de Ravel ; un message est accroché à sa patte :

Citation :
Mes amis,

Je ne sais pas lequel de vous lira ce message.

A l'heure où j'écris ces lignes, la garnison ducale est en route pour Montpensier. Mon arrestation n'est plus qu'une question de minutes. J'ai ma conscience pour moi : je ne fuirai pas.

Mon informateur m'a également prévenu qu'après moi, Gweltas serait le suivant sur la liste. Ils n'ont rien contre lui ; mais cela semble suffire à sa mise en accusation. La haine de Scarlette est de plus en plus visible...

Le BAR est en train de gagner la partie. L'opposition politique est morte. La terreur règne, comme aux heures sombres de la Fronde, où le Duc n'était autre que Trollfarceur. Les uns après les autres, les insoumis et opposants sont mis hors-jeu.

Nous sommes à nouveau les jouets d'un pouvoir immature, sourd et aveugle.
Je ne baisserai pas les bras pour autant.

Je les entends qui frappent à ma porte. Puisse Aristote avoir pitié de nous tous.

B.
Odin52 a écrit:
Le vicomte de Ravel se réveilla après 8 jours de sommeil profond ( Shocked ), il était encore sur son fauteuil, le même livre à la main.

Personne n'était venu l'arréter ? Il se dit que les choses devaient être rentrées en ordre, il se senti soulagé. De toute façon le conseil ne pouvait pas inculper une dixaine de personnes sur le simple fait qu'elles aient discuté autour d'une idée ; ou s'il l'avait fait, se n'aurait été qu'à des fin personnelles... ou politiques...

Il se leva, rangea le livre à sa place dans le bibliothèque et alla se préparer un petit quelque chose à manger.
Gypsie a écrit:
Le fidèle serviteur Hemessen de Gypsie vint l'informer du retour du vicomte ; sans plus tarder, elle quitta le manoir de Domérat où elle s'était réfugiée ; la route était longue vers le domaine de Ravel, elle y parvint en pleine nuit ; en arrivant, elle passa vivement sa main sur sa robe, essayant de la défroisser, mit de l'ordre à ses cheveux, ça l'a fit rire, puis pénétra dans la demeure d'Odin ; complètement assoiffée par tant de chemin, elle se dirigea vers la cuisine, où dinait Odin Very Happy

Intervention d'Aetha : Les interventions HRP n'ont pas été prises en compte (du mieux possible) pour l'archive de ce topic rp
- Archivé le 5 septembre 2006
Revenir en haut Aller en bas
 
Domaine de Ravel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dégustation: Domaine Tempier
» Visites au domaine de la Mordorée (juillet 2009 et juillet 2011)
» Vacqueyras ‘Lopy’ 2007 DOMAINE LE SANG DES CAILLOUX 46,10 $ par 6
» domaine Cyrot-Buthiau
» Alsace: Domaine Louis Sipp à Ribeauvillé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché du Bourbonnais-Auvergne :: Bureaux publics :: Archives de la gargote-
Sauter vers: