Duché du Bourbonnais-Auvergne

Forum Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sallaberry

Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:53


Sallaberry a écrit:
La grille de fer forgé grinça lorsqu’il la poussa. Il s’arrêta, comme si le bruit pouvait déranger les occupants du lieu. Il hésita un instant puis finit de la pousser pour entrer dans le cimetière. Il avançait lentement en déchiffrant les noms sur les tombes. Avalone, Lénuki… tout en se dirigeant vers la partie plus récente du cimetière. Il s’arrêta d’abord devant celle de mère Deirdre.

Il avait souvent retrouvé la diaconesse et abbesse dans ses nuits d’errance. Ils s’asseyaient alors sur un banc et discutaient de tout et de rien, chacun profitant de soulager ainsi son cœur en pensant à autre chose. Deirdre… ce nom qui voulait dire tristesse en gaélique. Elle était partie rejoindre le Seigneur, elle aussi. Il regarda la tombe garnie d’une seule fleur. Il se pencha pour en déposer une autre à côté puis, sans se retourner se dirigea vers une autre tombe.


Sans prêter attention aux fleurs et bouquets, il s’assit près de la tombe.


musique

Tamlyne…
Le printemps est maintenant bien présent, et les champs se recouvrent de fleurs. Nous commençons même à sentir venir les chaleurs estivales. Dame Sibille a accouché d’un petit garçon. L’on m’a dit qu’il se prénommait Winbill. Je n’ai pas encore pris le temps de lui rendre visite depuis son accouchement, mais on rapporte que la mère se porte bien et que l’enfant est très mignon…


Nouveau silence. L’homme lève les yeux au ciel, et déglutit. Pourquoi fait-il cela ? Raconter ainsi des banalités ? Lui-même ne le sait pas. Sans baisser les yeux il reprend

Cela se passe assez bien au conseil, enfin je pense. Il y a toujours des heurts, des tensions, des incompréhensions. Mais c’est probablement mieux. Tout le monde n’a pas la même vision des choses. Mais il y a bonne volonté de chaque conseiller et nous avançons petit à petit

Le duc baissa la tête et caressa la pierre d’une main. Ses yeux clignèrent un instant.

Vous me manquez tant…

Se levant, Sallaberry reprit le même chemin qu’à l’aller, remontant lentement le temps. Deirdre, Lenuki, Avalone. Mélange doux-amer de souvenirs joyeux et passé révolu. Un dernier coup d’œil vers la tombe au loin. Une envie de revenir près d’elle. Il résista, sachant que retarder le départ le rendait toujours plus dur. La grille grinça de nouveau lorsqu’il la referma.
Sallaberry a écrit:
musique
Depuis sa dernière visite, quelques herbes et pissenlits avaient poussé le long du portail qui s’ouvrait sur le cimetière. Il dut le pousser avec un peu plus de force que d’habitude. Il avait laissé la jeune étrangère avec le garçon pour guide. Il n’avait pu s’empêcher de sourire aux dernières paroles de cette femme.
Je resterai éternellement votre obligée

l’éternité c’est long…très long même… tout cela pour un simple trajet. Son sourire cependant s’effaça alors qu’il entrait dans ces lieux dédiés à cette même éternité. En passant devant leurs tombes, il se signa et eut une pensée pour Deirdre et Lenuki. Simple rituel qu’il avait mis en place sans s’en rendre compte, comme à l’église.

Enfin, il arriva devant sa tombe. Machinalement, il arracha les quelques longues herbes autour de la pierre. Ce jour là, il ne trouva la force de parler et resta silencieusement à regarder les inscriptions sur la pierre. Les jours passaient et il ne pouvait toujours accepter. Il espérait toujours voir s’effacer ce nom gravé dans le roc et s’éveiller d’un mauvais rêve. L’ironie de la situation l’aurait presque fait sourire. Lui dont le cœur s’était rebellé tant de fois en vain contre la raison, qui s’était montré bien des fois incapable de dévoiler ses sentiments et ouvrir son cœur ; le voilà maintenant dominé par ce cœur, toute once de raison implacablement décimée par la force de ses pensées.


Tamlyne …

musique

Un doux vent s’était levé, emportant la chaleur naissante du matin et le duc frissonna. Il regarda vers l’ouest. La lune s’apprêtait enfin à se coucher, laissant le soleil continuer seul sa course qu’il avait commencée quelques heures auparavant. Avec elle, partirent les fantômes qui peuplaient encore l’esprit de Sallaberry et qui viendraient le rejoindre de nouveau en soirée. Repoussant une mèche rebelle avant de se tourner vers le soleil, il laissa ses lèvres effleurer sa main et la tendit vers le vent pour laisser partir le baiser vers sa bien-aimée.
Sallaberry a écrit:
Il se déplaçait dans la nuit étoilée. Mais même sans leur lumières scintillantes, il aurait trouvé le chemin. Depuis le théâtre qu’il venait de quitter, depuis sa chaumière ou le château des ducs de Bourbon. Il aurait pu faire le trajet les yeux fermés de n’importe quel point de cette ville. Il poussa légèrement le portail pour se faufiler parmi les pierres jusqu’à sa tombe.

Il pouvait entendre au loin les musiciens entamer une volte. La douce musique, en partie effacée par le bruit du vent entre les branches des arbres. Un doux vent frais qui apportait fraicheur à la nuit, qui avait jusqu’alors gardé la chaleur confiée par le soleil.

Il s’agenouilla devant la tombe, restant à écouter la musique qui continuait au loin.


Tamlyne, douce et tendre aimée…
Entendez-vous la musique, en provenance du théâtre ? Les villageois chantent et dansent, oubliant les soucis de la journée, de cette triste vie. Au moins, pour un temps, ils ne pensent plus à la guerre, aux taxes, aux morts. Ils profitent de ce moment de bonheur pleinement, sans plus penser au lendemain.
Tamlyne, je …


l’homme s’arrêta dans sa phrase. Tout cela était si stupide. Pourquoi faisait-il cela ? Il se mordit la lèvre et reprit à voix plus basse.

j’ai rencontré une jeune femme en taverne. Rien de bien original, si ce n’est… elle demande à ce qu’on ne l’appelle dame. Elle reste en taverne, silencieuse, à lire des parchemins… Dieu, comme elle me rappelle votre souvenir.
une petite goutte commença à scintiller le long d’un œil, grandissant rapidement jusqu’à quitter son nid et glisser le long de sa joue. Finissant sa course sur la pierre, dans un petit bruit sec.
Si vous saviez comme vous me manquez…


La musique s’était tue un instant. Aux premières notes du nouveau morceau, le duc se mit à sourire et se leva.


Sallaberry fit une révérence. Il écarta légèrement le bras, invitant le fantôme de sa bien-aimée à venir le rejoindre.

Vous retrouver, le temps d’une danse …

Alors, l’homme et sa chimère, tournèrent et dansèrent. Au son lointain d’une musique, au milieu des âmes qui se reposaient pour l’éternité
Sallaberry a écrit:

D’un pas rapide, il parcouru la distance qui séparait la taverne de Dame Yayarouge au cimetière. Pour la première fois surement, il poussa le portail d’un geste brusque. Courant presque, il arriva devant sa tombe.

musique
Dégainant rapidement son épée, il la planta rageusement à même le sol, A quelques pieds de la dalle de pierre. Enfonçant la lame de près d’un pied avant de s’agenouiller, tombant presque, ses mains toujours crispées sur la garde de Lenuki.

Ses lèvres tremblèrent mais aucun son ne sortait. Il baissa la tête, résigné. Il n’avait la force de bouger, ni de parler. Ses mains dont les phalanges blanchissaient sous l’effort, ne frémissaient plus. Surgie des temps anciens, Méduse lui avait montré son visage. L’homme sembla peu à peu se fondre au décor, n’être plus qu’une de ces statues qui veillaient inlassablement sur les âmes au repos.

Il ne sentait plus le vent, ni la fraicheur de la nuit. Seule cette douleur au niveau du cœur, cette immense douleur. Chaque battement, chaque flot de sang l’alimentait encore et encore.

Le temps lentement s’écoula au rythme de cette douleur. La gorgone, lassée du jeu ou du jouet disparut subitement dans les limbes des souvenirs, laissant l’homme de nouveau libre de mouvement, mais gardant fermement emprise sur son cœur...Sallaberry releva la tête.


Oui, je suis froid et triste… mais est-ce donc un crime que de vous aimer encore ? Est-ce péché que de ne rêver que de vous ? Alors … pêcheur je serais, quitte à être maudit.

Il se releva, s’appuyant sur la garde de son arme, sentant la lame plier sous son poids. Il leva les yeux au ciel.
Est-ce vous, Seigneur qui l’avez envoyée? Pour me rappeler, puis me railler ? Pour expier ma faute ? Sallaberry sourit Votre Sainte peut continuer ainsi. Peu m’importe…elle peut m’accabler autant qu’elle voudra. Me damner, condamner à la lune. Une éternité de torture. il soupira … Comme si l’avoir perdue n’était déjà la plus grande des tortures.

D’un geste, il arracha son épée du sol, enchainant attaque, feinte puis coupé pour la débarrasser de la terre restée sur la lame. Ses mâchoires se serrèrent et son regard, de bleu, vira à l’acier. Il regarda un instant la lune



Et toi le Malin. Tu te réjouis de mon âme en peine, tu te délectes de mon tourment. Envoie-les donc tes démons, tous les diables des enfers si tu veux, pour venir me chercher. Je les attends.

Il glissa l’épée dans sa gaine et quitta les lieux. La grille résonna dans le silence du petit matin lorsqu’il claqua le portail derrière lui.
Sallaberry a écrit:
Le cimetière. Il descendit de son cheval d’un bond. Attrapant quelques pâtes de fruits qu’il avait dans son sac, il les donna à sa monture en lui caressant la tête.
Merci compagnon. Que de route parcourue depuis ce premier soir où nous étions tous deux partis chercher des blessés en Berry…allez, va rejoindre les écuries, tu as mérité un bon repos.
Un petit coup sur la croupe, pour voir le cheval lentement partir en direction du château.
Lui se retourna pour pousser la grille. Il prit soin de la fermer derrière lui. Il avança parmi les tombes, regardant les différents noms. Lorsqu’il arriva devant celle de Lenuki, il s’arrêta, sortit son épée et la planta profondément devant la pierre.

Dame Lenuki, j’ai failli à ma parole. Jamais votre formidable lame ne rentrera dans l’histoire. Au moins n’a-t-elle eu de sang innocent la souillant. Merci pour votre cadeau.

En souriant, il reprit sa marche vers une autre tombe. Il se baissa pour arracher quelques mauvaises herbe et, nonchalamment, s’assit à côté de la pierre.
musique

Voilà, c’est fini. Ce stupide mandat est derrière moi. J’ai même poussé le vice à l’allonger d’une journée pour assurer une patrouille. son sourire se fit plus grand J’ai bien peur d’être irrécupérable pour cela. Je suis aussi égoïste et tyran imposant des taxes aux pauvres paysans ou encore mes pensées parait-il. Enfin, tout ceci est derrière maintenant…

Ses yeux fixèrent le nom gravé dans la pierre
Tamlyne, j’ai essayé pourtant. Dieu m’est témoin que j’ai essayé de vivre sans vous. Chaque jour je me suis levé pour me rendre au château, écouter les conseillers, prendre des décisions. Mais, je … je

l’homme laissa la larme couler le long de son visage, sans l’essuyer cette fois

je n’y suis pas arrivé. Votre parfum, votre voix, votre visage me reviennent en mémoire à chaque instant. Chaque battement de mon cœur est un douloureux souvenir de votre absence.
Tamlyne, je suis fatigué. J’ai lutté chaque jour depuis cet instant fatal à Murat. Chaque seconde je me suis battu. Mais aujourd’hui, je dois m’avouer vaincu. Vous m’aviez fait le plus beau des cadeaux en m’offrant votre amour. Vous aviez conquis mon cœur et l’avez emporté avec vous. Je sais bien que rien ni personne ne pourra jamais vous remplacer.

Oui, j’ai souvent pêché. Orgueil, colère, vanité et peut-être que cela m’éloigne un peu plus de vous chaque jour. Peut-être même finirai-je sur cette lune, au milieu des âmes maudites et autres démons. Mais rien ne saurait être plus douloureux que votre perte. Quelle sera donc mon futur ? Paradis ou Enfer ? Vous retrouver ou vous perdre à jamais ?
Une lueur naquit dans les yeux de l’ancien duc. Une lueur du fond des âges, qui ne s’était allumé depuis bien longtemps. Le sourire sur son visage se fit plus dur
Les démons regretteront amèrement mon arrivée.

Sur cette dernière pensée, l’homme posa la tête sur la pierre froide et ferma les yeux, sa respiration se fit plus lente jusqu’à devenir imperceptible, puis finalement s’arrêter.


fin

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:54

Nehwin a écrit:
De retour du monastère où il avait dû passer deux semaines fort pénibles, Nehwin avait enfin passé les portes de Montluçon. De nombreuses affaires occupaient son esprit. Tout d'abord retrouver Seve et la serrer dans ses bras. Le maréchal pensa la chercher chez elle, ou à la mairie, peut-être. En tout cas il finirai bien par la trouver. Beaucoup de travail devait l'attendre sur le marché également. Nehwin espérait que Thibaud s'était chargé de veiller sur la forge. Et ses champs attendaient aussi. Avec un peu de chance, le blé et le maïs n'avaient pas eu le temps de pourrir sur pied pendant son absence.

Tout à ses pensées, Nehwin ne s'aperçut pas que ses pas l'avaient conduit devant le cimetière. Loin de lui l'envie d'y entrer. Saluer les défunts n'étaient certainement pas son activité favorite, même s'il y avait ici beaucoup de ses connaissances. Un peu trop, même... Tournant la tête par la grille d'entrée, il aperçut tout de même une silhouette. Le forgeron eut un temps d'arrêt. De là où il se trouvait, il ne pouvait distinguer de qui il s'agissait, mais ce n'était pas dur de le deviner. Le souvenir de l'enterrement de Tamlyne était encore frais dans son esprit, il se rappelait parfaitement de l'emplacement de la tombe, même s'il n'était jamais venu s'y recueillir.

Une seule personne, à la connaissance de Nehwin, pouvait se tenir ainsi prostré devant le tombeau de la jeune femme. Il hésita un instant à aller saluer Sallaberry mais, même s'il aurait plaisir à serrer la main de l'ancien duc, Nehwin se dit qu'il était sûrement préférable de le laisser à sa douleur. C'est en s'apprêtant à reprendre son chemin que le maréchal remarqua un détail qui l'intrigua. Le corps de Sallaberry était étrangement immobile, dans une position pour le moins...inhabituelle, comme s'il était tout bonnement allongé sur la pierre froide du tombeau.

Poussé autant par la curiosité que par un instinct qui lui disait que quelque chose clochait, Nehwin poussa la grille qui grinça sur ses gonds. Ses pas faisaient crisser les graviers quand il s'approcha. Et malgré tout ce bruit, pas de réaction ?!?!


Votre Gr...
Nehwin se reprit. Sal n'aimait déjà pas beaucoup les simagrées quand il était duc, mieux valait ne pas en rajouter maintenant qu'il avait terminé son mandat.

Sallaberry ? .... Messire ???

Devant le manque de réponse de Sal, le maréchal lâcha son baluchon et hâta le pas. Arrivé au niveau du corps, il se pencha pour voir l'homme serein, comme endormi. D'une légère pression sur l'épaule, Nehwin tenta de le réveiller, sans conviction. Il ne voulait pas y croire, mais la raideur du corps ne laissait que peu de doutes...

Comment cela avait-il pu arriver ? Nehwin regarda partout, chercha une blessure, du sang ou quoi que ce soit. Peut-être était-ce un assassinat. Mais le visage serein de Sal laissait croire qu'il s'était endormi, tout simplement, en voulant ne plus jamais se réveiller.

Nehwin resta là, à genoux à côté du corps qui semblait enlacer la tombe de son aimée. Le forgeron posa son regard sur la stèle, où l'on pouvait lire le nom de Tamlyne. Contrairement à ce qu'il avait toujours crû, il était donc possible de mourir de chagrin... et pour sa grande peine, il en avait la preuve sous les yeux.

Il savait qu'il devait appeler de l'aide, prévenir tout le monde, et pourquoi pas, faire venir un prêtre. Mais Nehwin était désemparé, et tout ce qu'il réussi à faire, fût de prendre sa tête entre ses mains. Il ferma les yeux et tenta de contenir sa peine.
seve18 a écrit:
Seve avait traversée toutes les rues de Montluçon en courant elle arrivaau cimetière toute essouflée. Elle poussa la porte du cimetière elle n'amait pas venir ici, mai la lettre de cette dame en disons long elle devait vérifier et faire quelque chose..Elle regarda est loin vit pas une mais deux silhouettes, qu'elle ne put distinguer, elle s'apporcha d'un pas rapide et vit Nehwin les mainsqui tenait sa tête et le corp inerte de Sallaberry.. Elle aurait aimé meilleure retrouvailles avec son tendre.. Elle se pencha vers lui pour lui relever la tête. Puis se pencha vers le corps de Sallaberry..

Mais que c'est il passé mais toi que fais tu là..

Bien d'interrogation mais il fallait pas laisser le corp ici fallait le ramener chez lui...

Il nous faut de l'aide faut pas le laisser ici...
Nehwin a écrit:
Nehwin était comme dans une brume épaisse. Il n'arrivait pas à réfléchir ou à prendre une décision. Quand il entendit des pas derrière lui, il ne se retourna pas. Ce n'est que quand la nouvelle venue lui prit le visage entre les mains qu'il reconnut Seve. Le forgeron se leva alors, cherchant en lui même quels étaient ses sentiments, partagé entre la tristesse de la perte que venait de subir le village -et le duché- et la joie de revoir sa belle.

Se relevant, il se tourna vers elle et, comme une évidence, la serra dans ses bras en l'embrassant, espérant ainsi faire disparaître la sensation dans sa gorge. Comme si une boule ne voulait pas se déloger, l'empêchant de parler. Quand Seve parla de ne pas le laisser ici, Nehwin revit défiler des images. Celles de l'atelier de Sallaberry quand il travaillait sur le cercueil de Tam. Il parut évident au maréchal que c'était là qu'il fallait le conduire.

Oubliant sa jambe boiteuse, Nehwin passa sa main sous les épaules de l'ancien duc, son autre bras sous ses jambes, et souleva le corps, non sans quelques difficultés. Puis ayant réussi à se relever, Il se tourna vers sa douce, prêt à la suivre hors du cimetière. D'un regard il désigna l'endroit où il avait trouvé Sal, juste à côté de la tombe de sa fiancée.


C'est là qu'il faudra creuser. Je ne crois pas qu'il voudrait reposer ailleurs...

Puis Nehwin se dirigea vers la grille du cimetière, précédé par Seve, qu'il aurait voulu embrasser dans des circonstances bien plus joyeuses.
seve18 a écrit:
La découverte du corp de Sallaberry laissait un goût amer à Seve. Malgré les retrouvailles sur pas comme elle aurait voulu avec son tendre elle était peiné une grand perte pour le village et le duché mais l'homme avait changé depuis la disparition de sa belle.. Elle pouvait compendre cette disparition..
Nehwin eut le courage de soulever Sallaberry pour le ramener chez lui..Seve le suivit sortant du cimetière pour reprendre le chemin rue de Montluçon.. La il y avait la chaumière et l'atelier de Sallaberry..Ses amis pourront venir le veiller et on pourra s'occuper de sa tombe..Plein de questions traversèrent l'esprit de Seve. Qui prévenir ? Le prêtre, ses amis..Beaucoup étaient partis..Ils marchaient jsuqu'a arrivé dans les rues de Montluçon...
Elizabet a écrit:
[L'atelier de Sallaberry]

Encombrée d’un seau, un balai et quelques chiffons, la fine silhouette se faufila dans la ruelle et s’arrêta devant une petite bâtisse.
Une de ses mains déposa sa charge à terre et glissa dans une des poches du gilet pour en sortir la clé confiée la veille et l’introduire dans la serrure.
Un petit déclic indiqua enfin à la jeune femme qu’elle pouvait pousser la porte et rentrer dans l’atelier.

A l’intérieur, un rayon de soleil se faufilait par une petite fenêtre pleine de toiles d’araignées, éclairant chichement la pièce et la fine poussière qui s’était mise à voleter dans l’air à son entrée…
Au sol, des restes de copeaux avaient été négligés par le balai. Des outils en désordre ; Gouges, pinces à bois, rabots avaient été abandonnés çà et là par leur propriétaire sur les établis, quelques parchemins poussiéreux trônaient sur des planches qui servaient d’étagères... plus loin, accolé au mur, un lit de fortune était recouvert d'un léger drap blanc…

Elizabet resta sur le pas de la porte un moment à contempler l’endroit… « C’était donc ici l’atelier du Sieur Sallaberry »

Tout en jetant des regards curieux un peu partout, elle avança et fit le tour de la pièce, passant un doigt sur les planches poussiéreuses avant de soulever un ou deux parchemins… dessus, des mots griffonnés, des vers, des notes, des ratures…Elle ne connaissait point l’ancien Duc, mais l’homme devait aimer les poèmes et la musique, songea t elle, tournant les yeux vers la porte qui venait de se refermer dans un claquement qui la fit sursauter.

« Seigneur, Dieu » murmura t elle en portant la main à son cœur pour calmer les battements précipités provoqués par la frayeur.

Elle jeta à nouveau un regard autour d’elle, puis entreprit de commencer le rangement, elle était là pour cela et non pour rêvasser.

La veille, on était venu la trouver pour qu’elle se présente, ce jour, à l’atelier, afin de préparer le lieu pour accueillir le Sieur Sallaberry qui s’était éteint il y a peu… L’homme avait porté un lourd fardeau durant de nombreux jours… mois ? Disait-on et le cœur avait finalement lâché sur la tombe de sa bien aimée à la fin de son mandat … Comme un fait exprès…

A cette nouvelle, elle n’avait eu aucune pitié, ni tristesse… juste une pensée qui l’avait légèrement fait sourire faisant froncer les sourcils de son interlocuteur : « Où qu’ils soient, à présent, les deux amants étaient à nouveau réunis, n’était-ce pas la meilleure des choses qui pouvaient arriver ? »

Elle avait donc accepté, elle ne savait trop pourquoi… si, un peu quelque part... Personne n’était disponible pour le faire, à part elle, donc forcément… c’est elle qui se trouvait là.

Poussant un profond soupir, elle se remit à l’ouvrage.
Elle commença par ranger chaque chose à sa place, du moins là où elle pensait que ça se trouvait, continua par les toiles d’araignées, en passant par la poussière, les vitres, le changement de drap et enfin quand elle eut lavé parterre, l’atelier se trouva transformé, méconnaissable…

Elle eut une pointe de fierté pour le travail accompli... Maintenant ils pouvaient emmener le corps, le veiller et le préparer pour l'enterrement…
Nehwin a écrit:
Nehwin n'était venu qu'une fois dans l'atelier de Sallaberry, mais il se souvenait parfaitement de son emplacement dans le village. Portant toujours le corps, suant à grosses gouttes sous l'effort, il arriva enfin en vue de la bâtisse dont la porte, bizarrement, était ouverte. Sans trop se poser de question, le maréchal entra. Dans un coin de la pièce principale, une jeune femme qu'il voyait pour la première fois, aux allures de servante, attendait, l'air un peu surprise de voir arriver un tel convoi.
N'en pouvant plus de fatigue, Nehwin chercha des yeux, et trouva un lit. Celui-ci avait été fait récemment, mais peu importait. En essayant de faire preuve de douceur, il déposa le corps, essayant de lui faire adopter une posture digne.

Ce ne fût que déchargé de son « fardeau » que Nehwin embrassa enfin réellement les lieux de son regard. Certaines images lui revinrent en tête. Celles de Sal travaillant sur un cercueil, au beau milieu de cette pièce que avait été arrangée maintenant pour accueillir une veillée funéraire. Nehwin avait encore l'impression de sentir l'odeur des copeaux de bois et du vernis. Un cercueil...

Se tournant vers Seve qui l'avait accompagné depuis le cimetière, Nehwin prit la parole:

Il fait trouver un menuisier qui travaillera rapidement. Je peux refaire les mêmes poignées que pour celui de Tamlyne, mais je suis incapable de fabriquer un cercueil. Tu veux bien te charger de trouver un bon artisan ?

Puis le maréchal réfléchit à ce qu'il y avait à faire. Pour tout dire c'était la première fois qu'il s'occupait d'un cadavre. Ils en avaient côtoyé parfois, mais jamais au point d'organiser une veillée, encore moins un enterrement. Il se tourna vers le corps gisant de l'ancien duc et essaya de réfléchir avec logique. Des visiteurs allaient sûrement venir. Il fallait rendre le corps présentable. Peut-être un peu d'eau et quelques linges pour une toilette du visage de Sallaberry. Et puis choisir une tenue d'apparat. Non, plutôt un uniforme militaire. Il aurait probablement préféré cela. Quoi que...

En fait Nehwin n'en savait rien. Il était complètement perdu dans cette situation nouvelle. Et il connaissait trop peu Sallaberry, il avait peur de commettre un impaire dans la préparation, de faire quelque chose qui lui aurait déplu. Rien que l'idée de fouiller dans les coffres pour trouver des vêtements lui faisait l'impression de violer l'intimité de Sal. Plein de dépit, il se tourna vers la jeune femme, la jeune servante qui finissait de ranger des balais et autres torchons.


Dis moi, jeune fille, tu sais peut-être comment on prépare un mort pour une veillée. Parce que moi, j'ai bien peur de ne pas être capable...
seve18 a écrit:
Nehwin avait guidé Seve jsuqu'à la chaumière et l'atelier de Sallaberry. Elle entra d'un pas peu rassuré elle ne conaissait que trop peu l'ancien duc et rentrer che lui comme ça ne lui plaisait guère mais elle se devait de lui faire une belle veillée il était un homme respectable et il l'avait souvent soutenu.. Elle regarda la pièce puis se tourna vers Nehwin qui déposa le corp sur le lit..

Un silence reignait un peu froid, Seve était bien perdu ici elle ne savait quoi faire, puis son tendre lui demanda de trouver un bon charpentier efficace et rapide..
Elle essaya de lui répondre mais aucun mot ne povait sortir elle lui fit un bref oui de la tête.


Puis il y avait une servante, elle ne pensait pas la trouver là mais elle allait pouvoir les aider c'est sur..

Puis prenant son courage à deux mains, elle articula quelques mots ...

Elle se tourna vers la jeune fille et lui demanda


Bonjour Jeune Fille, vous allez peut être pouvoir nous aider, il faut préparer le corp de Messire Sallaberry ses amis proches vont venir pour la veillée
Il nous faudrait du linge propre et de l'eau chaude pour la toilette..


A ses mots Seve eu un frisson elle avait jamais fait ça mais fallait être courageux, sa gorge se ressera de plus belle...

Puis faut trouver des bougies et son uniforme de militaire je pense que cette fonction lui tenait à coeur, il aurait enfin je pense partir rejoindre son aimée avec.

C'était dit il y avait plus cas faire ...

J'irais trouvé un charpentier plus tard, je vais aider la jeune fille à le faire...

Elle regarda Nehwin, puis la jeune femme...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:55

Elizabet a écrit:
Alors qu'elle s'occupait à rassembler son matériel de ménage, Lizzie laissa son geste en suspens et releva la tête, surprise, lorsque la porte s'ouvrit sur un homme qu'elle voyait pour la première fois, aux allures de brigand, entrer sans même essuyer les semelles de ses chausses et se décharger d'un corps sur le lit qu'elle venait à peine de faire avec le plus grand soin.
Suivant la scène d'un œil circonspect, elle constata qu'une jeune femme se trouvait à sa suite.
Les deux nouveaux venus l'ignoraient totalement, comme si elle fut un de ces objets insignifiants sur lesquelles on était obligé de poser les yeux, mais sans vraiment y faire attention. Elle haussa les épaules et s’apprêta à lancer un -« Bonjour ! »- assez fort, pour qu’ils daignent enfin se présenter et lui indiquer la raison de leur venue, quand l’homme s’adressa à sa compagne, après avoir examiné l’atelier, lui faisant garder le silence.


-Il fait trouver un menuisier qui travaillera rapidement. Je peux refaire les mêmes poignées que pour celui de Tamlyne, mais je suis incapable de fabriquer un cercueil. Tu veux bien te charger de trouver un bon artisan ?

Elle eut une sorte de… révélation ? Lorsqu’elle entendit le mot « cercueil » et le nom « Tamlyne » Ce nom avait été cité comme celui de la bien-aimée lorsqu’on lui avait conté l’histoire de l’ancien Duc. Elle en déduisit aussitôt que l’homme couché sur le lit (Lit qu’elle avait si soigneusement fait *soupir*) devait être le Sieur Sallaberry et que surement les deux personnes à ses côtés étaient là pour s’occuper de son enterrement… « Ils auraient pu penser à l’envelopper d’un drap ou autre et le mettre dans une charrette pour l’emmener » songea-t-elle, quelque peu étonnée de voir que le défunt avait été porté à bout de bras jusque là… Enfin ce devait être surement la coutume…Qu’est ce qu’elle en connaissait elle…
Se disant qu’elle n’avait rien à faire là, elle continua à rassembler ses torchons et autres pour s’éclipser au plus vite.


-Dis moi, jeune fille, tu sais peut-être comment on prépare un mort pour une veillée. Parce que moi, j'ai bien peur de ne pas être capable...

Etait-ce à elle que l’on s’adressait ? Elle tourna le visage vers son interlocuteur, le regard perplexe, puis avant que les mots ne sortent de sa bouche…

-Bonjour Jeune Fille, vous allez peut être pouvoir nous aider, il faut préparer le corp de Messire Sallaberry ses amis proches vont venir pour la veillée ... Il nous faudrait du linge propre et de l'eau chaude pour la toilette…Puis faut trouver des bougies et son uniforme de militaire je pense que cette fonction lui tenait à coeur, il aurait enfin je pense partir rejoindre son aimée avec… J'irais trouvé un charpentier plus tard, je vais aider la jeune fille à le faire...

Grand moment de silence qui s’installe, questions, mots qui défilent dans sa tête…« Pardon ? Quoi ? Préparer un mort ? Aider ? Linge propre ? Eau chaude ? Bougies ? Uniformes ? Aider la jeune fille ? A ces derniers mots, elle écarquilla les yeux. Elle veut aider qui ? MOI ? Mais...Mmh...Pas un s’il vous plait, rien ! Serait-ce des Ordres ? »
Reprenant lentement ses esprits et fronçant légèrement un sourcil, elle fixa d’abord les yeux du brigand puis ceux la jeune femme tout en posant ses mains sur ses hanches, exacerbée, mais se contenant tout de même... « C'était mandé si gentiment » ironisa t elle intérieurement avant de répondre.


-Hum … Bonjour, tout ce que vous me demandez n'est...euh...Je pense que vous devez vous méprendre, je ne connais pas les lieux, je ne suis ni servante, ni la bonne à tout faire de la maison... Je suis seulement une amie, d’un ami, d’une amie, d’un ami du Sieur Sallaberry, qui est venue rendre un simple service, car personne n’avait la possibilité de se déplacer pour le faire… Mais, je comprends très bien qu’en me voyant ainsi, vous puissiez vous faire une opinion de moi aussi hâtive en pensant que je puisse être une quelconque domestique… J’en aurais fait de même pour vous…« Bien que cela soit déjà fait » pensa-t-elle.

Après un court instant de réflexion, elle soupira et se radoucit légèrement, les deux jeune gens vivaient surement un moment pénible, elle n’allait pas montrer son sale caractère en ce jour de deuil. Elle baissa la tête et enleva quelques poussières imaginaires sur son jupon d’un geste de la main, puis releva un visage légèrement souriant et compréhensif vers les deux inconnus…


-Bien… A ce que je comprends, vous avez quelques soucis, vous désireriez de l’aide afin de préparer le corps, je vous offre la mienne volontiers, sachez tout de même que je n'ai aucune idée de comment l’on procède, mais madame à l’air de savoir. Elle avança de quelques pas pour se rapprocher d’eux. Je tiens tout de même à me présenter si nous devons passer un peu de temps ensemble, je me nomme Elizabet. Elle inclina la tête. Maintenant que tout cela est dit, reprenons depuis le début, je vous écoute, que puis-je faire pour vous ?
Nehwin a écrit:
Nehwin était confus. L'esprit occupé par la situation dramatique, il n'avait même pas cherché à savoir qui était cette jeune femme. Et il semblait bien que, contrairement à ce qu'il avait d'abord crû, elle n'était aucunement une servante, ni de Sallaberry, ni de personne d'autre. Ce n'était qu'une bonne âme qui avait accepté de rendre service, là où personne d'autre n'avait accepté de le faire.

Enchanté Elizabet. Je suis Nehwin, maréchal du village. J'ai bien conscience que notre entrée précipitée peut paraître peu orthodoxe, mais la situation est assez nouvelle pour nous et je dois reconnaître que j'en oublie les bonnes manières.

C'était sûrement les meilleures excuses dont Nehwin était capable pour sa façon de s'adresser à la jeune femme. Désignant Seve il reprit:

Et voici Dame Seve, ma...
Ce n'était certes pas le meilleur moment pour l'étalage de la vie privée.
...la bourgmestre de Montluçon.
Les présentations étant faites, ils pouvaient reprendre là où ils s'étaient arrêtés.

Comme vous le voyez, Messire Sallaberry doit être mis en terre prochainement. Et comme nous ne lui connaissons aucun proche actuellement dans le village, il nous semble de notre devoir de le préparer pour cet...événement. Seulement, pour ma part, j'ignore par quoi commencer.

Nehwin jeta un regard vers le lit. Le visage fermé mais serein de l'ancien duc portait par endroit des traces de la poussière du cimetière, probablement dû à sa position couchée à même le sol.

Peut-être qu'une toilette mortuaire, afin de le rendre présentable pour la veillée, serait de rigueur. Pour être tout à fait honnête, j'ai du mal à m'imaginer en train de le faire. Mais s'il le faut je m'y emploierai, d'autant que j'ignore si la bienséance permettrai à une jeune femme de faire ce genre de choses sur le corps d'un homme, aussi mort soit-il.

Pour tout dire, Nehwin ignorait absolument tout de l'attitude à avoir et des choses à faire dans ce genre de cas. Il posa son regard tout à tout sur Seve et sur Elizabet, espérant que l'une d'elles saurait quoi faire.
seve18 a écrit:
Gené d'avoir prit cette jeune fille pour une servante alorsque tout comme eux elle venait pour Messire Sallaberry, Seve ne savait plus quoi dire heureusemenrt Nehwin fit une brève présentation, ils devaient maintenant tout trois s'occuper du corp.

Seve ne l'avait jamais fait mais elle se rapellait un moment de son enfance quand elle avait perdu sa mère son père avait lavé le corp et l'avait habillé...
Mais de là à pouvoir le faire et surtout Messire Sallaberry l'a metté mal à l'aise...Elle regarda à son tour Nehwin et la jeune Elizabet..

Elle se retourna par la suite sur le corp, elle prit un grande inspiration et souffla ensuite...


Je vais m'en occupper si vous ne souhaitez pas le faire, c'est pas en se regardant tour à tour qu'on va avancer, je sais c'est pas le plus plaisant mais il mérite une viellé digne de lui...

Un trait de son caractère certainement elle voulait froiser personne mais plus vite c'était fait mieux sa serait pour le monde puis ses amis allaient arriver fallait qu'il soit propre...

Oui Mon...
Elle se reprit
Oui Maréchal faut faire une toilette mortuaire pour cela il me faut de l'au chaude et d minge propre, pendant se temps là cherchait lui son uniforme de soldat.

Elle donnait des ordres mais elle voulait en finir, elle commençait à se sentir pas bien dans cette pièce..

Elle se retourna sur Elizabet ...

Elizabet pouvez vous m'aider à lui enlevé ses vêtements..S'il vous plait...

Gené de devoir faire ça à Sallaberry l'ancien Duc... Mais elles avaient pas le choix...

Seve commença par lui enlever la chemise et se recula comme si elle ne pouvait pas aller plus loin...
sakurahime a écrit:
L'annonce de la nouvelle du trépas au bal avait comme un électrochoc.
C'était impossible, il était au buffet quelques heures auparavant! que c'était-il donc passé?

Après avoir quitté le bal en toute hâte, Sakura avait dévalé les rues en courant jusqu'à l'atelier de Sallaberry.
Il ne pouvait être que là...

Elle y était, l'atelier se dressait devant elle.
Et si c'était vrai? s'il était vraiment là?
En un éclair elle revit la mine de Murat... la première personne qu'elle avait croisé après avoir si longtemps erré dans les galeries, la première personne à l'avoir secouru... c'était lui, et Tamlyn...

Etait-il parti la rejoindre? lui qui n'était plus que l'ombre de lui-même depuis que sa bien aimée était devenue une étoile... étaient-ils enfin réunis pour l'éternité?

Hésitante, elle se demandait ce qu'elle devait faire.
Elle ne pouvait décemment entrer directement... elle frappa quelques coups, espérant que quelqu'un l'entendrait et viendrait ouvrir.
Elizabet a écrit:
Les présentations étaient faites et le cas paraissait plus désespéré que jamais. Ils étaient trois et pas un ne savait comment se comporter devant la dépouille qui gisait sur le lit.
Lizzie écouta tour à tour ses deux compagnons et acquiesça d’un signe de tête à l’encontre de la jeune femme pour lui signifier qu’elle était prête à l’aider.
De l’eau chaude, oui, mais des linges propres ? L’homme devait bien avoir cela dans son atelier. Parcourant la pièce du regard, elle aperçut une commode en bois, munie de quatre tiroirs et s’y avança aussitôt. Elle ouvrit le tiroir le plus haut et n’y trouva que des instruments qu'elle n'avait jamais vu. Après un rapide coup d’œil déçu aux deux autres, elle fut satisfaite lorsque dans le quatrième, plusieurs linges s'y trouvaient, rangés soigneusement…

Un ? Deux ? Elle ne savait trop combien il en faudrait, elle opta pour les dix premiers du tas et referma soigneusement le tiroir avant d’aller les déposer sur un tabouret près du lit… Ne restait plus que l’eau chaude. Pour cela, elle savait très bien où en trouver étant donné qu’elle en avait eu besoin pour nettoyer le sol de l’atelier.
Lorsqu’elle eut enfin réuni tout ce dont on lui avait demandé, elle se posta aux cotés de la Bourgmestre alors que le maréchal tendait à cette dernière, la tenue du défunt, qu'il venait de retrouver, pour son dernier voyage.


-Elizabet pouvez vous m'aider à lui enlevé ses vêtements..S'il vous plait...

Lui enlever ses vêtements ? Elle se doutait bien qu’elle allait en passer par là. Bien qu’elle n’ait jamais fait cela -que ce soit pour un mort ou pour un vivant- elle ne parut pas choquée par cette demande. De toute façon, il fallait le faire et ses deux compagnons du moment paraissaient quelque peu gênés par la situation.
Sans attendre une réponse, la jeune femme, dénommée Seve, entreprit d’enlever la chemise du défunt, mais recula aussitôt…
Un sentiment de sympathie mêlé à la compréhension s’immisça en Lizzie en voyant cela... l’affectation du décès prenait le pas sur le devoir… Il fallait mettre un terme à leur supplice… Elle poussa un profond soupir, se sermonnant intérieurement de prendre une initiative telle que celle là et profita de ce moment pour regarder les deux jeunes gens.


Bien ! Je vais m’occuper de lui, je pense pouvoir me débrouiller seule… Pour l’instant, je vous demanderais de bien vouloir sortir… Il ne sert à rien d'être trois... Je vous appellerai lorsque j’aurai fini...

Il en était mieux ainsi, ce serait surement plus simple pour elle qui ne connaissait pas le Sieur Sallaberry... et puis après tout, cela ne devait pas être bien compliqué de laver un corps et de l’habiller…
Elle poussait presque les deux maréchaux dehors quand on frappa à la porte… Décidément….
La porte ouverte, une jeune femme, inconnue, se tenait là. Elle inclina la tête en signe de salut puis laissa sortir Seve et Nehwin avant de fermer la porte derrière elle et de rejoindre l’ancien Duc.


Hum…à nous, j’espère que vous me pardonnerez cet affront… murmura t elle, un peu mal à l'aise, comme pour s’excuser de s’apprêter à violer l’intimité de l’homme…

Sur ces derniers mots, elle s’occupa de Sallaberry avec une grande douceur, lui chuchotant parfois quelques mots d’apaisement, tout en le déshabillant, le lavant, le revêtant et le coiffant, afin de se conforter elle-même sur l'idée qu’elle ne finirait pas en enfer pour ce qu’elle était en train de faire…

Un fois fini, elle resta quelques secondes à regarder l’homme endormi, contemplant la grâce et la beauté qui émanaient de lui. Un sentiment de fierté brilla dans ses pupilles. Le résultat était merveilleux… Se serait-elle trouvée une vocation… Une vocation ??? Elle ouvrit de grands yeux à cette idée et chassa vite cette pensée...Il était temps qu’elle s’en aille avant que la folie ne s’empare de son âme…
Elle rassembla ses affaires ainsi que les linges sales, jeta un regard circulaire dans la pièce et ouvrit la porte…


Voilà qui est fait,vous pouvez maintenant aller le rejoindre lança t elle aux trois personnes qui attendaient là depuis une bonne heure. Je pense que ce serait une bonne idée également de mettre des tentures noires aux fenêtres et d’allumer quelques bougies pour la veillée...

Sans un mot de plus, chargée de son fardeau, elle salua la petite troupe et s’éclipsa en silence. Elle venait de passer une journée étrange, son seul souhait était à présent de rentrer chez elle et de laver toutes traces de cette journée avant d’aller se reposer.



edit : Pour fautes, 4 fois :s désolée, j'ai pas toute ma tête aujourd'hui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:56

seve18 a écrit:
Après avoir reculé Seve regarda la jeune Elizabet qui n'avait pas l'air géné par la situation. Elle prit les devant en leur demandant de sortir, certainement elle avait ressenti le malaise depuis le début et elle n'avait pas tord, Seve fixa la porte quand au moment de sortir elle vit son amie Sakura elle avait du apprendre la triste nouvelle et elle était certainement venue pour aider...

Seve sortit de la pièce et fit une bise à Sakura, elle s'installa sur une pierre qui était prêt du mur de l'atelier de Salla et attendit ici que la Elizabet finisse le travail qu'elle n'avait pu faire. Puis elle s'adressa à Sakura.


Ca va toi ?
Elle ne trouva pas de mot à la situation.

Puis la porte s'ouvra à nouveau la jeune fille leur fit signe de revenir la toilette était certainement finie et fallait revenir prêt de Salla..

Elle demanda des bougies et des tentures noires, elle lui fit un oui d'un signe de tête et fixa le corp elle avait fait une jolie toilette et l'avait habillé.
Ses amis pouvaient maintenant venir ce receuillir.

Sans un mot Seve resta là à penser à ce jour ou c'était pour Tamlyne qu'elle était venue ici, triste la mine pale, elle ne peut s'empêcher de laisser couler quelques larmes le long de ses joues qu'elle essuya du bout de la manche de sa chemise.

Puis elle se tourna vers Sakura et Nehwin
Je vais retourner chez moi chercher quelques bougies et prendre l'air ne me fera pas de mal, je reviens le plus vite possible quelqu'un reste ici ?

La main posait sur la poigné de la porte Seve attendit une réponse avant de sortir.
sakurahime a écrit:
Elle venait à peine de frapper à la porte que celle-ci s'ouvrit sur... Seve.
A voir le visage décomposé de la jeune femme, Sakura obtint la réponse à la question qui la taraudait.
Salla était bel et bien parti...

Seve lui fit une bise puis se jucha sur une pierre, le regard perdu dans le vague, comme si elle était seule au monde.
Elle finit par relever la tête et lui demanda
"Ca va toi ?"

Faute de réponse appropriée, Sakura grimaça une parodie de sourire.
La porte de l'atelier s'ouvrit à nouveau, sur une jeune femme qu'elle ne connaissait pas.

Elles entrèrent lentement. Il était là, étendu, serein...
Sakura eu la vision fugitive de Tamlyn, quelques semaines auparavant, et ce dit que finalement, il avait peut-être raison à cette quiétude apparente.

Nehwin était également présent. La jeune femme ne put que sourire brièvement pour le saluer.
La scène ressemblait à s'y méprendre à une autre, qui avait suivi leur retour de la mine.
Elle s'était promis d'enfouir cet épisode de sa vie au plus profond d'elle même et de ne plus jamais l'évoquer, mais il ressurgissait au moment où elle s'y attendait le moins, la laissant complètement sans force, perdue en plein cauchemar, celui qui accompagnait si souvent son sommeil.

Seve rompit soudainement le silence
:
"Je vais retourner chez moi chercher quelques bougies et prendre l'air ne me fera pas de mal, je reviens le plus vite possible quelqu'un reste ici ?"

"Vas-y Seve, et profites-en pour te reposer un peu, je vais rester... je... j'ai des choses à lui dire... Ca vaut pour toi aussi Neh, allez vous reposer maintenant, ça ne servira à rien de rester, fatigués comme vous êtes, je prends le relai, on se reverra plus tard."

Puis elle se tourna vers la jeune femme:

"Je suis Sakura, merci de ce que vous avez fait, c'est un travail bien ingrat, bien que nécessaire. Vous devriez peut-être aller vous reposer un peu également..."
Nehwin a écrit:
Seve et Elizabet s'étaient montrées très efficaces, bien plus que Nehwin, pour rendre le corps présentable pour la veillée. Il était maintenant paré.

Le maréchal vit l'arrivée de Sakura comme une bénédiction, une raison valable de sortir de ce lieu qui commençait à lui peser plus qu'il n'aurait cru. Elizabet, après avoir saluer tout le monde s'en était allée, non s'en avoir reçu les vifs remerciements qu'elle méritait. Car c'était bien elle qui avait fait le « sale » travail.

Après avoir salué Sakura, Nehwin remarqua la lassitude de Seve assise devant la maison. Elle semblait mal vivre ce moment, et il ne saurait lui en tenir rigueur. Sallaberry avait laissé des traces dans la vie de chacun, d'une façon ou d'une autre. Et le savoir dans la pièce à côté, étendu sans vie, pesait sur le moral.


Nehwin s'adressa à Sakura qui venait de proposer de rester pour veiller le mort, le temps que Seve et lui prennent un peu de repos.
Merci à toi. Promis, nous ne serons pas long. J'imagine que tu n'apprécierai pas de rester seule longtemps en une telle situation.

Puis, tendant sa main à sa belle pour l'aider à se relever:
Viens, Seve, je te reconduis chez toi.
seve18 a écrit:
La main posait sur la poigné Seve écouta Sakura puis lui fit un sourire pour la remercier, quand Nehwin lui saisit l'autre main elle se sentit rassurée elle allait pas rentrer toute seule, dans sa nouvelle maison, elle avait déménager elle avait eu le temps de rien faire mais ce n'était pont grave il lui en tiendrait pas rigueur.

Oui je veux bien que tu me raccompagne
Se retourna vers son amie

Promis ma belle on revient vite, je veux pas non plus que tu reste seule ici.

Seve ouvrit la porte pris une grande bouffée d'air comme si elle étouffait à l'intérieur de la pièce..

Puis pris la direction du quartier car t'y es, elle allait retrouver sa chaumière fraichement acquis, pas encore bien installé
.
Euthyme a écrit:
Dom Euthyme pénétra dans la chambre mortuaire. A l'aide de sa gourde de cuir, il fit couler, sur le front du défunt, quelques gouttes de l'eau bénite recueillie en la grotte où reposait Sainte Nitouche. Puis il s'agenouilla et récita la prière des morts...
Il déposa une croix d'Aristote sur la poitrine de Sire Sallabery. Puis, d'une voix forte, il prononça la phrase sacrée

AD MAJOREM DEI GLORIAM"
En silence, le prêtre sortit de la pièce, le visage grave...
Colombe a écrit:
Athéna avait fini son petit tour et avait repéré l’atelier de feu le duc Sallaberry, elle s’en approcha portant à sa petite patte un parchemin et un petit bouquet de blé et d’œillet.



Citation :
A la personne qui prendra soin de notre ami le Duc Sallaberry,

Ayant appris la nouvelle de sa mort tragique mais étant trop loin pour pouvoir revenir à temps, je vous demande de faire votre possible pour que son enterrement soit le plus digne possible, comme l’a été l’homme du temps de son vivant. Il a été un grand homme pour Montluçon et le BA et mérite que l’on prenne soin de lui.

Son souhait aurait été d’être près de sa bien aimée au petit cimetière de Montluçon, j’espère que vous ferez tout votre possible pour qu’il soit respecté même si officiellement il n’avait rien demandé. Sa mort subite nous a privé de l’homme, que son âme reste à Montluçon, nous permettra de venir lui rendre hommage.

Je vous remercie de bien vouloir déposé pour moi ce modeste épis de blé qui est symbole de la renaissance d’une plante après l’endormissement de la graine et cette plante n’est pas des moindre puisqu’elle apporte la vie en fournissant de la farine, pour faire notre pain. Que ces quelques grains de blés traduisent mes pensées que rien n’est fini, que son passage ici n’aura pas été vain dans nos vies.

Merci infiniment pour tout ce que vous ferez, pour lui… Je viendrai vous voir à mon arrivée pour vous remercier de vos bons soins et si vous aviez besoin de quelque chose, n’hésitez pas à le demander.

Reconnaissante… Bien à vous. Sibille simple meunière de Montluçon.
Furax, Pigeon a écrit:
Longtemps Furax vola. A travers tout le royaume, des jours, des nuits. Enfin le Bourbonnais Auvergne, enfin ses verts paturages, enfin Montluçon, destination finale, courrier à déposer...
Après avoir laché sa missive, Furax aperçoit une jolie colombe.Il improvise une roue de ses plûmes de queue et roucoule devant la belle, espérant un petit clin d'oeil, un battement d'aile.




Citation :
A Sallaberry, un ami estimé.

Aux habitants de Montluçon mes respects,

Il est des lettres plus faciles à rédiger que d'autres.
Ce jour, ma famille et moi-même nous associons à votre chagrin. Sallaberry était un grand, oui, un grand homme de notre duché et mon coeur saigne ce jour, comme le votre.
Malheureusement Sallaberry est parti trop tôt, laissant des amis, des connaissances, des sujets dans la peine.
Je suis certaine qu'Aristote l'a déjà accueilli dans la chaleur de sa lumière, au Soleil, et qu'il veillera de là-haut sur nous tous, accompagné par nos chers disparus, sa tendre, mon époux Melkio, mon cousin Willen, ma cousine CeNedra, Sa grâce Barbu et son épouse Oya, sa grâce JojoLasage et tant d'autres...
A sa famille, à tous ses amis éplorés, j'envoie mon soutien, mon amitié et toutes mes sincères condoléances.

Tristement,



guim63 a écrit:
Après quelques jours passés en patrouille sur les chemins du Bourbonnais-Auvergne avec quelques soldats de la garnison, Guim s' était isolé dans sa modeste ferme pour étudier quelques livres empruntés à l' Université. Ce matin là il s' était levé à l' aurore et après un repas substantiel suivi d' un bain dans un baquet d' eau froide, il sortit de chez lui pour se rendre au marché.

Lorsqu' il arriva au marché, seuls quelques marchands étaient présents sur la place pour installer leurs échoppes. Il décida de continuer son chemin jusqu' à la mairie pour se tenir informer des dernières nouvelles concernant la ville.

A peine arrivé, Il remarqua le drapeau en berne au dessus du perron et s' approcha du panneau d' affichage pour lire les avis municipaux. Il commença sa lecture et il resta pétrifié par l' avis concernant le décès de Sallaberry. Après quelques longues minutes sans réaction, il s' assit sur les marches du perron pour reprendre ses esprits.
Il avait toujours eu le plus profond respect pour cet homme sur lequel il avait souvent pris exemple pour mener son désir de servir sa ville et son duché. Les deux hommes s' étaient rarement croisés dans les tavernes mais régulièrement dans le cadre de leurs fonctions ; d' abord à la mairie, puis ensuite à la maréchaussée et enfin à la garnison de Montluçon.

Il se releva avec quelques difficultés et pris le chemin le plus court pour se rendre chez Sallaberry...

Lorsqu' il arriva devant la demeure de Sallaberry, il frappa à la porte et entra... Le curé était là, certainement celui de la ville de Montluçon mais comme il ne fréquentait pas l' église, il n' avait jamais eu l' occasion de le croiser. Il le salua et s' avança vers la chambre mortuaire. Il entra discrètement et salua d' un geste de tête Sakurahime pour ne pas troubler le silence nécessaire au recueillement. Il resta immobile dans un coin de la pièce pour rendre un hommage mérité à Sallaberry...
tommy78 a écrit:
Tommy de Montvicq approcha de l'atelier avec respect.

Il avait mis beaucoup de temps à accepter la mort de son filleul, mais de nombreux ami(e)s lui avait déjà amené à accepter l'atroce vérité: Sallaberry ne reviendrait sans doute jamais.

Tommy entra machinalement dans l'atelier comme il lui était arrivé de le faire des centaines de fois.

Cette fois ci les odeurs avaient changé. l'encens envahissait tout et l'odeur était presque acre.

Tommy s'avança dans la pénombre jusqu'à la chambre mortuaire.

Il avisa son ami Guim qui veillait déjà et lui fit un signe de tête.
Le corps de son Filleul reposait sur le lit et son visage rayonnait de calme.
Tommy s'agenouilla quelques instants en silence devant le lit.


Que dire? que penser?

Le passé était encore trop proche où Tommy avait chevauché avec son Filleul dans une ultime patrouille de la COBA, la veille du geste irréparable.
Rien ne laissait alors présager de ce qui allait se dérouler le lendemain.

Tommy eut une pensée pour Tamlyn qu'il avait aussi trés bien connu lorsqu'elle défendait le pouvoir à la COBA.


Tommy soupira et sortit rejoindre son épouse la douce Karopx de Montvicq qui était resté au domaine.
Sunie a écrit:
A peine rentré a Montluçon que la nouvelle lui parvint, Tamelyn était morte dans la mine de Murat et Sallaberry venait de la rejoindre ... Effarée, Sunie ne parvenait a y croire, pourtant au detour de chaque conversations avec tout a chacun sur Montluçon, tous le monde le lui confirmai.

C'est tout naturelement qu'elle demanda où pouvait-elle lui..leur faire un dernier adieux.
Elle prit la direction de l'atelier, et vint discretement et respectueusement se receuillir auprés de Sal.
Elle se sentait comme dans un etat second.
Mille et une pensées s'entrechoquaient dans sa tête. Ce n'etais pas le Duc qu'elle voyait mais l'amis veilleur a chaque instant.
Elle le voyait encore sourire de bonne heure le matin, à l'aube bien souvent et lui dire "Sunie tempere toi, il te faudrai peut être trouver ta moitié pour que tu te calme", ce a quoi Sunie repondait en riant "Jamais au grand jamais je suis tellement bien libre et sauvage, le vent ont attrappe pas le vent..."

Toujours aussi sauvage, la rebelle avais omis de saluer ceux dejà present, et le fit aprés s'être approché de Sal et de lui avoir murmuré quelques mots, qu'il transmettrai sûrement a Tam aussi.
Ces deux là allait horriblement lui manquer, le village ne serai plus pareil, la vie elle même ne serai plus la même, est ce le moment de ..non elle leur avaient promis d'essayer de donner le meilleur, de ne pas replonger dans ce passé obscur...

Elle sortie de l'echoppe laissant place a d'autres arrivant, trop de chaleur n'était pas bon et puis elle avait besoin de prendre l'air le temps que le cortege se dirige vers le cimetiere...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:57

sakurahime a écrit:
La porte se referma derrière Nehwin et Seve. Elle était désormais seule avec Salla...

La pénombre ambiante de la pièce rendait l'atmosphère pesante mais Sakura ne s'en souciait pas.

Elle s'approcha du lit sur lequel reposait le défunt Duc, puis s'assit.
Elle aurait voulu lui dire tant de choses, mais rien de sortait de ses lèvres closes.
D'un air crispé, elle grimaça un sourire. C'était inutile, toute la gratitude qu'elle avait envers lui, elle lui avait déjà exprimé cent fois. A quoi bon une fois de plus?

Un léger courant d'air venant de sous la porte fit vaciller la flamme déjà fragile d'une bougie. L'espace d'un instant, l'ombre projetée sur son visage paru l'animer et lui redonner vie, fugace sensation qui disparue tout aussi rapidement qu'elle était venue.

Mais cela avait suffit pour redonner courage à la jeune femme.
Elle ne dirait pas ce qu'elle avait prévu de lui dire, elle murmura simplement:


"Merci Salla, pour tout... Si vous croisez Tamlyn, dites-lui que nous ne l'oublions pas.
Et... si par hasard, vous croisiez ma soeur, Céleste, dites-lui... dites-lui que je l'aime, et que je suis désolée. Dites-lui que nous nous reverrons un jour... mais pas maintenant... pas maintenant...
"

Un pas sur le seuil de la porte la tira de sa torpeur. Elle se leva rapidement et se retira dans un coin de la pièce tandis que le curé entrait afin de bénir le corps.
Il reparti une fois son office accompli.
Sakura se préparait à une longue attente lorsque quelques coups furent donnés à la fenêtre.
Elle reconnu Athéna, la Colombe de Sibille.
Elle déroula le parchemin et déposa le petit bouquet que le frèle oiseau avait transporté jusqu'ici, et lui donna quelques une des graines qu'elle transportait toujours avec elle.
Athéna rassasiée, elle prit son essor et regagna les cieux, vers sa maîtresse.
Sakura parcouru la missive... qu'il en soit ainsi Sib, nous ferons comme cela...

Un autre oiseau fit alors sont entrée et reparti tout aussi vite, délesté de son message et le ventre à son tour rempli.

Elle laissa la missive bien en vue sur une table.
Elle allait s'asseoir de nouveau lorsque Guim fit son entrée.
Il salua la jeune femme d'un signe de tête, elle lui rendit son salut à l'identique... l'heure n'était pas aux mondanités.

Une étrange pensée l'effleura. Elle croisait rarement Guim, et la dernière fois, ils s'étaient vu à l'enterrement de Lance. Elle chassa ses funestes pensées d'un coup de tête et regagna son coin où une chaise l'accueillit.

Quelques minutes plus tard, un homme entra dans la pièce totalement silencieuse. La jeune femme reconnu Tommy de Monvicq, parrain de Sallaberry.
Son air hagard laissait transparaître son chagrin et son incompréhension.
Il s'agenouilla et pria en son coeur pour le repos de son filleul, puis quitta l'atelier, très abattu.

Il fut très vite remplacé par une jeune femme que Sakura ne connaissait que de vue, pour l'avoir croisée une ou deux fois quartier Car t'y es... Sunie, filleule de la Dame de la Forêt, qui, elle aussi, reparti rapidement, très pâle.

Prise d'une soudaine envie de bouger, Sakura passa dans la pièce voisine où elle réussi à trouver deux verres. Elle les remplit d'eau, retourna dans la salle de veillée, tendit silencieusement un verre à Guim, puis retourna s'asseoir.
Ce geste anodin lui paraissait si frustrant, si banal... ils étaient donc tous capables de continuer, certes, mais c'était si injuste... Pourquoi les hommes bons partent-ils toujours les premiers?
Tant de gens se complaisent à faire souffrir les autres. Sallaberry n'a jamais oeuvré que pour le bien de tous! c'était injuste.

Une vague d'angoisse lui monta à la gorge tandis qu'une forte nausée la prit. Elle était si inquiète en l'absence de Héri...
Elle respira aussi profondément qu'elle le put pour faire passer l'atroce sensation... de peur, et exhorta mentalement Nehwin et Seve de faire vite.
toflegrand a écrit:
Un bruit de cheval se fit entendre dans les rues de Montluçon et il prit fin juste devant l'atelier du Duc Sallaberry.

La porte de l'atelier s'ouvrit et une silhouette d'homme se vit dans la lueur de la lune.
La silhouette avança jusqu'a la seconde porte ou se situait la veillé pour le Duc.
L'homme ouvrit la porte et vit le Duc Sallaberry allongé sur son lit et Dame sakurahime qui etait la à le veiller.

Le silence se fit rompre par la voix de l'homme qui se mit dans la lumiere pour se présenter.


Bonsoir gente dame, je suis le Mestre de Camps Toflegrand et surtout un ami du Duc.
Je vous remercie d'avoir prit soin de lui comme cela c'est un grand homme et nous devons lui rendre hommage comme il se doit.


Toflegrand avait les traits tiré par le chagrin de la disparition du Duc.

il se mit a genou devant le corps sans vie de son ami et commença a lui parler.

Mon ami tu es parti, tu nous laisse dans la tristesse mais je sais que maintenant tu es heureux.
Tu es je suis sure au coté de Tamlyne, tu vas pouvoir retrouver le sourir qui t'a quitter le jour ou Tam nous a dit adieu.
Vous laissez un grand vide dans mon coeur, j'aurai tellement voulu que ma fillote et toi puissiez vivre longtemps et nous donner encore de votre joie et de votre bonheur.
La vie est dur je passe mon temps sur les champs de bataille et je n'arrive pas a sauver mes amis et ma famille.
Je te demande pardon Salla pour n'avoir pu prendre soin de ma fillote et de ne t'avoir laissé la joie de vivre une vie heureuse avec elle.
J'espere que la ou tu es, tu pourras me pardonner d'avoir failli dans mon role de parrain.


Les mots sont de plus en plus dur pour Toflegrand une larme coule le long de son visage.

Repose en paix maintenant mon ami, tu as retrouvé ton amour et je veillerais que ton travail soit mené a bien, je te fais la promesse que je veillerais sur le Duché que tu aimais tant et qu'il retrouvera sa splendeur.
Tu es la fierté de notre village et tu seras toujours pour moi la sagesse a l'état pure.
Je te souhaite un tres bon voyage mon ami et embrasse bien fort Tam pour moi
.
Toflegrand se releva le regard perdu et alla s'assoir puis commença a veiller avec Dame sakurahime
thorain2 a écrit:
Thorain était encore à l'hopital d'Orléans lorsque la nouvelle de la mort de sallaberry scétait répandue. Il n'en cru ses oreilles. Comment un homme tel que lui pouvait partir ?

Thorain avait connu Sallaberry comme Connétable et il l'avait accueilli avec tous les autres dans la caserne.

Le départ de l'ancien Duc le troubla, il n'arrivait pas à trouver le sommeil. Il s'était levé pour se dégourdir les jambes et avait aperçu son mestre de camp toflegrand qui partait rendre un dernier hommage à ce grand homme.

Thorain aurait bien voulu l'accompagner mais ses blessures n'étaient pas tout à fait guéries, il avait alors demandé à toflegrand d'allumer un cierge pour lui en mémoire d'un ami.
crapaudine a écrit:
Une pigeonne arriva au dessus de la maison de Sallaberry, elle s'engouffra par une fenêtre ouverte et déposa son parchemin. Après un roucoulement satisfait de travail accompli elle reprit son envol, espèrant trouver quelques vermisseaux à se mettre sous le bec avant de repartir pour le comté de toulouse.

Citation :
C'est avec une grande tristesse que j'apprends le décès de Sallaberry, je ne le conaissais pas autant que je l'aurais souhaiter et malheureusement je n'aurais plus la possibilité de combler cette lacune.
Il restera dans mon souvenir comme un homme discret mais un homme de valeur. Et j'ai pû aprécier sa gentillesse lorsque j'ai eu besoin de conseil avant mon déménagement sur Toulouse.
Je m'associe au chagrin de ses amis, c'est une grande perte pour le BA.

Crapaudine.
linoa290192 a écrit:
Une buse arriva des rouutes du Royaume, beaucoup de battements d'ailes ces temps ci, des misives à envoyer, certaines sont de bonnes nouvelles, d'autres comme celle ci ne le sont pas...Encore une grande personne et un ami qui part...
L'animal avait reçu comme indication de sa maitresse, de trouver les bonnes personnes à qui laisser ce message...


Citation :
A tous présents à la réception de cette missive,

La tristesse m'a prit en apprennant le décès d'un ami que je connaissais depuis un moment à présent, comme tout le monde le sait, sa compagne nous a quitté plus tôt, deux personnes parmis tant d'autres qui vont nous manquer elles aussi.
Je me joind aux proches, famille, amis, ou simple connaissance à leur peine, qu'ils reposent tous en paix auprès d'Aristote...

Linoa

L'animal regarda l'assemblée, elle ressentait la peine qui emplissait la pièce et reprit son envol après avoir laché le message.
Eldwen1 a écrit:
Eldwen marchait dans les rues comme une âme hérante et qui ne savait pas ou elle allait. Elle traînait ses pieds dans la poussiére et ne porter pas son attention à qu'est-ce qui ce passait autour d'elle. La jeune femme leva les yeux et vit l'affiche du commerce du Duc. Elle s'arrêta un moment et regarda l'insigne se balancer au grès du vent. Elle ne disait aucun mot et écoutait les sons qui l'entourait. Elle ferma les yeux et vit le visage de Sallaberry. Eldwen ouvrit les yeux et resta ainsi à fixer la porte. Elle entendait des bruits à l'intérieur. Elle voulait faire des pas pour s'y rendre, mais son corps ne lui obéissait plus. Elle n'arrivait plus à bouger. Une grande détreste envahie son coeur. La jeune femme ne pleurait pas, mais elle tremblait un peu. Elle n'avait pas la force d'y aller. Ainsi les gens trop faible pour supporter ce poid de culpabilitée lâchèrent. Elle tomba à genoux sur le sol de la rue. Et de sous sa capuche on peut y entendre une petite prière. Elle ne réusissait pas à se lever. Il faisait noir, mais Eldwen ne se soucier plus de rien. Elle ce souciait juste d'essayer d'avoir le pardon du duc. Les passants puvianet donc voir une forme au sol dans le noir de la nuit...
legowen a écrit:

Elle venait de l’apprendre et regrettait, étant en voyage assez loin de Montluçon, de ne pouvoir assister à la veillée de celui qu’elle appréciait tant
Ils s’étaient croisés la première fois au castel de la Source , puis avaient travaillé ensemble au conseil . Elle s’était alors plus rendu compte quel grand homme c’était
Il ne semblait pas en avoir conscience, elle admira son sens du devoir, sa disponibilité malgré la somme de travail qu’il devait avoir et aussi son humilité et son humanité.
Elle se souvint de leurs discussions, souvent dans la même optique, de ses conseils, comme un frère aîné
Elle prit plume et parchemin


Citation :


Habitants de Montluçon et amis de Sallabery,

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de votre ami, de notre ami
Je ne le connaissais que depuis peu, mais assez pour l’apprécier infiniment, c’est la perte d’un grand homme que nous pleurons, et je m’associe à votre peine qui est aussi la mienne.
Je ne peux malheureusement pas être près de vous en ce triste moment et je le regrette foncièrement
Il laisse un vide immense mais sa pensée sera toujours là , en nous. Songeons qu’il est maintenant, dans le soleil et la lumière d’Aristote, près de sa douce Tamlyn, enfin en paix
Bien sincèrement

Legowen de Nivrim

et confia le message au pigeon languedocien en espérant qu’il trouve et le chemin du Bourbonnais Auvergne et celui de Montluçon

Il le fit, délivra le message , picora un peu de graines pour reprendre des forces et s'envola dans le bleu de ciel
Beths a écrit:
Elle était sur les routes, assez loin de Montluçon, et pourtant, elle avait appris la terrible nouvelle. Heureusement qu'elle n'avait pas été seule en apprenant la chose, car elle était effondrée.

Celui qui lui avait fait suffisamment confiance pour lui demander d'être en position éligible sur la liste qui l'avait vu lui même être nommé Duc. Celui qui lui avait fait confiance pour mener à bien sa mission alors qu'elle était si peu sure d'elle.

Des larmes avaient jaillies. Et s'étaient difficilement taries. Sallaberry était l'un des très rares hommes dans lesquels elle avait confiance. En y réfléchissant, les représentants masculins qui avaient gagné sa confiance se comptaient sur les doigts d'une main.

Le BA perdait un grand homme.


Elle prit elle aussi sa plume, pour un dernier hommage.



Citation :
A tous ceux qui estimaient Sallaberry,

Sur les chemins, c'est avec un profond désarroi que j'apprends le décès de notre ancien Duc. Mais Sallaberry était avant tout un ami, le nôtre, celui du BA. Sa droiture, sa gentillesse et sa fierté a fait de lui ce qu'il était : un grand homme de notre Duché.

Que les mots sont difficiles à trouver en cet instant.
Je regrette de ne pouvoir être présente. Permettez que mes pensées s'associent aux vôtres dans ce moment.

Merci à tous ceux qui pourront faire ce qu'il pourront pour prendre soin de lui après sa mort et lui offrir une place à côté de sa douce dans le cimetière de Montluçon. Qu'ils reposent tous deux en paix auprès d'Aristote.

Beths



Elle avait du s'y reprendre à plusieurs fois pour écrire quelques mots qui ne rendraient jamais perceptible sa peine.

Sallaberry avait su éloigner la tristesse lorsqu'elle rodait auprès d'elle. Par ses mots, par sa gentillesse, il lui avait redonner goût à la vie. Et maintenant, il n'était plus là. Il lui manquerait vraiment.

Elle délivra son message au pigeon

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:58

jeofee a écrit:
Jeofee fut peinée qu'un grand homme tel que Le Duc Sallaberry dû rejoindre Aristote, il avait tellement à nous enseigné, tellement à donner à notre village ainsi qu'à notre duché. Cette perte déplorable pesait en chacun de ses proches, de ses collègues de travail... Le village, le duché étaient même en deuil et pleuraient cet être allongeait à présent sur son lit de mort...

Jeofee éprouvait aussi un sentiment d'incompréhension, Aristote n'en avait pas encore la nécessité, non, il était partis trop tôt, oui, trop tôt de son monde qui avait encore besoin de son être, de sa présence, de son géni, de sa sérénité...

Mais était-il heureux lui? Oui, était-il heureux dans ce monde malgré que tous comptaient sur sa personne...? Cette vie lui convenait-il? Pour qu'il ne s’éteigne pas sur la tombe de sa douce? C'est à croire que non...

Ce mal être lorsqu'on perd quelqu'un qui nous est cher, qui nous ronge, nous vide petit à petit de toute notre joie. Ce mal d'amour, d'un amour éternel mais dont la distance entre ciel et terre lui a été insurmontable et fatale. Ce faussé entre la vie et la mort, entre l’amour et l’oubli provoque un choix décisif. Salaberry choisit. Il a choisit de mourir afin de pouvoir être libérer et vivre en paix au côté de son tendre amour qui lui manquait tant et Aristote. C’était son choix, une très belle décision même…

Jeofee n’était pas une personne qui le connaissait réellement, elle put bavarder de temps en temps avec lui en taverne, notamment lorsqu’il fut Duc vu qu‘elle fait parti de l‘Ambassade, et notamment elle eut conserver par pigeon avec ce grand homme lors de ces derniers jours…

Jamais elle n’aurait pu pensé que cette homme qui avait tout….enfin presque tout pour lui, puisse être aussi malheureux… parce qu’Elle n’était plus là, Elle. Cependant, elle pouvait comprendre, car elle l’avait vécu elle aussi le même désarroi, la même tristesse, la même détresse, la même solitude quand l’être qu’elle aimait plus que tout l’abandonna… Elle avait voulu le cacher elle aussi, se montrait forte afin de surmonter ce mal, ce mal qui ronge…

Jeofee se dirigea dans l’atelier de Sallaberry afin de lui faire un dernier adieu, un heureux adieu malgré tout. Elle regarda longuement le visage serein de ce grand homme, en silence…
Elle reconnut certaines personnes du village qui sont venus faire de mêmes et les salua sans bruit.
Puis, elle se retira discrètement.
jazon a écrit:
Jazon et Gypsie avaient pris la route chevauchant côte à côte en direction de Montluçon. Ils tenaient à se rendre tous les deux sur place pour rendre hommage à un homme qui venait de mourir.
Pour Jazon, cet homme par sa discrétion, par son écoute des autres, par son immense envie de servir son duché, ses habitants fut un grand homme et surtout un grand duc comme depuis bien longtemps n'en avait eu le duché.
Ils mirent quelques jours et atteignirent Montluçon dans l'après midi. Dans le village, ils se renseignèrent auprès des passants qui leur indiquèrent immédiatement son atelier. Certains plusieurs fois arrêtèrent le couple. Ils étaient étonnés que rien d'officiel ne soit mis en place pour ses obsèques. Après tout, il avait servi son duché, il était duc, le duché pouvait avoir un peu de reconnaissance.
Jazon ne put qu'approuver.

Ils atteignirent l'atelier et mirent pied à terre.
Jazon prit son épouse par la main et après avoir frappé, ils entrèrent. La pièce était sombre. Jazon vit une femme qui veillait le corps. S'habituant à la pénombre, il vit une autre silhouette qui sembla familière à Jazon.

Il salua la dame, se présenta ainsi que Gypsie et présenta ses condoléances. Puis il s'approcha de l'homme. Le reconnaissant, il posa une main sur son épaule.


"Tof ? Bonsoir... Désolé de te revoir dans de pareilles circonstances..."

Son regard se posa sur la dépouille du duc.
"Nous avons perdu un grand homme, quelqu'un de bien..."
Gypsie a écrit:
Toujours particulièrement émue Gypsie en arrivant à Montluçon. Dommage d'y revenir pour pareille occasion, si triste occasion. Traversée du village, paroles échangées avec quelques villageois, regards complices échangés entre les montbrisonnais.

Ils entrèrent discrètement dans l'atelier de Sallaberry. Présentations, puis Jazon s'adressa à Tof que Gypsie n'avait pas vu. Elle s'approcha de lui, lui donna l'accolade, heureuse de revoir son ami. Dans si triste moment.

Elle se retourna vers le Duc. Il reposait là, digne, beau, fier et élégant même dans la mort. Comment aurait-il pu en être autrement, alors qu'il avait été ainsi toute sa vie durant. Elle le regarda longuement, se remémorant la première fois qu'elle avait entendu parler de lui, ses premiers pas à Montluçon, son fils lui disant " Sallaberry est quelqu'un de bien ". Les courriers échangés, son épée tendrement baptisée " Lenuki ". Et le dernier pli envoyé la veille de sa mort. Sentiment de rage avait envahi la rectrice alors, prise d'une colère de plus contre eux.
Elle resta là, longuement, à regarder cet homme, à regretter de ne pas l'avoir mieux connu, de n'avoir pas pu échanger, partager plus avec lui. Encore une fois, il était trop tard...
Inamphus a écrit:
J'avais appris la mort du Duc il y a peu, je comprenais à présent pourquoi mon pigeon n'était jamais revenu, ce pigeon qui portait un message à Sallaberry.
Je pleurais la mort du duc comme la mort de tant d'autres qui manqueraient au BA.

Je ne savais à qui envoyer cette missive, mais imaginais qu'à Montluçon, il devait y avoir foule pour mener à sa dernière maison un homme tel que lui.


Citation :
A la famille et aux amis de sa Grasce Sallaberry,

Je n'ai partagé que peu de temps avec Sallaberry, mais j'ai eu plaisir à le rencontrer et à travailler avec lui.
C'était un homme sympathique, abordable, loyal et juste, un homme de valeur.
Je regrette cette disparition. Il n'y a que trop peu de gens que j'admire et Salla en faisait partie.

Je me joins à la douleur de sa famille, de ses amis, de son village, de la COBA et du BA tout entier. Qu'il puisse trouver la paix auprès de celle qu'il a toujours aimé et des grands de ce duché qui nous ont quittés ces temps-ci.

Sallaberry, vous nous manquerez...

Inamphus.
toflegrand a écrit:
Toflegrand vit entrer Jazon et Gypsie un petit sourire pu se dessiner sur son visage puis Jazon lui dit en chuchottant

"Tof ? Bonsoir... Désolé de te revoir dans de pareilles circonstances..."

"Nous avons perdu un grand homme, quelqu'un de bien..."


Oui mon ami nous avons perdu un grand homme et il laissera un tres grand vide dans nos coeurs.


apres avoir donner l'accolade à Gypsie elle dit a toflegrand

heureuse de revoir son ami. Dans si triste moment

Moi aussi Gypsie je suis heureux de te voir ici cela me fait plaisir de te revoir parmis nous en notre village, il est dommage que se soit en tel évênement

Toflegrand se mit a penser aux moments qu'il avait passé dans ce village avec Gypsie et avec Salla que de bon moment c'est ce qu'il doit rester a tous les habitants de Montluçon cette joie et cette sagesse que savent donner tous les grand hommes comme le Duc Salaberry et comme la grande dame qu'est la vicomtesse Gypsie
cloclo a écrit:

Clothilde ayant pris connaissance de la disparition de Sallaberry, envoya missive à Montluçon.

Citation :

A la personne qui trouvera ce message,
C'est avec infiniment de tristesse que je viens d'apprendre la disparition de Sa Grasce Sallaberry.
Je me souviens de lui comme de quelqu'un possédant d'énormes qualités de coeur. Je l'ai rencontré lorsqu'il n'était que soudard, je l'ai revu Capitaine, puis Connétable de nostre Duché. Puis, dernièrement, en tant que Duc.
Il a su gravir toutes ces étapes de sa carrière avec toujours autant de simplicité, de loyauté, de dévouement et de gentillesse.
C'est une très grande perte pour le Duché, et j'en suis profondément peinée.
Que le Très-Haut le prenne auprès de lui, aux côtés de sa défunte fiancée.
Et que jamais le peuple Bourbonnais-Auvergnat n'oublie ce Grand Homme.

Clothilde de Saint-Nicolas,
Porte-Parole ducale, Présidente du Comité des Festes du BA, mais surtout ce jour,
habitante d'un Duché en deuil.

Bettym a écrit:
[Moulins]

La nouvelle avait fait le tour du duché. Bettym était malheureuse de ne pouvoir se rendre auprès de son ami avec qui elle avait fait ses armes en politique. Ils avaient eu une complicité dès le départ. Toujours à l'affût de nouvelles méthodes pour appréhender les brigands.

Il connaissait tout de sa vie et elle aussi. Elle savait combien il avait été affecté par le départ impromptu de Tamlyne. Mais, elle avait toujours espéré au fond d'elle même que ce funeste jour n'arrive pas. Quand elle reçut la lettre de Seve, son sang n'avait fait qu'un tour et la rage s'était emparée d'elle.

Elle était partie vers l'Eglise qui était le seul lieu plein de promesse et de sérénité. Et s'installa à un banc, ses pensées vers Montluçon et son ami, mort... La gorge nouée, elle pria toute la matinée pour le salut de Sallaberry. Il ne lui restait plus qu'à attendre la date de l'enterrement...
Val1 a écrit:
La nouvelle du décès de l'ancien duc était parvenue dans les moindres recoins du duché, la Bourbonnais-Auvergne est grand et malgré tout, les nouvelles vont vite.

Val1 envoya un pigeon vers l'atelier de Sallaberry.


Citation :
A tous ceux qui snot près de la dépouille de Sallaberry,

Il est toujours difficile de dire quelque chose dans ce cas, mais néanmoins, mon emploi du temps ne me permet pas de venir en personne. Alors, par ce message, recevez ma plus profonde sympathie pour sa personne, lui qui a donné plusieurs mois de sa vie pour le bien du duché.

Merci d'allumer un cirge pour moi pour sa mémoir.

Qu'il repose en paix.

Val1

Vole donc petit pigeon, vole.
naluria a écrit:
Ayant été prévenue de la mort du Duc, Auvergne envoya une missive.

Citation :
Ô vous qui fût nostre Duc, c'est avec tristesse que j'apprends vostre décès. Vous étiez un bon Duc et un très bon soldat. Aristote comme pour beaucoup vous a rappelé trop tôt. Mais beaucoup savent que vostre coeur souffrait, souffrait de cette absence depuis le décès de Tamlyn. J'espère que maintenant à tout jamais vous serez réuni, et que vous trouverais le bonheur bien que ne restant qu'une asme.

Avec tout mes respects mon Duc.

Que le repos, l'amour et la joie vous protège.


Auvergne.
Tixlu a écrit:
Citation :
Sallaberry était un Grand Homme, comme on en fait trop peu.
Perfectioniste, travailleur, organisé, clairvoyant et ayant la capacité de se détacher des querelles partisanes pour faire avancer le duché.

Son talent n'avait d'égal que sa modestie, qui lui fit notamment refuser l'annoblissement que je lui proposai, et qu'amplement il méritait.

J'ai un immense respect et une grande admiration pour cet homme.

Puisse-t-il reposer en paix... Le BA pleurera longtemps un homme de cette trempe.

Fougères le 19 juillet 1456,

T.-X. de Ludgarès.
seve18 a écrit:
Seve était revenu à la veillée avec Nehwin comme promis à son amie Sakura, elle poussa la porte de l'atelier de nombreuse personne étaient présentes, elle les salua d'un signe de tête puis chercha Sakura des yeux, elle était là dans le fond de la pièce un peu perdu, Seve s'approcha d'elle..
Et lui murmura ..


Me revoici merci d'être restée ici..

Puis Seve apperçut un bon nombre de parchemins au chevet de Sallaberry.

Regarda encore une fois son amie.

Le fossoyeur nous attend au cimitière pour l'enterrement et le Père Euthyme va surement nous rejoindre aussi.

Puis Seve se mit à attendre..Elle pensait à cet homme qui avait donné de son temps pour leur duché. Une bonne leçon de vie...
jazon a écrit:
Jazon s'était assis non loin de Toflegrand, Gypsie auprès d'eux.
Les missives ne cessaient d'arriver.

Une femme entra et les salua. Jazon se leva et s'inclina vers elle pour la saluer.
Puis se rasseyant, il se pencha vers Toflegrand et lui posant une main sur l'épaule, il lui murmura :
" Tof, je serais honoré d'aider à porter le cercueil en terre. Bien sur, si tout est déjà organisé, pas de soucis.....
Si tu veux le fond de ma pensée, ce grand homme aurait du avoir une cérémonie en la cathédrale de Clermont avant de rejoindre sa dernière demeure. Le duché lui doit bien cela.
Si on doit avoir de la reconnaissance pour un Duc, on doit en avoir pour lui. Il a su rassembler autour de lui en restant discret mais efficace.
Et je ne suis pas le seul à le penser.... Plusieurs habitants nous ont arrêtés en chemin pour exprimer cette opinion."
althiof a écrit:
Depuis l'Orléans où ils étaient depuis quelques temps, Althiof avait entendu des rumeurs qui malheureusement s'étaient confirmées. Sallaberry était mort. Il ne le connaissait guère en dehors des insitutions mais il avait toujours pris grand plaisir à travailler avec lui.

Malheureusement il n'avait pu venir à ses funérailles mais de passage à Clermont pour celles d'un autre duc, il écrivit un mot qu'il fit envoyer à Montluçon.

Décidement trop de grands hommes et femmes du Bourbonnais-Auvergne s'en étaient allés ces temps ci... Triste vie...


Citation :
A ceux qui ont connus Sallaberry,

J'ai grande peine à exprimer mon chagrin face à la disparition de celui qui fut l'un des plus grands Duc du Bourbonnais-Auvergne. Je ne le connaissais pour ainsi dire qu'au travers de la prévoté puis de la COBA mais je garde le souvenir d'un homme travailleur, impliqué, droit et perfectionniste.

Il manquera à beaucoup mais j'espère que son travail et les projets qu'il a entreprit perdureront après son départ.

Il avait plus que mérité une retraite paisible loin des tracas de la vie politique. Je suis triste de savoir qu'Aristote a préféré le rappeler à lui.

Qu'il repose en paix,

Althiof de Marigny

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:58

Nehwin a écrit:
Nehwin était revenu avec Seve mais s'était attardé quelques temps au dehors, pour s'entretenir avec les fossoyeurs qui attendaient. Encore quelques instants de recueillement, et il leur ferait signe. Il était temps de commencer la cérémonie d'inhumation.

De nombreuses personnes étaient venue pour rendre hommage à Sallaberry, certaines que Nehwin connaissait bien, d'autres qu'il n'avait jamais rencontré, ou à peine croisé. Sur une table reposaient de nombreux parchemins, marques de sympathie pour Sal, mais aussi pour ses amis endeuillés. Le maréchal resta un temps près de la porte, se recueillant également, et tentant de capter des bribes de conversations. Pour tout dire, il espérait trouver dans les murmures autour de lui une indication sur la marche à suivre dans un tel événement. Apparemment certains amis de l'ancien duc se disaient prêts à porter le corps jusqu'au cimetière. Nehwin prit cela comme une invitation à mettre fin à la veillée funèbre.
Sa voix brisa le silence.


Si vous le voulez bien, je pense qu'il est temps pour Sallaberry de rejoindre sa dernière demeure. Il fit signe aux amis de Sal. Messieurs si vous voulez bien vous approcher...

Nehwin vint lui-même se placer aux côtés du corps. Pendant que chacun venait se mettre en place et que les visiteurs se levaient pour les suivre, il fit un signe discret aux fossoyeurs qui attendaient à la porte pour leur indiquer d'aller les attendre près de la fosse qu'ils avaient creusés à côté de la tombe de Tamlyne. Nehwin espérait que le père Euthyme avait bien reçu son pigeon et qu'il serait présent pour donner les derniers sacrements.

D'un mouvement parfaitement synchronisé, les hommes soulevèrent le cercueil.
D'un pas lent, ils se dirigèrent vers la porte. Ils quittèrent l'obscurité pesante de l'atelier transformé en chambre mortuaire, et le cortège prit la direction du cimetière.
jazon a écrit:
Alors qu'ils veillaient le corps, un homme entra.
Si vous le voulez bien, je pense qu'il est temps pour Sallaberry de rejoindre sa dernière demeure. Il fit signe aux amis de Sal. Messieurs si vous voulez bien vous approcher...

Jazon se leva, prit les mains de Gypsie et l'embrassa sur le front. Puis il vint se placer à l'arrière droit du cercueil et en prit la poignée. D'un même mouvement, les trois autres porteurs et lui soulevèrent le cercueil et ils prirent le chemin du cimetière, suivi par les amis et proches du duc Sallaberry.
sakurahime a écrit:
[Chez Sallaberry]

Totalement absente depuis de longs instants, Sakura n'avait pas vu les invités qui se pressaient maintenant pour veiller la dépouille de celui qui fut leur ami.

Seul une voie bien connue la tira de la langueur dans laquelle elle s'était installée.

"Me revoici merci d'être restée ici...
Le fossoyeur nous attend au cimitière pour l'enterrement et le Père Euthyme va sûrement nous rejoindre aussi.
"

Sakura eu l'impression de prendre un bain d'eau glacée. Elle était si bien là où elle se trouvait quelques secondes auparavant...

Soupirant, elle se leva lentement et pris conscience du nombre de personnes présentes qu'elle salua, rougissante de son impolitesse.

Nehwin entra quelques minutes plus tard, les obsèques étaient maintenant prêtes.
Un homme se présenta et accepta de porter le cercueil aux côté de Toflegrand.

Lentement, la pièce se vida, direction le cimetière et la dernière demeure de Sallaberry.
Bettym a écrit:
Elle était arrivée à temps avant que la cérémonie ne commence. Le coeur serré, elle regarda les hommes faire la levée du cercueil prêt à l'amener à sa dernière demeure. Une colère monta en elle petit à petit. Elle essaya de la contenir. Cela ne se faisait pas de faire un scandale en pareil moment.

Lorsqu'il passa près d'elle, elle se signa et suivit le cortège jusqu'au cimetière, lèvres pincées, se mordant la joue. Elle ne cessait de penser à ses dernières conversations et avait espéré jusqu'au bout qu'il ne se laisse pas aller. Mais voilà... la peine de son ami était trop forte et l'avait anéanti. Elle lui en voulait tant !
Roxxon a écrit:
Mine rougeaude, se tordant les mains dans tous les sens... le messager envoyé par Roxxon se présenta à la dernière minute, à bout de souffle, yeux légèrement exhorbités de la tête et machoires sérrées à fond. Lui ne le connaissait pas mais la dame avait bien dit que c'était très important et qu'il fallait qu'il arrive avant la fin de la cérémonie.

Bientôt, il se détendit.
Le contrat était remplit.
Voyant le cercueil passer devant lui, il se découvrit, laissant apparaître un crâne presque chauve à l'exception d'une petite garniture rouquine près des oreilles.

D'allure pataude, il s'approcha d'un des hommes portant le cercueil du dict Sallaberry, décidant finnallement d'aller voir une dame suivant le cortège plutôt que d'embêter les porteurs, il sortit le pli. Vint aux côtés de la dame et lui tendit...

Ceci doit être lu par qui voudra à dit la dame de la forêt mais doit reposer avec lui...

Il attendit qu'on lui prenne le papier, soupira d'aise une fois la mission accomplit puis s'éclipsa pour rejoindre son duché... loin d'ici.


Roxxon a écrit:
Le 29 Juillet 1456,

A vous qui lirez ce pli,

Je vous envois tout mon courage et ma force pour surmonter l'épreuve de la perte d'un si grand homme.
Sallaberry restera toujours dans nos coeur et ce qu'il à fait pour le BA ne sera pas oublié comme ça.
Il nous manquera, nous manque déjà même et pour son hommage, j'espère qu'on le laissera reposer auprès de Tamlyne... son aimée... défunte elle aussi...
En outre, son nom devrait rapidement orner la pierre des Duc qui sont passés dans notre Duché, dans le but d'imortaliser sa venue... et son départ vers d'autre rives.

Mes sincères condoléances à tous... ses amis, les miens peut-être aussi.

Qu'il repose en paix.

Roxxon
Dame de la forêt

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 10:59

cloclo a écrit:

La Porte-Parole ducale fit distribuer dans tout le village des copies du faire-part d'Inhumation de Feu Sa Grasce Sallaberry,
précédent Duc du Boubonnais-Auvergne...



Venez nombreux rendre un dernier hommage à ce Grand Homme de nostre Duché...

Au dos du faire-part, vous trouverez un plan d'accès direct pour vous rendre au Cimetière de Montluçon.


(cliquez sur le faire-part, lien direct)
Nehwin a écrit:
Le cortège transportant la dépouille de Sallaberry passa lentement et silencieusement les portes du cimetière. Devant eux, la tombe avait été creusée, juste à côté de la sépulture de Tamlyne, là où tout le monde supposait que Sal aurait voulu reposer. Les amis du défunt suivaient, certains retenant leurs larmes, d'autres exprimant ouvertement leur chagrin.

Les porteurs dont Nehwin faisait parti amenèrent le cercueil jusqu'à la fosse. Là, les fossoyeurs reprirent le relais. À l'aide de cordages, ils firent lentement descendre Sallaberry. Nehwin vint lentement se placer à côté de la tombe, une urne remplie de terre devant lui. Ainsi chacun pouvait venir exprimer une dernière fois son amitié à l'ancien duc, et jeter symboliquement une poignée de terre sur le cercueil.

L'ambiance était très pesante, et Nehwin espérait que certains amis de Sallaberry osent exprimer leur chagrin à haute voix, par quelque discours en hommage au grand homme, mais aussi à l'ami qu'il avait été pour chacun. Parler n'atténuait pas forcement la douleur, mais la partager avec d'autres pouvait la rendre plus facile à supporter...
Euthyme a écrit:
La mine grave, Dom Euthyme s'était rendu à l'Eglise pour faire sonner le glas...


Le prêtre se dirigea ensuite, d'un pas lent, vers le cimetière. En effet, les amis de Sallaberry n'avaient pas souhaité de cérémonie à l'Eglise, mais une simple réunion au cimetière. Dom Euthyme avait accepté.

La dépouille mortelle avait été transportée dans le petit cimetière de Montluçon. En arrivant, le curé salua toutes les présentes et tous les présents...
Euthyme a écrit:
La mine grave, Dom Euthyme s'était rendu à l'Eglise pour faire sonner le glas...


Le prêtre se dirigea ensuite, d'un pas lent, vers le cimetière. En effet, les amis de Sallaberry n'avaient pas souhaité de cérémonie à l'Eglise, mais une simple réunion au cimetière. Dom Euthyme avait accepté.

La dépouille mortelle avait été transportée dans le petit cimetière de Montluçon. En arrivant, le curé salua toutes les présentes et tous les présents...
Bettym a écrit:
Arrivés devant la dernière demeure de Sallaberry, le lit boisé et couvert déposé au fond de la fosse, les porteurs s'étaient retirés derrière le prêtre de Montluçon. Bettym observait la scène comme si elle était dans un rêve ou plutôt un cauchemar... A côté de la tombe du Duc Sallaberry, celle de Tamlyne...

Le curé commença la cérémonie en invitant les personnes présentes à réciter le crédo ce qu'elle fit machinalement. Pour la première fois, elle ne pensait que peu aux paroles qu'elle annonait. Sa rage s'amplifiait...

Explication sur le devenir de l'âme du mort puis le religieux se tourna vers l'assemblée demandant si quelqu'un voulait dire quelques mots pour lui... Bettym regarda autour d'elle et ne voyant personne osant s'avancer, elle fit le premier pas.


Notre ami, mon ami Salla n'est plus... sa gorge se serra à ces mots, les larmes étaient sur le point de couler. Il a été merveilleux pour chacun de nous. Il a tout fait pour son duché et ses fonctions de maréchal tout d'abord puis de soldat et enfin de Capitaine. C'était un grand homme, d'un calme et d'une gentillesse incroyable. puis elle se tourna vers le trou où le Duc se trouvait et s'adressa à lui directement... Pourquoi tu as fait ça ? s'écria-t-elle d'un coup. Pourquoi ? Pour elle ? fit-elle en désignant la tombe de Tamlyne. Tu n'avais pas le droit ! Tu aurais dû lutter... Je te déteste... Je te déteste... Je te déteste...

Les larmes coulaient à présent sur son visage sans qu'elle puisse les retenir... Elle détestait l'idée qu'il ne se soit pas battu et pour toujours il allait lui manquer. Se rendant compte de ce qu'elle avait fait, elle partit en courant mais c'était trop tard, le scandale avait eu lieu...


[HRP : Petit clin d'oeil au LJD Sallaberry]
martymcfly a écrit:
Le glas avait sonné... Le cimetière était grand ouvert... Quelques personnes présentes pour rendre un hommage au Duc Sallaberry. Le cortège funèbre suivait le cercueil sans bruit.

Coeur battant fort. Son prédécesseur et successeur à la tête du Duché. Marty ne perdait pas qu'un Duc... L'émotion le gagnait à chaque pas qu'il faisait en direction de la tombe, encore ouverte...

Ses pas qui s'enfoncent dans le sol... Vers lui. Vers elle. Il a voulu la rejoindre. Les souvenirs se mêlent dans la tête du Duc.

Pourquoi...

A l'invitation du curé de Montluçon, les fidèles réunis là prièrent en silence, murmurant le crédo. Lecture du Livre des Vertus. Recueillement...

Bettym s'avança d'un pas pour prendre la parole et... au grand étonnement de tous, elle surprit par ses paroles... Emue, pleurant à chaudes larmes, elle s'enfuit alors... Marty la regarda s'échapper, larmes aux yeux... Il comprenait sa douleur...

Les funérailles, il n'aimait pas ça... Comment parler de son Duc, son ami, son témoin ? C'était dur. Souffle haletant. L'on fit place au Duc afin qu'il s'approche à son tour...

Grande inspiration.
Yeux légèrement humides.
Regard sombre.


Mes Dames, mes Sires... En tant que Duc, je me permettrais de dire quelques mots en honneur de Sa Grâce Sallaberry.

Difficilement, il avale sa salive. Oraison funèbre... Ce n'était jamais aisé. Il l'avait fait pour son parrain il y a de cela quelques mois déjà. Capitaine comme lui. Trop jeune... L'émotion grandissait à chaque paroles prononcées...

Sallaberry était un homme simple. Il nous a quitté bien trop tôt alors qu'il était promis à tant de belles choses. Nous garderons toujours son souvenir en nous. Le souvenir de quelqu'un de digne et de sincère. Quelqu'un de simple. Celui qui a connu Sallaberry sait à quel point il luttait pour son village et pour son Duché. Engagé pour la défense du Bourbonnais-Auvergne, il a tant donné à la Prévôté quand il fut Maréchal puis Adjoint au Prévôt. A la Caserne également où, simple soldat, il parvint au sommet de la hiérarchie, au poste de Capitaine. La COBA où il a tant oeuvré... Altruiste travaillant sans relâche, il était de ceux que l'on oublie pas et qui marque les esprits, bien que discret. Et enfin le Duché où l'honneur et la justice demeurèrent ses priorités.

Le Duc se tourna vers la fosse où le corps reposait...

C'est aujourd'hui le Duché qui te remercie Sallaberry. Pour tout ce qui fait que nous sommes là ce jour. Le Bourbonnais-Auvergne se souviendra de toi. Il perd un Duc, un fils, un ami, un maire, un soldat...

Puisse le Très Haut l'avoir accueilli près de lui, au Soleil.


Et il ajouta, pour lui.

Prends soin d'elle à présent. Soyez heureux.

Une poignée de terre dans la fosse en signe d'adieu...et merci...
Beths a écrit:
Elles étaient revenues de leur voyage hors BA. Elles étaient parties le coeur léger, et elles revenaient le coeur lourd.

Une missive leur était parvenue pour leur apprendre la terrible nouvelle.

Mais pourquoi ? Et comment ? Il était pourtant en bonne santé ?


Elles avaient donc galopé jusqu'à Montluçon, et elles étaient arrivées ... pour la cérémonie et la mise en terre.


Beths put voir certaines personnes qu'elle connaissait. Mais l'émotion l'empêchait de parler.
Le curé les enjoignait à réciter le crédo. Beths se tut et pensa à la dernière missive qu'il lui avait envoyé alors qu'elle était si mal.
Il avait su lui redonner espoir, lui donner envie de lutter de de vivre, mais elle, que lui avait elle donné en échange ? Rien. Elle avait senti qu'il était triste, mais elle n'aurait jamais imaginé que le désespoir le rongeait. Il ne s'était jamais remis de la mort de celle qu'il avait aimé ...

Des larmes coulaient le long de ses joues.

Elle écouta tout d'abord Bettym qui ... qui exprima ce qu'elle même ressentait. Pourquoi ?

Marty ensuite prit la parole, pour ... une oraison funèbre à celui qui fut un grand homme.
Elle fut heureuse de voir que le Duc actuel s'était déplacé. Elle savait que les deux hommes s'étaient bien entendus, et que cela devait être difficile pour Marty.

Silencieusement, elle quitta le cimentiers, des larmes coulant sur ces joues



Adieu Salla, sois heureux, la ou tu es maintenant. Ne nous oublie pas.
Euthyme a écrit:
Dom Euthyme respecta une minute de silence, puis il reprit la parole :

A tous les amis du défunt je dis: je comprends votre douleur. Bettym, Le Duc et Beths l'ont exprimée avec dignité, respect et fraternité. Aristote pose sa main bienveillante sur vos épaules, car il vous faut continuer à vivre. Nulle amertume ne doit assombrir votre coeur. Notre passage en cette vallée de larmes n'aurait aucune valeur, sans la mort car la mort est le nécessaire passage vers la vie et la félicité éternelles.
Nous allons maintenant fermer la tombe de notre frère, dans ce lieu où reposent déjà tant de défunts de nos familles. Le moment est venu de lui dire "à Dieu".
C'est un moment de tristesse, mais il faut que l'espérance reste forte en nous. car nous espérons revoir Sallaberry quand Dieu nous réunira, dans la joie de son Royaume.
Recueillons-nous en pensant à tout ce que nous avons vécu avec Sallaberry, à ce qu'il est pour nous, à ce qu'il est pour Dieu.


Le clerc aspergea le cercueil d'eau bénite.


Cette eau, souvenir de ton baptême, nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant. Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa Paix !


AD MAJOREM DEI GLORIAM!

Le curé lança alors un peu de terre sur le cercueil et invita l'assistance à en faire autant.

seve18 a écrit:
Seve avait suivi le cortège depuis l'atelier de Salla, triste elle avait pas eu le courage de dire quoi que ce soit..Elle regardait tout le monde un peu dans le vide, puis écouta le discours du Duc, l'âme en peine..On pouvait y voir des larmes perlaient sur ses joues..Elle fit un dernier adieu à ce grand homme...Qu'il repose en paix auprès de sa belle...
cloclo a écrit:

Ils étaient arrivés le matin même à Montluçon.

Ils désiraient essentiellement être présents en ce jour.

Ils n'étaient pas tellement là en tant que Duc et Porte-Parole ducale, mais bien plutôt en tant qu'enfants d'un Duché en grand deuil...

Sa Grasce Marty s'était dirigé tout de suite vers le cimetière,
Clothilde quant à elle s'était empressée de faire distribuer copies du faire-part qu'elle avait réalisé, annonçant l'inhumation de Sallaberry...
Dans chaque village, dans chaque caserne, à la Chancellerie du BA : tous les habitants du duché devaient être informés du lieu de ce dernier hommage...

La jeune femme arriva un peu en retard à la cérémonie, mais put cependant assister à la prise de parole de Marty. Il était très affecté par la perte de son ami.
Clothilde joua un peu des coudes pour se rapprocher de lui, tentant de le soutenir moralement, du regard.

Elle-même était profondément attristée de cette disparition.
Les mots restaient coincés dans sa gorge sèche.
Peut-être après quelques minutes pourrait-elle enfin les formuler...

Pour l'instant, elle ne pouvait que se recueillir.....




toflegrand a écrit:
Le mestre de camps avait veillé le corps de sa grace Sallaberry, il revenait au cimetiere peu de temps apres avoir remis a sa fillote une médaille,

En passant devant la pierre tombale de Tamlyne, Tof laissa sortir des mots.

Vous voila réunis je vous souhaite tout le bonheur que vous n'avez pas eut ici bas.

la tristesse du mestre de camps est perspectible ses deux amies sont parti

http://fr.youtube.com/watch?v=-qLF_blBl1U&feature=related

Toflegrand regarde le cercueil du Duc descendre en terre.

il lança une rose pour son ami,tout en lui disant adieu.

http://fr.youtube.com/watch?v=H70hhJaFHu4

Mon ami avec ton départ nous perdons un homme d'une grandeur immense, tu vas laisser derriere toi un vide énorme, ta sagesse, ta clairvoyance toutes ses qualité que tu ne pourras plus nous enseigner.
Tu resteras a jamais dans mon coeur et comme un exemple a suivre.
Bonne route mon ami et embrasse ma fillote pour moi.


le mestre de camps se recula et ne pouvait se résoudre a quitter le cimetiere
worwick a écrit:
Worwick en avait gros sur la patate.
Sallaberry avait incarné son idéal militaire tant par sa facon de voir les choses que par ses actions pour la COBA.

Le sergent chef, apres avoir dit une dernière fois, au revoir a son ami, s'en alla aussi discretement qu'il était venu.
pascale33 a écrit:
De la petite hauteur ou elle se trouve, Pascale assiste de loin aux adieux.
Elle avait croisé l homme quelquefois dans les couloirs du château..à la caserne..
Elle se souvient..avec un petit sourire..de sa gêne pour aller chercher son 1er prix de poésie au cours de la grande fête donnée en l honneur des heritiers princiers.
Et puis, et surtout, l attention et le temps qu il avait pris pour l écouter, elle.
Lui, étant Duc et elle simple paysanne....
De petits souvenirs qui accrochés l un a l autre lui font penser qu un homme de valeur,un homme bon, , était perdu par le BA...
Triste, elle regarde une dernière fois les personnes qui défilent devant le trou béant, puis repars vers Clermont, le coeur lourd..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Sallaberry   Dim 10 Aoû 2008 - 11:00

wonderanny a écrit:
Loin Loin loin... Une plume, un parchemin, un sceau. Tout était réuni, restaient l'impuissance du lointain, restait la douleur, restait l'absence.

Un pigeon épuisé vint dérouler un manuscrit.



Citation :
A vous femme & homme d'honneur, à vous compagnons d'armes,

A vous homme droit, sincère et respectueux, à vous homme de parole comme rares ils se font, je vous remercie. A Tam, la belle, trop vite disparue, aussi, mes plus sincères respects. Rares sont ces femmes et ces hommes qui s'investissent autant.

Deux êtres a jamais unis, deux personnes courageuses, n'ayant qu'un seul but, une seule envie à partager.

Je salue respectueusement vos mémoires, sachez que tous deux vous resterez à jamais dans mon cœur pour tout ce que vous avez fait, parfois dans l'ombre, parfois aux yeux de tous. Amis, je ne sais, mais respect, complicité et compréhension il y avait.

Vous voilà réunis, je trouve la force de continuer pour votre mémoire à tous deux. Encore une fois, merci.

Mes pensées, mes prières sont pour vous.
Vous nous manquerez.

W

Une larme qui roule, un W... Rien de plus... rien de formel. Finalement le sceau s'est envolé dans un soupir, parti avec la larme qui lentement déboule. L'important n'était il pas ailleurs ? pigeon triste parti vers des remerciements infinis à un couple trop tôt parti. Un mot uniquement pour dire : Merci !
legowen a écrit:
Elles étaient arrivées à temps, rentrées de ce voyage , Beths et elle où il avait pensé, un temps, les accompagner

Et puis , il avait souhaité rester près d’elle , elle ne pensait pas alors que ce serait pour la rejoindre ainsi , Tamlyne , celle pour qui , jamais son cœur n’avait cessé de battre , celle qui, pour lui, était source de vie

Celle dont l’absence, trop dure à supporter, avait peu à peu éteint cette étincelle d’une existence, qui, sans elle avait perdue tout son attrait.

Comment supporter ces jours qui lentement s’étirent, comment supporter ce vide où l’on tourne en rond, où chaque heure qui passe est un appel à l’absent, où l’on voudrait remonter le temps pour encore, une fois , rien qu’une fois jouir de sa présence ?

elle le comprenait .
Oh, elle avait bien essayé de le convaincre de partir avec elles : des mots confiés ……..une réponse dont elle se souvient et dont chaque mot prend , devant lui , qui , enfin a rejoint l’aimée , tout son sens

Le repos , il l’a trouvé en ce cœur qui a cessé de battre ce jour où lutter n’a plus eu de sens

Et elle est là, pour lui rendre hommage , écoute le curé , le credo et puis ce passage du livre des vertus , et sait que Sall connaîtra une éternité de bonheur au paradis solaire , près de celle qu’il aime

Qu’elle ne peut lui souhaiter mieux. Aurait-elle voulu qu’il traîne encore et encore le désespoir de son coeur? Elle se plait à les imaginer , tous deux réunis , lève les yeux vers l’astre de lumière et sourit
malgré sa peine , tant pis pour ceux qui pourrait la traiter d’insensible , sourit ….pour eux , au revoir notre Duc, au revoir... mon ami

Son regard se reporte vers le cercueil , elle s’approche , prend un peu de terre , cette terre du BA, cette terre qu’il aimait tant et pour laquelle il a tant donné
Un grand Duc, quoiqu’il en ait pensé , que beaucoup regrettent , dont le BA se souviendra , un manque, un vide....

Elle lance la terre et murmure



Bien que les fleurs se fanent, flétrissent et meurent
leurs précieux parfums , toujours en nous, demeurent
Tout comme ces fleurs qui perdurent encore
ceux que nous aimons,amis, jamais ne mourrons
car dans nos souvenirs , à jamais, demeureront
illuminant nos cœurs, tel une nouvelle aurore


puis s’écarte

Autour d’elle , elle a resserré les pans de sa cape, elle a froid , malgré le soleil de cette journée d’été , qu’avait –elle dit un jour ? c’est qu’en nos cœurs il pleuvait ? oui il pleut , comme en ceux des personnes présentes
Bettym qu’elle n’avait jamais vu ainsi, Bettym qui craque et qui s’enfuit, Marty dont elle sent par delà les mots toute la tristesse d’avoir perdu l’ami et Beths , près d’elle , Beths, son amie pour laquelle elle se fait du soucis , qui pleure et part aussi , trop à supporter

et puis , tous ceux qui la précédent , dont l'émotion est palpable

Et une pensée pour elle , Apo , sa marraine , son amie de toujours, dont elle a eu des nouvelles , par un tiers, qui l’ont rassurée .
Pourra t-elle venir ? malgré sa blessure ?

elle sait qu’elle s’approchera alors d’elle ,qu’elles se recueilleront alors, un bras passé à la taille, pour ainsi la soutenir
sakurahime a écrit:
[Au cimetière, devant la tombe de Salla et de Tam]

Sakura avait lentement suivi le cortège funéraire jusqu'à la fosse fraîchement creusée, près de la tombe De Tamlyn.

Son coeur se serra à cette vision.
Elle qui avait prévu de dire quelques mots, perdit tout courage.

Elle avait tout dit à Salla, lui avait dit ce qu'elle avait sur le coeur.
Même en l'ayant si peu connu, il est toujours possible d'apprécier quelqu'un à sa juste valeur.

L'amertume de la perte se mêlait à la "joie" de le savoir près de celle qu'il avait tant aimé.

Elle regarda le ciel. Sans pouvoir les distinguer, elle savait que les deux étoiles qu'ils étaient devenus y brillaient ensemble et protégeraient éternellement le village et ses habitants.

Silencieusement, elle s'approcha à son tour de la fosse, y jeta une poignée de terre, et murmura tout bas:

"Adieu Salla, Tam, nous nous reverrons... Mais en attendant, n'oubliez pas mon message, jusqu'au jour où je pourrai moi-même lui délivrer".

Elle recula pour laisser la place à d'autres personnes.
suthasseenee a écrit:
Suthasseenee avait assiste a la petite ceremonie d'enterrement de l'ancien Duc. Elle ne le connaissait pas, a peine l'avait-elle entrapercu lors de quelques messe en Notre-Dame du Port, mais la moindre des choses etait de lui payer respect d'avoir donne de lui meme pour le Duche.

Elle etait reste silencieuse alors meme que tout le monde recite le credo et priait pour que la souffrance dans le coeur de la famille et des amis ne soit pas trop grande. Lorsque les premieres effusions de larmes eclaterent pendant les teimoignages, elle revetit son demi-sourire habituel et ses yeux mi-clos en regardant le cercueil et pensa que pour celui-ci les souffrances terrestre etaient aux moins termines, elle pria pour le salut de son ame et partit sans se retourner.
Galswinthe a écrit:
Galswinthe de passage à Montluçon avait tenu à se rendre au cimetière se recueillir sur la tombe de Sallaberry. Son départ auprès d'Aristote si soudain l'avait profondément affectée.
Elle avait fait sa connaissance à la douane, puis à deux reprises ils avaient eu l'occasion de travailler ensembles au conseil ducal. Elle avait énormément d'estime pour ce grand homme qui avait tant fait pour le BA, toujours à l'écoute des autres et d'une grande humilité.
Elle s'avança dans les allées et trouva la tombe et se recueillit quelques instants, se remémorant mille souvenirs qui resteraient gravés pour toujours. Certainement était-il heureux à présent uni à jamais à Tamlyne.
Elle s'inclina devant la tombe en signe de respect et quitta le cimetière pour prendre la route de Polignac.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sallaberry   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sallaberry
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sallaberry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché du Bourbonnais-Auvergne :: Bureaux publics :: Archives de la gargote-
Sauter vers: