Duché du Bourbonnais-Auvergne

Forum Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Cérémonies d'allégeance

Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Cérémonies d'allégeance   Lun 18 Aoû 2008 - 15:35

Juillet 1456 - Août 1456

azdrine a écrit:
Azdrine avait fait mander moult coursiers avec l'aider d'Auvergne afin qu'à chaque coin du Bourbonnais-Auvergne et au delà, la Noblesse de mérite fut prévenu de la cérémonie qui s'ouvrait.

Bien qu'occupant une marche sans province, il avait proposé son service afin de mener les allégeances, Auvergne partant sous peu en retraite spirituelle bien méritée.

Une fois le Duc du Bourbonnais-Auvergne ainsi que la majorité de la noblesse arrivés, il commença la cérémonie.

De son pupitre il avait la liste des nobles se devant de faire leurs allégeances, un encrier et quelques plumes pour y noter les actes, témoignages et dérogeances éventuels dont toute cérémonie pouvait se targuer.

Il fit, à l'assemblée, néanmoins la piqure de rappel qu'il fallait faire à chaque cérémonie d'Allégeance, conformément à ce que lui avait indiqué Auvergne.


Or Oyez ! Or Oyez ! Or Oyez !
Gentes dames et nobles seigneurs
Ce jour, par moi et pour le Duc du Bourbonnais-Auvergne Messire Martymcfly, nous ouvrons la cérémonie d'allégeance de la noblesse du Bourbonnais-Auvergne. Je rappelle quelque point de protocole afin que cette cérémonie se passe au mieux possible et dans le meilleur esprit.

Les nobles doivent l'allégeance à la province en laquelle tiennent leur fief. Adoncques ils vont par-devant le duc régnant en ladicte terre, lequel, ayant été élu et ayant recognu le Roy nostre seigneur comme son suzerain légitime, les accueille et reçoit leur hommage.

Les nobles jurent à la province, en la personne du duc/comte, fidélité (obsequium), aide et service armé (auxilium) et conseil (consilium).

En contre partie le duc/comte leur accorde, pour la durée de son règne, protection, justice et subsistance. Il leur accorde subsistance en leur accordant fief, à eux et à leur descendance, ou en ne leur retirant pas fief déjà accordé.

L'allégeance est cérémonie publique et obligatoire pour tout vassal possédant fief. Elle est scellée par le baiser de paix ou accolade vassalique, et vaut contract.

Si pour une raison ou une autre un noble ne peut se déplacer personnellement, il peut faire missive d'allégeance tant que celle ci soit scellée, datée et signée de sa main.

Vostre Grasce , Messire Martymcfly, quelle en sera la configuration ? Préséance ou premier venu ?


HRP
Petits Rappels des Règles concernant l'Allégeance des nobles d'une province
  • La Cérémonie dure en gros 1 journée RP, 1 Mois Temps Réel
  • Les Nobles du Bourbonnais-Auvergne se doivent à l'allégeance sous peine de dérogeance, soit de vive voix soit en Missive (datée, signée, scellée)
  • Ils doivent Aide, Conseil, et Protection. En contre partie le régnant leur devra Subsistance, Aide et Justice. Le contrat étant scellé par l'accolade vassalique et/ou le baiser de Paix. Attention l'allégeance se fait à deux, on ne dit pas "et en échange le duc du Bourbonnais-Auvergne me doit...", le Régnant serait en droit de refuser l'allégeance et de la faire recommencer.
  • La cérémonie se déroulera selon la demande du régnant (préséance ou au premier venant)
  • Par soucis de réalisme par la peine d'enchainer les allégeances, une allégeance c'est un vassal et le régnant qui lui répond, donc pour un peu plus de réalisme c'est chacun son tour et pour les missives d'empêchement soit vous les envoyez soit au régnant qui me les fera suivre pour témoignage soit c'est à moi et je ferai un tir groupé final de présentation des missives Smile
  • Les Missives d'appel à Allégeances seront envoyés afin que tous les nobles de mérite soit au courant de la cérémonie ASAP ( ce soir au pire demain)
  • Bon RP...
/HRP
Tixlu a écrit:
un courrier arriva par coursier en provenance du front breton

Citation :
A tous présents et advenir,

Salut.

Par la présente, nous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France, renouvelons notre allégeance au Bourbonnais et à l'Auvergne à travers son Duc élu, Martymcfly de Montfort Balmyr. Nous lui jurons protection, aide, et conseil.

Faict à Fougères le 01 juillet 1456,

T.-X. de L.
Alayn a écrit:
Le bal des pigeons avait commencé, nombreux seraient les nobles qui ne pourraient estre présents, quelle bien triste cérémonie cela allait être... et bien malheureux seraient les serviteurs du castel de Clermont lorsqu'il leur faudrait nettoyer les fientes que tous ces volatiles allaient laisser sur leur passage...

Citation :
A vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, salut.

Par la présente, nous, Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert, reconnaissons comme suzerain, vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grasce des urnes.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Faict en la ville de Laval, Comté du Maine, le premier jour du Moy de Juillet de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.


    Vicomte d'ambert


martymcfly a écrit:
Le Baron d’Usson était Hérault et il avait la charge d’officier pendant la cérémonie d’allégeance. Ce jour là, Marty s’en souvenait… Cette cérémonie durait.. durait.. un temps infini. La journée commençait à peine que le Duc soupirait par avance. Il avait revêtu ses habits de fête et était prêt à recevoir les hommages protocolaires.

La salle du trône était prête également. Certains nobles étaient restés en Bourbonnais-Auvergne, mais d’autres avaient répondu favorablement à la levée de ban. Marty se doutait que bon nombre de pigeons allaient arriver de Bretagne… Ah s’ils avaient pu ramener quelques tonnelets de chouchen en plus des missives…

Le Héraut en vient alors à poser la question fatidique au Duc. Marty se tourna vers lui.


Je souhaite procéder au premier venu, Baron.

Le Duc s’assit confortablement sur son siège, attendant les premières missives qu’on allait lui porter.
azdrine a écrit:
Le héraut opina du chef à la décision du duc qui était de loin la plus simple et la plus rapide, mais bien moins cérémoniale il est vrai. Mais la plupart des nobles étant au front, cela ne se verrait guère.

Entendu, votre grâce. Je puis donc d'ores et déjà vous fournir les courriers reçu suite à l'annonce de votre intronisation. Je clôturerais la cérémonie par ma propre allégeance.

Azdrine repensa à sa recherche d'une jeune page afin de s'approcher des pigeons pour prendre les missives, sa phobie des animaux à bec reprenant le dessus depuis peu.

Il tendit plusieurs missives à duc Martymcfly.


Citation :
A tous présents et advenir,

Salut.

Par la présente, nous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France, renouvelons notre allégeance au Bourbonnais et à l'Auvergne à travers son Duc élu, Martymcfly de Montfort Balmyr. Nous lui jurons protection, aide, et conseil.

Faict à Fougères le 01 juillet 1456,

T.-X. de L.


Une missive de sa Grace Tixlu de Ludgarès, pour les terres de Lapalisse et d'Arfeuilles.

Citation :
A vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, salut.

Par la présente, nous, Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert, reconnaissons comme suzerain, vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grasce des urnes.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Faict en la ville de Laval, Comté du Maine, le premier jour du Moy de Juillet de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.



Vicomte d'ambert



Une autre du vicomte Alayn de Viverols, pour les terres d'Ambert. Suivie de deux autres missives, celles de sa Grandeur Kad d'Azayes pour le comté du Forez et celle du baron Ferdinant de Villemontée

Kad a écrit:


    Par la grâce d'Aristote,
    Nous, Cyril Kad d'Azayes, humble Comte du Forez en Bourbonnais-Auvergne, Seigneur d'Agonac, Préfet des Vidames, Archevêque Inquisiteur, Vice Primat de France et Chevalier d'Isenduil,

    A vous, Votre Grâce Martymcfly de Monfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la biais des urnes,


    En ce premier jour de juillet de l'an de grâce MCCCCLVI,

    Salut et Bénédiction apostolique.



    Nous trouvant en déplacement dans le sud est des Royaumes, nous sommes dans l'incapacité de venir vous prêter allégeance. Aussi, nous vous avons fait parvenir ce pli.

    Par la présente, nous vous reconnaissons comme notre suzerain légitime.

    Nous vous promettons respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium) pour autant que n'éclate de conflit opposant directement le Bourbonnais Auvergne au Souverain Pontife.

    Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.


    Ad majorem Dei gloriam


Citation :
Par la Grâce d'Aristote, qu'il soit dit :

Que nous, Ferdinant de Villemontée, Baron de Villemontée, Seigneur de Cancastel, hértiers des Barons Bros et Ondine, renouvelons nostre allégeance pour lesdites terres jadis octroyées à feu mon regretté paternel, pour lequel nous bénéficions actuellement de l'usufruit.

Que nous reconnaissons vous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, comme Duc régnant du Bourbonnais-Auvergne, et ce par la grâce des urnes.

Que nous vous reconnaissons dès lors conseil, aide et protection.

Que si, vu nostre état de santé, nous ne pouvons actuellement vous offrir nostre bras armée, nous vous jurons néanmoins que si un conflit venait à vous opposer à quelque autre feudataire que ce soit, nous prendrions part pour vous, à moins que cette participation n'aille à l'encontre des intérêts de la Couronne de France ou de la Très Sainte Eglise Aristotélicienne.

Faict à Villemontée le I du mois de juillet de l'an de grâce MCDLV.

naluria a écrit:
Auvergne entra comme une fleur dans la salle du trône, les yeux luisant, le sourire plaisant, puis rejoignit son confrère qui avait accepté d'effectuer les allégeances ducales car celle-ci aurait du s'absenter à la suite d'une étrange et éprouvante lettre. A savoir, la lettre ayant été rectifiée par une autre, le comportement d'Auvergne devenait donc compréhensible.

Elle se plaça près de Sylvestre, essayant de ne déranger personne, puis suivit la cérémonie.
azdrine a écrit:
Alors qu'Azdrine tendait les missives au duc, le héraut d'Auvergne fit son arrivée, laissant Sylvestre pantois.

Pendant que le duc lisait les missives, il chuchota à Auvergne :


Bonjour Auvergne, vous m'étonnerez toujours. Nous venons de commencer la cérémonie et le duc prend connaissance des premières missives. Nous procédons au premier venu. Je vous laisse ma tablette de cire afin que vous sachiez ou nous en sommes.

naluria a écrit:
Sylvestre avait l'air étonné, il donna les missives au Duc puis après quelques chuchots il lui presta sa tablette de cire.

En lisant la liste, Auvergne lâcha un petit rire, puis se mordant la lèvre inférieur comme une enfant qui avait fait une bêtise, elle tourna au carmin léger puis se reconcentra sur la cérémonie. Heureusement, ce n'était que le début.

Auvergne fit une révérence au Duc en signe de respect, puis pris le bras de Sylvestre et lui glissa quelques mots.


Ne vous inquiètez point mon ami, je vous expliquerais tout cela, mais veuillez rester près de moi. Vous méritez d'estre à l'honneur, puis deux témoins héraldiques en valent mieux qu'un.


Auvergne sourit.
ThemisLaDouce a écrit:
Une lettre de la main de Silvestre attendait Themis à sa sortie du couvent. Couvent qu'elle avait intégré suite au décès de son époux qu'elle chérissait. C'est pourquoi recevoir une lettre du baron dépourvue de toute amabilité pinça le coeur de la douce. Elle soupira rapidement et prit sa plume pour saluer et prester allégeance au Duc Marty, breton d'origine, homme d'honneur que Themis appréciait beaucoup.

Une fois rédigée, la missive partit de Rieux, attachée à la patte d'un pigeon fatigué.




Citation :
Themis de Penthièvre de Balsac dicte "La Douce", Duchesse de Mauriac et de Combrailles, Baronne de Balsac, Dame de Saint Hilaire de Loulay,
A tous ceux qui cette présente liront, Salut;


Nous, Themis de Penthièvre de Balsac, veuve du Duc Melkio de Balsac, ayant l'usufruit du duché de Mauriac et partageant avec feu notre époux le duché de Combrailles et la baronnie de Balsac, au nom de feu notre époux Melkio de Balsac et de nos enfants Selaven, Sémias et Elegie de Penthièvre de Balsac, renouvellons par la présente l'allégeance de nos fiefs au Duché du Bourbonnais Auvergne, et rendons hommage à son Duc, MartymcFly de Montfort, que nous reconnaissons comme seul seigneur légitime pour nos terres Bourbonnaises et Auvergnates, lui promettant auxilium, consilium et obsequium en toutes circonstances.

Cher Duc, recevez les hommages d'une amie qui pense à vous en ce jour.


Faicts à Rieux le IIIe jour de Juillet de l'an de grasce mil quatre cent cinquante six sous le règne de nostre bien aimé souverain le Roy Lévan III de Normandie


Themis de Penthièvre de Balsac, dicte "la Douce"
Duchesse de Mauriac et d'Etampes
Baronne de Balsac
Dame de Saint Hilaire de Loulay



_________________


Dernière édition par Gypsie le Mar 30 Sep 2008 - 19:54, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Lun 18 Aoû 2008 - 15:36

martymcfly a écrit:
Le Duc s'était mis au travail... Accepter les serments d'allégeance par missive était quelque chose qui ne lui était pas familier. Mais c'était nécessaire. Pas d'accolade vassalique ni de baiser de paix. Marty se mit à écrire. Le sceau allait servir aujourd'hui... Il soupira en pensant à tous les frais en pigeons ducaux...

Alors qu'il commençait son travail de réponse, Auvergne entra dans la salle du trône, au grand étonnement du Baron d'Usson qui officiait. Le Duc haussa un sourcil. La situation était cocasse mais se semblait pas déranger les Hérauts. Il se remit à écrire...


Citation :

Duc Tixlu,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour les fiefs de Lapalisse et d'Arfeuilles dont l'octroi vous est donné.

Vostre Grasce, de l'endroit où vous nous écrivez, nous ne vous espérons convalescent. Nous savons que les Terribles que vous commandez bravement sont parfaitement dirigés et vous faisons pleinement confiance pour mener à bien vostre mission. Assurez du soutien de son Duc aux troupes qui sont vostres.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa Sainte garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce jeudy troisième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Citation :

Vicomte Alayn,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief d'Ambert dont l'octroi vous est donné.

Puisse vostre bras bouter la félonie hors du royaume de nostre Souverain.

Que le Tout Puissant vous garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce jeudy troisième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Citation :

Votre Grandeur Cyril Kad d'Azayes,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief du comté de Forez dont l'octroi vous est donné.

Je n'ose espérer que conflit puisse nous opposer à Sa Sainteté. Nous vous remercions pour vos bons mots et vostre bénédiction.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa Sainte garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce jeudy troisième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Citation :

Cher Baron Ferdinant,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief de Villemontée dont l'octroi vous est donné.

Nous avons grande peine de vous savoir toujours alité et suivi certainement par des médicastres. Nous espérons que vous retrouverez vigueur et santé et vous assurons de nostre sincère amitié, en mémoire de vos regrettés parents.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa Sainte garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce jeudy troisième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Auvergne se mit à rire. Marty tendit aux deux Hérauts les premières missives.

Bonjour Auvergne, vous venez pour m'aider à poser les sceaux ? Sourire en coin. C'est grand honneur que d'avoir la présence de deux témoins héraldiques. Peut-être que d'autres de vos collègues vont arriver ?

Marty s'arrêta de sourire quand on lui remit la missive suivante. Il la parcourut, tiquant sur le nom mentionné. Il maugréa doucement et se remit à écrire.

Citation :
Douce Duchesse,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour les fiefs de Mauriac, de Combrailles et de Balsac dont l'octroi vous est donné.

Vostre Grasce, je me joins à vostre douleur. Le Duc Melkio n'aura eu de cesse que de me conseiller lors de mon précédent règne et je reste persuadé que vous en ferez de mesme. Nous serons amenés à nous revoir au Haut Conseil de l'Alliance pour y travailler, ou lors de joutes où vous pourrez prendre revanche. Je vous assure de toute ma sincère affection. Je pense également aux vostres en ce jour et vous espère prête à bouter la félonie.

Que le Tout Puissant vous garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce jeudy troisième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Il remit la missive scellée aux Hérauts, attendant la suite...

Il regrettait sans doute le baiser de paix...
naluria a écrit:
La salle était vide, le Duc écrivait en silence... trop de silence mesme... Il adressa la parole à Auvergne.

Bonjour Auvergne, vous venez pour m'aider à poser les sceaux ? C'est grand honneur que d'avoir la présence de deux témoins héraldiques. Peut-être que d'autres de vos collègues vont arriver ?

Auvergne sourit malicieusement.


Si vous voulez.


Auvergne tend la missive qu'elle avait rapporté de Paris.

Citation :
Citation :
A vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, salut.

Par la présente, nous, Hugues de Carpadant, Prince de Montmorency, Comte de Monbazillac et Vicomte de Montboissier, reconnaissons comme suzerain, vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne pour nos terres de Montboissier.

Que nous vous devons désormais obsequium, auxilium et consilium,

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait à Paris, le trois juillet de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.





Hugues de Carpadant
Prince de Montmorency, Comte de Monbazillac et Vicomte de Montboissier

Moi, Naluria Marthun Vaast valide cette allégeance comme conforme en attente des sceaux de l'intéressé.

martymcfly a écrit:
Auvergne avait répondu, l'oeil malicieux, ce qui fit sourire le Duc. Elle lui tendit une nouvelle missive que Marty parcourut.

Il ne se rappelait pas sa missive lors de sa précédente allégeance. Il se mit à écrire alors...


Citation :

Vostre Altesse,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief d Montboissier dont l'octroi vous est donné.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa Sainte garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce jeudy troisième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Il ne savait à qui remettre sa lettre. Trop de Hérauts... Il choisit de la donner à Auvergne quand même...
althiof a écrit:
Une lettre arriva de bien loin. Pour la deuxième fois il ne venait pas en personne et toujours pour la même et bien triste raison. Agathe était bien maligne et elle ne tarda pas à trouver la salle qui convenait, bien vide malheureusement. Mais en revanche elle était perturbée. Qui donc pouvait-elle bien embêter entre Azdrine et Naluria. Deux hérauts pour le prix d'un c'était jour de solde. Elle alla se poser non loin d'Azdrine et lui piqua la main avec son bec parce qu'il ne l'avait pas remarquée assez vite.

Citation :
A tous présents et advenir,

Salut,

Par la présente, Nous, Althiof de Toggenburg de Marigny, Baron de Cournon d'Auvergne et Seigneur de Neschers, renouvelons notre allégeance au Bourbonnais-Auvergne pour les terres qui nous été octroyées, et vous reconnaissons dès lors, Vous, Martymcfly de Montfort-Balmyr comme son Duc et notre légitime suzerain.

Nous vous jurons auxilium, consilium et obsequium.

Notre bras et notre épée sont et resterons, comme nous le prouvons fort malheureusement en ce moment, au service de ce duché que nous apprécions tant et de son peuple qui nous a tout apporté.

En espérant que ce conflit prenne enfin fin et en attendant revoir au plus vite les vertes collines de l'Auvergne, puisse Aristote veiller sur nos familles.


Fait à Chinon, le IV de de Juillet de l'an de grâce MCDLVI,

Althiof de Toggenburg de Marigny,
Baron de Cournon d'Auvergne,
Seigneur de Neschers.


Jason_de_vissac a écrit:
Jason arrive dans la matinée.
Il est triste, car si jusqu'à présent il y avait une chance qu'il croise son père, c'est désormais terminé depuis le décès de celui-ci.
Il entre dans la salle, et aperçoit son oncle Azdrine qui officie comme Hérault avec Dame Naluria. Un sourire a celle ci, un clin d'œil a celui là, il attends que le Duc finisse ses courriers.
Il espère que son Oncle Silec, aura été suffisamment remis de ses blessures pour envoyer son allégeance.
Un autre coup d'œil dans la salle . . . Heureusement que les Héraults sont là, sinon il se serait demandé s'il ne c'est pas trompé d'endroit.
Ni Gypsie, ni Ferdinant pourtant la rectrice est toujours là avant lui, quand à Ferdinant, il doit toujours être souffrant.

Il approche du Duc, pose un genou à terre, met la main sur son épée et après s'être éclaircit la voix :


Moi, Jason de Vissac, vous reconnait, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grace des urnes.
Je vous jure, fidélité, aide, protection et conseil.


Jason, attend le baiser de Paix avant de se relever . . .
naluria a écrit:
Auvergne pris la missive rédigée par le Duc puis regarda celles reçues auquelles le Duc avait déjà répondues. Son oeil resta un moment sur la missive de Themis de Penthièvre de Balsac... La signature n'était pas conforme. Elle se pencha vers le Duc.

Vostre Grasce, Dame Themis n'a pas correctement signé, une habitude de son ancien fief je suppose, je valide tout de mesme l'allégeance mais note tout de mesme cet écart afin que s'il réapparait une missive soit envoyé à icelle.
Gypsie a écrit:
Longue robe bleue découpée dans un tissu des plus légers, manches courtes et bouffantes, échancrure du corsage avantageuse, couronne délicatement posée sur les mèches de cheveux bouclés pour l'occasion, la rectrice fit son entrée dans la salle d'allégeance presque aussi dépeuplée qu'un désert.

Encore plus de parchemins qu'il y a deux mois encombraient le bureau du Duc. Deux Hérauts pour une cérémonie, pourquoi pas se dit Gypsie, au moins ils tenaient compagnie à l'heureux élu. Deux mois, deux hérauts, deux nobles de plus absents aujourd'hui. Bien loin les allégeances où régnaient la joie, les petites les taquineries, la bonne humeur dans un monde en paix. Puisse le très haut protéger ceux qui étaient encore au combat en Bretagne. Une pensée émue pour son fils parti les rejoindre, la gorge qui se noue, ne pas y penser, du moins... pendant un instant. Il fallait bien continuer à vivre, malgré tout...

Heureuse surprise de voir Jason, genou à terre. Ne voulant pas le déranger, Gypsie rejoint les hérauts, les salue amicalement, et attend patiemment son tour.
naluria a écrit:
Auvergne reçue des mains de Sylvestre deux missives d'allégeance qu'elle déposa près du Duc pour qu'il puisse les lire dès qu'il aurait prononcé le serment de protection, justice et subsistance.

silec a écrit:
Par la présente, à tous présent et advenir,
Nous, Silec, Duc de Saint Nectaire, Baron de Mercœur D’auvergne reconnaissons comme suzerain vous, Martymcfly, Duc du Bourbonnais Auvergne, par la grâce des urnes.

Je jure de vous apportez aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous Martymcfly, Duc du Bourbonnais Auvergne
, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait pas loin de la Bretagne, dans la bonne ville mainoise de Fougeres ce jour de Juillet deux de l’an 1456.



Alivianne a écrit:
Par la présente, nous Alivianne d’Azayes, pair de France, duchesse de la tour d’Auvergne, reconnaissons comme suzerain vous, Martymcfly de Montfort Balmyr duc du Bourbonnais Auvergne, qui fut élu par la grâce des urnes.

Je jure de vous apportez aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers qui exclurait les terres ducale (d’Argenton) et comtale (Corbières) de mon époux Thierry d’Azayes, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait à limoges en pleine campagne ce jour de Juillet le deux de l’an 1456.

Alivianne d’Azayes certifié veridique par apposition de mon sceau.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Lun 18 Aoû 2008 - 15:38

Arthur_fils_d_Uther a écrit:
A la lueur d’une bougie, à l’ouest du Royaume, au milieu des cris des blessés que l’on transportent d’urgence à l’amputation, des cadavres immobiles, de l’odeur de sang et de mort.

"Ecrire encore, songea-t-il, écrire encore en B.A., ce Bourbonnais Auvergne qui meurt lentement, écrire pour saluer la pantalonnade de la réelection de ce Ducaillon qui a tant contribué à cette longue agonie.

Soit
, se dit-il, écrire pour respecter la forme, et non pas la réalité d’une province d’Auvergne qui n’en finit plus de sombrer dans la morosité, et dont tous les fils et les filles partent peu à peu."

Il prend un parchemin, rédige la missive, et la scelle.

Attachée à la patte d’un épervier, le pli traverse une partie du Royaume, et l’oiseau discipliné, parvenu en salle adéquate, tend sa patte à Auvergne, afin qu’elle en ôte le message.



Citation :
A toi, Martymcfly, salut.

Par la présente, moi, Arthur Pendragon, Baron de Pierrefort, Seigneur de La Moutade, atteste que je te reconnais comme suzerain, toi, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grasce des urnes.

Que je te dois respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous t’opposer, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, je jure que je prendrais cause pour lui.

Que si un conflit venait à t’opposer, toi,Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, mon suzerain, à un tiers, je jure que je prendrais cause pour toi.
.

Faict en la ville de Fougères, Comté du Maine, le cinquième jour du Moy de Juillet de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.

Arthur Pendragon, Maréchal de France.


Eléonore a écrit:
La petite regarda la cérémonie,de loin,silencieuse et cachée,se rappellant celle auquel elle avait assistée pour maman,ancienne vicomtesse du BA.
Elle se revit devant ces membres de la famille royale,droite,fesant des révérences pour se montrer parfaite et digne d'une fille de Comtesse,soupira car sa maman lui manquait fort et repartit sans bruit,d'un sourire vers Arthur qui sans doute ne l'avait pas vu
martymcfly a écrit:
Nouvelles missives... Trop d'engagés dans cette interminable guerre. Le Duc soupira. Encore quelques frais de pigeons tout ça...

Auvergne vient lui murmurer quelques mots à son oreille, il sourit en coin, avant de lui répondre sur le même ton.

C'est une erreur du en effet sans doute à son ancien fief, mais je ne doute pas de son serment.

Lui souriant légèrement, il regarda devant lui les quelques nobles présents dans l'assemblée. Jason de Vissac s'approcha du Duc, ployant le genou et affirma son serment d'allégeance à son tour. Marty le trouvait bien gaillard à présent, le Baron était devenu jeune homme. Marty quitta un moment son travail d'écriture pour clairement dire :

Baron, j'accepte votre allégeance. En retour, nous vous apportons protection, justice et subsistance pour vous, pour vos gens également, et pour le fief de Vissac dont l'octroi vous est donné.

Il se rapprocha pour donner l'accolade vassalique scellant le serment. Il lui sembla que tout était en ordre et se remit au travail d'écriture...

Citation :

Baron Althiof,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief de Cournon d'Auvergne dont l'octroi vous est donné.

Nous vous espérons, vous, vostre épouse et vos enfants en bonne santé. Saluez la Baronne de Cournon d'Auvergne et transmettez lui mon bon sentiment. J'espère à nouveau, dans un futur proche, pouvoir jouter contre elle.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce samedy cinquième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Citation :

Duc Silec,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous, vos gens et pour les fiefs de Saint-Nectaire et Mercoeur d'Auvergne dont l'octroi vous est donné.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce samedy cinquième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six





Citation :

Duchesse Alivianne,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous, vos gens et pour le fief de la Tour d'Auvergne dont l'octroi vous est donné.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce samedy cinquième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six





La dernière missive reçue ne lui fit guère plaisir. Le Duc sourit en coin. Le Baron lui devait respect. Etait-ce respecter son Duc, son suzerain que de le tutoyer tel un vulgaire valet ? Même des Pairs de France ne le tutoyaient pas... Pour qui se prenait-il alors ?
Il manquait la mention de "Petit Duc" ou encore celle de "pleutre" et "couard" que le Baron n'avait pas hésité à prononcer ou à écrire de façon officielle. Lui qui avait souhaité "le croiser quelque soir, à la nuit tombée, au détour obscur d'un bosquet d'arbres en Champagne ou en Bretagne". Ce n'était certainement pour lui apporter son conseil. Marty se demandait d'ailleurs si la guerre actuelle dont il devait donner des conseils aurait tournée à la même chose s'il n'en avait donné.
Il se tourna vers les deux Hérauts.


Sylvestre, Auvergne, je ne souhaite pas accepter cette dernière allégeance. Pouvez vous vous occuper de ce cas.
Jason_de_vissac a écrit:
Après avoir reçu le baiser vassalique, Jason recule et s'aperçoit que Gypsie est arrivée. Il la rejoint pour prendre de ses nouvelles et de celles de ses fils.

Son père tenait Gypsie en grande estime, ils en parleront surement. Il n'y a guere de monde avec qui il pourra parler de Phaleg dorénavant Confused.

Dans le silence feutré de la salle, seul le bruit de la plume s'entend jusqu'à ce que

Citation :
Sylvestre, Auvergne, je ne souhaite pas accepter cette dernière allégeance. Pouvez vous vous occuper de ce cas.

Jason regarde Gypsie et se demande si elle sait qui a pu énerver le Duc à ce point.
Gypsie a écrit:
Elle pose sa main sur son épaule, l'embrasse tendrement sur la joue. Pincement au coeur encore, ils n'auront finalement jamais eu l'occasion de fêter leur anniversaire ensemble. Tu me manques Phaleg, poussinou... Et le troisième né le même jour qu'eux quittait rarement le monastère où il vivait en reclus.
Question posée par un regard de Jason, réponse donnée par des yeux dubitatifs.

Quelques pas vers l'élu, arrivée devant le trône, révérence de circonstance


Mes respects Monsieur le Duc. Voilà bien triste cérémonie ou les plis remplacent hélas la noblesse de notre duché. Le dernier vous aurait-il contrarié ? Pas de mauvaise nouvelle j'espère ? Puissent-ils être tous de retour dans deux mois... Enfin tous... Y croyez vous ?

Sourire compatissant et encourageant, elle met genou à terre, main sur le coeur, regard plongé dans les yeux charmants du Duc et déclare

Moi, Gypsie, Vicomtesse de Ravel, Baronne douairière de Domérat, Dame de Viverols, renouvelle ici mon allégeance au Bourbonnais Auvergne représenté par son Duc, Martymcfly, pour les terres que l'on m'a octroyées. Je vous promet aide, protection et conseil, aujourd'hui plus que jamais.

Puis attend de son Duc, l'accolade ou le baiser de paix...
martymcfly a écrit:
Alors qu'il laissait un peu de travail pour les Hérauts qui semblaient perplexes, la Vicomtesse s'avança à son tour.

Mes respects Monsieur le Duc. Voilà bien triste cérémonie ou les plis remplacent hélas la noblesse de notre duché. Le dernier vous aurait-il contrarié ? Pas de mauvaise nouvelle j'espère ? Puissent-ils être tous de retour dans deux mois... Enfin tous... Y croyez vous ?

Ca faisait beaucoup de questions pour le Duc. Il sourit avec respect à Gypsie puis lui répondit calmement.

C'est en effet une triste cérémonie d'allégeance. Trop de monde est en dehors de nos terres pour une guerre qui ne fait que durer... J'espère de tout coeur qu'ils rentreront bientôt. Je ne sais quand. Je me torture l'esprit pour essayer de le savoir... Je compte d'ailleurs sur votre conseil. Et... concernant la dernière missive... ce ne sont pas de mauvaises nouvelles. Il y en a déjà eu tellement...

Il la regarda alors ployer le genou à son tour, poser sa main sur son coeur et fidèlement réciter son serment d'allégeance. Les Hérauts n'avaient pas relever, mais le Duc si. Un peu gêné de le rappeler...

Rhmm... Vicomtesse, vous faites erreur. Vous me devez certes aide et conseil, mais c'est mon devoir de suzerain que de vous assurer protection, non le votre. Je pense que Sylvestre et Auvergne seront du même avis que moi.

Tournant la tête vers lesdits Hérauts, attendant une réaction avant de poursuivre.
Gypsie a écrit:
Le regarde, l'air étonné, qu'avait-elle bien pu dire de travers ? Ah oui...

Mes excuses Monsieur le Duc, sans doute la fibre maternelle qui me pousse à protéger tout le monde. C'est le respect que je vous dois avec mon aide et mon conseil.
naluria a écrit:
Auvergne pris en compte la remarque du Duc lorsqu'il lui rendit la missive d'Arthur Pendragon, puis fit une teste à la fois interloquée, étonnée, pensive... Elle acquiesca d'un signe de teste aux dires du Duc consernant l'allégeance de la Vicomtesse de Ravel.

Puis... attendant un silence.... Elle s'approcha du Duc un peu confuse.


Vostre Grasce, vous n'acceptez pas l'allégeance d'Arrthur Pendragon, donc je suppose que vous souhaitez sa destitution...

Elle laissa un silence pour réfléchir à comment expliquer la situation.


Vostre grasce, nous avons appris que le Baronne de Pierrefort, Oya d'Azayes est morte au combat. En attente de son enterrement, Arthur doit en effet faire allégeance bien qu'il n'en est pas le porteur du titre. Le testament d'Oya confère l'héritage à son unique fils, Pierre de Roanne et non à son nouvel époux.

Faisant une dernière pose, elle prépara sa question.

Dois je faire acte de la destitution du Fief de Pierrefort après missive de vostre part motivé et rendre ledit fief au Duché du Bourbonnais-Auvergne ?


Puis Auvergne donna une nouvelle missive.

Galswinthe a écrit:
Par la présente, moi Galswinthe, baronne d'Herment, Dame de Saint-Saturnin, reconnais comme suzerain vous, Martymcfly de Montfort Balmyr duc du Bourbonnais Auvergne, qui fut élu par la grâce des urnes.

Je jure de vous apporter aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, mon suzerain, à un tiers je jure que je prendrai cause pour vous.

Fait à Tour ce jour du 5 juillet de l'an 1456.

Galswinthe d'Herment.

martymcfly a écrit:
La Vicomtesse semblait confuse.

Vous êtes toute excusée voyons. Nous sommes tous humains après tout. Sourire respectueux avant de s'approcher d'elle et l'aider à se relever.

Lui donnant le baiser de paix scellant le serment d'allégeance qui était prononcé, il le confirma dans ses propos.

Vicomtesse Gypsie, j'accepte votre allégeance et vous apporte en retour protection, justice et subsistance.

Alors qu'il allait se rasseoir, Auvergne vint lui murmurer quelques mots à l'oreille. Le Duc l'écouta, fronçant le regard.

Si le porteur du titre de Baron de Pierrefort est le fils de la Baronne Oya, je souhaite que ce soit lui qui me prête allégeance et nul autre.

Il espérait que sa demande était claire. Et de se remettre à écrire...

Citation :

Baronne Galswinthe,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour les fiefs de Herment et de Saint-Saturnin dont l'octroi vous est donné.

Puisse le Très Haut vous protéger.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce lundy septième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six





Il remit missive aux Hérauts, attendant la suivante.
azdrine a écrit:
Azdrine écouta la requête du duc Martymcfly.

Auvergne lui chuchota les circonstances de façon à ce que les autres personnes n'entendent point.


Si le porteur du titre de Baron de Pierrefort est le fils de la Baronne Oya, je souhaite que ce soit lui qui me prête allégeance et nul autre.

Le héraut généalogiste chuchota alors au duc du BA :

Le testament sera ouvert et la succession nobiliaire sera acté lorsque Oya d'Azayes sera reconnu comme plus de ce monde par une instance ecclésiastique. Chose qui est faite par l'enterrement qui se tiendra sous peu de temps. Je suis de plus persuadé que vous comprendrez cette situation de transition car un enterrement se prépare un minimum. C'est pourquoi j'ai envoyé la missive au maréchal de France Arthur.
martymcfly a écrit:
Nouveaux chuchots... Le Baron d'Usson vint lui murmurer quelques mots. Le Duc hocha la tête et lui répondit.

Je comprends aisément la situation. Et je me doute bien que la douleur de perdre sa mère doit être terrible pour le Duc de Roanne. Néanmoins je souhaite que ce soit lui qui me prête allégeance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Lun 18 Aoû 2008 - 15:39

azdrine a écrit:
Alors qu'un moment de flottement passait dans la salle du trône, le héraut généalogiste dû se plier à expliquer les formalités au duc Martymcfly.

Votre grâce, ne vous en faite pas, je n'ai aucun doute sur le fait que le duc de Roanne prête lui même allégence. Mais cela sera pour les terres de Roanne. Comme je vous disais, tant que Oya n'est pas enterrée, aucun certificat de succession nobiliaire ne sera acté. Et vous n'êtes pas sans savoir que Dieu offre la possibilités à chacun de ses fidèles de se faire juger sur toute la vie.
C'est pourquoi jusqu'à l'enterrement d'Oya, le titre de baron appartient à celle ci ainsi qu'à son époux. Il s'agit là de règlementations héraldiques fastidieuses qui, avec tout mon respect, ne peuvent être enfreinte sur simple volonté d'un feudataire.
martymcfly a écrit:
Le Duc soupira entendant les paroles du Baron d'Usson chuchotées à son oreille. Marty ne voulait nullement retirer le fief de la Baronie de Pierrefort à Oya, elle avait mérité ce fief, bien plus que nul autre en Auvergne. Il ne souhaitait non plus le retirer à son héritier. Il rétorqua alors au Baron.

J'entends bien... Je ne désire point retirer l'octroi de la Baronnie de Pierrefort à son héritier testamentaire. Mais comprenez bien que je n'accepterai nulle allégeance de la part d'un supposé vassal se permettant de tutoyer son suzerain. Où sommes nous donc pour faire ainsi ? D'autant, vous l'avez peut-être remarquer mais si le Maréchal savait écrire, il l'aurait tourné différemment. Regardez vous même...

Marty souligna de l'index le début du troisième paragraphe.

C'est complètement illisible et incompréhensible. Et de la part d'un Maréchal de France...

Le Duc secoua la tête.

Je vous prie donc de demander à nouveau à ce Seigneur de prêter son serment d'allégeance avec le respect qu'il convient. J'accepterai lors l'allégeance si le serment est respecté. S'il ne l'est pas, la prochaine fois, je prendrai acte et en tirerai les conséquences de ce manquement.

Encore une perte de temps soupira le Duc...
naluria a écrit:
Alors que Sylvestre expliquait la procédure au duc, elle glissa doucement une nouvelle missive dans la main du Duc. Elle en profita aussi pour lui annoncer qu'elle enverrait une missive à Arthur Pendragon.

tcotn a écrit:
A vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, salut.

Par la présente, moi, Tcotn, Vicomte de Brossadol, reconnaissons comme suzerain, vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne.

Que nous vous devons désormais obsequium, auxilium et consilium,

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait à Paris, le huit juillet de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.

Tcotn, Vicomte de Brossadol

Nakuneuil a écrit:
Le Perroquet du Comte de Jublains, se dirigeait vers le chateau de Clermont, Il entra dans la grande salle avec un plis à destination du héraut.

Citation :
Votre Grâce, Martymcfly de Montfort Balmyr

Par la présente lettre, nous Théobald d’Azaayes, en tant que seigneur du vicomté de Carlat, renouvelons notre allégeance au Duc du Bourbonnais-Auvergne, et vous reconnaissons, messire Martymcfly, comme celui-ci.

Nous nous acquitterons de nos devoirs de vassales et vous apporterons si vous venez quérir notre aide, consilium, auxilium ainsi obsequium.

Qu’Aristote vous garde, vous votre terre et vos sujets.

Théobald d’Azayes dit Nakuneuil
Comte de Jublains
Vicomte de Carlat et Pair de France.

Fait à Fougère en ce jour de juillet de l’an de grâce 1456.

martymcfly a écrit:
Nouvelles missives... Les allégeances se poursuivaient sous la bienveillance des deux Hérauts. Le Duc commençait à avoir mal au poignet à force d'écrire. Il avait déjà changé deux fois de plume d'ailleurs...

Citation :

Vicomte Tcotn,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief de Brossadol dont l'octroi vous est donné.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa sainte garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce samedy treizième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six





Citation :

Pair Theobald dict Nakuneuil,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief de Carlat dont l'octroi vous est donné.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa sainte garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce samedy treizième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Il remit les deux missives aux Hérauts, d'autres allaient sûrement arriver...
naluria a écrit:
Auvergne patientait... Puis elle pris la parole.

Mon Duc, il reste Messire Trollfarceur qui m'avait donné une missive qui n'était pas tout à fait conforme mais je puis vous la donner tout de mesme, manque aussi Son Eminence Ivrel, Messire Gweltas, Messire Eridan et Messire Azdrine de Vissac qui prestera allégeance en fin de cérémonie.
naluria a écrit:
Auvergne donna la missive de Messire Trollfarceur et informele Duc régnant.

trollfarceur a écrit:
Par la grâce d'Aristote,

nous, Trollfarceur, Duc de Vichy, Baron de Dienne, Medecin du Roy,

à vous, Martymcfly, Duc d'Auvergne,

Par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Martymcfly, Duc d'Auvergne,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Martymcfly, Duc d'Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly, Duc d'Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait a Verdun, le 9 juillet 1456.

Trollfarceur
Duc de Vichy
Baron de Dienne
Medecin du Roy


Vostre Grasce, je mets un avertissement sur cette allégeance qui ne prend en compte que l'Auvergne et non le Bourbonnais-Auvergne.

Par ailleurs, j'ai reçu une lettre de Messire Eridan m'informant qu'il était au plus mal, je l'ai donc relancé, nous verrons si une lettre nous parviendra.

Enfin, j'ai relancé Son Eminence Ivrel et n'ai point de nouvelle de Messire Gweltas. Je n'ai point eu de plus de retour me confirmant qu'icelui avait lu ma lettre.
Surgeon_II a écrit:
La colombe se posa près d'Auvergne et roucoula tendrement pour se faire remarquer. Elle portait une bague rouge sang qui faisait ressortir son plumage immaculé.

A la bague était attaché un délicat parchemin sur lequel Auvergne pourrait lire au Duc :


Citation :

A toi, Martymcfly, salut.

Par la présente, moi, Eridan, 2° Baron de Domérat, atteste que je te reconnais comme suzerain, toi, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grasce des urnes.

Que je te dois respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à t’opposer, toi, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, je jure que je prendrais cause pour lui.

Que si un conflit venait à t'opposer, toi, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Dame Alivianne, Duchesse de La Tour d'Auvergne et Paire de France, qui donna la noblesse à notre famille, je jure que je prendrais cause pour elle.

Que si un conflit venait à t’opposer, toi,Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, je jure que je prendrais cause pour toi.
.

Fait au Manoir de Domérat, Duché de Bourbonnais-Auvergne, le seizième jour du Moy de Juillet de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.

Eridan, dict Surgeon 2° du nom, Baron de Domérat.
Gweltas a écrit:
Arrivant seul dans la salle du trône, le Baron d'Aigueperse regarde à droite, puis à gauche, ne voit que deux héraults à coté du Duc actuel ainsi que deux nobles dont la présence semble troubler l'aspect très monacal des lieux. Des piles de parchemins s'entassent dans tous coins mais cela ne semble guère perturber Gweltas qui s'avance comme si de rien n'était.
Contrairement à ses précédentes apparitions, il porte de beaux atours qui semblent n'avoir jamais été portés jusqu'à présent. Il salue Gypsie peu discrètement en lui montrant ostensiblement ses nouveaux vêtements ainsi que ses sempiternelles bottes, cadeau de feu Barbu. Dès que l'autorisation lui en a été donnée, il prend alors la parole avec toujours ce fort accent qui le caractérise.


Bonjour Votre Altesse M'sieur l'Duc !

Mettant un genou à terre

Moi, l'Gweltas, Baron d'Aigueperse, renouvelle ici mon allégeance au Bourbonnais Auvergne représenté par votre éminente personne, Duc Martymcfly, pour les terres qui m'ont été octroyées. Je vous promet aide, respect et conseil, aujourd'hui comme hier.

Comme il est d'coutume, j'vous apporte une poignée de la terre d'mon domaine comme preuve d'mon attachement indéfectible à ces Terres qui sont sous Vot' Protection.

Gweltas remet alors une poignée de terre dans les mains de son suzerain
Cunégonde. a écrit:
Cunégonde avait reçu la missive du hérault du BA, elle lui avait aussitôt fait part de l'impossibilité de sa maitresse de se présenter en personne rapidement, en effet la route était longue depuis Rome... la Dame Auvergne lui avait alors demandé de joindre rapidement son Eminence Ivrel pour que cette dernière puisse envoyer son allégeance par missive scellée.
Et là Cunégonde venait de recevoir le parchemin, elle voulait le remettre rapidement à son destinataire, mais à son arrivée dans la salle elle vit que le Duc du BA et le hérault étaient occupés avec un personnage fort bien habillé qu'elle avait du mal à reconnaître.... Messire Gweltas, mais un Gweltas bizzarement vêtu, le fils de Gweltas, non trop vieux... bon elle renonça à comprendre ce qui se passait et attendit sagement son tour tout en observant l'assistance réunie en ce lieu.
martymcfly a écrit:
La cérémonie se poursuivait. Le Duc avait écouté les dernières recommandations d'Auvergne soufflées à l'oreille.

Il haussa le sourcil, attendant les prochaines allégeances. Il ne manquait plus grand monde.

Le Héraut lui remit alors les missives récemment arrivées. Avant que... un noble encore en ces terres ??!! Le Baron d'Aigueperse... Froncement de sourcil. Certes il avait clairement changé de vêtements, il sentait bon cette fois là. Il le vit s'approcher de lui et ployer le genou pour prêter allégeance.

Le Duc manqua de pouffer de rire entendant l'accent fort prononcé du Baron. Il l'écouta et reçut la poignée de terre d'Aigueperse, complètement étonné. Ouvrant de grands yeux, il jeta un regard vers les deux Hérauts puis se retourna vers Gweltas.

Posant la terre sur le sol, il s'adressa au Baron.


Messire Baron Gweltas, je constate que les efforts que je vous recommandais il y a quelques mois lorsque vous vîntes prêter allégeance, ont été suivi. Je m'en réjouis, sachez le. C'est donc pourquoi, moi, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, accepte votre allégeance et vous apporte en retour protection, justice et subsistance pour le fief d'Aigueperse dont l'octroi vous a été accordé pour vos nombreux mérites.

Le Duc s'approcha du Baron et lui donna le baiser de paix, scellant leur lien vassalique. Il crut bon alors d'ajouter.

Messire Baron, je vous sais fort occupé en vos terres et conçois qu'un repos bien mérité vous est dû. Mais comprenez que vous avez des droits, et aussi des devoirs envers votre suzerain, et donc votre Duché. Vous n'avez point répondu à la levée de ban d'il y a trois mois. Je vous invite donc à défendre nos terres, en Bourbonnais-Auvergne. La maréchaussée ou la milice vous tendent les bras pour assurer la défense quotidienne de nos bourgs. Je souhaite vivement vous voir sur les murailles d'un village lors des prochains jours.

Il lui sourit poliment et se mit à écrire un mot...

Citation :
Duc Trollfarceur,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour les fiefs de Vichy et de Dienne dont l'octroi vous est donné.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa sainte garde.

Fait à Clermont sis en Bourbonnais-Auvergne,
En ce jeudi dix septième janvier, l'an de grâce mil quatre cent cinquante six




Il la remit à Auvergne et lui murmura à l'oreille.

Je ne puis accepter l'allégeance du Baron de Dommérat en l'état. Pour la même raison qu'évoquée tout à l'heure : respecter son suzerain, ce n'est certainement pas le tutoyer... Je vous demanderai donc de bien vouloir lui renvoyer une invitation à prêter allégeance correctement. Et si possible en scellant sa missive.

Et d'ajouter.

Je comprends votre attitude concernant la lettre du Duc de Vienne. Mais l'essentiel est dit, et clairement, avec le respect dû à son suzerain. Je ne vois donc pas d'inconvénient à accepter.

Le Duc observait qu'il ne manquait plus beaucoup de nobles à passer devant lui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Lun 18 Aoû 2008 - 15:40

Surgeon_II a écrit:
Bien que souffrant, Eridan décida de se rendre à Clermont.

Il avait été averti du refus du Duc concernant son allégeance. Décidément les moeurs avaient bien changé, on lui avait récemment reproché son absence à la Cour, lui dont la famille était une des plus anciennes de Bourbonnais-Auvergne.

Préférent éviter toute polémique, il s'avança vers le nouveau Duc, et ployant un genou en terre, annonça :


Monsieur le Duc.

Moi, Eridan, dict Surgeon, 2° Baron de Domérat, atteste que je vous reconnais comme suzerain, vous, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grace des urnes.

Que je vous dois respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer, vous, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, je jure que je prendrais cause pour lui.

Que si un conflit venait à vous opposer, vous, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Dame Alivianne, Duchesse de La Tour d'Auvergne et Paire de France, qui donna la noblesse à notre famille, je jure que je prendrais cause pour elle.

Que si un conflit venait à vous opposer, vous, Martymcfly, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, je jure que je prendrais cause pour vous.

Ayant parlé, il se releva et regardant autour de lui le nouveau décor, souriant en voyant comment le Baron d'Aigueperse avait changé,il se dit intérieurement qu'il était peut-être temps pour lui de revenir plus souvent en ces lieux afin de mieux comprendre les temps nouveaux.

Se reprenant et fixant fièrement le Duc dans les yeux, il attendit sa réponse.
Cunégonde. a écrit:
Apparement la cérémonie s'était accelérée, Cunégonde vit que la Dame "Auvergne" était disponible pour qu'elle lui remette la missive de sa maitresse. Elle s'approcha discretement et avec un grand sourire et une jolie révérence lui tendit le parchemin scéllé.

Citation :
Par la grâce d'Aristote,

Nous, Ivrel, Evêque du diocèse de Clermont, Cardinal chancelier de la Congrégation du Saint Office, Dame de Tounoël,

A vous, Messire Martymcfly de Monfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne par le biais des urnes,

En ce 17 Juillet 1456
Salut et Bénédiction apostolique.

Nous trouvant sur la route entre Rome et Clermont, nous sommes dans l'incapacité de venir vous prêter allégeance dans les délais impartis. Aussi, nous vous avons fait parvenir ce pli.

Par la présente, nous vous reconnaissons comme notre suzerain légitime.

Nous vous promettons respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium) pour autant que n'éclate de conflit opposant directement le Bourbonnais Auvergne au Souverain Pontife.

Que Saint Trufaldini protège ce duché.

Ivrel
Cardinal-évêque de Clermont
Dame de Tournoël

Puis elle attendit la réponse tout en révassant...

Elle regardait les gens présents en ce lieu et dans sa tête de linotte les passait en revue.

Ah Azdrine, il a vécu à Clermont et avait un faible pour les dames, il papillonnait beaucoup à l'époque.

La Dame Auvergne comme on dit ici, elle est gentille et elle sent bon.

Le petit Jazon de Vissac, il a bien grandit, quel dommage que son père Phaleg ne soit plus là pour le voir.

La charmante rectrice du BA, belle et bonne comme les gateaux qu'elle me donne parfois lorque je lui porte les bulletins de présences des étudiants au cours de ma maitresse. Elle ressemble a un beau papillon dans sa jolie robe.

Et tiens voici encore une jeune homme qui prête en ce moment allégeance au duc, il a des mollets bien tournées mais il semble un peu fier.

Oh et voici mon chouchou qui s'en va, ah Gweltas, cet homme !!! Une tête bien faite, de belles mains fortes et solides... quel dommage qu'il préfère ses livres de comptes à un tête à tête avec moi.

^^gros soupir^^
naluria a écrit:
Après une douce caresse sur le cou de la colombe, elle détacha la bague à sa patte puis pris la missive et la tendit au Duc, qui ne puis l'accepter et fit demande à la jeune femme de faire prévenir l'auteur des fautes qui ne lui sied point. Le Duc lui précisa qu'il acceptait l'allégeance du Messire Trollfarceur. Auvergne acquisca par un hochement de teste mais elle ne pouvait comprendre que l'on sépare le Bourbonnais de l'Auvergne...

Quelques mots sur un parchemain, et quelques temps plus tard le jeune Eridan entra dans la salle du trône sous le regard soutenu de l'héraut. *Ah les jeunes nobles....*

La sortant de ces rêves, une jeune femme se présentant comme la suivante de Son Eminence Ivrel lui tendit une missive. Auvergne la remercia avec un sourire puis tendit la lettre au Duc.

La cérémonie s'achevait, il ne manquait plus que le Baron Azdrine de Vissac.
Gypsie a écrit:
Avec Jason à regarder la valse des pigeons, certains plus distingués que d'autres, entend enfin quelqu'un entrer. Mais qui est-ce donc ? Homme d'âge mûr reconnaissable entre mille dès coup d'oeil jeté à ses bottes. Unique paire de bottes dorées du duché. Marque déposée Barbu. Cadeau unique et ô combien précieux.

Gypsie embrasse le baron d'Aigueperse enfin venu rendre une petite visite. Très bonne idée a-t-il eu, car cela emplit de joie le coeur de la rectrice en totale admiration devant la tenue sortie tout droit de l'atelier d'un tisserand du domaine sans doute. Voilà de quoi satisfaire le Baron d'Usson... Félicitations Gweltas, très bon goût ! Cela avait dû être difficile de sortir quelques écus de cette précieuse bourse, si économe était il le clermontois !!

Belle cérémonie se terminant par la venue de son fils, qui comme d'habitude l'ignore totalement. A se demander s'il n'y a pas effet de transparence parfois^^. Peut être l'attendrait-il à la sortie et l'inviterait à boire une tisane à Montbrison... Différentes choses à s'entretenir avec lui, de Montluçon, de courriers reçus, etc... de la vie, des papillons et des abeilles... ^^

Gypsie salue aimablement Dame Cunégonde, toujours aussi serviable et agréable la domestique de mère Ivrel. Peut être aurait-elle des nouvelles l'évêque.
Jason_de_vissac a écrit:
Toujours dans le fond de la salle aux côtés de Gypsie, Jason se fait dire de qui sont les pigeons.

Jamais il n'aura vu Duc répondre a autant de courrier Shocked .

Il a quand même reconnu celui de Silec ^^.

Un homme arrive, vêtu de beaux habits qui ont l'air neuf. A la poignée de terre déposée dans les mains du Duc, il reconnait le Baron Gweltas. Celui ci a été très apprécié parait il, et il n'avait pas son pareil pour rendre clairs les comptes du Duché d'après Tatie.

Une Dame encore. La domestique de Dame Ivrel d'après Gypsie.

Un jeune homme. Gypsie a un hoquet de surprise. Jason attend. Elle a l'air morose d'un coup, puis lui explique qui est cet homme. Jason est désolé pour elle, lui qui aimerait tant pouvoir encore croiser ses parents, mais la rectrice est une femme forte et a vite fait de reprendre le dessus.
azdrine a écrit:
Le baron d'aigueperse se présenta alors dans la salle du trône. Habituel rituel pour ce paysan annobli, avec l'insulte de salir les mains duc par de la terre. Alors que le symbole doit être fort justement le contraire. Le duc regarde les deux héraut tour à tour puis accepte l'allégeance du baron en lui demandant de protéger le duché par les armes.

Plissement des lèvres, encore une pirouette de faite pour un homme n'ayant pas répondu à la levée de ban. Alors que l'heure était à la réflexion concernant les troupes, des hommes tout frais et tout reposé était disponible mais le duc en avait décider autrement. Qu'il en soit donc ainsi mais le mandat du duc semblait fort mal commencer.

Jetant un oeil sur la tablette de cire, il put lire la liste sérieusement barrée et il s'avança afin de prêter le dernier serment d'allégeance.

Il posa un genou à terre et regarda le duc, il dit :


Nous, Azdrine de Vissac, Baron de Riom et d'Usson reconnaissons comme suzerain vous, Martymcfly, Duc du Bourbonnais Auvergne par la grace des urnes.

Je jure de vous apportez aide, conseil, et ...


Puis en jettant un oeil vers Gweltas et haussant le ton légèrement :

... respect.

Que si un conflit, armé ou non, venait à vous opposer vous, Martymcfly de Montfort Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.
Cunégonde. a écrit:
En attendant la réponse du Duc, Cunégonde alla rendre son salut à Dame Gypsie et à voix basse lui donna des nouvelles de sa maitresse.

Bonsoir Dame, je ne vais pas rester longtemps car j'ai fort à faire, mon Eminence m'a donné beaucoup de travail.

Dame Ivrel devrait arriver dans le courant de la nuit ou demain à l'aube, elle se rendra ensuite à la cathédrale pour finir les derniers préparatifs pour l'enterrement de son ami Melkio qui commencera dans la journée. Elle a ensuite prévu de passer quelques jours à Clermont, le temps d'aider Dame Thémis à refaire un peu surface, puis elle doit rapidement se rendre à Montpensier où sa présence est requise d'urgence car il paraitrait qu'on y a vu des hérétiques et ensuite d'ici 8 jours elle reprend la via romana pour retourner au monastère du Mont Palatin.
Mais je suis sure qu'elle trouvera bien un moment pour venir vous rendre visite en votre bureau de l'université.
martymcfly a écrit:
Finalement, le Baron de Domérat avait décidé de venir. Sans doute pris de remords quant à sa lettre qui était arrivée avant lui. Les pigeons étaient rapides et il savait le Baron souffrant. Marty l'écouta prêter allégeance, avec respect. Il lui répondit d'un ton assuré.

Baron, je vous remercie d'être venu jusqu'en salle du trône pour prêter votre allégeance. Je l'accepte et vous dois en retour protection, justice et subsistance pour vous et les vôtres.

Il s'approcha de lui et lui donna l'accolade vassalique, le remerciant d'être venu jusqu'ici. Trop de missives reçues... Trop de nobles en dehors du duché... Marty soupira.

Auvergne lui tendit une missive. Le Duc ne la regarda pas et la laissa de côté lorsqu'il vit le Baron d'Usson ployer le genou à son tour. Il l'écouta et lui répondit.

J'accepte votre allégeance et vous dois en retour protection, justice et subsistance pour vos, vos gens et pour les fiefs d'Usson et de Riom dont l'octroi vous est donné.

Baiser de paix scellant le lien les unissant. Marty le laissa se retirer de quelques pas en arrière.

Il prit alors la missive, et fronça furieusement le regard. Comment avait on pu en arriver là... Il rendit le parchemin au Héraut et déclara.


Je refuse cette allégeance. Je ne puis l'accepter. Comment le pourrais je alors que j'attends toujours une explication à la démission du poste de conseiller ducal de Son Eminence Ivrel ? Oui, Son Eminence Ivrel, élue au Conseil du Bourbonnais-Auvergne a démissionné dès le premier jour du mandat. Deux missives lui ont été envoyées pour savoir si elle ne souffrait pas d'ennui de santé. Aucune réponse ne m'est parvenue...

Marty soupira alors repensant à son inquiétude lors. Et en ce jour d'allégeance, Son Eminence fait comme si de rien n'était...

Est ce respecter son Duc que ne de pas daigner lui répondre ? Est ce respecter son Duché que de se présenter au Conseil ducal et sans raison le quitter à peine élu ? Et que penser du respect dû aux électeurs...

Nouveau soupir observant l'attitude de la servante du Cardinal.

Est-ce apporter son aide à son Duché et à son Duc que de refuser un poste au Conseil, légitimement acquis, sans avoir pris la peine d'informer la population qui vous a élu ? Et que dire de son devoir de conseil ? Est-ce l'attitude attendue de la part d'un membre de la noblesse...??

Il s'adressa directement au Héraut.

Faites ce qui est nécessaire pour retirer le fief de la Dame de Tounoël, ou de Tournoël...

Le Duc s'attendait à une réaction véhémente. Comment pouvait il oser ?

Nouveau soupir...
Cunégonde. a écrit:
Cunégonde était très étonnée de la réponse du duc... ce dernier n'avait pas remarqué l'absence de l'évêque depuis en certain temps... elle savait bien que sa maitresse n'était pas très grosse, ni grande - mais à ce point !

Pardonnez-moi, Messire Duc, mais ma maitresse n'arrivera que pour l'enterrement du Duc Melkio, là elle reviens de Rome où elle a fait retraite quelques temps.
Mais vous aurriez pu envoyer un courrier à la cathédrale de Clermont, je lui ai transmis tout les courriers qui sont arrivés à cette adresse.

Peut-être ne l'aviez-vous pas su, mais elle a du se rendre précipitament à Rome au chevet d'un parent proche très malade, elle a donc juste eu le temps de prévenir les personnes dont elle avait des mésanges qui connaisaient leur destinataire, et comme elle ne connait pas l'adresse de votre mésange... elle a du penser que le message vous serait remis par des intermédiaires.
Je sais qu'elle avait contacté la rectrice, Dame Gypsie pour la prévenir de son impossibilité à enseigner pour au moins 15 jours voir +, elle avait aussi contacté le diacre Fabien pour lui donner les consignes pour l'enterrement de Modjo à Aurillac ainsi que pour la célébration de baptèmes et pour son remplacement au conseil par ce dernier.
Je suis vraiment étonné que les bruits n'aient pas courus jusqu'à votre porte, d'habitude ce genre de bruit est rapide !
naluria a écrit:
La cérémonie s'achevait... Et l'humeur du Duc devenait furieuse... Après les allégeances orales, il pris la lettre qui fut l'origine de son courroux et demanda la destitution de Son Eminence Ivrel.

Elle laissa la servante de la Baronne expliquer puis s'approcha du Duc.


Il me faudrait une lettre motivée de vostre main disant pourquoi vous souhaitez sa destitution Vostre Grasce.
Gypsie a écrit:
Cérémonie qui se poursuivait par son originalité. Le Baron d'Usson souriant comme à son habitude en voyant Gweltas. Il devait avoir quelque chose contre lui à toujours avoir quelque chose à lui reprocher. Mais la vie était ainsi faite, on ne peut pas aimer tout le monde, et réciproquement.

Très étonnée en entendant le duc pousser soupir après soupir et sursaut en l'entendant prononcer ses paroles... Il voulait destituer Ivrel. Pour cette démission. Gypsie se demanda s'il était au moins au courant des raisons qui avaient poussé l'évêque à prendre cette décision et se retirer à Rome. Peut être n'était ce même pas nécessaire. Le duc semblait très à cheval sur l'étiquette et les lois, et qu'importe les motifs il ne reviendrait certainement pas sur sa décision. Pour l'exemple ?

La rumeur était parvenue jusqu'à la salle d'allégeance, il avait déjà mis le connétable en procès pour la même raison de démission pas en règle. Ce fut au tour de Gypsie de soupirer en regardant Jason...

Puisse le retour de la duchesse consort et la naissance du futur enfant adoucir quelque peu le régnant d'Auvergne.

Plus rien à faire ici, triste cérémonie achevée dans une ambiance malsaine. Heureusement très peu y avait assisté et ne garderait pas ce triste souvenir de l'allégeance de juillet 1456. Gypsie quitta la salle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Lun 18 Aoû 2008 - 15:41

martymcfly a écrit:
Le Duc écouta les explications de la servante. Haussant le sourcil, soupirant doucement, il rit légèrement... Les nerfs devaient lâcher... Il lui répondit enfin.

Sachez, dame, que je ne me fie aucunement aux bruits qui courent. Et surement pas aux vols des mésanges !! Je me fie aux écrits et aux actes. Or que nenni ! Aucune missive expliquant pourquoi une démission soudaine... et ce malgré deux courriers de ma part. Et aucune retraite à Rome ou à Clermont lors de l'envoi de ces pigeons.

Le Duc leva les yeux au ciel.

Je dois être sans doute le seul à trouver anormal que quelqu'un qui se présente sur une liste aux élections ducales en deuxième position quitte précipitamment le Conseil, une fois élue... et ne donne aucune raison pour cela, et sûrement pas au Duc reconnu...

Comme cela avait eu le don de l'agacer lors du premier jour du mandat, encore maintenant...

D'ailleurs ni Son Eminence, ni personne ne m'a mis au courant d'une retraite de sa part. Je trouve cela intolérable. Et d'autant plus pour un membre de la noblesse. On ne se souvient pas de ses devoirs de vassal uniquement le jour des allégeances.

Soupir, jetant un regard au Baron d'Aigueperse.

Auvergne revient à la charge, lui glissant un mot à l'oreille. Soupir encore.

Bien, soit. Je m'en occupe dans l'instant.

A peine agacé, il retourna s'asseoir pour prendre la plume et rédiger ce que le Héraut lui demandait...

Citation :
A l'attention d'Auvergne, Héraut de la marche du Bourbonnais-Auvergne,

Nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc régnant du Bourbonnais-Auvergne, élu par les urnes et reconnu par le Conseil, demandons le retrait du fief de mérite de Tournoël à Son Eminence Ivrel, ceci pour manquement à son devoir de vassale.

En effet, la Dame de Tournoël n'a pas tenu compte de son devoir en ne respectant aucunement son Duc. Son Eminence Ivrel, fut élue au Conseil ducal et donc apte et disponible pour y assurer pleinement sa charge. Or elle démissionna dès le premier jour du mandat, mettant le Duc et le Conseil dans l'embarras. Plusieurs missives lui demandant des explications concernant cette soudaine démission lui furent envoyées. Aucune réponse ne retourna au Duc.

Nous affirmons qu'il s'agit là de non respect. Ainsi, nous affirmons également que la Dame de Tournoël n'a pas assuré son devoir de vassale en n'acceptant pas d'aider son suzerain. Et encore moins le conseiller.

Nous tenons à rappeler que le devoir de la Noblesse n'est pas uniquement d'être présente le jour de la cérémonie d'allégeance afin de renouveler le serment unissant le Duc à son vassal.

De plus, nous soutenons que les débats en Chambre des Nobles restent trop peu souvent la priorité de la Dame de Tournoël, même si nous devons toutefois reconnaître l'étrange coïncidence de sa présence ces derniers jours.

Nous remercions de bien vouloir faire le nécessaire pour destituer Son Eminence Ivrel, dame de Tournoël.

Mes respects.

Fait à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce dimanche vingtième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Il tendit la missive au Héraut et ajouta tout bas.

Est-ce que cela convient ?
naluria a écrit:
Après avoir relus les avis de ses confrères, Auvergne accepta la missive du Duc et la contresigna.

Citation :
Citation :
A l'attention d'Auvergne, Héraut de la marche du Bourbonnais-Auvergne,

Nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc régnant du Bourbonnais-Auvergne, élu par les urnes et reconnu par le Conseil, demandons le retrait du fief de mérite de Tournoël à Son Eminence Ivrel, ceci pour manquement à son devoir de vassale.

En effet, la Dame de Tournoël n'a pas tenu compte de son devoir en ne respectant aucunement son Duc. Son Eminence Ivrel, fut élue au Conseil ducal et donc apte et disponible pour y assurer pleinement sa charge. Or elle démissionna dès le premier jour du mandat, mettant le Duc et le Conseil dans l'embarras. Plusieurs missives lui demandant des explications concernant cette soudaine démission lui furent envoyées. Aucune réponse ne retourna au Duc.

Nous affirmons qu'il s'agit là de non respect. Ainsi, nous affirmons également que la Dame de Tournoël n'a pas assuré son devoir de vassale en n'acceptant pas d'aider son suzerain. Et encore moins le conseiller.

Nous tenons à rappeler que le devoir de la Noblesse n'est pas uniquement d'être présente le jour de la cérémonie d'allégeance afin de renouveler le serment unissant le Duc à son vassal.

De plus, nous soutenons que les débats en Chambre des Nobles restent trop peu souvent la priorité de la Dame de Tournoël, même si nous devons toutefois reconnaître l'étrange coïncidence de sa présence ces derniers jours.

Nous remercions de bien vouloir faire le nécessaire pour destituer Son Eminence Ivrel, dame de Tournoël.

Mes respects.

Fait à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce dimanche vingtième juillet, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six





Par nostre Scel, actons ce document comme valide et conforme aux règlements Héraldiques.

Faict le XXe jour du Mois de Juillet 1456 sous le règne de nostre souverain bien aimé le Roy Levan le troisième de Normandie.



Je déclare ainsi la cérémonie d'allégeance close. Nous allons donc pouvoir procéder aux anoblissements demandé par feu le Duc Sallaberry.
naluria a écrit:
Un page arriva au couleur de la héraudrie, puis donna missive à Auvergne. Icelle l'ouvrit, soupira.

*J'aurai aimé cette réponse avant mais bon*

Auvergne tendis la missive au Duc.


Dame Ivrel garde donc son titre Vostre Grasce.

Citation :
A tous et à venir, salut,
Par la présente, Nous, Romuald de Vaisneau, Maréchal d'Armes de France, ne validons ni ne contreseignons la demande de destitution de Son Eminence Ivrel, dame de Tournoël.
Les faits évoqués, à savoir la démission à la charge de conseiller ducal, étant en prime reconnaissance du ressort de la justice provinciale et non du droit héraldique.

Faict en la chapelle Sainct-Anthoine-le-Petit, le trente et unième jour de Juillet de l'an Quatorze Cent Cinquante Six,


Nous pouvons donc commencer les annoblissements.
martymcfly a écrit:
La cérémonie allait se clore sur l'annonce d'Auvergne au moment même où elle apposa son sceau sur la lettre écrite par le Duc. Un page apporta une nouvelle misive cependant...

Marty regarda le Héraut soupirer et lui transmettre un parchemin.


Dame Ivrel garde donc son titre Vostre Grasce.

Le Duc hocha la tête et observa le mot du Maréchal d'Armes.

Fort bien, puisqu'en a décidé la Hérauderie... La justice ducale s'occupera de ce cas.

Et d'ajouter un peu plus haut.

Nous allons pouvoir passer à la suite donc.

Des annoblissements... Il avait commencé son première règne par ceci, et terminera le second avec...
naluria a écrit:
Le Duc déclara l'ouverture des anoblissements. Auvergne enchaisna.

J'appelle donc pour les anoblissement, Messire Ninjaturtel, Dame Clothilde de Saint Nicolas, Messire Toflegrand et Dame Karox. L'anoblissement de Dame Naluria, moi-même se passant en dernier avec invitation de Touraine.


Auvergne sourit. Le Duc l'avait autorisé à inviter tout les hérauts si elle le désirait... Elle en invitait donc un nouveau.
Pierre_de_Roanne a écrit:
Le testament d'Oya d'Azayes avait désigné son fils comme héritier de ses titres et de ce de son père Barbu.

Il prit une plume et un parchemin et inscrivit.

Citation :
Votre Grâce, Martymcfly de Montfort Balmyr


Par la présente lettre, nous Pierre de Roanne d’Azayes, en tant ue baron de Pierrefort, prêtons allégeance au Duc du Bourbonnais-Auvergne, et vous reconnaissons, messire Martymcfly, comme celui-ci.


Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Martymcfly, Duc d'Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Martymcfly, Duc d'Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.


Pierre de Roanne d'Azayes
Baron de Pierrefort
Duc de Roanne

Fait à Mimizan en ce jour d'aout de l’an de grâce 1456

Malgré sa jeunesse, Pierre avait écrit avec assurance, sa maman lui avait apprit très jeune les usages.

Il prit un pigeon et le laissa s'envoler vers son destinataire.
martymcfly a écrit:
Voilà une missive qu'il attendait tout particulièrement. Il sourit la recevant, mais haussa un sourcil à sa lecture.
Ne sachant que faire, il s'adressa au Héraut, lui indiquant le parchemin.


Auvergne, lisez-vous comme moi ? Point d'allégeance pour le Duché de Roanne. Je suppose que la missive est incomplète ? Ou bien puis-je tout de même procéder à l'écriture d'une réponse, pour les terres de Roanne ?

Le Duc lança un regard à Sylvestre. Peut-être lui aussi avait-il entendu ?
naluria a écrit:
Sur le mesme ton, Auvergne répondit.

En effet Vostre Grasce, je pense que son jeune âge et les tourments de l'ouverture du testament de feu sa mère lui a fait oublier de notifier l'allégeance pour Roanne aussi, surtout qu'il signe avec ce titre.

Une lettre de vostre part serait la bienvenue en effet.


Auvergne sourit.
martymcfly a écrit:
Le Duc hocha la tête et se mit à la rédaction... Ca lui manquait...

Citation :

Vostre Grasce,

Par la présente, nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons vostre allégeance. Nous vous apportons en retour protection, justice et subsistance pour vous et vos gens et pour le fief de Pierrefort dont l'octroi vous est donné.

Je me permets de vous rappeler que vous me devez allégeance pour vos terres de Roanne, en sus de celle que vous m'avait faite pour le fief de Pierrefort. Le Héraut veille à tout ceci, vous la connaissez sans doute.

Je ne peux imaginer la douleur et la peine que vous avez du traverser lors du tragique décès de vostre mère. Le Bourbonnais-Auvergne a perdu l'une de ses grandes dames qui l'ont construit et son souvenir restera à jamais gravé dans la mémoire de mes sujets, et j'ose l'espérer, dans le futur également.

Puisse le Très Haut vous porter en Sa sainte garde.

Faict et rédigé à Clermont, sis en Bourbonnais-Auvergne
Ce jeudy quatorzième aoust, l'an de grasce mil quatre cent cinquante six




Il tendit la lettre à Auvergne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Mar 30 Sep 2008 - 19:43

29 Août 1456

Naluria a écrit:
************DUCHE DU BOURBONNAIS-AUVERGNE**************


Auvergne ouvrait pour une nouvelle fois le salle du trône qui accueillerait la cérémonie d'allégeance. Cette fois ci les nobles étaient en BA, la guerre était fini, tout présageait que cette cérémonie se déroulerait au mieux.

L'envoie de missive avait été fait, il ne manquait plus que le Duc régnant et l'arrivée des nobles ducaux.
Ninjaturtel a écrit:
Au château du duché, comme a chaque fois je sais mais faut que je fasse le mec sérieux aussi, faut me comprendre.

Bref, c'est au château, dans une salle obscure et vide d'intérêt... Hum nan c'est pas bon ça...
C'est au château, dans la salle du conseil, en train de manger de la bonne tarte au citron, et en sirotant les plus succulent breuvage que Ninja se trouva déranger par un page...

En effet, celui ci lui amena nouvelle, il devait allé prêter allégeance au nouveau duc... Hein, quoi ? Arf oui, il avait oublié qu'il avait été anoblit dernièrement.

La cérémonie était pour bientôt, il fallait se préparé.
Il pensait déjà a une entrée en scène... Venir avec Médor qui porterait lui aussi ses couleurs... Ça le ferait ça, et en plus c'est pas mal.

C'est décidé, il ferait comme ça. C'est ainsi que quelque jours plus tard, en fait le jour ou il y avait la cérémonie d'allégeance, Ninja prépara son plus bel habit. Tout de blanc vêtu, couleur désignant la royauté, c'est ainsi que Ninja arriva dans la salle de cérémonie.

Chemise blanche, caché par une robe également blanche orné de borderie. Couverte en son haut par un col de couleur plus foncé afin de se différencié. Il avait a sa taille, du coté droit sa masamune, et a sa gauche l'épée portant les armoiries de Glénat. A ses pieds il y avait ses poulaines aux couleurs de Glénat par contre, bah oui a force de marcher avec on aurait vu la salissure bien rapidement... Ensuite un chapeau, grand et impressionnant, histoire d'être bien visible et de se faire repérer facilement si on le cherche, et pour finir, Médor derriere... Ah non... En fait il est pas venu. Il voulait pas venir avec son habit il disait qu'il faisait bien trop chaud pour ça... Mais comme c'était soit il reste a la maison, soit il vient avec ça, il a choisit rester a la maison donc ninja est tout seul.

Bref, c'est ainsi que Ninja entra dans la salle, plutôt peu remplie pour l'instant mais pas grave.
Il y avait cependant Auvergne qui était déjà présente. Il avança alors vers elle puis ôta son chapeau. Le sourire présent, il fit alors une gracieuse révérence afin de la salué, puis prit alors place dans la salle afin de ne pas la déranger, et attendre que ça commence.

Bien droit, le chapeau dans sa main, un homme vint le lui récupérer afin que ça ne lui dérange pas. Dommage il l'aimait bien son chapeau.
C'est ainsi que Ninja, nerveusement, attendit la suite des événements, et un peu de compagnie...
Surgeon a écrit:
Eridan était à Clermont losqu'il reçut la missive d'Auvergne.

Il décida de profiter de l'ocasion pour assister à la cérémonie d'allégeance. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pu être présent dès le début.

Il se prépara donc rapidement afin de rejoindre la salle du chateau où a lieu la cérémonie.

Il était en avance et seul Messire Ninja était déja arrivé.

Par respect pour son grand age, il évita de le déranger et s'assit plus loin pour attendre le nouveau comte et voir défiler les Grands Seigneurs. Il savait qu'il devrait attendre longtemps avant que ce soit à lui de préter allégeance.

Jason_de_vissac. a écrit:
Septembre.... Nouveau Duc. Jason, de passage à Moulins, décide d'aller voir ou en sont les allégeances.

La guerre est terminée, il va y avoir du monde, se sera moins monotone que la derniere fois, ou les pigeons et autres colombes apportaient les lettres des Seigneurs.

Il est encore tôt, seul le Juge et un jeune homme en meilleure forme que la dernière fois sont arrivés.

Jason décide d'aller boire un verre avant de revenir plus tard.
Asturion a écrit:
Apres avoir revetu sa tenue d'apparat, Asturion avait pris le chemin de la salle d'audience. Il se fit annoncer par l'huissié avant d'entrer par la porte qui lui était réservée.

Le faste de la salle du Trone Ducal était impréssionant. Il vit Auvergne qui attendait son arrivée.

Il prit place sur le Trone Ducal et attendit qu'Auvergne démarre la cérémonie.
Gypsie a écrit:
Fin d’été, fin des estives, fin d’un mandat et début d’un autre. Encore. Cérémonie d’allégeance, une autre. Puisse-t-elle être moins ennuyeuse que la précédente ponctuée par les aller retour de pigeons et autres volatiles venus d’un peu partout. Marquée aussi par la sévérité du duc Marty qui n’avait toléré aucun écart de conduite ou d’écriture de la part de la noblesse auvergnate.

On s’apprête, robe de circonstance, d’un bleu nuit relevé par des liserés d’or et brodée de fleurs blanches. Aussi blanches que la tenue de Ninja. En entrant dans la salle, on n’a d’yeux que pour lui. Il se tient bien droit dans la pièce et l’illumine par l’aspect immaculé de sa toilette, contrastant avec le noir de ses cheveux brillants et lisses. Par Aristote que cet homme est beau ainsi vêtu. Arme, épée rutilante aux armoiries des terres récemment acquises, Ninjaturtel n’est pas seulement le docteur, le doyen, le conseiller du duché, il est aussi l’un des plus beaux représentant du Bourbonnais Auvergne.

Détournant difficilement son regard, la vicomtesse remarque enfin que d’autre personnes sont déjà là. Auvergne, le duc sur son trône, chacun habillé à son avantage. Fins tisserands comptait le duché. Gypsie les salua poliment, passa devant le Docteur Ninjaturtel, les yeux à nouveau attirés par la beauté de sa personne.

Quelques instants plus tard, on vit une mère embrasser chaleureusement son fils. Heureuses cérémonies qui faisaient sortir de leur trou, tous les deux mois, ses enfants négligents. Elle s’assit près de lui, serra sa main dans la sienne. Bientôt le mois de septembre, le quatre, date anniversaire pour la famille de Domérat. Ils profitèrent de ces instants précédents la longue cérémonie, s’intéressant l’un et l’autre à leur état de santé et aux derniers faits de leurs existences. Présence d'Eridan appréciée, fils de cet homme tant aimé, et disparu bien trop tôt.
Ninjaturtel a écrit:
Ah la la, il avait fait une erreur de venir en avance, il n'y avait personne.
C'était la peine de s'être fait beau, et de venir si tôt.

Des bruits de pas, Ninja ne voyait pas car la personne était a son dos. Il se prépara a la salué, les pas devenaient de plus en plus fort. Il se tourna vers la personne, la salua comme il se doit. Celle ci (la personne ^^) partit plus loin.

Bon bah, ce fut court comme salutation, si salutation il y avait eu se disait il... Il verrait bien pour les suivant, ça pouvait être que mieux quand même.

Nouvel arrivant, c'était le fils Vissac... Souvenir concernant sa mère, cela daté d'il y a longtemps déjà... Mais... comment se souvient il de l'enfant... Flash bizarre, coup rare, il le salua alors également lorsqu'il pénétra dans la salle, celui ci fait aussi bien que le premier et part on ne sait ou...

La c'est sur, la politesse est de mise... Et c'était des nobles se disait ninja... La jeunesse avait mal été éduqué, il faudrait y remédié.

Ou alors on n’appréciait pas ses beaux habits... pourtant ils sont joli...
Certes un peu voyant, mais sur lui c'était resplendissant,
Certes confondu comme couleur de pureté, mais c'était avant tout signe de royauté,
Mais non il était beau le Ninja, ça se voit n'est ce pas,
Poursuivons l'épisode avec Gyspie, elle, elle répond par oui.

C'est ainsi qu'entra le Duc cette fois ci. Pas par la même porte, ce qui faisait qu'il arriva de part en face. Étant donné que c'était le duc qui venait d'arriver, Ninja en sa direction adressa une révérence, signe d'accueil et de bienvenue en ces lieux. Le Duc portait son attention sur Auvergne, Ninja attendit donc de nouveau arrivant...


Et cette attente fut récompensée,
Par l'arrivée d'une dame en robe bleuté,
Ravissante sous ces broderies,
Ninja en la regardant facilement sourit,

Elle entre et lui jette un regard,
Ninja alors sa plus prestigieuse révérence prépare,
Tenue élégante à en perdre la continuité,
Des événements, il s'est un peu égaré,

Main derrière le dos, l'autre devant soi,
S'incline gracieusement pour ce joli minois,
Révérence doucement est envoyée,
Tout en se relevant il ne peut qu'afficher,

Un grand sourire, et un regard pour cette dame,
Salutation envoyé par toute son âme,
Elle salue alors son tour les présents,
Pour se rapprocher après quelque instant,

Des regards qui s'échangent,
Point le sourire il ne range,
Ne s'arrête de contempler,
Son sourire illuminé,

La salue une nouvelle fois,
Il le ferait mille fois,
Elle le quitte lentement,
Attendre son retour patiemment,

Doucement la laissé,
Elle est occupée,
Il l’a verra,
Une autre fois,

Maintenant,
On attend,
On reste poli,
On sourit...
Martymcfly a écrit:
Marty avait revêtu ses nouveaux atours, aux couleurs de ses deux fiefs. Le voilà à présent noble du Bourbonnais-Auvergne, il va devoir gérer un Duché dans son entier, et sans Conseil et c’était tant mieux. Ses terres en Poitou devaient également recevoir sa visite, prochainement…

Mais il était venu seul pour assister, et participer, à la cérémonie d’allégeance.
Seul.
Habit de deuil.
Période difficile qui s’annonçait pour lui.

Il était arrivé de Montpensier ce jour là après être passé par le village forestier où une missive macabre l’attendait… A présent il était bien seul…
Sans doute l’un des meilleurs partis du Bourbonnais-Auvergne.

Tout de noir vêtu, il passa les portes du château et trouva sans mal la salle du trône où il allait rejoindre les premiers vassaux ducaux. Un peu de nostalgie quand il parvint jusque là. Quelques lettres échangées avec le Duc il y a peu qui lui ont appris les dramatiques décès qui décimèrent les proches de sa famille.

Quelques nobles étaient là, dont l’actuel Juge, qu’il avait anobli au nom du Duché il y a quelques temps… Il hocha la tête vers sa direction et le gratifia d’un faible sourire. Il se tourna vers le Baron de Domérat et s’aperçut qu’il était un peu plus en forme que lors de la dernière allégeance, il inclina la tête pour le saluer. Le jeune Jason qui grandissait bien vite était là aussi, fidèle aux cérémonies en salle du trône. Marty sourit en coin au Baron de Vissac. La Vicomtesse de Ravel avait retrouvé son fils et semblait admirer la beauté du Juge, lui ou ses magnifiques vêtements.

D’autres nobles allaient arriver à n’en point douter, mais Marty était pressé d’en finir. D’autres priorités l’attendaient… Il soupira, tristement, en y pensant. Heureusement qu’il passerait dans les premiers, même normalement le premier…

Léger signe de tête vers
Auvergne accompagné d’un petit sourire. Il pensa qu’un peu plus de temps et il l’aurait anobli…

Le nouveau Duc régnant attendait le début de la cérémonie, bien installé sur le trône… Il irait le trouver pendant l'échange de serment et lui parler.
Naluria a écrit:
Auvergne salua les arrivant d'un sourire. Elle s'attarda sur le Baron de Domérat, Eridan.... Elle le regarde tendrement en espérant avoir de ses nouvelles et qu'il n'abandonne son Estre icelieu.

Lorsque le Duc arriva, Auvergne fit une révérence, puis se releva en apercevant d'autres personnes arriver, dont l'Exceptionnel, qui semblait fatigué et préoccupé.

Elle commenca donc la cérémonie par l'Exceptionnel, devant peu de nobles, puis donnera les patentes par la suite.


Mon Duc, comme j'avais coutume de vous appeler, Martymcfly de Montfort-Balmyr, aujourd'hui Duc de Billy, veuillez vous avancer et ployer le genoux. Une allegeance exceptionnelle doit estre fait. Vous sera remis vostre couronne de Duc par le Duc Régnant, Asturion.

Auvergne tend la main vers Marty puis souriante, l'attend.
Themisladouce a écrit:
Themis entra dans la salle du trône, salle qu'elle avait jadis fréquentée à la même place que le régnant du bimensuel, Asturion.
Vêtue d'une robe bleue nuit en velours, sobre, le port de tête altier comme d'habitude, mais les traits toujours un peu tirés, signe qu'elle n'arrivait toujours pas à câcher, de son récent veuvage.

Elle s'avança parmi les nobles du duché, saluant tour à tour tous ceux qu'elle croisait, d'un signe de tête. Passant près de Marty, elle lui sourit, heureuse d'être arrivée à temps pour son annoblissement.

Elle s'assit sur les bancs dédiés à la Haute noblesse et attendit son tour pour prester allégence au nouveau Regnant.
Martymcfly a écrit:
Le bientôt presque Duc s'avança à la demande d'Auvergne. Etait-il exceptionnel ? Ce devait être la situation qui l'était. Hochant la tête, en réponse au Héraut, Marty se présenta devant le trône ducal sur lequel était installé le nouveau Duc régnant.

Il prit alors son temps pour ployer son genou au sol, et arrivé à terre, il releva la tête.

C'est pas qu'il se sentait observé, mais pas loin.

Il avait vu la Duchesse de Combrailles entrer dans la salle du trône et lui sourire. Il comprenait sa peine à présent. Peut-être allait-il lui parler à l'issue de l'anoblissement ? Il ne savait.

Pour le moment, il était là, genou à terre, yeux encore rougis, regard porté tour à tour vers le Héraut qu'il gratifiait d'un faible sourire et vers le Duc Asturion dont il attendait la prise de parole.
Jariane a écrit:
La Duchesse de Saint Nectaire n'avait point pris part à une cérémonie d'allégeances depuis fort longtemps, son époux se ressentait de ses blessures de guerre et n'avait pu l'accompagner.

Pour la circonstance elle avait revêtue une de ses plus belle robe, pénétrant dans la salle où se passait la cérémonie, elle reconnut peu de personnes, sa longue retraite l'avait coupée des dernières festivités et des nouveaux nobles.

Patiemment elle attendit que les premières allégeances se fassent.
Naluria a écrit:
D'autres nobles entraient, Marty avait ployé le genou, puis patientait. Auvergne répondit à son faible sourire par un sourire bienfaiteur vant de prendre parole.

Martymcfly de Montfort-Balmyr, vous avez quitté il y a peu le trône ducal après deux mandats. Afin de vous remercier de la gérance du Duché du Bourbonnais-Auvergne, la Hérauderie de France vous a remis le fief de Billy comme vous en aviez le droit.

Aujourd'hui, la cérémonie devient officiel, le Duc Régnant va vous déposer l couronne de Duc, cadeau symbolique et vous reconnaissant comme faire parti de la Haute Noblesse. Dès lors, vous aurez le droit de choisir des tenants pour orner vostre blason.

Martymcfly de Montfort Balmyr, veuillez prester allégeance icelieu je vous prie, que tout ici présent et dans le futur vous reconnaissent légitimement Duc de Billy.


Auvergne regardait Marty puis l'assemblée de nobles et patienta.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Mar 30 Sep 2008 - 19:43

Themisladouce a écrit:
Themis entra dans la salle du trône, salle qu'elle avait jadis fréquentée à la même place que le régnant du bimensuel, Asturion.
Vêtue d'une robe bleue nuit en velours, sobre, le port de tête altier comme d'habitude, mais les traits toujours un peu tirés, signe qu'elle n'arrivait toujours pas à câcher, de son récent veuvage.

Elle s'avança parmi les nobles du duché, saluant tour à tour tous ceux qu'elle croisait, d'un signe de tête. Passant près de Marty, elle lui sourit, heureuse d'être arrivée à temps pour son annoblissement.

Elle s'assit sur les bancs dédiés à la Haute noblesse et attendit son tour pour prester allégence au nouveau Regnant.
Martymcfly a écrit:
Le bientôt presque Duc s'avança à la demande d'Auvergne. Etait-il exceptionnel ? Ce devait être la situation qui l'était. Hochant la tête, en réponse au Héraut, Marty se présenta devant le trône ducal sur lequel était installé le nouveau Duc régnant.

Il prit alors son temps pour ployer son genou au sol, et arrivé à terre, il releva la tête.

C'est pas qu'il se sentait observé, mais pas loin.

Il avait vu la Duchesse de Combrailles entrer dans la salle du trône et lui sourire. Il comprenait sa peine à présent. Peut-être allait-il lui parler à l'issue de l'anoblissement ? Il ne savait.

Pour le moment, il était là, genou à terre, yeux encore rougis, regard porté tour à tour vers le Héraut qu'il gratifiait d'un faible sourire et vers le Duc Asturion dont il attendait la prise de parole.
Jariane a écrit:
La Duchesse de Saint Nectaire n'avait point pris part à une cérémonie d'allégeances depuis fort longtemps, son époux se ressentait de ses blessures de guerre et n'avait pu l'accompagner.

Pour la circonstance elle avait revêtue une de ses plus belle robe, pénétrant dans la salle où se passait la cérémonie, elle reconnut peu de personnes, sa longue retraite l'avait coupée des dernières festivités et des nouveaux nobles.

Patiemment elle attendit que les premières allégeances se fassent.
Naluria a écrit:
D'autres nobles entraient, Marty avait ployé le genou, puis patientait. Auvergne répondit à son faible sourire par un sourire bienfaiteur vant de prendre parole.

Martymcfly de Montfort-Balmyr, vous avez quitté il y a peu le trône ducal après deux mandats. Afin de vous remercier de la gérance du Duché du Bourbonnais-Auvergne, la Hérauderie de France vous a remis le fief de Billy comme vous en aviez le droit.

Aujourd'hui, la cérémonie devient officiel, le Duc Régnant va vous déposer l couronne de Duc, cadeau symbolique et vous reconnaissant comme faire parti de la Haute Noblesse. Dès lors, vous aurez le droit de choisir des tenants pour orner vostre blason.

Martymcfly de Montfort Balmyr, veuillez prester allégeance icelieu je vous prie, que tout ici présent et dans le futur vous reconnaissent légitimement Duc de Billy.


Auvergne regardait Marty puis l'assemblée de nobles et patienta.
Martymcfly a écrit:
C'était d'un solennel.... Le futur-presque-bientôt-mais-pas-encore-tout-à-fait Duc de Billy devait avant tout prêter allégeance pour le fief ducal de Billy.

Il savait parfaitement ce qu'il avait à dire et avec assurance il déclara.


Nous, Martymcfly de Montfort-Balmyr, Seigneur de Terves, ancien Duc régnant du glorieux duché du Bourbonnais-Auvergne, recevons les terres de Billy et jurons d'assurer dès à présent et jusqu'à ce que le Très Haut ait décidé de nous rappeler à lui, protection, justice et subsistance à l'ensemble des habitants dudit fief.

Après une petite pause il reprit.

Et par ce fait, nous reconnaissons comme suzerain le glorieux Duché du Bourbonnais-Auvergne, représenté par vous, Sieur Asturion, Duc élu par la grâce des urnes et reconnu par le Conseil.

Nous vous devons désormais respect et jurons de vous apporter aide et conseil. Que si un conflit venait à vous opposer à Sa Majesté Levan III de Normandie, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui. Que si un conflit venait à vous opposer à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.
Asturion a écrit:
Sa Grace Asturion avait écouté attentivement les paroles du presque Duc de Billy.

Martymcfly de Montfort-Balmyr, nous , Asturion, duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour les terres de Billy que vous avez mérité.

Asturion se saisie de la couronne, se leva, et la plaça sur la tete de son nouveau vassal. Il reprit place sur le trone ducal avant de reprendre.

Relevez vous Duc de Billy.
Martymcfly a écrit:
Le voilà couronné. Marty était habitué à porter une couronne de Duc et savait très bien le poids qu'elle pesait. Malgré tout, il était plutôt à l'aise par rapport à cela.

Il se releva à la demande du Duc régnant et hocha la tête. Se rapprochant du trône qu'il avait occupé il y a encore peu de temps il donna quelques nouvelles à Asturion.


Votre Grâce, j'ai de graves nouvelles à vous annoncer. Votre marraine, ma tendre épouse... déglutition sonore.. elle... boule dans la gorge et trémolo... elle a rejoint le Très Haut. Aristote l'a rappelé auprès de lui. Et... d'autre part... mes enfants avaient fait une fugue... ils sont rentrés à Moulins, mais... c'était trop horrible pour en faire l'étalage devant la noble assemblée... ils ont rejoint leur mère.

Échanges entre Ducs... Asturion était au courant à présent de la situation bien difficile dans laquelle se trouvait le nouveau Duc de Billy. Ne voulant pas retarder la cérémonie d'allégeance, il fit quelques pas en arrière.

Je vous préviendrai de la date des funérailles.

Puis il s'en retourna s'asseoir avec les autres hauts nobles du Duché.
Asturion a écrit:
Asturion était infiniment peiné des nouvelles qui venaient de lui etre ainsi rapportées.

Il fit un signe de main a Auvergne qui s'apretait a poursuivre la cérémonie pour lui demander d'attendre un instant.

Qu'avait il bien pu se passer ? des larmes coulerent sur ses joues. Un page vient aussitot lui aporter un mouchoir.

Apres avoir seché ses larmes, le Duc fit signe a Auvergne que la cérémonie pouvait se poursuivre.
Jariane a écrit:
La duchesse de Saint Nectaire s'avança à son tour, légère révérence envers le nouveau duc.

Pardonnez l'absence de mon époux souffrant depuis la dernière campagne qui m'a déléguée en son nom pour prêter allégeance.


Moi, Jariane , Duchesse de Saint Nectaire, Baronne de Mercœur D’Auvergne au nom de Notre époux, Silec Duc de Saint Nectaire, Baron de Mercoeur d' Auvergne, reconnaissons comme suzerain vous Asturion Duc du Bourbonnais Auvergne, par la grâce des urnes.

Nous vous jurons de vous apportez aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous Asturion, Duc du Bourbonnais Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.
Jason_de_vissac. a écrit:
Jariane a écrit:

Pardonnez l'absence de mon époux souffrant depuis la dernière campagne qui m'a déléguée en son nom pour prêter allégeance.
. . . .

Jason, du fond de la salle ou il est installé en attendant son tour, entend que son oncle n'est pas encore remis de ses blessures. Il espère que tout rentreras bientôt dans l'ordre.

Un sourire a l'ancien Duc, il sait quelle épreuve celui ci traverse.

Gypsie a rejoint son fils, un sourire sur le visage.

Le juge attend son tour, patient. Jason ne sait s'il l'a reconnu, il est témoin dans un procès, présidé par Ninjaturtel. Aussi ca lui apprendra a prendre un emploi sans faire attention . . .

Il manque encore pas mal de nobles. Jason prend son mal en patience, et tranquillement, attend son tour . . .
Jazon a écrit:
Jazon avait reçu, il y a quelques jours, une missive d'Auvergne. Elle lui demandait de se rendre à la cérémonie d'allégeance du nouveau duc régnant.
Etant l'époux de la Vicomtesse Gypsie de Ravel, dame de Viverols, il en partageait dorénavant les titres comme elle partageait sa seigneurie de Sainct Maurice.

Ayant révêtu habits de circonstances, Jazon se rendit au chateau.
On lui indiqua la salle du trône et il y pénétra.
La cérémonie était commencé.
Jazon s'avança parmi les personnes présentes.
Il crut reconnaitre le fils de Phaleg qu'il salua de loin de la tête. La ressemblance était frappante. Il eut un pincement au coeur en pensant à son ami disparu.
Le duc Marty venait de recevoir son fief et se tenait auprès de son successeur. Il les salua tout deux d'un signe de tête incliné vers le bas, n'osant les interrompre.
Puis continuant à traverser la salle, il salua une dame qu'il avait aperçu déjà au chateau et fit un sourire à Auvergne qui officiait.

S'approchant des bancs, il vit que Thémis y avait pris place. Elle semblait si triste. Il s'inclina vers elle, la saluant.

"Mes hommages, Duchesse...."
Dans d'autres lieux, il l'aurait plus volontiers appelé "cousine" mais cette salle était impressionnante par ce qu'elle représentait : le pouvoir du duché.

Il aperçut le médicastre Ninja qu'il voyait souvent depuis quelques temps dans différents lieux. Il se trouvait auprès de Gypsie qui avait revêtu une magnifique robe. Décidément, le bleu était roy en ce jour !
Jazon salua le médecin et découvrit auprès de Gypsie, son fils. Eridan se tenait à ses côtés. Il lui fit l'accolade, heureux de le revoir. Il restait reclus en son domaine pour des soucis de santé et Jazon fut ravi de voir qu'il allait mieux.
Puis il se recula de quelques pas, non sans avoir déposé un baiser sur la main de son épouse, laissant la mère et le fils se retrouver.
Naluria a écrit:
Le Duc de Billy avait presté allégeance, une accolade timide avait été faite pudiquement puis il était retourner parmis les nobles lorsque sa Grasce Jariane de Joncheray fit son apparition. La femme presta allégeance alors qu'Auvergne n'ai pu la retenir et ouvrit la cérémonie.

Auvergne s'avanca puis pris la main de la jeune femme afin de la raccompagner auprès des nobles tout en lui parlant.


Vostre Grasce, je vais ouvrir la cérémonie d'allégeance, vous pourrez venir ensuite. Si vous devez partir, faite le Vostre Grasce, une lettre confirmant vostre allégeance pourra estre accepter.


Auvergne retourna près du trône où l'attendait le Duc, puis elle ouvrit la cérémonie.


Or Oyez ! Or Oyez ! Or Oyez !
Cher nobles du Bourbonnais-Auvergne
Ce jour, par moi et pour le XXIeme Duc du Bourbonnais-Auvergne, Asturion, vous ouvrons cérémonie d'allégeance de la noblese du Bourbonnais-Auvergne. Je rappelle quelque point de protocole afin que cette cérémonie se passe au mieux possible et dans le meilleur esprit.

Les nobles doivent l'allégeance à la province en laquelle tiennent leur fief. Adoncques ils vont par-devant le duc régnant en ladicte terre, lequel, ayant été élu et ayant reconnu le Roy nostre seigneur comme son suzerain légitime, les accueille et reçoit leur hommage.

Les nobles jurent à la province, en la personne du duc, fidélité (obsequium), aide et service armé (auxilium) et conseil (consilium).

En contre partie le duc leur accorde, pour la durée de son règne, protection, justice et subsistance. Il leur accorde subsistance en leur accordant fief, à eux et à leur descendance, ou en ne leur retirant pas fief déjà accordé.

L'allégeance est cérémonie publique et obligatoire pour tout vassal possédant fief. Elle est scellée par le baiser de paix ou accolade vassalique, et vaut contract.

Si pour une raison ou une autre un noble ne peut se déplacer personnellement, il peut faire missive d'allégeance tant que celle ci soit scellée, datée et signée de sa main. Il trouvera un exemple dans le bureau héraldique du Chasteau de Clermont.


Auvergne fit une pause avant de reprendre.


Vostre Grasce , Messire Asturion, Quelle en sera la configuration ? Présséeance ou premier venu ?


HRP
Petits Rappels des Regles concernant l'Allégeance des nobles d'une province
  • La Cérémonie dure en gros 1 journée RP, 1 Mois Temps Reel
  • Les Nobles du Bourbonnais-Auvergne se doivent à l'allégeance sous peine de dérogeance, soit de vive voix soit en Missive (datée, signée, scellée)
  • Ils doivent Aide, Conseil, et Protection. En contre partie le régnant leur devra Susbistance, Aide et Justice. Le contrat étant scellé par l'accolade vassalique et/ou le baiser de Paix. Attention l'allégeance se fait à deux, on ne dit pas "et en échange le duc du Bourbonnais-Auvergne me doit...", le Régnant serait en droit de refuser l'allégeance et de la faire recommencer.
  • La cérémonie se déroulera selon la demande du régnant (présséeance ou au premier venant)
  • Par soucis de réalisme par la peine d'enchainer les allégeances, une allégeance c'est un vassal et le régnant qui lui répond, donc pour un peu plus de réalisme c'est chacun son tour et pour les missives d'empechement soit vous les envoyez soit au régnant qui me les fera suivre pour témoignage soit c'est à moi et je ferai un tir groupé final de presentation des missives Smile
  • Les Missives d'appel à Allégeances seront envoyés afin que tous les nobles de merite soit au courant de la cérémonie ASAP ( cesoir au pire demain)
  • Bon RP...
/HRP
[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Mar 30 Sep 2008 - 19:44

Ninjaturtel a écrit:
On attendait la cérémonie, on attendait surtout que d'autre noble viennent en fait...

Aussitôt dit, aussitôt fait, voila Marty arrivait.
Ninja se rappela que celui ci prendrai des terres pour la fin de son second mandat, chose qu'il n'avait pas fait la première fois.

Ninja avait d'ailleurs entendu que la cérémonie commencerait de façon originale et inédite. Tant mieux, Ninja ne pouvait pas rêver pour sa première cérémonie d'allégeance si on ne compte pas le moment ou il a été anoblit.

C'était donc marty qui entrait, tout de noir vêtu. Il remarqua Ninja... pas difficile vu le peu de monde qu'il y a et il le salua de la tête tout en lui adressant un sourire. Ninja se rappela, au vue de la couleur de ses habits, qu'il avait perdu des êtres chers... Peiné, il le salua tout en souriant tout de même, Marty n'avait surement pas besoin de voir d'autre personne avec des visages triste...

Sage, Ninjaturtel attendait patiemment, en fait ce n'était pas une bonne idée de rester debout. Il y avait des chaises et banc préparé, la Hte noblesse ayant le privilège d'être devant, et de manière décroissante la basse noblesse avait quelque place au fond... Il ne verrait pas grand chose s'il était assit, et puis seul ce n'est pas amusant.

Il préféra donc rester debout, attendant après l'annonce d'Auvergne, la suite des événements.
Dans le même temps, entra une seconde charmante dame. Elle était vêtue d'une robe bleue nuit. Décidément le bleu était a la mode chez les dames. Un petit sourire s'afficha, puis celui ci s'effaça lorsqu'il se rappela qu'elle avait elle aussi vécu un triste moment il y a peu.

Themis s'avance, salue poliment chaque personne sans vraiment faire attention, ah, son regard semble se porter un peu plus sur Marty qui s'était installé auprès du régnant et d'Auvergne. Ninja était un peu déçu, le voila encore seul. Pas super pour une première fois. Il viendrai accompagné la prochaine fois c'est sur.
Mais pour l'instant, il ne pouvait pas rester la tout seul. Gypsie était avec son enfant, qui Ninja se rappel ne le salua même pas. Thémis par contre était seul mais était partit aux bancs réservé a la haute noblesse... Bah, Ninja le sera un jour, il prendra la place, de toute façon personne va le sortir.

C'est ainsi que, pendant qu'il se dirigea doucement et silencieusement aux cotés de Thémis, une nouvelle dame entra. Malheureusement aucune idée de qui ça pouvait être, elle lui disait vaguement quelque chose mais... rien, il l'a salua tout de même lors de son entré bien qu'elle ne fit pas de même...

Une autre arrivé, celle de Jazon.
Ils se saluèrent chacun leur tour. Voila une des rares personnes respectueuse encore. Sourire, puis continuation, il arriva alors auprès de Thémis. Il se montra doucement afin de ne point l'effrayer puis des lors qu'elle l'a aperçut il prit sa main pour un déposer un baiser. Tout en ayant un sourire il dit tout bas et de façon a respecter son rang :


Mes salutations duchesse de Penthièvre Balsac.

Je me permets de venir vous dérangez quelque instant si vous le permettez.

J'espérai avoir le plaisir de prendre place en votre compagnie si vous me le permettez. Suivre ces allégeances et partagez votre compagnie serait un grand honneur.

Il relâcha bien sur la main, tout en la regardant dans les yeux et en gardant son sourire, se redressant doucement et entendant d'une oreille la suite de la cérémonie.
Asturion a écrit:
Asturion avait trouvé trange qu'allégence lui soit rendu avant meme le commencement de la cérémonie. Heureusement Auvergne reprit les choses en main.

Auvergne, Nous choissons de procéder selon le principe de présséance.
Naluria a écrit:
Auvergne acquiesca d'un signe de teste puis apporta quelques missives avant d'appeler les premières personnes.

Tixlu a écrit:
Par la grâce d'Aristote,
nous, Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France,

à vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes,

salut.

Par la présente, nous renouvelons notre allégeance au duché du Bourbonnais Auvergne et à son duc élu, Asturion.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Que nous ne puissions enfreindre la page de ce serment, ou aller à son encontre par un courage téméraire. Si cependant nous osions le tenter, que nous sachions que nous encourrerions l'indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux prophètes.

Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.

nous Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France, a écrit et ratifié,

Quelque part en Guyenne, le samedi XXX des calendes d'août de l'an Pâques MCDLVI.


Toflegrand d'Auvergne a écrit:
Par la grâce d'Aristote,
nous, Toflegrand, humble seigneur de Chamblet en Bourbonnais-Auvergne,

à vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes,

salut.

Par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Que nous ne puissions enfreindre la page de ce serment, ou aller à son encontre par un courage téméraire. Si cependant nous osions le tenter, que nous sachions que nous encourrerions l'indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux prophètes.

Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.

nous Toflegrand , humble seigneur de Chamblet en Bourbonnais-Auvergne, a écrit et ratifié,

Date en la ville de Loches, le 30eme jours du 8eme mois de l'an de grace 1456

Qu'il en soit ainsi et heureusement. Amen.

alivianne a écrit:
Par la présente, nous Alivianne d’Azayes, pair de France, duchesse de la tour d’Auvergne, reconnaissons comme suzerain vous, Asturion, duc du Bourbonnais Auvergne, qui fut élu par la grâce des urnes.

Je jure de vous apportez aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion , duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers qui exclurait les terres ducale (d’Argenton) et comtale (Corbières) de mon époux Thierry d’Azayes, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait à Blois ce jour d'août le trente et un de l’an 1456.

Alivianne d’Azayes certifié veridique par apposition de mon sceau.

Wonderanny a écrit:
Quelques jours de repos, oisiveté mêlée aux bains divers qui lui ayant tant manqué, blancheur de peau qui revenait à force de brossage, sieste réparatrice, soins divers et surtout du temps pour ce petit qui chaque jour grandissait. Depuis combien de temps était elle partie ? Elle revenait avec l’enfant d’un Ange disparu dans les bras. Sures que les questions n’allaient point manquer ! Depuis combien de temps s’était elle enfermée dans sa demeure ? Depuis combien de temps dormait-elle ?
Une missive signée d'Auvergne la sortie de sa torpeur, invitation à rejoindre la cérémonie. Étrange... mais il était peut être l'heure de rejoindre le monde. Peut être…

La route de la Capitale fut donc prise, chemin long, trop long, impatience de connaitre la raison de cette invitation. Une seule idée, rejoindre le monde, quoi que ?

Une soyeuse robe gris perle, des boucles brunes sagement tressées en en savant chignon. Légère grimace d’inquiétude, courte inspiration avant de rentrer dans salle du trône. Voilà les moments qu'elle redoutait, entrer dans une salle, chercher des yeux quelques visages connus, présenter, être présentée, sourire et tout le reste... Il était l’heure, peut être… Souffle court, visage fermé, la lourde porte s’entrouvre et la Dame se glisse. Discrète, anonyme comme souvent. Sauvage à ses heures, la Dame...
Asturion a écrit:
Le Duc se saisie des courriers tendu par Auvergne, en prit connaissance et y répondit aussitot.

Citation :
Thibaud-Xavier de Ludgarès, Duc de Lapalisse, Baron d'Arfeuilles, Seigneur de Commières et Pair de France, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyés.




Citation :
Toflegrand, Seigneur de Chamblet , nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Chamblet, que l'on vous a octroyé.




Citation :
Alivianne d’Azayes, pair de France, duchesse de la tour d’Auvergne, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de la Tour d'Auvergne, que l'on vous a octroyé.



Themisladouce a écrit:
Themis avait pris place machinalement sur les bancs dédiés à la Haute Noblesse. Elle avait expérimenté la solitude ces dernières semaines, depuis l'enterrement de Melkio. Ainsi, en entrant dans cette grande salle, faire son devoir de vassale, Themis n'avait vu personne. Et quand le Doyen s'adressa à elle, lui prenant sa main et la baisant, la Douce faillit sursauter. Elle lui sourit en l'écoutant.

Mes salutations duchesse de Penthièvre.
Je me permets de venir vous dérangez quelque instant si vous le permettez.
J'espérais avoir le plaisir de prendre place en votre compagnie si vous me le permettez. Suivre ces allégeances et partagez votre compagnie serait un grand honneur.


Le Bonjour cher Seigneur Ninja. Je vous en prie, prenez place, je ne vois pas d'autres Ducs hormis celui de Bily, vous ne prendrez la place de personne. Permettez moi de vous abandonner un instant, le temps de faire mon devoir.

Elle lui sourit, appréciant la beauté de cet homme que les ans bonifiaient toujours. Son élégance renforcée par son récent anoblissement...
Elle se leva donc et avança devant le Duc, pliant un genou, elle récita :


Votre Grasce, se présente devant vous Themis de Penthièvre Balsac, Duchesse de Mauriac, Duchesse de Combrailles, Baronne de Balsac et Dame de Saint Hilaire de Loulay.

Elle leva les yeux sur son suzerain et continua :

Nous, Themis de Penthièvre Balsac dicte "La Douce", ayant l'usufruit du duché de Mauriac, du duché de Combrailles et de la baronnie de Balsac, pour nos enfants Selaven, Semias et Elegie de Penthièvre Balsac et tous nos vassaux, renouvellons l'allégeance de nos fiefs au Duché du Bourbonnais Auvergne, et rendons hommage à son Duc Asturion, lui promettant auxilium, consilium et obsequium en toutes circonstances.

Elle attendit un instant la réponse du Duc.
Naluria a écrit:
Auvergne pris les missives de réponse du Duc et les remis à un page afin qu'elle soit envoyées et reçues aux bons destinataires.

Une autre missive fut donné au Duc pui Auvergne appella les premiers nobles à prester allégeance.


Kad a écrit:


    Par la grâce d'Aristote,
    Nous, Cyril Kad d'Azayes, humble Comte du Forez en Bourbonnais-Auvergne, Seigneur d'Agonac et d'Eyguières, Préfet des Vidames, Archevêque Inquisiteur, Primat de France et Chevalier d'Isenduil,

    A vous, Votre Grâce Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la biais des urnes,


    En ce second jour de septembre de l'an de grâce MCCCCLVI,

    Salut et Bénédiction apostolique.



    Nous trouvant toujours dans le sud est des Royaumes, nous sommes dans l'incapacité de venir vous prêter allégeance. Aussi, nous vous avons fait parvenir ce pli.

    Par la présente, nous vous reconnaissons comme notre suzerain légitime.

    Nous vous promettons respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium) pour autant que n'éclate de conflit opposant directement le Bourbonnais Auvergne au Souverain Pontife.

    Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.


    Ad majorem Dei gloriam


Sont appellés à ployer le genoux et à prester allégeance icelieu les Ducs et Duchesses cités cy-après.

  • Sa Grasce Themis de Penthièvre de Balsac, Duchesse de Mauriac, Duchesse de Combrailles, Baronne de Balsac,
  • Sa Grasce Pierre de Roanne, Duc de Roanne, Baron de Pierrefort,
  • Sa Grasce Trollfarceur, Duc de Vichy, Baron de Dienne,
  • Et une confirmation d'allégeance par les époux De Joncheray, Duc et Duchesse de Saint Nectaire, Baron et Baronne de Mercoeur d'Auvergne.


Auvergne se tue et patienta.
Jariane a écrit:
La duchesse tourna légèrement la tête en apercevant wonder qui venait d'arriver. Ses yeux froids se posèrent à nouveau sur le Duc, une dame ne pliait pas le genou, elle se contenta d'incliner légèrement la tête.

Moi, Jariane , Duchesse de Saint Nectaire, Baronne de Mercœur D’Auvergne au nom de Notre époux, Silec Duc de Saint Nectaire, Baron de Mercoeur d' Auvergne, reconnaissons comme suzerain vous Asturion Duc du Bourbonnais Auvergne, par la grâce des urnes.

Nous vous jurons de vous apportez aide (auxilium) et conseil (consilium), respect (obsequium).

Que si un conflit venait vous opposer vous Asturion, Duc du Bourbonnais Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Permettez que je me retire et rejoigne le chevet de mon cher époux.


Deux pas en arrière, elle en avait terminé, elle regarda Auvergne, si cela ne convenait pas, elle fera envoyer pli privé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Mar 30 Sep 2008 - 19:45

Asturion a écrit:
La Duchesse Themis venait de préter allégence.

Themis de Penthièvre Balsac, Duchesse de Mauriac, de Combrailles, Baronne de Balsac, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyés.

Le Duc se leva, rejoint la Duchesse Themis, l'invita a se relever et lui donna le baisé vassalique.

Avant qu'elle ne reparte il lui glissa quelques mots.


Toutes nos pensées vous accompagne dans votre dueil.

Puis il repris place sur le Trone.

Auvergne lui apporta une autre missive a laquelle il répondit.

Citation :
Cyril Kad d'Azayes, Comte du Forez en Bourbonnais-Auvergne, Seigneur d'Agonac et d'Eyguières, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyés.




La Duchesse de Saint Nectaire n'avais pu resté attendre la confirmation de son allégence, devant se rendre au chevet de son mari. Le Duc lui envoya un plis privé.


Citation :
Duchesse de Saint Nectaire, Baronne de Mercœur D’Auvergne, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyés.

Puisse la santé de votre époux s'améliorer.





Il donna les courriers a Auvergne tout en cherchant du regard leurs graces Pierre de Roanne et Trollfarceur.
Themisladouce a écrit:
La Duchesse se releva et remercia le Duc Asturion pour sa gentille parole concernant le dueil de son époux. Avant de rejoindre les rangs et Ninja, elle lui glissa à l'oreille :

A bientôt de travailler ensemble à l'Alliance du Centre.

Elle lui sourit et reprit sa place.
Ninjaturtel a écrit:
Ninja venait donc de rejoindre Themis, sachant les dur moment qu'elle venait de vivre, il pouvait lui tenir compagnie et essayer de faire passer le temps et la détendre. Il était pas trop mauvais a ce jeu la, et puis il était un peu bavard et pourrait faire passer le temps, surtout qu'il sait qu'il passera a la fin, il avait donc largement le temps.

C'est ainsi qu'elle lui permettait de s'assoir a ses cotés, sourire échangé, elle "s'excusa" devant allez prêté allégeance.
Ninja répondit a son sourire, la saluant de la tête, signe montrant qu'il comprenait le fait qu'elle devait y aller.

Il suivit alors l'allégeance, se retrouvant pour le coup encore seul. Rien qu'a y penser, un énorme sourire s'afficha. C'était le destin surement. L'allégeance avait lieu, et Ninja attentif cru entendre une nouvelle fois la porte s'ouvrir. Curieux, et surtout l'envie de savoir qui vient, il se retourna alors tel un enfant. Le visage plus ou moins sérieux, aucune expression précise sur son visage. La personne s'avance doucement, Ninja regarde et s'aperçoit que c'est Wonderanny, voila une dame qu'il n'a vu que rarement aussi ces derniers temps. Elle a l'air de vouloir se faire discrète et se glisse rapidement. L'ayant aperçu, ne voulant pas manquer de respect, il l'a salua de la tête même si elle ne regardait pas en sa direction. Il s'assoyait convenablement, regardant la fin de l'allégeance de Themis qui revenait a ses cotés.

Il lui dit alors tout bas :


Je tenais a vous remerciez pour me permettre de me tenir a vos cotés quelque instant. Si on vient me dire que je gène je défendrai ma position a l'aide de ma masamune afin de ne pas faire écourter de façon inopiné notre rencontre. C'est la moindre des choses pour vous remercier dit il avec le sourire, amusé.

Mais dites moi, si j'ai bien compris, l'allégeance est plus ou moins personnalisé n'est ce pas ?
On peut constater des variantes selon les personnes, enfin le mieux serait que je demande directement a Auvergne... Vous pensez que si je l'appelle d'ici elle voudra venir répondre a ma question ? Finit il avec un large sourire un peu taquin.
Naluria a écrit:
Auvergne patienta en silence, entendant des murmures dans la salle. S'approchant du Duc, elle lui souffla quelques mots.

Vostre Grasce, nous allons continuer la cérémonie en espérant que les deux absent se présente avant la fin de la cérémonie.


Auvergne se redressa puis appella les suivants.


Sont appellés les personnes cy-appellées.

  • Messire Hugues. de Carpadant, Vicomte de Montboissier
  • Dame Gypsie de Viverols, Vicomtesse de Ravel
  • Messire Tcotn, Vicomte de Brossadol
  • Messire Nakuneuil d'Azayes, Vicomte de Carlat


Et Messire Alayn de Viverols a envoyé son allégeance par missive que voici.


Auvergne tendit la missive avec un sourire, il y a longtemps qu'elle avait attendu de ces nouvelles, et la dernière missive lui permettait de bénéficier de ses quelques mots...

Alayn a écrit:
A vous, Asturion, Salut.

Nous, Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert en Bourbonnais-Auvergne,

Par la présente, reconnaissons comme suzerain vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.


Faict à Castillon, Comté du Périgord, ce jeudi, quatrième jour du moy de septembre de l'an de grasce mil quatre cent cinquante six.




Asturion a écrit:
Le Duc prit connaissance de la missive qu'Auvergne lui tendait, et décida d'y répondre immédiatement, puisqu'il semblait que les nobles qu'Auvergne avait appelés n'etait pas encore arrivés.

Citation :
Alayn de Viverols, Vicomte d'Ambert, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief d'Ambert, que l'on vous a octroyé.



Gypsie a écrit:
D’autres nobles arrivent, s’installent sur les bancs prévus pour la haute noblesse, mollement rembourrés pour les fessiers délicats. Ravie de voir Jazon la rejoindre, la famille est presque au complet. Presque… Il en manquera toujours un se dit Gypsie, déçue de n’avoir jamais su réunir toute la famille au Domaine de Ravel.

Wonderanny, discrète comme à son habitude, Jason, si beau jeune homme. Jariane, plus revue depuis longtemps. Emouvant couronnement du Duc de Billy endeuillé.

Chuchotements, murmures, comme un bruit de fond en attendant la suite, alors que les missives commencent à arriver. Elles seraient sans doute moins nombreuses cette fois ci. Le Docteur Ninjaturtel s’en va bavarder avec Themis, et la cérémonie continue, longue…

On patiente et sans signe des ducs de Vichy et de Roanne, Auvergne décide de poursuivre en appelant les Vicomtes. Petit serrement de main de la part de Jazon qui tire Gypsie de sa rêverie. Petit coup du revers de la main sur la robe, pour effacer un pli imaginaire, et la voilà avancer vers le duc, ployer le genou et le mettre à terre ; puis regard franc et droit plongé dans ses yeux , prononce la fameuse phrase bimestrielle,


Moi, Gypsie, Vicomtesse de Ravel, Baronne douairière de Domérat, Dame de Viverols et de Saint Maurice, renouvelle mon allégeance au duché du Bourbonnais Auvergne représenté par son duc Asturion. Je jure de lui apporter aide (auxilium), conseil (consilium) et respect (obsequium).

Attente de quelques secondes de la réponse du duc, du baiser ou de l’accolade vassalique.
Galswinthe a écrit:
Galswinthe arriva à la salle du trône discrètement, comme à son habitude, saluant d'un signe de tête les personnes qu'elle connaissait et alla prendre place sans faire de bruit afin de ne point perturber l'allégeance de Gypsie.
Asturion a écrit:
Gypsie, Vicomtesse de Ravel, Baronne douairière de Domérat, Dame de Viverols et de Saint Maurice, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyés.

Le Duc se leva, rejoint la Vicontesse Gypsie, l'invita a se relever et lui donna le baisé vassalique, puis il repris place sur le Trone.
Naluria a écrit:
Le ballet des lettres continuait, et Auvergne les transmettait au Duc. Le scel du Prince lui fait toujours mal aux yeux mais bon...

Hugues.carpadant a écrit:
A vous, Asturion, salut.

Par la présente, nous, Hugues de Carpadant, Prince de Montmorency, Comte de Monbazillac et Vicomte de Montboissier, reconnaissons comme suzerain, vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne pour nos terres de Montboissier.

Que nous vous devons désormais obsequium, auxilium et consilium,

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.




Fait à Montmorency, le 10 septembret de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.





Hugues de Carpadant
Prince de Montmorency, Comte de Monbazillac et Vicomte de Montboissier


Nakuneuil a écrit:
Par la grâce d'Aristote,
nous, Théobald d'Azayes dit Nakuneuil, Vicomte de Carlat en Bourbonnais-Auvergne,

à vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes,

salut.

Par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Que nous ne puissions enfreindre la page de ce serment, ou aller à son encontre par un courage téméraire. Si cependant nous osions le tenter, que nous sachions que nous encourrerions l'indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux prophètes.

Pour que l'autorité de notre sermentation obtienne une vigueur plus ferme dans les temps à venir, nous avons décidé de la confirmer par notre main et de la signer par l'impression de notre sceau.

nous Théobald d'Azayes dit Nakuneuil,Chancelier et Pair de France, Comte de Jublains,en tant que seigneur du Vicomté de Carlat en Bourbonnais-Auvergne, a écrit et ratifié,

Date en l'enceinte du donjon de Jublains, le 8 Septembre 1456.
Qu'il en soit ainsi et heureusement. Amen.


pierre de roanne a écrit:
Par la grâce d'Aristote,
nous, Pierre de Roanne d'Azayes, Baron de Pierrefort, Duc de Roanne,

à vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne par la grâce des urnes,

Salut,

Par la présente, nous renouvelons notre allégeance au duché du Bourbonnais Auvergne et à son duc élu, Asturion.

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Que nous ne puissions enfreindre la page de ce serment, ou aller à son encontre par un courage téméraire. Si cependant nous osions le tenter, que nous sachions que nous encourrerions l'indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux prophètes.



Fait à Mimizan l'an de grâce MCDLVI.
Asturion a écrit:
Auvergne lui tendit trois missives, manifestement il avait du temps devant lui, alors il y répondit sans attendre.

Citation :
Hugues de Carpadant, Prince de Montmorency, Comte de Monbazillac et Vicomte de Montboissier, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Montboissier, que l'on vous a octroyé.






Citation :
Théobald d'Azayes dit Nakuneuil, Vicomte de Carlat, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Carlat, que l'on vous a octroyé.






Citation :
Pierre de Roanne d'Azayes, Baron de Pierrefort, Duc de Roanne, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyé.



Naluria a écrit:
La cérémonie avançant lentement en raison du peu de présence des nobles, Auvergne décida de continuer.

Vostre Grasce, nous attendons donc Messire Trollfarceur, Duc de Vichy et Baron de Dienne dont la lettre s'est égarée, un rappel lui a donc été envoyé. De mesme nous attendons Messire Tcotn, Vicomte de Brossadol.

Afin de ne point faire durer l'allégeance, nous allons annoncer les Barons et Baronnes du Bourbonnais-Auvergne.


Auvergne les annonça donc.

J'appelle à ployer le genoux et à faire allégeance les personnes citées cy-après :

  • Messire Azdrine et Dame Sibella, Baron d'Usson, Baron de Riom
  • Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse
  • Althiof et Korydwen de Marigny, Baron de Cournon d'Auvergne
  • Ferdinant, Baron de Villemontée
  • Messire Jason de Vissac, Baron de Vissac
  • Messire Eridan dict Surgeon II, Baron de Domérat
  • Dame Galswinthe, Baronne d'Herment
Jason_de_vissac. a écrit:
A l'annonce d'Auvergne, les chuchotis dans la salle ont pris fin.

Jason n'a pas revu Ferdinant depuis quelques mois, il espère que celui ci sera remis de sa maladie.

Il est content de revoir son oncle, avec qui il a eu l'occasion de boire un verre en taverne il y a quelques jours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Mar 30 Sep 2008 - 19:46

Naluria a écrit:
Auvergne toussota pour rompre le silence et tendit une missive.

Trollfarceur a écrit:
Par la grâce d'Aristote,

nous, Trollfarceur, Duc de Vichy, Baron de Dienne, Medecin du Roy,

à vous, Asturion, Duc de Bourbonnais-Auvergne,

Par la présente, nous reconnaissons comme suzerain vous, Asturion, Duc de Bourbonnais-Auvergne,

Que nous vous devons désormais respect (obsequium), aide (auxilium) et conseil (consilium),

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc de Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous, Asturion, Duc de Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait a Verdun, le 9 Septembre 1456.

Trollfarceur
Duc de Vichy
Baron de Dienne
Medecin du Roy

Jason_de_vissac. a écrit:
Après qu'Auvergne ai tendu une lettre au Duc, Jason met genoux a terre et annonce d'une voix claire :

- Nous, Baron Jason de Vissac, vous reconaissons Asturion, Duc du Bourbonnais Auvergne comme suzerain.
Nous vous devons aide, respect et conseil.


Il attend ensuite l'accolade ou le baiser vassalique.
Asturion a écrit:
Le Duc prit connaissance de la missive qu'auvergne lui tendait.

Citation :
Trollfarceur, Duc de Vichy, Baron de Dienne, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyé.





Il répondit ensuite a l'allégence du Baron de Vissac.

Jason, Barron de Vissac, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour le fief de Vissac, que l'on vous a octroyé.


Le Duc se leva donner l'accolade a son vassal avant de reprendre place.
Jason_de_vissac. a écrit:
Jason, après l'accolade retourne s'asseoir pour la fin de la cérémonie.
Sibella a écrit:
Pour la première fois la Baronne d'Usson et de Riom avait accompagné son époux à la cérémonie d'allégeance envers le Duc Asturion. La jeune femme, n'était jamais venue assister auparavant mais cette fois-ci ça lui faisait plaisir de venir et de plus, elle sentait que son époux avait besoin de soutien, et elle se devait de l'accompagner.

Il était tourmenté par cette allégeance, lui qui d'ordinaire ne se pose que rarement des questions, cette fois-ci il avait des doutes sur les compétences du Duc. Indubitablement, il répondrait toujours présent pour défendre la province, mais prêter allégeance au Duc, lui semblait lourd de conséquence. Il avait donc pensé et réfléchit à ce serment et décida de prêter allégeance au Bourbonnais-Auvergne.

Sibella n'était pas loin derrière, elle se tenait près des personnes présentes qui assistaient à la cérémonie, elle s'était appuyée à un pilier, en attendant.
Azdrine a écrit:
Moment fortement mouvementé ces jours ci, Azdrine était quelque peu perdu dans ce qu'il devait faire pour le duché. Lorsque Auvergne l'appela, il s'avança, ne sachant toujours pas quoi dire. Il n'avait plus que quelques mètres pour prendre son ultime décision.

Arrivé face au duc, il attendit encore quelques secondes puis ploya le genou et déclara :


Nous, Azdrine de Vissac, Baron d'Usson et de Riom, renouvellons notre allégeance au Bourbonnais Auvergne et lui devons respect, aide et conseil.

Que si un conflit venait à vous opposer le Duché du Bourbonnais-Auvergne, à Sa Majesté, Lévan, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour Sa Majesté.

Notre aide, quelqu'elle soit, est à disposition de la province dont vous a reconnu duc légitime la Couronne. Jusqu'à preuve du contraire, nous continuerons de la servir.
Ninjaturtel a écrit:
Ninja avait entamé la discussion, mais il semblerait que la dame n'était pas des plus enclin a discuter...

Douce brise qui souffle sur lui... celle de la solitude... Il remercie la duchesse de sa compagnie, puis se lève et quitte ces sièges qui ne lui sont pas destiné. Surement Dieu a décidé de le punir de son acte ou plutôt de son culot.

Il voit que des nouvelles personnes entrent, les salue chacun leur tour puis prend direction du fond de la salle. Il s'était promené ici et la, avec ou sans succès, et la cérémonie avait plutôt bien avancé sans qu'il s'en rendre compte. Il allait devoir faire attention et attendre son tour maintenant.

C'est pourquoi, tranquillement, se tenant bien droit et regardant les allégeances se faire, Ninja resta pour une fois calme et attendit son tour patiemment... sauf si quelque chose se passer bien évidemment.
Naluria a écrit:
Une nouvelle lettre arriva... Sa main la tendit machinalement au Duc.

Althiof a écrit:
Althiofus Toggenburgi-Marigny salutem date

Nos, Auvergni Courni baro et Neschersi dominus, ab nove Bourbonno-Auvergno subjectus sumus. Ab hinc, Vos, Asturion, nos Dux et noster justus princeps estis.

Juramus auxilium, consilium et obsequium.

Noster brachium et noster gladius servi pagensi sunt.

Dux vale semper.

Montbrisoni, die prima septembris MCDLVI

Althiofus Toggenburgi-Marigny,
Auvergni Courni baro,
Neschersi dominus.

Asturion a écrit:
Azdrine de Vissac, Baron d'Usson et de Riom, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyés.

Le Duc se leva donner l'accolade a son vassal, puis reprit place sur le trone. Auvergne lui apporta une missive. Le Duc la consulta, la retourna en tout sens et fini par chuchoter quelques mots a l'oreille d'Auvergne, qui lui répondit.

Il rédigea une lettre en réponse a cette étrange missive.


Citation :
Althiof, Baron de Cournon d'Auvergne ,nous , Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne pensons avoir reçu missive émanant de vous, pour votre allégence, et qui serait rédigé en latin.

Nous ne sommes pas au fait de cette langue, aussi, nous ne saurions prendre connaissance du contenu de votre missive. Nous vous invitons donc a nous écrire en bon françois.




Martymcfly a écrit:
Le Duc de Billy était retourné dans les rangs de la Haute Noblesse, un peu plus fourni que lors de la dernière cérémonie d'allégeance... Et comme d'habitude, ça traaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaainait en longueur... C'était le genre de chose qui ne changeait pas.

Marty compta sur ses doigts. Il ne manquait plus grand monde dans les Barons. Certains étaient même présents. Son regard se porta sur la Baronne de Herment et le Baron de Domérat. C'étaient eux les prochains à ployer le genou devant leur suzerain.

Des lettres viendraient sûrement de Villemontée et de Cournon d'Auvergne. D'ailleurs des murmures dans l'assistance faisaient état de la réception d'une missive du Baron Althiof pourtant. Une missive rédigée dans une langue inconnue au Duc. Certains, qui comprenaient ce langage souriaient en coin. Le Duc de Billy en profita pour glisser à l'oreille de sa voisine, la Duchesse de Combrailles.


Si notre suzerain n'entend pas le latin, maîtrisera-t-il le grec ?

Il inclina la tête, un sourire au coin de lèvres.

Mais la grande interrogation était de savoir si le Baron d'Aigueperse allait venir ou non. Et après bien sûr, les seigneurs de mérite dont la liste s'allongeait au fil des années.
Naluria a écrit:
Auvergne était patiente... Mais pas trop... Gals et Eridan était là. Eridan... *Quand aurais-je une nouvelle lettre de vous, me donnant de vos nouvelles, que je comprenne que puisse vous aider.*

Auvergne passa donc au suivant avec agacement.

Nous passons donc aux allégeances suivantes. Nous attendons donc toujours Messire Tcotn, Vicomte de Brossadol ; Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse ; Messire Ferdinant, Baron de Villemontée ; Messire Eridan, Baron de Domérat et Dame Galswinthe, Baronne d'Herment.

J'appelle donc les Seigneurs et Dames de Mérite :

  • Messire Toflegrand, Seigneur de Chamblet
  • Messire Ninjaturtel, Seigneur de Glénat
  • Dame Clothilde de Saint Nicolas, Dame de Laveissière
  • Dame Karox, Dame de Montvicq
  • Son Eminence Ivrel, Dame de Tournoël


Dame Naluria Marthun Vaast, Dame de Pleaux presta allégeance à la fin.
Galswinthe a écrit:
Galswinthe, à l'appel d'Auvergne s'avança pour prêter allégeance

Moi, Galswinthe, baronne d'Herment et dame de Saint-Saturnin, renouvelle mon allégeance au duché du Bourbonnais Auvergne représenté par son duc Asturion. Je jure de lui apporter aide (auxilium), conseil (consilium) et respect (obsequium).
Ferdinant a écrit:
Foutue missive. Il s'en serait bien passé. Ah oui vraiment ! Les lettres de sa chère vassale lui donnait paradoxalement un air contrarié lorsqu'il en reconnaissait le sceau. Car bien souvent il s'agissait de quelques remontrances héraldiques ou d'une "invitation" à venir prester serment.

Et voilà que depuis 2 mois le baron fut bien discret. Point de cavalcade en gargote, sur ce destrier couleur ténèbres qu'il affectionnait tant, point de grand esclandre en chambre des nobles, point d'accrochage avec la Duchesse Thémis. Non rien. Son arrogante mine était introuvable. Que cachait-il ? Que fuyait-il ? Nul ne le savait. Avait-il replongé dans quelque démence lié à ces maux mystérieux qui l'avaient longtemps frappé pour ne point dire défiguré ? Peut-être... Toujours est-il que le castel de Villemontée paraissait à l'abandon depuis quelques temps. Tout établissait qu'il n'y couchait point.

Après une longue chevauchée, les sabots, lourds, épuisés, frappèrent encore les pavés des ruelles menant au Chateaux du Bourbonnais-Auvergne. Quel Duc cette fois-ci ? As.. Aston.. ? Hmm, voilà trop longtemps qu'il s'était éloigné de son duché natal.

Mais il avait tenu à estre présent en personne. Il tenait la noblesse et les traditions héraldiques en trop haute estime que pour refuser de s'y rendre s'il le pouvait. Ce qui ne veut pas dire qu'il le faisait avec entrain, loin de là... Encore une longue cérémonie. Pour un Duc dont il ne connaissait même point le nom. Rah... Où était-elle d'ailleurs cette missive, au moins aurait-il pu savoir ce nom ! Il demanderait aux nobles présents. En espérant qu'il se passe quelque délectable évènement qu'il soit...

Enfin il était arrivé ! Il confia sa fidèle monture à l'un des nombreux palefreniers qui s'afféraient dans tous les sens. Il se retourna et lui jeta quelques pièces en lui demandant de nourrir l'étalon. Se plaçant devant la porte d'entrée, il fit signe au valet de ne point bouger, il ouvrirait lui-même afin de ne point faire de bruit. Discrétion restait son maistre mot.

Il ouvrit dès lors la lourde porte donnant sur l'immense salle du trône aussi calmement que possible et se faufila jusqu'à la première rangée de fauteuil. Pas un grincement ! Voilà qui était par...

Le baron n'eut pas le temps d'achever sa pensée qu'un grand "BAM" vint troubler la trop pesante quiétude du lieu. Les regards se retournèrent vers l'origine du boucan. Le baron afficha un large sourire, camouflant sa confusion. Comme si de rien n'était, il s'avança entre les rangées et alla s'installer au plus prêt de la Vicomtesse de Ravel, comme d'accoutumée, tout en se gardant bien de ne point croiser quelque regard.

"Le bougre de valet, il me le payera !" Pensa-t-il...
Asturion a écrit:
Galswinthe, baronne d'Herment et dame de Saint-Saturnin, nous , Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne, que l'on vous a octroyés.

Le Duc se leva donner le baisé a sa vassale, puis reprit place sur le trone.
Martymcfly a écrit:
Il arriva ce qui devait arriver... Le Duc de Billy s'endormit doucement, tant la lenteur de la cérémonie se faisait ressentir... Moments de calme et de sérénité sur les bancs de la Haute Noblesse. Légers ronflements se font entendre. Il devrait dormir davantage au lieu de passer ses nuits à la cache avec son Héraut autoritaire, mais tellement charmante...

Marty n'était plus dans la salle du trône, mais il chevauchait dans la lande auvergnate, probablement vers Mauriac... A la recherche de hameaux isolés qui cacheraient des châteaux perdus et dont les fiefs relevaient du Duché de la famille Balsac... "Ah non, ne me parle plus de famille hein !".

La cavalcade se poursuivait vers Herment, joli village, tout comme Saint-Saturnin. Comme s'il s'y voyait... Comme s'il l'entendait même... Etrange impression. On lui parlait ? Toc, toc, toc ! Faudrait penser à se réveiller, ça fait mauvais genre de s'assoupir en pleine cérémonie d'allégeance...

Le rêve se poursuivait... Et le Duc souriait dans son sommeil... Quand une porte se claqua bruyamment, sortant Marty de ses rêves devenus impolis.


"BAM"

Nal.... Toussote. Se retourne en ouvrant l'oeil, puis l'autre.

Villemontée... Le jeune Ferdinant n'était plus si jeune maintenant, 'fin pas qu'il était un vieillard non plus, mais le temps passait. Le Baron s'installa près de la Rectrice qui l'accueillit avec joie auprès d'elle.

La cérémonie poursuivait dans sa lenteur habituelle. Et imperturbable, le Duc régnant donna le baiser de paix à la Baronne d'Herment. Marty écouta les paroles prononcés et il haussa son sourcil. Dans ses pensées encore troublées par le sommeil trop tôt écourté, il se rappelait des formules consacrées et se dit qu'il y avait une petite erreur.
Auvergne ne manquerait point de la relever. De toute façon, tout était dit. Peut-être même un peu trop.

C'était à qui le tour maintenant ?! Tous les Barons étaient présents dans la salle... Tous... ? Non ! Il en manquait un. Et les Seigneurs de mérite pouvaient à présent venir ployer le genou. Qui allait faire le premier pas ? Ou plutôt le premier genou... C'était reparti pour un bon long moment d'attente...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Mar 30 Sep 2008 - 19:47

Gypsie a écrit:
Les cérémonies d'allégeance avaient le mérite de laisser libre cours à l'imagination et plus d'un, durant ces longs moments d'attente, se perdait dans de longues rêveries, si durables qu'elles menaient parfois carrément à l'assoupissement. Comme ce fut le cas pour le Duc de Billy qui s'éveilla soudainement à l'entrée remarquée du baron de Villemontée.

Aaaaahhhhh !!!!! Enfin !!!!!!!! Voilà le Ferdinant !! Gypsie le croyait disparu quelque part, perdu, voire enlevé par une jeune noble aux doux contours, digne de son nom...

Il s'installe près d'elle, quel plaisir ce qui devenait presque un rituel ; sans doute Jason allait les rejoindre, et tandis que Ninja allait de l'un à l'autre, discret, semblant glisser sur le sol tant son pas était souple et léger, aussi léger que sa noire chevelure et ses mots chuchotés, la baronne d'Herment venait de recevoir le ducal baiser.

Discrètement, ne voulant surtout pas déranger tout ce petit monde pensif, Gypsie embrassa amicalement Ferdinant.


Comment vas tu ? Tu avais disparu !! J'ai cru que tu étais souffrant quelque part, agonisant même !!
Ninjaturtel a écrit:
Ninja était sage cette fois ci et attendait que la cérémonie se déroule, pas mal de courrier encore, il n'a pas vu beaucoup de monde se présenté.

Ninja s'était dit que ça allait bientôt être son tour, bien qu'aucun baron quasiment n'avait été prêté allégeance, et ce fut avec étonnement qu'il entendit que c'était au tour des seigneurs... Oulaaa, il s'était endormit ou quoi, c'était passé vite on dirait...

L'étonnement se change en satisfaction, c'était enfin son tour !
Bah oui, certes il était a demi fier d'être présent ici, mais ça le dérangé un peu d'attendre les trois quarts des autres nobles.

Attendre la moitié ou le tiers oui... mais les trois quarts pfiouuuuuu, surtout quand personne cause.

C'est ainsi, quand Nalu... euhhh Auvergne annonça que les seigneurs pouvaient s'avancer, que ninja observa a droite a gauche pour voir si une dame allait s'avancer. Il n'en avait vu aucune (je crois xD), c'est pourquoi il commence a avancé le pas et vois Gals partir prêté allégeance. Ah ha, plus rapide que lui la Gals ! Il attend sagement, prêt a bondir au moindre mouvement puis la voit finir prêté allégeance, ah c'est son tour ! Il voit Ferdinant entré, il le salue puis comme la voie est dégagé il n'hésite pas. Il s'avance alors doucement, fièrement, la tête haut, le regard bien droit, la démarche gracieuse et les habits seyant.

Il arrive donc devant le duc et la héraut, point de nervosité, il allait enfin pouvoir faire son tour... Auvergne demande a ce que genoux soit ployé, il obéit sagement et, faisant un acte totalement instinctivement, ou de manière totalement irréfléchie et "reflexuelle", il ploie le genoux droit tout en restant debout... oui vous l'avez deviné, c'est le retour du flamant rose version blanc...
Ployant donc son genoux droit, bien devant le Duc, tout en restant en équilibre il plie le genoux gauche jusqu'à collé sa jambe droite au sol. C'est bon, il est bien installé.

Il lève la tête alors vers le Duc, puis d'un ton fort il dit :


Moi, le Doyen Juge Docteur Ninjaturtel de Glénat, remercie le duché de lui avoir octroyé fief et vous reconnais vous Asturion comme notre Suzerain.

Moi, le Doyen Juge Docteur Ninjaturtel de Glénat, remercie le duché de lui avoir octroyé fief, prête allégeance et jure fidélité.

Moi, le Doyen Juge Docteur Ninjaturtel de Glénat, remercie le duché de lui avoir octroyé fief, prête allégeance et jure aide.

Moi, le Doyen Juge Docteur Ninjaturtel de Glénat, remercie le duché de lui avoir octroyé fief, prête allégeance et jure conseil.

Tout avait été dit... Enfin il croit... de toute façon c'était au tour du duc... on verra bien...
Jason_de_vissac. a écrit:
Perdu dans ses pensées, Jason sursaute en entendant un grand "BAM".

Ferdinant fait une entrée fracassante et va s'asseoir auprès de Gypsie. Après un moment d'hésitation, Jason va les rejoindre. Il était resté en retrait jusqu'à présent pour laisser mère et fils tranquille, mais le coup d'oeil de la rectrice lui fait comprendre qu'il ne sera pas de trop.


- Merci Gypsie Smile. Bonjour Ferdinant. Content de vous revoir.

Mais le Doyen vient preter allégeance et les murmures se taisent pour l'écouter.

Toutes les Dames de la salle le suive des yeux, et Jason sourit.
Ivrel a écrit:
A la sortie de la messe dominicale, Ivrel entra dans la salle et attendit que Messire Ninja finisse de parler (cela risque de durer un moment Wink ) et que le duc lui réponde pour ensuite s'avancer.
Ferdinant a écrit:
Sourit à la Vicomtesse et s'assit si prestement que sa couronne manque de tomber.

Non non je...

Feinte de tousser afin de camoufler ses paroles fortes.

Hem... Non non, je vais bien merci, je vais beaucoup mieux. Mais il me plait de me retirer pour quelques moments, prier, réfléchir...

Elle n'en croirait pas une parole. Qu'importe, il ne pouvait ni ne voulait en dire plus.

Arriva le baron Jason, avec qui il avait enfant partagé bien des jeux. Lui sourit.


Un plaisir partagé, cher baron !

Regarde enfin autour de lui le florilège bimensuel de tissus rares, de couronnes étincelantes, de bijoux hors-de-prix et autres atouts en tous genres. Un brigand en aurait tirer butin de toute une vie...

Son regard s'arrête sur une couronne ducale. Tiens ? Un nouveau Duc ? Le penthiévrique balsac aurait-il hérité ? Ah non ! C'était Marty de Monfort-Balmyr, dont il ne savait point que celui était veuf. Ainsi donc il avait reçu un Duché. C'était bonne chose pensa-t-il.

Son regard se posa enfin sur le trône ducal. Y siégeait un Duc qui n'avait point l'air d'avoir habitude de ce genre de cérémonie. Qui était-il ?

Se penche vers sa voisine.


Vicomtesse, pouvez-vous me dire qui donc est celui qui nous dirigera pour deux mois, je vous prie... ?
Ivrel a écrit:
Le Doyen avait fini de parler... au tour du duc.
Et si d'ici là personne ne s'avançait plus, Ivrel pourrait, elle ausssi prêter allégeance.
Naluria a écrit:
Le Duc semblait s'estre endormi sous la litanie de Ninja. Pour sûr qu'il remerciait le Duché, personne ne pouvait l'ignorer. Il le dit... Mais il fallait qu'il le montre...

Tapant un peu sur le bras du Duc pour le réveiller, elle tendait en mesme temps deux nouvelles lettres scellées par la famille Marigny-Cournon d'Auvergne.


Althiof a écrit:
Votre Grasce,

Vous me voyez fort surpris par votre missive. J’ai peine à croire qu’une personne de votre culture ne maîtrise pas les rudiments de cette noble langue qu’est le latin, encore si souvent usitée de nos jours pour les documents administratifs ou de droit, mais également par notre Sainte Eglise aristotélicienne.

Je vais donc user de mon temps pour vous faire traduction de cette missive. Le francoys étant une langue plus littéraire elle permet des tournures que le latin ignore. Ne soyez donc pas surpris par la différence de longueur entre les deux versions. Je m’en voudrais de vous voir à nouveau dérouté.

Althiof de Toggenburg- Marigny.


Citation :
A tous présents et advenir,

Salut,

Par la présente, Nous, Althiof de Toggenburg- Marigny, Baron de Cournon d'Auvergne et Seigneur de Neschers, renouvelons notre allégeance au Bourbonnais-Auvergne pour les terres qui nous été octroyées, et vous reconnaissons dès lors, Vous, Asturion comme son Duc et notre légitime suzerain.

Nous vous jurons auxilium, consilium et obsequium.

Notre bras et notre épée sont et resterons au service de ce duché et de son peuple.

Puissiez vous assurer à ce duché ce que vous lui avez promis.


Fait à Montbrison, le XX de Septembre de l'an de grâce MCDLVI,

Althiof de Toggenburg- Marigny,
Baron de Cournon d'Auvergne,
Seigneur de Neschers.


Asturion a écrit:
Ninjaturtel, Seigneur de Glenat, nous, Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Glenat, que l'on vous a octroyés.

Le Duc se leva donner l'accolade a son vassal, puis reprit place sur le trone. Auvergne lui apporta une missive. Le Duc la consulta, cette fois ci le contenu lui était intélligible.

Il rédigea une lettre en réponse a la missive au Baron de Cournon d'Auvergne.


Citation :
Althiof, Baron de Cournon d'Auvergne ,nous , Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fiefs sis en Bourbonnais-Auvergne que l'on vous a octroyé.



Ninjaturtel a écrit:
L'allégeance avait été dites par Ninja, longue, résumant et remerciant longuement, le duc l'accepta et lui fit l'accolade vassalique.

Le duc reprit alors sa place, Ninja se leva, salua la Duc, puis se tourna vers Auvergne, la salua gracieusement puis partit alors dans le fond de la salle car ayant accomplit son devoir.

Ninja venait de remarquer la présence de mère, surement était elle venu pendant qu'il prêtait serment. Il l'a salua également, préférant la laisser car elle avait l'air de vouloir s'avancer a son tour.

Il resta alors seul, s'étant bien promené depuis le début, regardant la suite de la cérémonie.
Ivrel a écrit:
Petit signe de tête envers Ninja, l'évêque s'avance alors vers le Duc clermontois et prononce alors les paroles rituelles.


Nous, Dame Ivrel de Tournoël, Evêque de Clermont et Cardinal-chancelier de la Congrégation pour la diffusion de la Foi, renouvelons notre allégeance au Bourbonnais-Auvergne pour les terres qui nous été octroyées, et vous reconnaissons dès lors, Vous, Asturion comme son Duc et notre légitime suzerain.

Nous vous jurons auxilium, consilium et obsequium.

Puis elle attend la réponse tout aussi dictée par les usages du Duc... dommage que ce soit malséant de donner l'acolade à un payse, car si elle faisait cela Auvergne s'étranglerai d'effroi.
Elle ne sait pas encore qui sera le prochain duc, mais elle sait qu'elle ne sera pas là dans cette salle dans 2 mois... elle sera en mission à propager la foi dans les contrées lointaines, au passage améliorera sa connaissance en langues étrangères et enseignera les matières théologiques ; et surtout réchauffera ses os au beau soleil du sud tout en se délectant d'un bon vintage sur la terrasse du palais ducal de la province de Coimbra.
Asturion a écrit:
Ivrel, Dame de tournoël, nous, Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Tournoël, que l'on vous a octroyé.

Le Duc se leva donner le baisé a sa vassale, puis reprit place sur le trone.
Naluria a écrit:
Six heures, il ne restait plus que six heures pour prester allégeance et déjà certains s'endormaient, d'autres rêvassaient et ne venaient pas prester allégeance, d'autres encore n'étaient mesme pas arrivée.

Auvergne surveilla que Sylvestre fut encore là afin qu'elle puisse faire son allégeance et clôturer la cérémonie que tous ou non ai prester allégeance.

Manquait encore à l'appel le Vicomte de Brossadol, Messire Tcotn ; le Baron d'Aigueperse, Messire Gweltas ; le Baron de Villemontée, Messire Ferdinant ; le Baron de Domérat, le jeune Eridan ; le Seigneur de Chamblet, Messire Toflegrand ; le Dame de Laveissière, Clothilde de Saint Nicolas ; la Dame de Monvicq, Karox et enfin elle mesme en tant que noble...


Elle toussota.
Clothilde a écrit:
Clothilde avait été retenue en son bureau du Comité des Festes ducal, de nombreux dossiers à traiter.
Voyant le soleil décliner, elle referma ceux-ci et se dirigea vers l'autre aile du Château de Clermont, en la Salle d'Allégeance.

Elle indiqua son nom aux gardes qui la firent entrer et indiquèrent à la future maman où s'asseoir.
Elle se fit cependant toute discrète, un peu gênée de son retard...
Elle fut alors soulagée de constater qu'elle était arrivée juste à temps pour les allégeances des Seigneuries de Mérite.
Le temps de reprendre son souffle, elle laissa passer avant elle le Seigneur de Glénat et la Dame de Tournoël, puis se leva à son tour, et s'approcha du trône ducal.

Elle ploya le genou, position relativement inconfortable au vu de sa grossesse très avancée, mais position de rigueur indiquant le respect.
Elle fit grâce à l'auditoire de la longue liste de ses fonctions, et dit d'une voix claire :

Nous, Clothilde de Saint-Nicolas-les-Colombes, Dame de Laveissière, fief sis en Bourbonnais-Auvergne proche de Murat, prestons allégeance au Bourbonnais Auvergne et lui devons respect, aide et conseil.
Ferdinant a écrit:
[HRP : je pars maintenant jusqu'à demain, ce pourquoi je ne peux faire autrement que déjà poster. Considérez que ce post survienne après la réponse du Duc.]

Après que le Duc ait répondu à Clothilde, le Baron s'avança enfin.

Il dévisagea celui qui occupait le trône ducal avec dédain.
Ne voulant se fouler, il répéta les paroles du clerc en personnalisant quelques tournures.


Nous, le Baron Ferdinant de Villemontée, Seigneur de Cancastel, renouvelons notre allégeance au Bourbonnais-Auvergne pour les terres qui jadis furent octroyées à nostre défunt père, Bros de Villemontée, et vous reconnaissons dès lors, Vous, Asturion, comme son Duc et nostre légitime suzerain.

Nous vous jurons auxilium, consilium et obsequium.


Puis il se releva, attendit la réponse du Duc et alla se rasseoir.
Asturion a écrit:
La Dame de Laveissière prétta allégence. Au vu de sa grosesse avancée, le duc se leva et vint a elle.

relevez vous Dame de Laveissière

Le Duc lui tendit la main pour l'aidé a se reveler.

Clothilde de Saint-Nicolas-les-Colombes, Dame de Laveissière, nous, Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Laveissière, que l'on vous a octroyé.

Le Duc donna le baisé a sa vassale, puis reprit place sur le trone.


Ce fut au tour du Barron Ferdinant de Villemontée.

Baron Ferdinant de Villemontée, Seigneur de Cancastel, nous, Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour vos fief sis en Bourbonnais-Auvergne que l'ont vous a octroyés.

Le Duc se leva pour donner l'accolade a son vassal puis repris place.
Naluria a écrit:
Auvergne avait des quintes de toux, peut estre avait elle prit froid lors de ses voyages entre le BA et Paris... Elle tenta de tousser en silence, mais cela lui était difficile.

D'ici deux heures la cérémonie d'allégeance sera close. Le Duc choisira l'absence ou la destitution. Je rapelle donc les personnes n'ayant pas encore prester allégeance.


  • Messire Tcotn, Vicomte de Brossadol
  • Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse
  • Messire Eridan, Baron de Domérat

  • Messire Toflegrand, Seigneur de Chamblet
  • Dame Karox, Dame de Montvicq




Dame Naluria Marthun Vaast, Dame de Pleaux presta allégeance à la fin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Mar 30 Sep 2008 - 19:49

Karox a écrit:
Moi, Karox, Dame de Montvicq, renouvelle mon allégeance au duché du Bourbonnais-Auvergne pour les terres qui me furent jadis octroyées, et je vous reconnais dès lors, Vous, Asturion, comme mon Duc et mon légitime suzerain.

Je jure devant Dieu de lui apporter aide (auxilium), conseil (consilium) et respect (obsequium).



En deuil.
Asturion a écrit:
Karox, Dame de Montvicq, nous, Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Montvicq, que l'on vous a octroyé.

Le Duc donna le baisé a sa vassale, puis reprit place sur le trone.
Naluria a écrit:
Une missive arriva, le scel interloqua la jeune héraut, elle n'y croyait plus. Elle tendit la missive au Duc.

Tcotn a écrit:
A vous, Asturion, salut.

Par la présente, moi, Tcotn, Vicomte de Brossadol, reconnaissons comme suzerain, vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne.

Que nous vous devons désormais obsequium, auxilium et consilium,

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous,Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait à Paris, le vingt huit septembre de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.

Tcotn, Vicomte de Brossadol


Puis elle fit un dernier rappel.


Il ne reste plus que cette dernière heure. A l'issue d'icelle plus personne ne pourra prester allégeance.

Nous attendons toujours les personnes suivantes :


  • Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse
  • Messire Eridan, Baron de Domérat

  • Messire Toflegrand, Seigneur de Chamblet
Naluria a écrit:
Un page vient apporter une tisane à la jeune héraut et lui dit que cela fera baisser son attention. Auvergne acquiesca, prit la parole avant de boire la mixture et s'assoir sur un banc rembourré de velours et de fermer les yeux.

Deux heures de plus sont neccessaires, elle sont accordées.



[HRP/ l'ouverture a été le 2 septembre malgré un début d'allégence dès le 29]
Asturion a écrit:
Encore une missive se dit le Duc, il etait las de cette journée qui semblait ne plus finir.

Citation :
Tcotn, Vicomte de Brossadol, nous , Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Brossadol que l'on vous a octroyé.



Toflegrand a écrit:
Le seigneur de Chamblet arriva en Bourbonnais Auvergne en ce jour du 30 septembre 1456 et il vu qu'il était attendu pour renouveller son allégeance au Duc Asturion.

Il prit sa plume et commença a écrire

Citation :
A vous, vostre grasce Asturion

Par la présente, moi, Toflegrand, Seigneur de Chamblet, reconnaissons comme suzerain, vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne.

Que nous vous devons désormais obsequium, auxilium et consilium,

Que si un conflit venait à vous opposer vous, Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à Sa Majesté, Lévan III, Roy de France, notre souverain, nous jurons que nous prendrions cause pour lui.

Que si un conflit venait vous opposer vous,Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, notre suzerain, à un tiers, nous jurons que nous prendrions cause pour vous.

Fait sur les chemins du BA, le trente septembre de l'An de Grasce Mil Quatre Cent Cinquante Six.

Toflegrand, Seigneur de Chamblet

Asturion a écrit:
Une de plus, se dit le Duc, il etait de plus en plus las de cette journée qui semblait ne plus finir. Il lu la missive du Seigneur de Chamblet et trouva l'écriture tres crispée.

Citation :
Toflegrand, Seigneur de Chamblet, nous , Asturion, Duc du Bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Chamblet que l'on vous a octroyé.



Naluria a écrit:
La tisane lui avait fait du bien, sa gorge ne brûlait plus, mais la chaleur corporelle l'avait envahit comme lors du réveil.

Auvergne se leva et se replaça près du Duc.


Plus que quelques minutes avant la fin des allégeances, je cloturerais la cérémonie par mon allégeance dont le témoin héraldique sera Sylvestre.

Après la cérémonie s'ensuivra l'annoblissement ducaux demandé par nostre régnant précédent, Messire Martymcfly de Montfort-Balmyr.

J'invite donc à se préparer Dame Wonderanny d'Azayes et Messire Ninjaturtel. J'invite Messire Martymcfly comme mon poursuivant a aller chercher Dame Bettym afin qu'elle puisse estre anoblit.


Naluria sourit et attendit les éventuelles dernières allégeances.
Martymcfly a écrit:
La cérémonie d'allégeance... Toujours aussi longue... Travail toujours autant rébarbatif pour le Héraut qui devait attendre. Toujours aussi barbant pour les seigneurs qui devaient attendre que les autres leur passent sous le nez.

Enfin, on arrivait au bout ! Et cette fois, il en manquait à l'appel. Le Baron de Domérat était pourtant là, il avait du s'assoupir. Ca lui était bien arrivé à Marty... D'après la liste, il manquait également le Baron d'Aigueperse. Le Duc de Billy haussa un sourcil.

La Dame de Pléaux pourrait prêter serment à son tour. Les anoblissements demandés par lui même sous son dernier mandat allaient pouvoir se concrétiser. Quatre patentes, et un refus. Le Duc en avait été ravi. Un peu dommage pour le dernier.

Le Héraut invita son poursuivant à aller chercher Bettym afin qu'elle puisse être présente.

Marty hocha la tête et quitta la salle du trône. Il ne savait où se trouvait sa marraine. Aux dernières nouvelles, elle avait quitté la Prévôté et était en voyage sur les routes, probablement en Bourgogne. Il fallait la trouver.

En parcourant les couloirs qui séparaient la salle du trône de l'entrée principale du château, il lui vint une idée.

Il s'arrêta un moment dans une salle où il savait qu'il trouverait de quoi écrire. Avoir passé autant de temps au Château fournissait ses avantages... Un parchemin et une plume, c'était parfait. Il rédigea sa lettre.


Citation :
Marraine,

J'espère que mon sanglier t'aura retrouvé. Je pense fort que l'odeur si particulière de Nim l'aura conduit jusqu'à toi.

Il vous faut venir en salle du trône, au château de Clermont. Ton anoblissement va avoir lieu et j'aurai grand plaisir à y assister. J'espère t'y voir très vite.

Sois prudente sur les routes.

Je t'embrasse.

Ton filleul.




Le sceau n'était pas encore sec quand il quitta la petite salle en direction du poste de garde. Il roula le parchemin et arriva près de l'entrée. Les valets s'inclinèrent et le Duc s'adressa à l'un d'entre eux.

Portez ce pli jusqu'à Billy je vous prie. Demandez Barbelivien, et dites lui de faire parvenir le courrier à dame Bettym. Il comprendra.

Ca semblait clair pour le Duc, mais beaucoup moins pour le garde. Il hocha la tête et comprit qu'il fallait faire vite, d'après le regard de Marty. Il se dirigea vers les écuries du château pour trouver une monture.

Le Duc de Billy tourna les talons pour retourner en salle du trône. Il ne voulait pas manquer la dernière allégeance, et les premiers anoblissements...
Naluria a écrit:
Auvergne s'avança un peu plus.

La cérémonie d'allégeance va se clore...

Auvergne se tourna vers le Duc puis continua.


Moi, Auvergne et Dame de Pleaux, appel à témoin héraldique Sylvestre.

Naluria s'avança vers le Duc et ploya le genoux puis presta allégeance.

Moi, Naluria Marthun Vaast, Dame de Pleaux, preste allégeance ce jour au Duché du Bourbonnais-Auvergne représenté par vous, légitime régnant élu par la voix du peuple, Vostre Grasce Asturion.

Je jure fidelité au Bourbonnais-Auvergne et à ses institutions en respectant ses lois et principes,
Je jure que je vous offrirez conseil lorsque vous me le demanderez,
Je jure au Bourbonnais-Auvergne de lui apporter le service armé tant par mes armes que par le coût si je ne pouvais me déplacer.

Si un conflit devait vous opposer à un tiers autre que Sa Majesté le Roy, je jure de prendre cause pour vous.

Naluria se tue, attendant le scellé du serment, espérant l'accolade au baiser.
Azdrine a écrit:
En tant que héraut, Azdrine pouvait être le témoin héraldique dans quelques situations particulières. A cet instant, cela en était une.

Naluria, héraut par sa charge, allait clôturer la cérémonie d'allégeance en pretant serment pour les terres de Pleaux, puisqu'elle était maintenant vassale du Bourbonnais Auvergne.

A l'appel, Sylvestre s'avança et vint se placer aux cotés du duc Asturion et pris note que le serment se faisait en bonne et dû forme.

Le duc devait à présent confirmer les devoirs d'un suzerain envers la Dame de Pleaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 13
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   Sam 4 Oct 2008 - 16:27

Asturion a écrit:
Naluria Marthun Vaast, Dame de Pleaux, nous, Asturion, Duc du bourbonnais-Auvergne, acceptons votre allégence et vous assurons protection, justice et subsistance pour votre fief de Pleaux, que l'on vous a octroyés.

Le Duc se leva donner le baisé a sa vassale, puis reprit place sur le trone.

C'etait enfin terminé se disait il il allait enfin pouvoir regagner ses appartement, du moins c'est ce qu'il croyait. il remarqua une legere agitation allant grandissant.
Naluria a écrit:
*Ahhhhhhhh zuuuuuuuuuuuuuuuuteuh !*

Naluria avait bien tenté de bouger sa teste de droit à gauche et de gauche à droite pour éviter le baiser vassalique et ainsi donc recevoir l'accolade, mais elle ne fut pas assez agile et ce sont les lèvres du Duc qu'elle reçue sur les sienne comme une obligation à laquelle elle ne pouvait échapper.

Enfin bon, le serment était scellé...

Elle se recula puis clotura la cérémonie.


La cérémonie d'allégeance est terminée. Plus aucun noble ne puis prester serment.

Vostre Grasce, Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse ainsi que Messire Eridan, Baron de Domérat n'ont pas presté allégeance. Que décidez vous ?
Asturion a écrit:
Messire Gweltas, Baron d'Aigueperse, est en retraite spirituelle de longue date, je ne saurais le blamer de vouloir se rapprocher d'Aristote.

Messire Eridan, Baron de Domérat, a fait l'effort de venir en salle du trone meme si il s'y est assoupi.

Je décide donc d'accorder le pardon pour les deux.
Naluria a écrit:
Auvergne sourit.

Je prends donc bonne note de cette indulgence.


Auvergne se tourna vers son poursuivant et sourit.

Marty, vient près de moi je te prie, nous allons commencer les anoblissements ducaux.

J'invite Dame Wonderanny et Messire Ninjaturel à se rapprocher pour le moment. Dame Bettym devrait arriver sous peu, du moins je l'espère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cérémonies d'allégeance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cérémonies d'allégeance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cérémonie d'intronisation des aspirants
» Deuil de la maistre des cérémonies...
» registre des cérémonies
» Registre des Cérémonies
» [RPG] Cérémonies de promotions de Mont-Aiguille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché du Bourbonnais-Auvergne :: Bureaux publics :: Archives de la gargote-
Sauter vers: