Duché du Bourbonnais-Auvergne

Forum Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Stanyslas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lucyle*
Crieur public
avatar

Nombre de messages : 238
Age : 10
Date d'inscription : 14/11/2007


Niveau: 1

MessageSujet: Stanyslas    Dim 3 Fév 2008 - 14:30

Récapitulatif des apparitions de X devant la justice Bourbonnais-auvergnate :

En tant que témoin :

- esclavagisme :
- trahison :
- trouble à l'ordre public :
- escroquerie :


En tant que victime :

- esclavagisme :
- trahison :
- trouble à l'ordre public : 1
- escroquerie :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucyle*
Crieur public
avatar

Nombre de messages : 238
Age : 10
Date d'inscription : 14/11/2007


Niveau: 1

MessageSujet: Re: Stanyslas    Dim 3 Fév 2008 - 14:42

VICTIME TRAHISON

Procès long sur 3 posts : 1/3

[ARC]Stanyslas/Duché/Trahison/Clermont/22-10-1455


Bettym, le 22 oct 1455

I Enoncés des parties :

a) Fiche de l’accusé : Stanyslas

http://www.lesroyaumes.com/FichePersonnage.php?login=Stanyslas
http://img153.imageshack.us/img153/8102/fichestanyslasru7.jpg

b) Fiches de la victime : Mairie de Clermont - Duché du Bourbonnais Auvergne

II Enoncé des faits :

Le 27 septembre 1455, Messire Stanyslas a quitté la mairie alors qu'il en était le Bourgmestre emportant avec lui environs 13.000 écus selon les dires de Messire Jeannicolas.

La douanière de Clermont, Dame Crapaudine, dès son rapport fini, avait prévenu le superviseur des douanes, Messire Ibnziad et la prévôté, par l'intermédiaire de son adjoint, Messire Petitrusse.

Une révolte organisée par le conseil ducal a été faite le 29 septembre selon les souvenirs de Dame Eva34, douanière de Clermont. Les Sieurs Jeannicolas et Benchichi avaient été contacté pour être meneur de la révolte mais ce fut Dame Liloote qui a géré la mairie jusqu'aux nouvelles élections.

Toute l'armée ainsi que la maréchaussée et la douane ont été mises sur l'affaire afin de rattraper coute que coute cet fuyard.

Ce jour, 22 octobre 1455, Messire Stanylas est arrivée à Moulins en même temps que notre Duc, Messire Willen. Lors du contrôle de douane, moi, Dame Bettym, Douanière, Maréchale et Adjointe au Prévôt ai reconnu cet ancien maire et lui ai donc envoyé immédiatement une Assignation à résidence (P1).

J'ai également déposé ce dossier ce jour, 22 octobre 1455, au bureau des plaintes du Prévôt sous le motif de Haute Trahison.

III Pièces et preuves :

P1 : http://img91.imageshack.us/img91/5912/assignationfm1.jpg
P2 : http://img382.imageshack.us/img382/7615/preuve2rd4.jpg
P3 : http://img382.imageshack.us/img382/9951/chiffreaprvolteif1.jpg


IV Enoncé de la ou des lois enfreintes par l'accusé :


LIVRE III: Du Code Pénal

Titre B : Des délits et crimes

Article 5 : de la haute trahison
Tout acte de trahison (tel que défini dans l'article III, B, 4) commis par un agent ducal, un élu (maire, conseiller ducal) dans l'exercice de ses fonctions, un noble, sera considéré comme haute trahison.
La haute trahison est punie par des peines allant de l'amende jusqu'à la peine de mort.

alinéa b :
Tout maire ne respectant pas ses engagements et obligations vis-à-vis de sa charge et du duché est passible d'une inculpation pour haute trahison.


Althiof, le 22 oct 1455

Super nouvelle ça

Transféré immédiatement

Gawel2, le 22 oct 1455

Je m'en occupe dès que j'ai retrouvé mon bureau.

Et vous n'avez pas de preuves de témoignage? de petitrusse par exemple?

Bettym, le 22 oct 1455

Les preuves ? La révolte organisée par le duché, l'annonce dans les rapports de la douane qu'il est parti...

Rapport édité

Althiof, le 23 oct 1455

Témoignage de Petitrusse ci dessous :

A appeler à la barre : Benchichi (maire avant Stanyslas), Liloote (qui a repris la mairie) et en dernier Petitrusse (maire actuellement).


Citation :
Déposition de Petitrusse :

Althiof : Vu que tu as succédé à Stanyslas peux tu affirmer qu'il manquait de denrées et de l'argent dans la mairie lorsque tu l'as reprises ?

Petitrusse : Je n'ai pas succédé a stanyslas mais a liloote qui avait mené la révolte.

Althiof : D'accord

Petitrusse : Ce que je peux dire, c'est qu'il n'y avait plus que 3000écus a peu pres

Althiof : Cela suppose qu'il y avait plus avant. Peux tu estimer la somme dérobée par Stanylsas ?

Petitrusse : j'ai entendu parlé de 12 000 écus. Il faudrait que tu demandes a benchichi qui etait maire avant stanyslas

Althiof : D'accord. Stanyslas avait-il fait un mandat à sa compagne ?

Petitrusse : pas de mandat ni pour elle ni pour lui.

Benchichi : quand j'ai fini mon mandat de maire, la tresorie etait de 7800 ecus, et qu'il y avait un gros stock dans toutes les marchandises, là on en est à ... rien


Citation :
Etat de la mairie le 3 octobre (à l'arrivée de Petitrusse):

Trésorerie de la ville : 3942,82 écus

Inventaire des marchandises de la ville :

29 miches de pain
10 morceaux de viande
24 sacs de blé
25 demi-quintaux de carcasses de cochon
35 stères de bois
1 manche
2 haches
15 kilos de minerai de fer
1 hache non aiguisée

Les produits sur le marché :

3 miches de pain à 36,50 écus pièce.
10 demi-quintaux de carcasses de cochon à 18,40 écus pièce.
2 miches de pain à 26,50 écus pièce.
2 miches de pain à 16,50 écus pièce.
5 demi-quintaux de carcasses de cochon à 18,40 écus pièce.
1 chapeau à 54,00 écus pièce.
9 sacs de blé à 13,10 écus pièce.
2 miches de pain à 56,50 écus pièce.
3 miches de pain à 6,50 écus pièce.

Citation :
Etat de la mairie à l'arrivée de Liloote :

2502.67 en tresorerie

Inventaire des marchandises de la ville :

66 sacs de blé mettre en vente
18 demi-quintaux de carcasses de cochon mettre en vente
7 pelotes de laine mettre en vente
16 stères de bois mettre en vente
1 manche mettre en vente
20 kilos de minerai de fer mettre en vente
4 haches non aiguisées mettre en vente
1 chapeau mettre en vente

Gawel2, le 23 oct 1455

Bon vu qu'il s'agit d'un procès publique, je vais le préparer et laisser l'ouverture à mon successeur
Je préviens Stanyslas.

Ptitoliv, le 30 oct 1455

Courrier envoyé à Stanyslas. J'attends maintenant sa réponse pour le procès.

Procès publique imminent. Le Ig sera lancé dans la journée.

Ptitoliv, le 20 nov 1455

Acte d'accusation

Citation :
*De par le derrière de la salle, deux gardes tiennent l'accusé par les bras et le trainent sur un côté de la pièce, un peu à l'écart, isolé. Ptit fait un signe de tête et les chaînes qui retiennent les pieds et mains de Stanyslas sont enlevées. Le procès peut enfin commencer.
Sur un signe du Juge Marc, Ptit saisit une feuille, l'acte d'accusation qu'il commence à lire *

« Messire Stanyslas, vous comparaissez aujourd’hui devant la cour car vous êtes accusé de haute trahison selon l'article 5 alinéa b Titre B du Livre III.

Tout d'abord, je vous propose un petit rappel de cette loi :

LIVRE III: Du Code Pénal

Titre B : Des délits et crimes

Article 5 : de la haute trahison
Tout acte de trahison (tel que défini dans l'article III, B, 4) commis par un agent ducal, un élu (maire, conseiller ducal) dans l'exercice de ses fonctions, un noble, sera considéré comme haute trahison.
La haute trahison est punie par des peines allant de l'amende jusqu'à la peine de mort.

alinéa b :
Tout maire ne respectant pas ses engagements et obligations vis-à-vis de sa charge et du duché est passible d'une inculpation pour haute trahison.


Voici un rappel des faits :
Le 27 septembre 1455, Messire Stanyslas a quitté la mairie alors qu'il en était le Bourgmestre emportant avec lui environs 13.000 écus selon les dires de Messire Jeannicolas.

La douanière de Clermont, Dame Crapaudine, dès son rapport fini, avait prévenu le superviseur des douanes, Messire Ibnziad et la prévôté, par l'intermédiaire de son adjoint, Messire Petitrusse.

Une révolte organisée par le conseil ducal a été faite le 29 septembre selon les souvenirs de Dame Eva34, douanière de Clermont. Les Sieurs Jeannicolas et Benchichi avaient été contacté pour être meneur de la révolte mais ce fut Dame Liloote qui a géré la mairie jusqu'aux nouvelles élections.

Toute l'armée ainsi que la maréchaussée et la douane ont été mises sur l'affaire afin de rattraper coute que coute ce fuyard.

Ce jour, 22 octobre 1455, Messire Stanylas est arrivé à Moulins en même temps que notre ex-Duc, Messire Willen. Lors du contrôle de douane, Dame Bettym, Douanière, Maréchale et Adjointe au Prévôt a reconnu cet ancien maire et lui a donc envoyé immédiatement une Assignation à résidence (P1).

Afin de corroborer les dires du sieur JeanNicolas, je vous propose de regarder l'état de la mairie 10 jours avant la fuite de messire Stanyslas (P2) ainsi que l'état de cette même mairie le jour de la révolte (P3).

Vous pourrez constatez par vous même qu'il y a bien eut vol.

D'autre part, votre Honneur, l'enquête de nos Maréchaux d'investigation a pu nous apporter les preuves qui nous ont amenés à nous présenter devant vous aujourd'hui. Huissier, s'il vous plait..."

*Le Procureur tend alors les preuves et noms de témoins à l’huissier qui s'empresse de les porter au Juge et à la Défense *
Preuve 1 : http://img91.imageshack.us/img91/5912/assignationfm1.jpg
Preuve 2 : http://img382.imageshack.us/img382/7615/preuve2rd4.jpg
Preuve 3 : http://img382.imageshack.us/img382/9951/chiffreaprvolteif1.jpg


De plus, viendront témoigner à la barre l' ancien maire de Clermont Liloote qui a mené la révolte ainsi que Dame Crapaudine, maréchale qui a lancé l'enquête en la capitale.

*En ayant terminé avec l'acte d'accusation, le Procureur s'adresse plus particulièrement à l'accusé afin de l'informer de ses droits *

« Vous avez le droit de rester en liberté jusqu'à la fin du procès.
Vous avez le droit de vous faire représenter, à titre gracieux, par un avocat du Duché , dont voici une liste :

*tend un parchemin à l'accusé *

http://rrordreavocatsdragon.frbb.net/index4-Duche-de-Bourbonnais-Auvergne.htm

et voici un document vous expliquant le Corpus Juris Civilis (code en vigueur sur le territoire du comté du Bourbonnais Auvergne) et ses procédures:
*Tend un second parchemin à l'accusé*

http://www.lesroyaumes.com/EcranPrincipal.php?l=7&choix=8&m=1


Si Votre Honneur le permet, nous pouvons maintenant entendre ce qu'a à dire le prévenu pour sa défense. »


Dernière édition par le Dim 3 Fév 2008 - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucyle*
Crieur public
avatar

Nombre de messages : 238
Age : 10
Date d'inscription : 14/11/2007


Niveau: 1

MessageSujet: Re: Stanyslas    Dim 3 Fév 2008 - 14:44

VICTIME TRAHISON

Procès long sur 3 posts : 2/3

[ARC]Stanyslas/Duché/Trahison/Clermont/22-10-1455



Première plaidoirie de la défense

Citation :
*Stanyslas écoutait avec attention la lecture du procureur tout en scrutant la salle d'audience. Il croisât les regards furieux de Sett et Zikzok qu'il n'avait pas vu depuis plus d'un mois. Il croisa également celui de Jazon. Il avait l'air inquiet. Il était vrai que Stanyslas avait beaucoup maigri et qu'il était transfiguré par l'épuisement de son long voyage. Stanyslas sourit à Jazon, un sourire étrange, apaisé, calme.

Stanyslas se saisit des parchemins que le procureur lui transmit. Il regarda l'audience qui semblait troublée par les propos du procureur. Il jeta ensuite un coup d'oeil aux parchemins pendant que le procureur terminait sa lecture. Puis, le réquisitoire étant terminé, on entendit le juge Marc de Chantilly donner la parole à Stanyslas.

Stanyslas se leva et prit la parole :*

Monsieur le Juge, Monsieur le procureur,

*Stanyslas parlait fort, avec beaucoup d'assurance, à tel point qu'on pouvait s'étonner d'entendre cette voix sortir d'un corps aussi frêle et amaigri. Stanyslas tendit au procureur les parchemins qu'il lui avait transmis auparavant.*

Je vous rends les parchemins, je n'en ai aucune utilité. Je possède moi-même un exemplaire des nouvelles lois actuellement en vigueur dans le Bourbonnais-Auvergne, et l'ancien Codex ne me serait, si vous me le permettez, d'aucune utilité. Quant à la liste des avocats, ayant moi-même exercé auprès des avocats du Dragon, je tiens à assurer moi-même ma défense.

Je souhaiterai évoquer les trois preuves que vous nous présentez Monsieur le procureur. J'ai effectivement reçu une assignation à résidence dès mon entrée sur le territoire du Duché (P1), rédigée par Dame Bettym. Je tiens juste à préciser que mon retour en ces terres avait pour but de me confronter à la justice. Je ne souhaite pas vivre comme un fuyard, et je veux être quitte envers la justice. J'aspire à une vie paisible, à un nouveau départ.

Pour ce qui est de la seconde preuve, je vous confirme avoir rédigé ce document à l'attention du conseil ducal de l'époque. Cependant, les informations qu'il comporte sont évidemment irrecevables. En effet, vous m'accusez d'avoir trompé le conseil ducal, le conseil municipal de Clermont, l'armée, la maréchaussée, les marchands ambulants, les hauts fonctionnaires de Clermont ainsi que les autres maires du Duché à l'époque des faits, et vous vous appuyez sur un document rédigé par ma propre main ! Ce document ne peut être établi comme preuve car il ne prouve rien ! Tout du moins il ne prouve pas l'états des stocks et de la trésorerie de la mairie puisqu'il a été rédigé par l'accusé lui-même alors que sa parole est ici remise en question lors de son procès.

Vous n'avez donc aucune preuve de ce dont vous m'accusez. Mais je vais vous aider un peu.

Voici mes aveux : j'ai volé 5 000 écus à la mairie de Clermont alors que j'occupait la fonction de maire de la capitale, j'ai démissionné et j'ai quitté le Bourbonnais-Auvergne. Je vous donnerai les raisons qui m'ont poussé à un tel acte lors de ma dernière plaidoirie.

Pour l'heure, ce qui est important c'est ce dont on m'accuse. J'ai beaucoup oïe dire que j'avais pillé la mairie de Clermont. C'est totalement faux. J'ai laissé plus de 2000 écus sans compter toutes les marchandises et les mandats en cours. Il n'y avait donc aucun risque de pénurie de quelque marchandise que ce soit, je n'ai pas laissé les Clermontois démunis, en ce sens je ne suis pas un pillard.

Avant d'habitait à Clermont j'étais Muratais, et j'ai connu le pillage de la Mairie de Murat aux premiers jours de cette année ! Les pillards de la Compagnie du Levant avaient profité d'une relâche d'attention des autorités en cette période de fête pour forcer les portes de la mairie et dévaliser entièrement les stocks et la trésorerie. Les jours qui suivirent les Muratais (dont je faisais partis) se serrèrent les coudes et la ceinture pendant plusieurs semaines, vivant de la pitié et de la solidarité des autres villages. Là, il s'agissait d'un pillage. Mais en ce qui me concerne, je refuse que l'on me traite de pillard, je suis un voleur.

De plus, je n'ai pas volé 13 000 écus comme vous le dites Monsieur le Procureur, mais 5 000 ! Il m'aurait été impossible de voler 13 000 écus, la mairie n'a jamais possédé autant, qu'il s'agisse de sa trésorerie ou de ses marchandises confondues. De plus, j'ai tenu mon rôle de maire jusqu'au bout, alimentant le marché ducal, les marchands ambulants, le marché du village, remplissant mes contrats avec les autres mairies du Duché. Et cela fut possible parce que je n'ai jamais vidé totalement les caisses ! Car comme vous vous en doutez, il était impossible de voler 5 000 écus juste avant de partir. J'ai agit pendant une semaine entière, ponctionnant partiellement quelques écus discrètement, les accumulant dans ma résidence. Jamais je ne me serais risqué à sortir de la mairie avec une bourse pleine de 5 000 écus ! Le bon sens prouve donc encore une fois que je suis un voleur et non pas un pillard !

Mon acte est inexcusable, et irréparable car les 5 000 écus ne sont plus en ma possession, ils m'ont été dérobés par un brigand nommé Léonidasss dans le Duché de Champagne. Je veux payer pour mon crime, et uniquement pour ce crime, comme tout citoyen. Je refuse d'être donné en pâture aux chiens uniquement pour l'exemple, la justice est plus belle que ça, en tout cas je l'espère. Et c'est parce que je crois en la justice que je ne souhaite pas remettre en question ce procès grâce à ces lois obsolètes que vous venez de me transmettre Monsieur le procureur ou à cette preuve (P2) totalement irrecevable.

J'ai pour l'instant terminé ma plaidoirie Monsieur le Juge.

*Stanyslas retourna s'asseoir à sa place avec toujours la même assurance qui l'habitait depuis le début de sa plaidoirie.*

L'accusation a appelé Liloote à la barre

Citation :
Voici son témoignage :
Bonjour, je suis dame liloote, suite à la fuite de sir stanyslas, une révolte s'est organisée et je me suis retrouvée maire de clermont et qu'elle fut pas mon étonnement quand j'ai trouvé la mairie vide. Les caisses vident ou presque et les stocks dérisoires.
J'ai pris la direction de la mairie tant bien que mal.
Mais le fait était là, notre ancien maire stanyslas s'était enfuit avec la caisse de la mairie.

Ptitoliv, le 22 nov 1455

L'accusation a appelé Crapaudine à la barre

Citation :
Voici son témoignage :
*Crapaudine sursauta légèrement à l'énoncé de son nom.
Elle prit une grande inspiration et se leva, elle croisa le regard d'encouragement d'éva34 et s'avança vers le juge.

Et d'une voix qu'elle espèrait ferme elle prit la parole : *

Bonjour, je me présente Dame Crapaudine, j'exerce les fonctions de douanière depuis le 05 septembre 1455 dans la bonne ville de Clermont.
Au matin du 27 septembre 1455, j'ai pris mes fonctions au poste de douane, lorsque je vis sieur Stanyslas et dame Kylliane passés les portes de la ville portant de lourds bagages.
Leurs départs inattendus et leurs volontés apparentes de ne pas vouloir se faire reconnaitre m'a alerté.
En me rendant en suite à la mairie jai pû constater un petit mot épinglé qui disait je cite : ce village n'a plus de maire
Effarée et ne sachant que faire j'ai alerté mes supérieurs à la douane et à la prévoté et bien-sûr les Clermontois.

*Crapaudine se tût la gorge sèche d'avoir autant parlé et attendit que le juge parle.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucyle*
Crieur public
avatar

Nombre de messages : 238
Age : 10
Date d'inscription : 14/11/2007


Niveau: 1

MessageSujet: Re: Stanyslas    Dim 3 Fév 2008 - 14:45

VICTIME TRAHISON

Procès long sur 3 posts : 3/3

[ARC]Stanyslas/Duché/Trahison/Clermont/22-10-1455



Réquisitoire de l'accusation

Citation :
*Le juge Marc invita Ptitoliv a se lever afin de faire son réquisitoire. Ce dernier se leva donc, toussota légèrement avant de s'exprimer*

Monsieur le Juge, comme vous avez pu l'entendre, l'état de la mairie de Clermont était au point mort lorsque Dame Liloote l'a repris. D'après les preuves que cette dernière, en plus du manque d'argent évident, il n'y avait pas non plus de stocks de nourriture! Cela aussi compte dans la somme des 13 000 écus de vol. Somme évaluée par l'ancien maire de Clermont et ancien Bailli JeanNicolas! et non par moi, je précise. Le fait que ce soit un ancien maire de la capitale devrait être encore plus crédible.

Dans tous les cas, que le vol soit de 5000 ou 13 000 écus. Cela n'est rien d'autre qu'un comportement honteux envers les électeurs qui vous ont confié les clés de la mairie. Vous les avez tout simplement trahis. Vous avez détruit les efforts effectués ses derniers mois par les autres maire alors que nous savons tous les deux que la mairie de Clermont a une économie très fragile. Tellement fragile que des dettes avaient été annulé par le conseil quelques mois auparavant.

Je ne vois pas comment on pourrait pardonner un tel comportement, un tel acte.

Monsieur le Juge, l'accusation demande donc que l'accusé messire Stanyslas soit reconnu coupable et qu'il fasse 2 jours de prison, qu'il paye une amende de 150 écus et qu'il soit banni de notre duché pour une durée de 6 mois.

*Après avoir prononcé sa demande, la salle normalement silencieuse devint bruyante. Le procureur prit alors la parole haut et fort*

MESDAMES ET MESSIEURS, JE VOUS RAPPELLE QU'ICI, C'EST ENCORE MOI QUI FAIT LE PROCES, C'EST MOI QUI AIT LES PREUVES EN MAIN, C'EST MOI QUI AIT ETUDIE LE PROCES A PARTIR DES PREUVES DONNEES ET TROUVEES.
QUE VOUS SOYEZ OU NON EN ACCORD AVEC MA DECISION, CELA NE CHANGERA RIEN. MAINTENANT J'INVITE TOUS LES INSATISFAITS A SORTIR TANT QU'IL EST ENCORE TEMPS POUR EUX.

*Ptit lança un regard noir dans le fond de la salle en direction d'un groupe de clermontois. A la prochaine reflexion, Ptit userait de la force des gardes afin de bouter dehors les fauteurs de troubles.

Et puis subitement, l'accusé fit preuve de violence envers un garde. Ptit fut alors fort surpris de cet état second. Une histoire de saucisson. Visiblement Stanyslas avait des pulsions...
Ptit s'approcha alors du juge discuta un cours instant avec lui et d'un commun accord, il fut décidé que le procureur reprendrait la parole.

Les gardes s'arrangèrent pour que le calme soit présent. L'accusé était à présent maîtrisé. Ptit s'adressa alors à Stanyslas*

Messire Stanyslas, au vu des évènements, je me dois de revenir sur ma décision. Votre comportement n'est pas un exemple à montrer dans un tribunal. Si vous avez fait de même pour la mairie, comme un coup de tête pour un saucisson ou autre, alors je me vois dans l'obligation de devoir changer d'avis sur vous même. Me direz vous vous n'êtes plus à ça prêt. Mais votre comportement vient de tout bouleverser. J'espère que vous en êtes conscient.

*Le procureur se tourna alors vers le juge*

Monsieur le Juge, je demande que l'accusé soit punis ainsi. Il fera 5 jours de prison, payera une amende de 250 écus, sera banni pour 12 mois du Bourbonnais Auvergne et après son séjour en prison, ira en place publique à Clermont pour une durée de 3 jours, nourri au pain rance, au pilori.


*Le procureur appela alors un garde et lui chuchotta d'une façon inaudible pour tous sans exception*

Prenez lui son saucisson, avec votre épée, coupez lui de fines tranches et donnez lui à manger. Tant qu'il n'est pas jugé, il n'est pas coupable. Faites vite, si ça peut calmer son tempéramment de feu, c'est encore le mieux à faire. Et puis un saucisson n'a encore jamais tué personne à connaissance. De toute façon, il n'aura rien prison s'il y va alors autant qu'il fasse des réserves de graisse entre ses dents...

*Le garde s'executa alors et le procureur reprit sa place. Cette fois ci, son discours était finit*

Dernière plaidoirie de la défense

Citation :
*Stanyslas était un état terrible suite à son altercation avec le Garde qui refusait de lui donner son saucisson. Il était méconnaissable, le visage rouge de sang, les yeux exorbités, ce qui était d'autant plus impressionnant compte tenu de sa carrure aussi frêle. Ce n'était pas dans sa personnalité de s'emporter ainsi... pour un saucisson. Il était parvenu à conserver son calme durant toute la procédure : depuis son assignation à résidence jusqu'à la confrontation avec les témoins.

Stanyslas, les mains à nouveau enchaînées, se frotta le visage pendant quelques secondes. Lorsqu'il releva la tête, il regarda ses mains tachées de sang. De son nez coulait un sang de fureur, résultat de son coup de folie.

Puis le juge invita Stanyslas à se prononcer une dernière fois.

C'est alors que Stanyslas jaugea la situation. Lui qui était aussi calme et serein, presque froid depuis le début de ce procès, il venait de montrer un tout autre visage, celui d'un homme envahi par les braises de la colère.

Un frisson lui parcoura l'échine de bas en haut. Il se faisait peur.

Il douta un instant... et s'il devait se taire...
Il se reprit bien vite. Il pensa : "peu importe, qu'ils me comprennent ou non, je ne peux dire que la vérité."

Il se leva alors, fébrilement. Il avait perdu toute son assurance, il paraissait d'une grande fragilité, prêt à être brisé. D'une voix basse, après quelques hésitations, il prit la parole :*

Je ne suis pas baptisé. Aristote veille t-il sur moi ? Ces terres son mauvaises pour moi. Le Bourbonnais-Auvergne m'a accueillit, m'a nourrit. Mais ce n'est pas en mère adoptive tendre et aimante que je vois cette terre, mais en louve cruelle qui m'a recueillie dans sa couche après avoir dévoré ma seule vraie famille.

Mon récit n'influencera en aucun cas votre jugement, et il ne m'excuse aucunement, mais le voici tout de même :

Il y a bien longtemps mon père été comme moi bourgmestre de Clermont. Le peuple lui avait accordé sa confiance, qu'il n'avait jamais trahie. Mais des complots au plus hautes instances ducales, insufflées par la pure avarice, ont conduit mon père à la potence. Il fut condamné à mort pour avoir dit-on "pillé les caisses de la mairie de Clermont", acte qu'il n'avait jamais commit. 5 000 écus avaient disparus des caisses de la mairie et mon père était le bouc émissaire parfait.
Après cette histoire, ma famille et moi avons quitté le Bourbonnais-Auvergne avant que j'y retourne quelques années plus tard, totalement incognito. J'ai gagné la confiance de nombreux honnêtes gens, je menais une vie exemplaire au service du peuple, et j'y croyais moi-même. Kylliane, qui avait connue les tourments de ma famille ne tarda pas à me rejoindre, inquiète pour mon état, moi qui me replongeais à corps perdu dans mon passé. La plus belle des revanches aurait été d'être le bourgmestre de Clermont et de venger mon père non pas en volant dans les caisses de la mairie mais en menant un mandat prospère et fructifiant au service du peuple avant tout, comme le faisait mon père avant d'être pendu. Faire exactement l'inverse de ce pour quoi mon père fût condamné, voilà qui était beau. Mais malheureusement, j'ai craqué. Je n'ai pas su tenir la promesse que je m'étais faite. J'ai préféré les délices de la vengeance odieuse à la piété. J'ai donc volé ce que mon père n'avait pas volé.

Je regrette mon acte. Voyez mon agitation à l'instant, pour un simple saucisson. Même si mon acte était planifié, le vol de la mairie de Clermont était comparable à la colère qui vient de m'envahir à l'instant. Et ce sont ces terres qui m'insufflent tant de pulsions ravageuses. Je dois les quitter au plus vite si je veux redevenir moi-même. Cependant, ne pouvant réparer le tord que j'ai causé au Duché, j'accepterai ma sentence, quelle qu'elle soit.

Je tiens également à préciser plusieurs choses. Je répète encore une fois qu'aucun Clermontois n'est mort de faim à cause de moi comme je l'ai entendu dire, je n'ai pas laissé la mairie vide. Et je précise également que si je considère le Bourbonnais-Auvergne comme une louve cruelle pour moi, je sais qu'elle est une mère tendre et douce pour la grande majorité de ses habitants. Elle n'est une louve que dans la triste histoire que je viens de vous conter et qui me lie à elle. Et je sais que vous aimez ce Duché quand je vois comment vous le défendez aujourd'hui, sur tous les fronts.

*Stanyslas ayant terminé sa plaidoirie, il s'essaya avec beaucoup d'apaisement.*

L'accusation a appelé Liloote à la barre

Citation :
Voici son témoignage :
Bonjour, je suis dame liloote, suite à la fuite de sir stanyslas, une révolte s'est organisée et je me suis retrouvée maire de clermont et qu'elle fut pas mon étonnement quand j'ai trouvé la mairie vide. Les caisses vident ou presque et les stocks dérisoires.
J'ai pris la direction de la mairie tant bien que mal.
Mais le fait était là, notre ancien maire stanyslas s'était enfuit avec la caisse de la mairie.

L'accusation a appelé Crapaudine à la barre

Citation :
*Crapaudine sursauta légèrement à l'énoncé de son nom.
Elle prit une grande inspiration et se leva, elle croisa le regard d'encouragement d'éva34 et s'avança vers le juge.

Et d'une voix qu'elle espèrait ferme elle prit la parole : *Bonjour, je me présente Dame Crapaudine, j'exerce les fonctions de douanière depuis le 05 septembre 1455 dans la bonne ville de Clermont.
Au matin du 27 septembre 1455, j'ai pris mes fonctions au poste de douane, lorsque je vis sieur Stanyslas et dame Kylliane passés les portes de la ville portant de lourds bagages.
Leurs départs inattendus et leurs volontés apparentes de ne pas vouloir se faire reconnaitre m'a alerté En me rendant en suite à la mairie jai pû constater un petit mot épinglé qui disait je cite : ce village n'a plus de maire
Effarée et ne sachant que faire j'ai alerté mes supérieurs à la douane et à la prévoté et bien-sûr les Clermontois. *Crapaudine se tût la gorge sèche d'avoir autant parlé et attendit que le juge parle.*

Ennoncé du verdict :

Citation :
Le prévenu a été reconnu coupable de haute trahison.

À la cour et aux personnes présentes, veuillez entendre mon verdict.

Attendu que l'accusé a enfreint la loi du Bourbonnais Auvergne en se rendant responsable de pillage de mairie.
Attendu la gravité exceptionnelle de la situation.
Attendu la nature pour le moins impulsive du prévenu.
Attendu la prise de responsabilité certaine de l'inculpé et sa reconnaissance des fats ainsi que de a bonne coopération au procès.
Attendu que le prévenu s'est révolté en pleine séance du tribunal.

Nous déclarons le Sieur Stanyslas coupable de haute trahison et accédons à la demande de la procure quant à la peine. Le coupable fera 5 jours de prison, payera une amende de 250 écus, sera banni pour 12 mois du Bourbonnais Auvergne et après son séjour en prison, ira en place publique à Clermont pour une durée de 3 jours, nourri au pain rance, au pilori. En plus de cela, nous interdisons au sieur Stanyslas d'exercer une quelconque fonction élective dans le duché de Bourbonnais Auvergne.

Le prévenu a été condamné à une peine de prison de 5 jours.

Lucyle*, le 13 déc 1455

Citation :
A la date du 13 Décembre de l'an de grâce 1455, moi, Damoiselle Lucyle*, en ma qualité de Juge d'Application des Peines, après avoir notifiée l'inégibilité pour 12 mois de Sire Stanyslas en terre bourbonnais-auvergnates à compter du 12 Octobre de l'an de grâce 1455 (http://bourbon-auvergne.forumactif.com/bureau-du-juge-d-application-des-peines-et-des-conciliations-f93/ineligibilite-dans-le-duche-t3627.htm#44421), j'archive le dossier "Stanyslas/Duché/Trahison/Clermont/22-10-1455", le considérant comme clos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stanyslas    

Revenir en haut Aller en bas
 
Stanyslas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché du Bourbonnais-Auvergne :: Bureaux publics :: Justice :: Casiers Judiciaires-
Sauter vers: