Duché du Bourbonnais-Auvergne

Forum Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Chroniques d'un retour en Auvergne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:42

Althiof a écrit:
[hrp]Les évenements ci dessous se passent dans biens des endroits et pour simplifier tout se passera ici, lieu final de l'action. Viens qui veut s'il a envie de jouer avec nous. Pis ceux qui veulent pas, bein tant pis pour eux ^^ C'est des grands méchants pas beaux pas gentils d'abord ^^[/hrp]


Près de trois mois déjà que Kory et lui avaient quitté les belles collines auvergnates pour partir à la guerre, laissant derrière eux famille et amis. Et dieu que ces mois avaient été longs. D'abord la route jusqu'en Poitou, ensuite la Bretagne où ils avaient passé plus de temps à rouiller sur place qu'à tenter de renverser les villes des félons, et le retour vers Orléans tout aussi long.

Deux mois et demis à mourir d'ennui... et malheureusement à mourrir tout court pour certains de leurs amis... Oya... Melkio osn beau frère... Bobi maintenant... Et combien d'autres Auvergnants grièvement blessés ? Fichue guère. Moral en berne...

Et pourtant bizarrement depuis quelques temps il n'avait plus le temps de s'ennuyer. Des joutes si particulières à Meymac, puis des retrouvailles avec leurs amis le temps d'une fête sur les bords de la Garonne, avant d'aller enfin libérer Orléans. Et puis des projets à ne plus savoir quoi en faire. L'aventure de la Grande Prévôté avec son amie Beths, et leur idée de rejoindre une guilde ou un ordre chevaleresque, et pis l'autre truc aussi dont elle ignorait tout. La grande fête chez les Marigny aussi.Et pis un projet pour la prévôté du BA. Bref il n'avait même plus le temps pour penser à ce qu'il avait à faire.

Et puis son épouse qui lui annonçait une excellente nouvelle. Et qui s'était résignée à rentrer sagement à Montbrison en plus. Un miracle !! Restait plus qu'à lui trouver une escorte... Gros problème ça... Les gens de confiance et dispo y'en avait pas beaucoup ces temps ci...
Feeleone a écrit:
En Bretagne ,Fougères

Trop de temps passé en Bretagne besoin d'avoir des nouvelles de ses amis trop loin d'elle ,elle avait eu vent que Al se trouvait à Orléans .Ville ou elle devait passer pour rentrer dans le BA régler ses dernières affaires avant de rejoindre son nouveau village peu connu vu le peu de temps passé à Mimizan.

Enfin elle allait repartir de la Bretagne ,sa blessure encore douloureuse mais elle partait.
Besoin de revoir ses amis !
Trop de mort et de blessés ici .Oya lui manquait plus que tout .Elle n'avait su la protéger et elle s'en voulait .

Elle entra sous sa tente et prit sa plume pour envoyer une missive à Al .Elle devait le voir et s'entretenir avec lui d'une chose importante .
Fée ne partait pas seule pas suicidaire à ce point la brune quand même .Un ami rencontré la haut quittait aussi ce village damné .Ils avaient décider de faire le chemin ensemble ,plus de prudence .

Plume à la main ,la plonge dans l'encrier et caresse le parchemin .


Citation :
Cher Al,

J'espère que pour toi et Kory tout ce passe au mieux et surtout sans blessures .
Après plus de deux mois passés à Fougères et mes blessures remises je rentre chez moi.
Je serais de passage avec un ami sur Orléans dans peu ,je souhaiterais que l'on se voit pour ce que tu sais .
Ensuite je partirais pour le B A pour régler quelques affaires .

Je t'embrasse ma belle rousse Razz

Ton brigand préféré.


Fée sortit de sa tente et se dirigea vers le pigeonnier.
Elle prit un grassouillet cela lui ferai pas de mal de voler à celui là .Missive à la patte ,Fée le lança dans les airs .
Korydwen a écrit:
[Quelque part... Là où elle n'est pas censée être d'après son tendre époux...]

Avec l'aide d'Aristote et de la dame Nature que son fils avait du finir par trouver... Elle s'était retrouvée miraculeusement enceinte en pleine guerre. Réjouissant certes, mais il fallait se rendre à l'évidence... Il fallait rentrer et ça elle ne le voulait absolument pas, cette tête de mule, elle voulait rester sur le front se trouvant certainement plus utile là-bas qu'à Montbrisson. Mais son cher et tendre époux en avait décidé autrement et n'était pas près à lâcher le morceau...

Elle finit par abdiquer, de toute façon elle n'avait pas le choix, le connaissant il l'aurait attaché dans une charrette pour qu'elle rentre. Certes, elle allait rentrer, mais elle ne pouvait quitter l'armée comme ça... Elle était chef de lance. Long soupire qui veut tout dire. Sous le regard de son époux... Elle attrape parchemin, encrier et plume et commence à écrire une lettre à Silec... Le grand coordinateur des nobles partis sur le front. Elle devait partir en retraite le 26... Elle avait réussi a obtenir l'autorisation de rester dans l'armée jusqu'à cette date...


Oui oui j'écris tu vois...

Cher Papy Silec... Hum non Papy Silec ! Erf non plus... Messire Silec ? Voui ça ira.

Et la lettre fut rapidement écrit, sous le regard d'un tendre époux qui souhaite prendre soin de sa femme et de leur enfant à venir... Vérifiant chaque mot, chaque phrase, vérifiant qu'elle dit bien qu'elle doit rentrer en BA... Long soupire, pourquoi n'a-t-elle pas le droit de se battre... Pourquoi... Simplement parce qu'il a peur de la perdre, de les perdre... Simplement parce qu'il est un époux aimant...

Elle lui fait lire la missive, puis apposa son sceaux. Elle l'attacha à la patte du pigeon, le pigeon s'envola, elle voulu le rattraper, déchirer cette missive, mais elle ne pouvait pas... C'était comme ça, on ne choisit pas son destin...

Elle regarda son époux qui semblait satisfait, elle... Elle ne l'était pas... Elle soupira et se laissa tomber sur la paillasse...
Althiof a écrit:
En Orléans, ville libérée d’Orléans et ses alentours

Après une courte, bien trop courte permission pour se rendre à Agen pour une fête en bord de Garonne, ils avaient rejoins l’armée périgourdine aux portes d’Orléans avant le grand assaut pour libérer la ville des félons bretons.

Les armées royales étaient venus en nombre et avait rapidement pris le dessus sur les armées bretonnes. Mais désormais depuis le 12 juillet au petit matin et la reprise de la ville après de terribles combats toute la nuit qui avait précédé, ils étaient un peu dans l’expectative. Qu’allait-il se passer maintenant ? Où iraient-ils ? Ou plutôt où irait-il ? Parce qu’il était hors de question que Kory le suive dans son état. Il avait accepté qu’elle vienne à Orléans pour la libération de la ville mais ensuite terminé… Elle ne pourrait bientôt plus se battre. Une femme enceinte n’avait de plus rien à faire sur un champ de bataille. C’était repos et calme dont elle avait besoin.

Alors elle s’était résignée, ou plutôt elle n’avait guère eu le choix, contrainte et forcée de passer un temps au couvent mais aussi parce qu’elle lui avait promis et c’était bien plus important à ses yeux que tout le reste. Il aurait peut-être quitté Orléans à son retour. Surtout que des patrouilles semblaient prévues dans les villes proches d’Orléans, certainement pour tenter d’arrêter les Bretons et autres traîtres ayant participés à la prise du château et qui voudraient fuir en douce.

La connaissant, têtue comme elle était, elle aurait voulu le rejoindre quoiqu’il arrive et quelles que puissent être les conséquences pour sa santé et celle de l’enfant. Mais il s’était montré ferme et elle s’était bien résignée à devoir suivre ce qu’au fond elle savait le plus sage. Même si elle ne voulait pas le reconnaître.

Alors c’est sous leur tente dans le campement aux abords d’Orléans qui la regarda écrire sa missive à Silec, lisant chaque mot par-dessus son épaule.


Oui oui j’écris tu vois…

C’est bien mon ange ! Continue…


Il sentait que cela la frustrait, qu’elle voulait rester avec lui mais c’était pour son bien et elle le savait. Il l’aimait tellement et ne voulait pas la perdre. Et surtout courir les champs de batailles, même si c’était pour rester en arrière, n’était pas raisonnable du tout, bien risqué pour leur santé à tous les deux.

Lettre envoyée, il regarda le pigeon s’éloigner alors qu’un autre arrivait en bien piteux état. Il attrapa le volatil et enleva le message. Oh une réponse de Fée ! Un grand sourire se dessina sur son visage. Que de bonnes nouvelles. Quelques jours plus tôt, elle lui avait écrit un rapide message. Ayant retrouvé toute sa santé, elle rentrait en BA. Elle lui avait parlé rapidement de sa nouvelle guilde et cela l’avait intrigué. Visiblement elle avait reçu sa réponse ensuite. Il avait craint que le pauvre pigeon n’arrive pas à destination.

Il sourit et s’assit sur un tronc devant la tente puis prit un bout de parchemin pour répondre quand quelque chose fit tilt dans sa tête.


Ma chérie ! Une lettre de Fée ! Et devine quoi elle passe par Orléans bientôt. Elle voudrait me voir. Je sais pas si je serai encore là par contre... Mais après elle rentre en BA. Tu pourras aller avec elle. Enfin si elle est d’accord.

Kory ne semblait pas très heureuse de savoir qu’il avait trouvé une escorte. Sans doute espérait-elle qu’il ne trouve personne et qu’elle reste avec lui.

Je vais lui répondre…

Il prit sa plume et commença.

Citation :
Ma chère Fée,

Je suis heureux de voir que ma précédente missive te soit parvenue et surtout de te savoir en pleine santé. Je craignais que le pauvre pigeon que tu m’avais envoyé ne passe l'arme à droite en plein vol. Il avait pas l’air bien en forme…

Comme tu as dû l’apprendre, Orléans a été libérée. Kory et moi nous portons bien mais d’autres amis auvergnats ont été blessés malheureusement.

J’ai aussi une bonne nouvelle. Kory est enceinte et j’ai même réussi à la faire rentrer chez nous pour qu’elle se repose. Un miracle ! J’ai une faveur à te demander ma chère amie. Comme tu rentres en BA je souhaiterais savoir si accepterais de l’accompagner. Je préfère la savoir avec des gens de confiance. J’espère aussi que je ne serai pas reparti d’ici ta venue. Mais qui sait où mon armée sera envoyée dans les prochains jours…

Il me tarde de te voir. Cela fait bien trop longtemps. Tu dois avoir plein d’histoires de brigands à raconter en plus. C’est pas ça qui manque en Bretagne.

Prends soin de toi mon brigand adoré,

Al, Ta belle rousse.
Korydwen a écrit:
[En Orléans... Là où elle n'est pas censée être d'après son tendre époux...]

Alors que le premier pigeon venait de s'envoler et qu'elle ruminait allongée sur sa paillasse les bras croisés un autre pigeon entra dans la tente en piteux état. Elle se redressa légèrement et l'écouta lire sa missive. Elle grimaça... pour sur qu'il allait trouver le moyen de la faire raccompagner par Feeleone.

Elle le regarda sortir, en fronçant les sourcils, ça c'était pas une bonne chose. Elle se leva et s'apprêta à sortir lorsque...


Ma chérie ! Une lettre de Fée ! Et devine quoi elle passe par Orléans bientôt. Elle voudrait me voir. Je sais pas si je serai encore là par contre... Mais après elle rentre en BA. Tu pourras aller avec elle. Enfin si elle est d’accord.

Ouais super... Chouette... Je vais rentrer... Pssst si seulement il n'avait pas trouvé d'escorte...

Je vais lui répondre…

Réponds... Qu'est-ce que tu veux que je fasse... Faut bien que j'me force à accepter l'idée de rentrer...

Caches ta joie la Baronne, t'as raison... Elle sortit de la tente, s'agenouilla dans son dos, ses bras autour de son cou, sa tête par dessus son épaule, elle le regarda répondre voulant à plusieurs reprises lui arracher sa plume... Têtue comme un troupeau de mule la baronne... Elle lisait par dessus son épaule... Miracle... Mais... Mais non pas un miracle... Elle est raisonnable... Souvent même, bon non en fait quelques fois... Non toujours pas ? Bon bein très rarement alors.

Elle le laissa terminer tranquillement et se décida à écrire à son frère, elle ne savait pas ce que devenait sa soeur, n'ayant pas eu de réponse, le pigeon était peut-être mort avant d'arriver. Elle se leva en souriant... Un beau sourire forcé.

Elle retourna dans la tente, ruminé, geindre et autres douces choses... Lourd soupire, la lettre fut rapidement écrite et le hibou s'envola direction Montbrisson.. Elle se retrouva dehors et s'approcha de son époux, posant sa tête sur ses genoux...

Hum tu me fais escorter jusqu'à Cournon alors... Je ne tiens pas à rester à Montbrisson... Pas là-bas que je trouverai du repos, si tu vois ce que je veux dire...

Elle soupira profitant de ses derniers instants avec son époux, avant une longue séparation.

Ah oui demande aussi à Childebert de fermer ta cave et de cacher toutes les bouteilles... Que je ne fasse pas de bêtise comme pendant le voyage pour aller chercher Loup...

Elle était bien là... Puis comme il voulait qu'elle rentre, bein il se chargerait de tout... En plus de ses humeurs et ses envies de femme enceinte... Mais il avait de la chance pour cette troisième grossesse, elle n'était pas nauséeuse.

Tu les as toujours les petits chaussons ?
Althiof a écrit:
En Orléans, aux alentours de la ville libérée d’Orléans

Il continuait d'ecrire sa missive. Elle le regardait un peu inquiète mais surtout pestant en tous sens. Il sourit sans relever la tête. Si elle bougonnait c'était bon signe. C'est plutôt quand elle restait cloitrée seule sans rien dire qu'il fallait s'inquiéter.

Sa lettre terminée il l'attacha à la patte du pigeon grassouillé que lui avait envoyé Fée. Puis il se laissa glisser contre le tronc et s'assit sur l'herbe. Son épouse ne tarda pas à le rejoindre elle s'allongea et posa sa tête sur ses genoux. Il la regardait et lui sourit.

Elle semblait à la fois heureuse d'être là et triste à la fois. Drôle de sentiment qui devait l'habiter. Il était triste de savoir qu'elle serait loin de lui mais c'était le mieux à faire. Et puis ils avaient encore une semaine en espérant qu'ils ne soient pas appelés à se battre à nouveau...


Hum tu me fais escorter jusqu'à Cournon alors... Je ne tiens pas à rester à Montbrisson... Pas là-bas que je trouverai du repos, si tu vois ce que je veux dire...

Elle soupira et cela le sortit de ses pensées.

Ah oui demande aussi à Childebert de fermer ta cave et de cacher toutes les bouteilles... Que je ne fasse pas de bêtise comme pendant le voyage pour aller chercher Loup...

Bein vi je t'ai dis tu vas om tu veux... Où tu te sens bien... Pis une fois en BA tu trouveras forcément quelqu'un pour t'accompagner à Cournon.

Pour les bouteilles je me fais pas de soucis, tu es raisonnable quand tu es enceinte.


Il préférait ne pas mentionner les événements avec Loup. Elle était triste et seule. C'était bien différent. Là elle serait entourée de leurs enfants et amis. Et même s'il lui manquerait elle aurait de quoi s'occuper.

Tu les as toujours les petits chaussons ?

Il sortit un mouchoir de sa bourse et le déplia. Je les ai cachés pour pas qu'ils se salissent. Je les ai sur moi depuis que tu me les as donnés...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:43

Korydwen a écrit:
[Quelque part... Là où elle n'est pas censée être d'après son tendre époux...]

Elle était bien avec lui, pourtant elle avait légèrement mal au coeur et ce n'était pas à cause de ses nausées de grossesse vu qu'elles étaient absentes pour le moment. Elle se redressa légèrement et déposa un tendre baiser sur sa joue, profitant de ses derniers instants d'intimité avec son époux avant la séparation. Le plus dur dans cette séparation c'est qu'elle ne savait pas combien de temps elle durerait.

Ils avaient déjà été séparé plusieurs fois, mais elle savait toujours quand elle le reverrait. Enfin elle devait s'estimer heureuse, son époux était encore en vie contrairement à sa belle-soeur. Elle était prise entre deux grosses émotions, la joie de rentrer et la tristesse de le quitter, mais dans ces cas là on dit que les retrouvailles n'en sont que meilleurs.

Elle le regarda sortir les petits chaussons, ceux qu'elle lui avait offert un certain 4 juillet, elle sourit, avec deux prénoms dessus pas n'importe lesquels, elle les regarda un instant avant de sortir quelque chose de sa poche.

Un beau mouchoir rouge, gentiment, voir énormément arroser de son "sens bon", "sens bon" offert un certain 14 juillet 1455 pour fêter leur un an... Elle lui glissa dans les mains, puis un grand sourire aux lèvres, ce qu'elle n'avait pas fait depuis un bon moment... Faut avouer qu'elle lui en voulait juste un peu de la faire rentrer, mais elle savait que c'était pour son bien.


C'est pour toi... Pour aller avec les chaussons.

J'ai écrit à mon frère aussi, je l'ai prévenu de mon retour... Pas encore prévenu ma soeur, il faudrait que je le fasse, mais bon...


Sa relation avec sa soeur était pour le moins bizarre, beaucoup de bas ces derniers temps, mais l'absence de réponse à sa dernière missive la rebutait légèrement, elle n'en avait encore pas parler avec son époux, certainement qu'il la pousserait à écrire...

Elle n'a pas répondu à ma dernière missive, missive que je lui ai envoyé, il y a un peu plus d'un moins... Peut-être que le pigeon s'est perdu mais bon...

Elle ne pestait plus... Il venait certainement de subir une de ses premières humeurs de femme enceinte...
Tiadriel a écrit:
[Montbrison, Chez Tiadriel & Rick]

Rick avait été tout excité par la missive envoyée par Kory. Tia avait, d'ailleurs, eu quelque peu du mal à en prendre connaissance...

Ce léger petit soucis passé, ils avaient pu discuter des nouvelles qu'elle leur apportait. La jeune femme fut heureuse d'apprendre que sa belle-soeur allait rentrer en Auvergne, seule ombre noire au tableau, elle rentrait sans Al...

Rick prit ensuite une plume et un parchemin et il écrivit fébrilement une réponse à sa soeur. Il lui fit lire son contenu et lui demanda si elle souhaitait ajouter quelque chose. Elle prit donc la plume et coucha à son tour quelques mots sur le papier.


Citation :
Ma gentille Kory,

Merci pour ta merveilleuse lettre et les nouvelles du front. Ta nouvelle a été comme une bombe merveilleuse dans notre foyer. Nous sommes très heureux d'apprendre que vous allez être à nouveau parents. C'est Eléa et Matthis qui seront heureux d'avoir un nouveau bébé à s'occuper. Ton fils sera heureux de savoir qu'il a trouvé Dame Nature et que sa première mission de chevalier a été un franc succès. Tu féliciteras de ma part ton valeureux époux. Je sais à l'avance que votre séparation sera difficile mais je suis de son avis et tu dois te reposer.

Nous avons à notre tour deux nouvelles à t'apprendre. La première concerne ton retour au village. Tia vient de me proposer de venir te chercher. Nous partirons dans quelques jours à ta rencontre, afin de te raccompagner jusqu'à Cournon. Nous espérons que tu seras d'accord. Dis nous à partir de quand nous pouvons venir et surtout où nous rejoignons nous.

La seconde nouvelle est que si ta famille va s'aggrandir dans quelques mois, de notre côté, nous allons devoir faire des travaux dans la cabane pour aménager un coin pour la notre. En effet, Tia vient d'apprendre qu'elle attendait un heureux événement. Je t'avouerai que je n'ai pas pris la nouvelle du bon côté au début, par rapport à mon passé. Mais grâce à Aristote, me voilà apaisé et prêt à devenir père. Ce ne sera pas facile tous les jours, je le sais, mais je me sais bien entouré. A commencer par Tia qui sera là pour m'épauler, le padre qui m'a accepté en confession et sûrement par toi.

Je te fais de gros bisous.

Ton frère qui t'adore.


Ma chère Kory,

Je suis ravie de savoir que tu vas nous revenir de cette guerre. Je me doute que ce n'est pas de gaiété de coeur que tu laisses Al derrière toi. Mais une grossesse, c'est merveilleux et ça vaut toutes les précautions pour protéger ce petit être qui grandit en toi.

Comme te l'a dit Rick, nous aimerions venir te chercher, il nous faudra juste une date et un point de rendez-vous. Nous pourrions ainsi faire route jusqu'à Cournon. Depuis le temps que tu nous y invites, ça nous fera l'occasion de visiter le domaine en ta compagnie.

Quant à l'autre nouvelle, dis à mon cher parrain, pour moi s'il te plait, que Rick n'est pas un si mauvais jardinier que ça, comme il aime à le penser. Qu'il prenne bien soin de lui et nous revienne vite entier et en pleine forme.

Je vous embrasse tous les deux, non tous les trois,
Qu'Aristote veille sur vous,

Tia

Elle cacheta l'envole et l'attacha à la patte de Réglisse qu'elle laissait s'envoler vers sa destinataire.
*Elea* a écrit:
[Guyenne, avec nounou Mathilde ! Parce que moi j'ai la chance d'aller en vacances à la plage d'abord !]

Eléa, une grande fille de deux ans et demi ou presque mais ça elle s'en fichait au plus au point avait oublié lors de l'anniversaire de mariage d'Aiguemarine et Nictail de dire quelque chose à son Papa et c'était super important, vous vous en doutez... Tellement important qu'il fallait envoyer une lettre au dit Papa en toute urgence.

Elle avait plusieurs possibilités, soit expliquer à Mathilde de quoi il s'agissait et la laisser écrire la missive au risque de voir retranscrite ses dernières bêtises ou alors la jouer à la mini-Baronne et dicter la lettre à la nounou.

La deuxième idée étant largement plus amusante... De toute façon Mathilde ne pouvait que céder. De un parce que c'était elle la mini-Baronne et de deux parce qu'elle avait hérité du merveilleux mais ô combien pénible caractère de sa mère... Eléa était têtue... Pas autant que sa mère, mais bien têtue.

Elle dicta donc sa missive à Mathilde, tout en tournant dans le bureau à la façon Althiof. Bein oui, le caractère de la Maman et le comportement du Papa, un merveilleux mélange... La nounou s'efforçait de traduire du mieux qu'elle pouvait les phrases de la petite fille, Eléa regardant de temps en temps ce que Mathilde faisait, mais ne sachant pas lire.

La lettre rédigée, elle fût accrocher par la jeune demoiselle à la patte du faucon de ses parents. Elle ne faisait pas dans le petit la mini-Baronne, elle voyait les choses en grands.


Citation :
Mon papa, ma Maman,

à l'anniversaire d'Aigue et Nic j'ai oublié de dire quelque chose à Papa. Au village de Montbrisson, je suis allée a une veillée avec Tatie Ermeline, j'ai vu Gypsie et puis cousin Jazon aussi. Gypsie elle racontait des histoires et puis j'ai vu une vieille dame. Cette mamie, c'était Rosa, elle m'a dit que c'était la mamie de Papa, voilà pourquoi il faut que je te le dise mon Papa, parce que c'est très très important.

Ah oui j'ai aussi chanté l'hymne du duché à la mamie de Papa et à Gypsie aussi, puis j'ai posé plein de questions sur un gentil Odin, un mechant aussi, puis une belle duchesse aussi, mais elle est morte. Gypsie elle sait plein de choses. Mais personne ne l'écoutait... Pas très très très gentil !

Je suis très bien avec Matthis, Athalia et le pleurnichard Thomas. Vous savez, c'est pas une très bonne idée un autre bébé, ça fait trop de bruit et ça va me casser les oreilles. J'espère que c'est une fille, parce que j'ai déjà un petit frère.

Maman, elle rentre quand au chateau ?

Je vous embrasse très très fort. Matthis peut pas il fait dodo.
Eléa.

La petite fille regarda le faucon s'éloigner en direction d'Orléans, espérant avoir bientôt des nouvelles de ses parents.
Feeleone a écrit:
Quelque part sur le campement en Bretagne

Le pigeon un peu gras était revenu ,quelque peu amaigri ,le voyage lui avait fait un bien fou ,un pigeon trop gras ne sert à rien .
Il avait une réponse à sa missive envoyé à Al .
Fée se dépêcha de retirer la missive de la patte du volatile et partit sous sa tente pour la lire .


Citation :
Ma chère Fée,

Je suis heureux de voir que ma précédente missive te soit parvenue et surtout de te savoir en pleine santé. Je craignais que le pauvre pigeon que tu m’avais envoyé ne passe l'arme à droite en plein vol. Il avait pas l’air bien en forme…

Comme tu as dû l’apprendre, Orléans a été libérée. Kory et moi nous portons bien mais d’autres amis auvergnats ont été blessés malheureusement.

J’ai aussi une bonne nouvelle. Kory est enceinte et j’ai même réussi à la faire rentrer chez nous pour qu’elle se repose. Un miracle ! J’ai une faveur à te demander ma chère amie. Comme tu rentres en BA je souhaiterais savoir si accepterais de l’accompagner. Je préfère la savoir avec des gens de confiance. J’espère aussi que je ne serai pas reparti d’ici ta venue. Mais qui sait où mon armée sera envoyée dans les prochains jours…

Il me tarde de te voir. Cela fait bien trop longtemps. Tu dois avoir plein d’histoires de brigands à raconter en plus. C’est pas ça qui manque en Bretagne.

Prends soin de toi mon brigand adoré,

Al, Ta belle rousse.

Fée fut heureuse d'apprendre que Al et Kory se portaient bien .La plus grande nouvelle c'est que Kory soit enceinte ,Fée sourit ,connaissant Al il devait être fou de joie .
Al lui demandait d'accompagner Kory en BA .Fée en serait ravie .
Mais elle devait voir avec la personne qui repartait avec elle ,lui demandé son avis quand à un passage sur Orléans .
Fée sortit de sa tente et se dirigea a grand pas vers la sortie du campement pour rejoindre son ami .

Fée traversa le village et arriva devant la tente de son ami et l'interpella .


Slad tu es là ?

Sladificator a écrit:
Contraint depuis plusieurs jours à rester dans sa tente, Sladificator passait son temps à se reposer la grande majorité de la journée... Parfois partant au verger et s'alongeant dans l'herbe quelques heures au soleil. La ville de Fougères commençait à redevenir un lieu de méfiance, les habitants recommençaient à ne plus se sentir à l'aise avec les armées... Il sentait les tensions grandir et préfèrait s'éloigner des habitations à la recherche du calme le temps qu'il récupère...

Allant quelques fois tout de même se mélanger à la populasse, il fit de bien bonnes rencontres et retrouvailles parmis ses amis. Ce jour là, il avait décidé de rester dans sa tente, se reposant quelque peu... Les yeux fermés, alongé sur le dos, il finit par entendre quelques pas près de sa tente. Il sortit donc de son repos et resta attentif... Les pas se rapprochaient puis s'arrêtèrent juste devant sa tente...


Slad tu es là ?

Il se mit à sourir puis se dirigea en dehors de la tente... La voix lui était familière, il fut heureux de voir Fée se tenir debout devant lui, tout sourir... Il la salua d'un signe de la tête, puis s'approcha d'elle pour lui faire la bise.

Ah quel plaisir de te voir Fée ! Comment vas tu ? Qu'est ce qui t'amène ici ?

Il resta souriant et la contempla du regard longuement en écoutant sa réponse...
Feeleone a écrit:
Quelque part à Fougère

Fée se tenait devant sa tente quand son ami Slad sortit tout sourire en la voyant .Ils s'étaient rencontrés en taverne un soir ,ils avaient sympathisé rapidement .

Ils s'étaient revus à de nombreuses reprise suite à la nuit ou ils avaient été blessés sur le champ de bataille .Ils avaient passé des heure à bavarder ,Fée s'était même étonnée de la facilité avec laquelle elle s'était confier à cet homme .Elle avait beaucoup parler de son passé ,il connaissait tout ou presque tout de sa vie .

Elle ne savait comment ,mais il avait réussit à percer une partie de la glace derrière laquelle aimait tant se cacher .Il l'avait mise en confiance ,tout simplement ,pas avec de belles paroles comme certains savaient si bien le faire .
Non ,tout simplement en étant lui même .
Quelqu'un qui sait écouter


Bonjour ,Slad . Elle lui fit la bise

Je venais voir si tu étais toujours d'accord pour repartir avec moi dès notre convalescence terminée .J'aurais un petit détour à faire par Orléans pour voir des amis et ainsi repartir avec la femme de mon ami qui se trouve être enceinte .
J'espère que ce petit détour gênera point tes projets ?


Elle le regarda ,souriante .
Sladificator a écrit:
Depuis plusieurs jours il avait droit à sa douce compagnie, la revoir en cette journée lui donnait le sourir.

Bonjour ,Slad .

Je venais voir si tu étais toujours d'accord pour repartir avec moi dès notre convalescence terminée .J'aurais un petit détour à faire par Orléans pour voir des amis et ainsi repartir avec la femme de mon ami qui se trouve être enceinte .
J'espère que ce petit détour gênera point tes projets ?


Il lui fit la bise en retour puis répondit en souriant.

Bien sûr que je suis toujours d'accord pour t'accompagner ! Tu peux compter sur moi, bien entendu !

Il s'étira un instant après avoir dormi quelques peu dans la journée pour se reposer puis la regarda toujours avec le sourir.

Vivement notre départ n'est ce pas ? Le temps se fait long quand on attend comme ça... Ca va mieux au fait toi tes blessures ?

Il posa sa main sur son épaule et lui lança un regard plein de compassion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:44

Althiof a écrit:
En Orléans, aux alentours de la ville d’Orléans

Alors qu'ils continuaient leurs patrouilles tout en surveillant de très près que son épouse n'en fasse pas trop et aussi en essayant d'avoir des nouvelles du front là haut, les journées lui paraissaient quand même moins remplie et il ne s'en plaignait guère. Cela faisait uen pause dans les incéssants déplacements avec les armées et les combats plus terribles les uns que les autres.

Alors qu'il était assis devant sa tante, il vit arriver un faucon, son faucon. Il détacha le message et donna un bout de viande au volatil. Il préférait Agathe, plus maligne et sure, mais on n'avait pas dû autoriser l'expéditeur à l'utiliser.

Il l'ouvrit et sourit en voyant que ça provenait de sa fille. Il ecarquilla les yeux !


Quoi Grand Mère au village !! Et elle me l'dit pas à Agen ? Y'a bien que ta fille pour oublier un truc pareil Kory.

Il sourit en tirant la langue sur le côté. Et dire que j'suis pas là... J'ai tellement espéré des nouvelles et voilà... Tu crois qu'elle...

Il n'arrivait même pas à parler de sa soeur. A poser cette question, celle dont il redoutait tant la réponse. Les souvenirs ressurgissaient d'un coup. Mabel, Adkan, et pis la chevauchée en Bourgogne, l'amnésie, et l'enfant et puis... plus rien... depuis un an plus rien. Pas de nouvelle ni de Mabel ni de Rosa... Enfin Kao mais la parole des brigands ne vaut pas grand chose...

Au fond de lui il espérait toujours. Qu'elle était là quelque part ! Qu'elle se cachait et qu'un jour elle reviendrait s'urgir et qu'ils recommenceraient à rire et chanter des chansons qu'eux seuls connaissaient et se taquiner et choquer le Père Foulke, comme s'ils ne s'étaient jamais quitté.

Il rit nerveusement. Il ne pouvait ou plutôt il ne voulait se convaincre qu'il puisse en être autrement.

Il prit la plume.


Citation :
Ma belle Eléa,

Je te remercie de cette belle nouvelle. Je vais essayer de contacter grand-mère mais la connaissant elle ne sera pas resté à Montbrison. Elle n'a jamais tenu en place Grand Mère. Comment allait-elle ? Elle s'est souvenue de toi ? Et elle t'a dit où elle allait ?

J'ai tellement de choses à lui dire...

Continue à t'amuser surtout et sois sa... ne fais pas trop de bêtises. Enfin pas plus que moi. J'ai hâte que tu me racontes tes vacances et l'océan. Je ne connais que la Méditerranée moi. Et pour les plaintes pour le bébé demande à ta mère. Tu la verras en rentrant à Cournon. Elle revient après sa retraite chez les soeurs. Elles arriveront peut-être à lui apprendre comment être très sage mais j'en doute fort.

Grosses bises à toi, et fais en un gros à Matthis,

Ton papa

Il sourit et attacha la missive rapidement avant que son épouse lui arrache pour vérifier. Surement qu'Eléa ne l'aurait qu'en rentrant à moins qu'on lui transmette. Il ne savait pas trop où elle était. Au bord de l'océan mais il ne s'inquiétait guère. Elle était entre de bonnes mains.
Korydwen a écrit:
En Orléans, aux alentours de la ville d’Orléans

Elle passait ses journées à attendre qu'il revienne, ne quittant que très rarement leur tente... Toute façon un garde surveillait ses allées et venues, histoire de bien voir qu'elle ne se battait pas. Elle s'ennuyait un peu, mais elle n'avait pas le choix, une promesse est une promesse et encore plus importante quand il en va de la vie d'un enfant.

A l'entrée de la tente, deux oiseaux attendaient, picorant le gravier en attente de graine. Elle leur en donna quelques unes et détacha les deux missives... La première de son frère et de Tia, la seconde de sa soeur. Elle qui hésitait à lui écrire, avec cette absence elle se demandait si elle avait encore fait une bourde. Elle parcourut celle de sa soeur.


Citation :
Chère Kory, ma grande sœur,

Des excuses s'imposent encore pour le peu de nouvelles que je donne. Je n'ai pas de raisons valables pour ne pas t'envoyer de courrier, simplement que le temps passe si vite... Je profite de ma famille et le reste du temps, je le passe au monastère. Ma santé va beaucoup mieux et d'ailleurs je vais commencer à faire la MA pour Montbrison...

Tes petits neveux vont bien également, un peu perturbés par le fait de peu nous voir Laurent et moi... Je sais que tu l'as vécu toi aussi et c'est un peu difficile. J'espère simplement que tout cela s'arrangera dans quelques semaines.

Tu sais, même si je t'écris peu, je pense souvent à toi, à ta santé, à là bas...
J'ai peur pour toi, pour Al, pour toute ta famille... Qu'il est difficile, tu as raison, d'être loin des siens... C'est là qu'on se rend compte combien, tout compte fait, ils sont importants à nos yeux...

Je ne sais pas si tu as des nouvelles de Rick... Pour ma part j'en ai eu très peu mais comme pour toi je ne donne pas signe de vie souvent... De plus pour lui et moi, les liens se détachent... Je ne sais pas comment nous en sommes arrivés à ce point... Enfin si peut être... Je suis attristée par ce détachement mais je trouve qu'il a tellement changé.... J'ai l'impression de ne plus rien partager avec lui... Alors qu'avant... Je préfère ne pas y penser...

Sur ce je vous embrasse, pense énormément à vous.
Vivement votre retour... En pleine santé je le souhaite de tout mon cœur.

Milosa, ta p'tite sœur.

Tout était finalement rentré en ordre entre les deux soeurs. La Baronne avait surtout quelque chose à lui demander pour renforcer ce lien qui peu à peu redevenait comme autrefois.

Elle regarda celle de son frère en souriant, ainsi Tia était enceinte... Les deux enfants pourraient grandir ensemble, c'était une merveilleuse nouvelle. Elle quitta l'intérieur de la tente, les deux missives en main, à la recherche de son époux qui se trouvait être juste devant la tente. Elle le regarda il avait une lettre et le faucon n'était pas loin... Puis...


Quoi Grand Mère au village !! Et elle me l'dit pas à Agen ? Y'a bien que ta fille pour oublier un truc pareil Kory.

Elle le regarda les yeux grands ouverts, l'espace d'un instant Eléa était devenue sa fille... Hé ho il avait lui aussi ses responsabilités là dedans...

Je te signale que jusqu'à preuve du contraire que pour faire un enfant faut être deux... Elle éclata de rire... Elle a juste le caractère de sa mère... aussi tête en l'air que sa mère aussi mais bon... Pis tu pouvais lui demander ce qu'elle avait fait au village pendant notre absence, elle s'en serait peut-être souvenue. Elle lui tira la langue à son tour. Puis retrouva doucement son sérieux en l'écoutant...

Et dire que j'suis pas là... J'ai tellement espéré des nouvelles et voilà... Tu crois qu'elle...

Que répondre à ça ? Elle ne le savait même pas, elle s'approcha juste et le prit tendrement dans ses bras, lui montrer sa présence, qu'elle était là pour lui. Elle l'entendit rire, certainement nerveusement une douce main passée dans ses cheveux et le voilà qui s'apprêtait à écrire. Il allait certainement l'expédier à Cournon, de là-bas Childebert l'expédierait à Eléa et Mathilde.

Ils n'avaient jamais eu à se plaindre de leur Intendant, enfin si peut-être à Agen quand il leurs avait envoyé ce coursier totalement bourré. Remarque il les avait bien fait rire...

Elle ne put rien rajouter à la lettre pour sa fille... Elle lui enverrait un petit mot plus tard avec son hibou.


J'ai eu des nouvelles de Tia et Rick, ils ont terminé leur voyage et... Tia est enceinte... J'ose même pas imaginer la tête de mon frère... Lui qui ne se sent pas d'avoir des enfants et pourtant veut des jumeaux...

La deuxième vient de Milosa, c'est toujours pas ça entre elle et Rick... Mais bon, elle est devenue MA... Tout à l'air d'aller bien sinon.


Elle le regarda tout en regardant le faucon disparaître dans les airs... Ruminant intérieurement.
Althiof a écrit:
En Orléans, aux alentours de la ville d’Orléans

Décidement ça n'arrêtait pas aujourd'hui ! Les volatils en tout genre se bousculaient. Heureusement ils allaient presque tous vers Kory. Il aimait bien écrire à ses amis mais bon trop quand même. Il était pas un grand adepte des longs courriers.

Son coup de blues était passé. Il la taquinait toujours autant.


Je te signale que jusqu'à preuve du contraire que pour faire un enfant faut être deux... Il rit aussi de bon coeur... Ah bon c'est vrai ça ? Pas possible ! Elle est pas né de l'immaculée conception. Conception il y avait eue (Embarassed) mais immaculée beaucoup moins.

Pis tu pouvais lui demander ce qu'elle avait fait au village pendant notre absence, elle s'en serait peut-être souvenue.

Ca il aurait fallu que j'arrive à l'arrêter deux minutes. Mais elle me faisait un bisou et pfiout elle était repartie.


Elle ouvrit les deux missives.

Ma filleule enceinte ? Hé bé tu vois je m'étais pas trompé à Agen Rolling Eyes Pas d'enfant et des jumeaux en même temps ? Y'a décidément un truc de pas net chez ton frangin.

Il explosa de rire. Elle donne des nouvelles de ses enfants ? Tout va bien ? ca faisait longtemps qu'elle t'avait pas écris.
Korydwen a écrit:
En Orléans, aux alentours de la ville d’Orléans

Son coup de blues passé pour le plus grand bonheur de son épouse, elle n’aimait pas le voir mal, elle se doutait qu’il pensait à sa sœur, mais rien ne sortait de sa bouche la concernant. Puis les paroles de l’abruti de Kao étaient certainement plus que fausses… Bref, elle le regarda en souriant, le voyant rire à ses réponses.

Ca il aurait fallu que j'arrive à l'arrêter deux minutes. Mais elle me faisait un bisou et pfiout elle était repartie.

Il suffisait que tu l’attrapes mon ange, quoi que tu étais déjà bien occupé avec Matthis et sa souris, enfin la souris qu’il a offert à Athalia.

Elle le regarda, un large sourire. Elle aimait bien l’embêter, il fallait dire, peut-être même plus depuis qu’elle était enceinte et qu’elle se retrouvait obliger à rentrer en BA sans lui. Ca elle prenait sur elle, cherchant n’importe quel moment pour se retrouver dans ses bras.

Ma filleule enceinte ? Hé bé tu vois je m'étais pas trompé à Agen Pas d'enfant et des jumeaux en même temps ? Y'a décidément un truc de pas net chez ton frangin.

Elle lui répondit du tac au tac en riant.

Si Rick était net ça se saurait… Mais il a peur… Je suppose que Tia doit le savoir, peur de reproduire ce que son enfin notre…euh

Elle s’arrêta se demandant comment elle devait appeler cette « chose ». Elle déglutit légèrement.

Le truc qui était censé nous servir de père et qui… Une fois son héritier né, les autres…

Elle s’arrêta là, ne pouvant aller plus loin, elle savait que sans la fuite de sa mère aidée par une autre personne, elle ne serait plus de ce monde, elle tâcha de reprendre le dessus, sur ses pensées morbides. Un long moment de silence certainement, à vrai dire, elle ne savait plus trop, un peu perturbée parce qu’elle venait de dire et qu’il lui faisait plus ou moins comprendre ce que son frère vivait. En rentrant au village, il faudrait qu’elle aille le voir, qu’elle l’aide, qu’elle soit auprès de lui.

Ils se proposent Rick et Tia pour venir me chercher aussi… Elle lui tendit la missive, tant dis qu’elle parcourait à nouveau celle de sa sœur, qui lui faisait si chaud au cœur.

Ses enfants vont bien, elle aussi, c’est l’essentiel. Elle… Elle est guérie… Elle a réussi à vaincre sa maladie… Puis elle parle d’elle et Rick… Et… C’est loin d’être bien… C’est hum…brisé… Définitivement… Rick ne voudra jamais s’expliquer avec elle…

Elle serra la lettre fort dans sa main, la froissant, la lettre ne devait plus ressembler à rien. J’irai la voir en revenant et je lui annoncerai ce dont nous avons parlé l’autre jour…

Elle sourit, elle espérait que sa sœur, prendrait la nouvelle avec beaucoup de joie, pour le moment, il fallait répondre à tout ce monde

Elle retourna sous la tente, parchemin en main, elle commença à écrire, une longue missive à sa soeur, elle avait tant de chose à lui dire. Le premier volatile parti pour le 14 chemin du bord du Lac à Montbrisson..., une seconde pour son frère et sa belle-soeur pour le 1 et 2 chemin du Vinois. Alors qu'elle sortait de la tente, elle trouva un autre oiseau, il venait de Silec, il répondait à sa missive envoyée plusieurs jours plus tôt.

Des mots qui font plaisir à lire, elle la parcourait marquant de long sourire "courage"... "parmi les plus forts"... Elle était un peu triste de tous les quitter, surtout après pareille missive... Un léger rire, personne ne devait l'embêter sinon ils auraient affaire avec la lame de Silec.

Elle quitta la la tente, et glissa la missive sous le nez de son époux.


Voilà la réponse de Silec à ma missive... C'est officiel... Je peux rentrer, la tête haute !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:45

*Elea* a écrit:
Pas loin de l'océan...

La petite fille passait d'agréables moments à la plage avec Athalia et son frère, Thomas pleurnichait toujours autant, qu'est-ce qu'il pouvait être casse pied. Elle ramassait des coquillages, du sable et puis des algues qu'elle offrirait à son Papa et à sa Maman en rentrant à Cournon.

Mathilde n'était jamais loin et Eléa l'aimait beaucoup, elle passait beaucoup de temps avec elle, lui demandant tous les jours si son Papa et sa Maman avait répondu à sa missive. Mais plusieurs fois Mathilde lui répondit que non.

Lorsqu'un jour le faucon arriva pas loin d' l'océan. L'oiseau impressionnait toujours autant la petite fille qu'était Eléa. C'était Childebert qui l'avait envoyé ici d'après Mathilde, son Papa et sa Maman ne savaient pas où elles se trouvaient. Childebert l'avait écrit dans une lettre qu'Eléa bien sur voulu lire... Du moins faire semblant avant de la rendre à Mathilde et d'écouter la lecture de la missive de son Papa, pas de Maman... Eléa se mit à pleurer, ça y est sa Maman l'avait oublié à cause du bébé qui allait arriver. Elle essuya ses petits yeux rougis pas la tristesse d'un revers de la main avant de demander à Mathilde de répondre tout de suite.


Citation :
Ma belle Eléa,

Je te remercie de cette belle nouvelle. Je vais essayer de contacter grand-mère mais la connaissant elle ne sera pas resté à Montbrison. Elle n'a jamais tenu en place Grand Mère. Comment allait-elle ? Elle s'est souvenue de toi ? Et elle t'a dit où elle allait ?

J'ai tellement de choses à lui dire...

Continue à t'amuser surtout et sois sa... ne fais pas trop de bêtises. Enfin pas plus que moi. J'ai hâte que tu me racontes tes vacances et l'océan. Je ne connais que la Méditerranée moi. Et pour les plaintes pour le bébé demande à ta mère. Tu la verras en rentrant à Cournon. Elle revient après sa retraite chez les soeurs. Elles arriveront peut-être à lui apprendre comment être très sage mais j'en doute fort.

Grosses bises à toi, et fais en un gros à Matthis,

Ton papa

Il posa beaucoup de questions le Papa, Mathilde lui relisait plusieurs fois la missive pour qu'Eléa n'oublie pas une seule question. Sous la dicter de la petite Baronne Mathilde rédigeait...

Citation :
Mon Papa d'amour qui ne m'a pas oublié pas comme ma méchante Maman,

La Mamie, elle était en forme, elle voulait pas s'asseoir pour écouter les histoires de Gypsie, je sais pas pourquoi. Le curé lui a dit qu'elle avait un autre petit enfant et que c'était Matthis, elle veut le voir. Alors moi je lui ai dit de venir à Cournon, mais je sais pas si elle l'a fait.

Elle m'a dit qu'elle se souvenait de moi, mais moi je devais pas me souvenir d'elle, parce que j'étais encore toute petite, j'étais dans les bras de mon Papa d'amour et de ma méchante Maman qui m'aime plus. Elle a pas dit où elle allait, mais peut-être qu'elle est allée à Cournon, tu devrais demander à Childebert, il doit bien savoir lui.

Tu veux lui dire quoi à la mamie ?

Non je demanderai pas à Maman, parce que je l'aime plus Maman, elle a pas écrit à moi, alors c'est qu'elle m'aime plus, elle aime le nouveau bébé et plus moi. J'ai ramassé des coquillages, du sable et puis des algues, je te montrerai à la maison... Quand tu reviendras, mais reviens sans Maman, parce que je l'aime plus d'accord ? Tu peux dire à elle de rester chez les soeurs ! Je fais des bisous à Matthis... Il a trouvé un crabe, il veut le rapporter à la maison...

Je t'embrasse très fort mon Papa d'amour et je fais pas de bisous à la méchante Maman qui préfère l'autre bébé.

Eléa.

Mathilde retranscrivait tout ce que la petite Baronne lui disait la trouvant dure dans ses paroles, mais elle devait être jalouse... Eléa ça elle l'était jalouse, de ce petit être qui allait arriver. Elle l'avait déjà fait savoir à sa Maman à Agen en allant toute seule se baigner dans la Garonne, sauver par Aiguemarine.

Elle regarda l'oiseau s'éloigner et se mit à nouveau à pleurer parce que sa Maman l'avait oublié, elle Eléa, la plus jolie des petites filles. Elle alla se glisser dans les bras de Mathilde pour chercher du réconfort, lui demandant si elle voulait bien être sa nouvelle Maman. Mathilde lui expliquant que sa maman avait certainement eu un empêchement et ne pu écrire à sa petite fille. Elle lui dit aussi qu'elle devait penser très fort à elle, de là-bas...Mais la petite fille têtue comme une bourrique ne le voyait pas comme ça. Elle avait écrit à son Papa et sa Maman, pas juste à son Papa, alors pourquoi sa Maman ne lui faisait pas de bisous... ?
Feeleone a écrit:
Toujours et encore en Bretagne mais plus pour longtemps

Slad était partant pour Orléans .
Fée allait répondre à Al que d'ici peu de temps ils seraient à Orléans pour accompagner Kory sur les routes menant au B A .
Slad avait autant hâte qu'elle de quitter ce village ainsi que ces terres maudites par tout le sang verser .
Ils leur restaient qu'à faire leurs bagages.


Je suis contente que tu m'accompagne Slad j'avais pas trop envie de faire le voyage seule .
Si tu n'y voit pas d'inconvénient on partira après demain .
Je vais de ce pas répondre à mon ami qui attend surement de mes nouvelles.


Slad hocha la tête et la regarda .
Il s'enquit de l'état de ses blessures .


Mon poignet va beaucoup mieux ,mais ma blessure au flanc reste encore un peu douloureuse ,c'est plus long à se remettre que je ne le pensais mais cela ira ne t'inquiète pas .
D'ici quelques jours cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir .


Fée voyait qu'il s'inquiétait mais ,elle réussit à le convaincre ,enfin elle l'espérait .Elle lui donna un baiser sur la joue et lui sourit .

Bon j'ai une missive à écrire .
A plus tard Slad .



Fée repartit à son campement rapidement ,pressée de répondre à Al .
Arrivée à sa tente elle était quelque peu essoufflée et sa blessure tiraillait légèrement .Elle allait devoir se ménager un peu si elle voulait entreprendre son voyage retour .Il était hors de question de rester dans ce village plus longtemps .

Elle prit plume et parchemin et se mit à griffonner .


Citation :
Mon cher Al ,

je suis heureuse d'apprendre que Kory et toi vous allez bien .C'est un soulagement .
Tant des nôtres sont tombés pendant cette guerre futile qu'il m'est réconfortant de vous savoir en bonne santé et d'apprendre que Kory enfante à nouveau .
Mes sincères félicitations à vous deux futurs parents .

Un ami et moi partons d'ici deux jours vous rejoindre à Orléans .Pour ce qui est d'accompagner Kory jusqu'en B.A. cela ne me pose aucun soucis et j'accepte avec joie .
Je suis touchée de ta marque de confiance .

J'ai grand hâte de vous voir .

Je t'embrasse ma rousse ,embrasse aussi Kory de ma part .

Fée la brigande !

Fée prit cette fois un volatile moins grassouillet pour envoyer sa missive .
Celle ci attaché à la patte du pigeon ,Fée l'aida d'une poussée à prendre son envol .Elle le regarda partir songeuse .
Sladificator a écrit:
Je suis contente que tu m'accompagne Slad j'avais pas trop envie de faire le voyage seule .
Si tu n'y voit pas d'inconvénient on partira après demain .
Je vais de ce pas répondre à mon ami qui attend surement de mes nouvelles.


Sladificator souriait et hochait de la tête à sa demande. Ce sera la première fois qu'il s'aventure à Orléans, il avait hate de découvrir cette fameuse ville et de faire ce voyage aussi bien accompagné.

Ce sera avec plaisir Fée que je t'accompagnerais ! Je vais de ce pas préparer mon sac pour partir !

Mon poignet va beaucoup mieux ,mais ma blessure au flanc reste encore un peu douloureuse ,c'est plus long à se remettre que je ne le pensais mais cela ira ne t'inquiète pas .
D'ici quelques jours cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir .


Il était content que son état s'améliore de jour en jour. Un mauvais souvenir qui laissera sa trace toute leur vie, ils en étaient certains...

Ravi de voir que tu ailles bien en tout cas ! Moi ça commence à aller mieux, je marche normalement maintenant, mais toujours cette douleur dans le dos quand je reste trop longtemps debout... M'enfin comme tu dis, d'ici quelques jours ça aura passé avec le rythme où nos blessures se soignent !

Il lui sourit et eut même le droit à un baiser sur sa joue. Il la remercia, légèrement moins inquiet par son état puis elle dut se retourner à son campement...

Bon j'ai une missive à écrire .
A plus tard Slad .


Il lui fit la bise à son tour et la regarda s'éloigner vers son campement. Quand il ne la voyait plus au loin, il retourna dans sa tente et se ralongea quelques minutes... Le repos était de courte durée, il se releva d'un bon et attrapa son packetage pour y mettre de quoi partir et y ranger ses affaires... Leur départ allait arriver vite, il fallait qu'il soit pret.
Althiof a écrit:
En Touraine, à Loches

Cela discutait beaucoup dans l'armée depuis l'annonce de la trêve. Les dernières semaines d'ennui et de lassitude avait soudain laissé la place à l'espoir, l'espoir de pouvoir rentrer chez eux. c'était une toute autre atmosphère qui régnait dans l'armée. Leur armée avait d'ailleurs bougé jusqu'à Loches. Pourquoi ? Il n'en savait rien mais il lui faudrait prévenir son amie Fée en espérant que cela ne la gênerait pas de faire un nouveau détour.

Ce soir Kory irait rejoindre le couvent le plus proche pour se reposer une semaine en attendant Fée.

Elle était en train de régler les derniers détails. Lui attendait patiement à leur tente. Lorsque son faucon revint. Il avait réussi à les trouver. Certainement la réponse de sa fille. Il la prit, la lut, et écarquilla les yeux.


Hein quoi ? Non mais c'est quoi ce délire !! Heureusement que son épouse n'était pas encore revenue et qu'il avait trouvé la missive avant elle. C'était vraiment pas ce qu'il lui fallait avant son départ chez les soeurs. Il s'était levé en hurlant pour lui même. Ah mais ça va pas se passer comme ça ! Quand moi je réponds pas aux courriers t'en fais pas tout un cirque. Tu vas entendre parler du pays Eléa, crois moi !

Il attrapa un bout de parchemin, s'assit et commença à écrire. Il fallait que ce soit court et direct.

Citation :
Mathilde,

Veuillez je vous prie bien prendre note de cette missive et vous assurer que ma fille en ait bien saisi le moindre mot.

Eléa, que plus jamais je ne t'entende dire du mal de ta mère ! Tu te crois où là ? Tu lui dois le respect et si je t'entends encore dire des choses de ce genre tu iras séjourner dans un couvent bien reculé jusqu'à ce que je décide de t'en faire sortir. Demande donc à Mathilde qu'elle t'explique ce que ça signifie. Me suis-je bien fait comprendre ?

Mathilde, si elle ne change pas de comportement veuillez me le faire savoir au plus vite. Sinon dites lui que je la remercie et que ma grand mère, je l'aime très fort et que j'ai juste envie de parler avec elle. Cela fait si longtemps que je ne l'ai pas vu. J'ai tellement de questions.

Embrassez Matthis pour moi, dites lui qu'il me manque et que j'ai hâte de voir sa collection d'animaux.

Transmettez aussi mes amitiés à Nic et Aigue et faites une grosse bise à Athalia et Thomas.

Bien à vous, Althiof

Il attacha la missive espérant qu'elle arriverait très vite. Non et pis quoi alors ! Fallait pas éxagérer non plus. Il était énervé, très énervé. Elle était jalouse surement, jalouse qu'on ne s'occupe pas que d'elle mais ça ne l'excusait en rien. Elle allait devoir s'y faire ou alors il comptait bien s'occuper de lui faire changer d'opinion. Qu'elle le veuille ou non !

Il reçut une missive. Un pigeon. Cela venait surement de Fée mais il la lirait plus tard. il était trop énervé là... Encore heureux que Kory n'ait pas vu ça...
Korydwen a écrit:
En Touraine, à Loches

C'était donc au couvent non loin de Loches qu'elle se rendrait. Elle avait encore quelques petites choses à faire, notamment un dernier compte rendu sur leur salaire et le nombre de miches en retard, plus signaler au chef de l'armée, qu'elle passait la tête de la lance à son époux ou Galswinthe, elle ne savait pas exactement. Une fois ces "problèmes" réglés et des dernières félicitations de la part du chef, elle retourna près de sa tente, en souriant. Mais un drôle de sentiment l'habitait, elle était heureuse de quitter l'armée et pourtant un certain regret s'emparait d'elle.

Après plus de trois mois au service, du Roy, du duché, d'une armée, la voilà "libre" assez déroutant d'ailleurs. Elle avait fini par y prendre goût.

Elle trouva un pigeon à l'entrée de la tente et le déchargea de sa missive, certainement pour son époux de la part de Fee. Elle la lui donnerait, il n'avait pas du la voir.

Elle entra dans la tente et trouva son époux, énervé, même très énervé, comme jamais elle ne l'avait vu. Même quand elle refusait de rentrer au village. Elle se demandait bien ce qu'il pouvait se passer.

Mais pour l'heure, il fallait le calmer. Elle s'approcha doucement, passant une main doucement sur sa joue, le regardant, avec ses yeux plein de tendresse. Elle le regarde, espérant que ses tendresses le calme, elle n'aime pas le voir énerver.

Elle le pousse délicatement vers la paillasse et le fait asseoir, elle lui sert un verre d'eau fraîche, espérant qu'il ne lui envoi pas à la tronche, elle se souvint du pauvre encrier qui un jour suite à une missive avait fini contre le mur du salon, se demandant si cette fois encore il s'agissait d'une lettre.

Elle lui glissa doucement le verre entre les mains, s'assit juste à côté de lui, une main douce et délicate passe dans ses cheveux, puis un tendre baiser sur sa joue.


Que s'est-il passé mon ange ? Une missive t'a contrarié ?

Elle sait pertinemment que dans ses moments là, seules sa douceur et sa tendresse parviennent à le calmer...

Tu peux tout me dire mon ange.

Elle lui parlerait de la missive qu'elle avait ramassé plus tard. Pour le moment, il fallait le calmer... Et ne pas laisser paraitre sa tristesse quand à son futur départ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:46

*Mathilde* a écrit:
Baronnie de Cournon d'Auvergne.

La petite virée au bord de l'océan était maintenant terminée, Eléa et Matthis étaient rentrés au domaine avec leur nourrice Mathilde. Matthis avait emporté son seau avec dedans un pauvre crabe qui ne demandait qu'à retrouver la mer. Mais le petit garçon était bien décidé à le garder, il voulait le faire manger à son père. Mais le crabe risquait de ne plus être de ce monde lorsque son père arriverait, surtout si Cuistot tombait dessus.

Un serviteur lui apporta un pli alors qu'elle se trouvait dans le salon, elle en était d'ailleurs étonnée, puis finalement non, certainement la Baronne qui lui demandait quelques conseils quand à sa grossesse, même si elle savait beaucoup de chose, ou alors peut-être des nouvelles du dispensaire.

En décachetant la missive, Mathilde découvrit l'écriture du Baron, certainement une réponse au courrier saignant de sa fille. Mathilde avait hésité à l'écrire, mais au moins le Baron serait au courant des agissements de sa fille.

Eléa voyant le pli avait redressé la tête et s'était approchée. Son frère lui jouait avec une grenouille attrapée dans l'étang du domaine... Le petit garçon semblait avoir un grand amour pour les drôles de bêtes, ou alors était-ce simplement pour offrir à la petite Athalia, lors d'un futur séjour, une souris pour commencer...

Elle fronça les sourcils en lisant la missive, puis regarda les deux enfants, elle devait avoir un tête à tête avec Eléa, laissant Matthis en dehors de ça. Elle s'approcha du petit Matthis.


"Matthis, ton papa te fait plein de bisous et il a hâte de voir ta collection d'animaux. Tu lui manques beaucoup."

Après un gros bisous de la part de la nourrice, le petit garçon souriait aux anges. Mathilde lui suggéra d'aller dans les cuisines prendre son goûter pendant qu'elle aurait une discussion avec Eléa, rattrapant cette dernière par le bras alors qu'elle suivait son frère et la grenouille... La grenouille risquait de mal finir en cuisine... Mais ça c'était l'affaire de Cuistot et Matthis.

"Jeune demoiselle, restez ici !" La nourrice vouvoyait la petite ce n'était pas dans ses habitudes, mais il s'agissait d'une punition et il fallait être ferme avec elle.

"Votre père n'est pas du tout, mais alors pas du tout content du comportement que vous avez eu l'autre jour et des propos que vous avez tenu dans votre lettre. Il vous dit et je cite : "Eléa, que plus jamais je ne t'entende dire du mal de ta mère ! Tu te crois où là ? Tu lui dois le respect et si je t'entends encore dire des choses de ce genre tu iras séjourner dans un couvent bien reculé jusqu'à ce que je décide de t'en faire sortir. Demande donc à Mathilde qu'elle t'explique ce que ça signifie. Me suis-je bien fait comprendre ?" Vous avez bien entendu ? Ou faut-il que je le répète jusqu'à ce que cela rentre ?"

Elle n'obtint en réponse qu'un hochement de la tête, de la part de la petite fille. Même de loin son papa la punissait, pour avoir des de grosses méchancetés sur sa mère.

"Votre mère vous aime toujours, même avec la venue futur d'un autre enfant. Vous devriez d'ailleurs en être heureuse... Cette grossesse permet à votre mère de revenir au château, ce qui n'aurait pas été le cas si elle ne l'avait pas été... Pourquoi croyez vous que votre père reste au front ? Pour faire de la décoration ? Non... Au lieu d'être heureuse, vous vous mettez dans d'étranges situations et si votre mère l'apprenait... Je ne pense pas que la Baronne soit heureuse d'apprendre que sa fille ne veut plus là voir, alors qu'elle est heureuse de vous revoir."

La petite fille pleurait en silence, la bouche grande ouverte mais aucun son ne sortait, de longues larmes coulaient le long de ses joues... Mathilde la conduisit dans sa chambre et l'y laissa un petit moment. Si la petite fille avec tout ça n'avait pas compris, elle risquait de payer plus cher la note plus tard. Mathilde se dépêcha de retourner dans la cuisine, demandant à un garde de rester derrière la porte de la petite fille... Avec un caractère proche de celui de sa mère, Mathilde mettrait sa main à couper, qu'elle essayerait de sortir... Il faudrait aussi répondre dans quelques jours...
Althiof a écrit:
En Touraine, à Loches

Ppffff décidément c'était un phénomène sa fille mais elle était allée trop loin cette fois, beaucoup trop loin et il entendait bien que cela ne se reproduise plus. Ou il se chargerait de lui faire rentrer dans sa petite tête.

Korydwen ne tarda pas à revenir. Derniers instants avant le départ. Il tenta de se calmer, sa main sur son visage puis il s'assit et but. Puis un doux baiser sur sa joue.


Que s'est-il passé mon ange ? Une missive t'a contrarié ? Tu peux tout me dire mon ange.

Il préféra éluder la question. Mieux valait ne rien lui dire ce serait surement pire sinon. Mais elle s'inquièterait s'il ne disait rien. Aussi mentit-il.

Oui de mauvaises nouvelles. Des affaires de boulot que je dois regler. Des incompétents qui ont pas fait ce qu'il fallait.

Mais rien de grave.

Tu es prête à partir mon ange ? Tu as préparé ton paquetage ? Je m'occuperai de prévenir Fée et Tia et Rick. Ils seront surement arrivée à ton retour du couvent.
*Elea* a écrit:
Baronnie de Cournon d'Auvergne.

Un court séjour au bord du lac, l'attente d'une réponse qui n'arrivait pas, la petite fille avait ramassé beaucoup de coquillages et était maintenant occupée à les trier en fonction de leurs tailles et de leurs formes. Enfin c'était un exercice du précepteur et fallait bien s'y coller, même si l'envie n'était pas là.

Elle s'exerçait donc sous l'oeil de Mathilde, pendant que son frère jouait avec une grenouille, il avait de drôles d'idées le petit frère. Puis un messire entra dans le salon, une missive à la main, immédiatement, elle se releva et s'approcha, mais visiblement ça sentait le roussi.

Mathilde s'adressa pour commencer à son frère, lui disant plein de choses gentilles et l'envoya goûter, mais pas elle. Pas Eléa... Pas Eléa la plus grande de la famille... Elle allait suivre son frère, mais une main la rattrapa, c'était Mathilde.

La petite fille fit une légère moue, l'écoutant. Elle lui disait "vous", c'était bizarre...


"Votre père n'est pas du tout, mais alors pas du tout content du comportement que vous avez eu l'autre jour et des propos que vous avez tenu dans votre lettre. Il vous dit et je cite : "Eléa, que plus jamais je ne t'entende dire du mal de ta mère ! Tu te crois où là ? Tu lui dois le respect et si je t'entends encore dire des choses de ce genre tu iras séjourner dans un couvent bien reculé jusqu'à ce que je décide de t'en faire sortir. Demande donc à Mathilde qu'elle t'explique ce que ça signifie. Me suis-je bien fait comprendre ?" Vous avez bien entendu ? Ou faut-il que je le répète jusqu'à ce que cela rentre ?"

La petite fille hocha la tête, elle avait bien compris que son Papa était en colère, à cause des vilaines choses qu'elle avait dit à sa maman... Elle regarda ses pieds, gigotant doucement. Puis Mathilde en rajouta une couche pour être sure que la petite fille avait bien reçu le message.

"Votre mère vous aime toujours, même avec la venue futur d'un autre enfant. Vous devriez d'ailleurs en être heureuse... Cette grossesse permet à votre mère de revenir au château, ce qui n'aurait pas été le cas si elle ne l'avait pas été... Pourquoi croyez vous que votre père reste au front ? Pour faire de la décoration ? Non... Au lieu d'être heureuse, vous vous mettez dans d'étranges situations et si votre mère l'apprenait... Je ne pense pas que la Baronne soit heureuse d'apprendre que sa fille ne veut plus là voir, alors qu'elle est heureuse de vous revoir."

Eléa pleurait à chaudes larmes, mais en silence, il valait mieux pas énerver la nourrice plus que ça.

"Toute façon tout ça c'est de la faute à Angélique ou Timothée, pis ça se trouve, ils sont deux, ça sera encore plus pire, j'aurai pas ma Maman rien que pour moi." Pensa la petite fille dans sa petite tête, déjà bien remplie.

Elle croisa les bras et suivit Mathilde jusqu'à sa chambre, continuant de ruminer et de pleurer en silence. Elle n'était pas contente, elle entra dans la chambre donna un coup de pied dans le vent et alla s'asseoir sur son lit. Mathilde referma la porte. Eléa se releva, s'approcha de la porte, colla son oreille tout contre, écoutant attentivement les bruits de pas... Quand ces derniers disparurent, elle ouvrit la porte et tomba nez à nez avec un garde. Il fallait trouver une excuse pour éviter d'avoir trop chaud aux oreilles. Elle regarda le garde se trémoussant.


J'ai envie de faire pipi...

Ce qui n'était pas vrai du tout, mais bon, il fallait une excuse et celle là tenait la route.

Tu veux bien m'emmener là où on fait pipi s'il te plaît... Peux pas me r'tenir.

Eléa gigotait de plus en plus, histoire de bien faire croire à son mensonge. Le garde accepta de l'emmener dans le lieu approprié, il resta derrière la porte de la dite salle et attendit que la petite fille ait terminé son affaire, le problème c'est qu'elle n'avait pas envie... Mais alors pas du tout. Que faire, Eléa regarda autour d'elle, lorsque sauvé ! Un bros d'eau. Elle le renversa doucement, espérant que cela passerait bien, puis glissa ses mains dans le peu d'eau qu'il restait avant de sortit, regardant le garde et faisant semblant de s'essuyer les mains...

Voilà ça fait du bien...

Le garde la ramena dans sa chambre, elle y était consignée... Elle ne pouvait plus que prendre son mal en patience.
Korydwen a écrit:
En Touraine, à Loches

Il se calmait doucement, son travail, elle sourit, elle espérait que cela se réglerait rapidement, son époux était un bon menteur, du moins pour cette fois, elle n'y avait vu que du feu. Elle déposa un nouveau baiser sur sa joue. Elle ne voulait pas le laisser et pourtant... Elle détestait les au-revoirs, surtout ceux avec son époux... Les pires avec ceux de ses enfants, d'ailleurs, elle n'avait pas répondu à Eléa, elle le ferait en sortant du couvent.

Tu es prête à partir mon ange ? Tu as préparé ton paquetage ? Je m'occuperai de prévenir Fée et Tia et Rick. Ils seront sûrement arrivée à ton retour du couvent.

Elle le regarda doucement, en souriant, un sourire légèrement forcé, ravalant les larmes qui commençaient à perler aux coins de ses yeux. Elle devait les avoir brillants, une boule commençait à monter, pas comme si c'était une boule de nausée, cette fois une boule de tristesse.

Elle prit doucement sa main et la posa sur son ventre encore plat. Quand elle reviendrait, il serait certainement plus rebondis.


Je suis prête... Mes paquets sont prêts... D'accord, d'ailleurs en parlant de Fée, je crois que c'est une missive de sa part.

Elle lui tendit la missive récupéré sur le pigeon quelques temps auparavant.

Je sais que tu feras tout pour que mon escorte soit la meilleure au monde...

Elle le regarda avec ses yeux brillants de tristesse... Elle n'était pas très bien, et ne voulait pas trop parler... Que dire... A part qu'elle l'aimait terriblement et que la séparation serait une nouvelle déchirure... Mais elle avait besoin de se reposer en vue de ce voyage... Elle espérait le retrouver à Loches en revenant, mais rien n'en était moins sur... L'heure tournait, bientôt elle devrait partir...
Aiguemarine a écrit:
[ Agen - Guyenne ]

Petite virée au bord de l'Océan terminée...
Elea et Matthis étaient repartis sur Cournon...
Le calme régnait de nouveau à Agen et y régnerait sûrement encore quelques temps.

Nic reprenant le chemin de l'abbaye la plus proche, Aiguemarine avait donc décidée de repartir en voyage, cette fois ci sur le Comté de Toulouse, en mission pour l'Ambassade.

Mais qui garderait les enfants ?!
Hors de question qu'ils suivent leur père au monastère.
Aiguemarine n'avait pas envie non plus de les emmener avec elle, ne connaissant pas l'état des routes dans cette région.

Athalia saoûlait ses parents avec des "Matthis par çi, Matthis par là".
Ben, voilà une idée qu'elle est bonne.
Au moins, Aiguemarine pourrait partir rassurée...

Bon, c'est pas le tout, mais maintenant, faut voir avec leurs amis s'ils sont d'accord pour les accepter au Domaine pendant quelques jours...

Aiguemarine prit sa plume et rédigea une missive à Al'


Citation :
Cher Al', Chère Kory,

Cette missive pour prendre de vos nouvelles.
J'ai eue vent qu'une trève venait de débuter.
Vaut mieux tard que jamais.
Peut-être que cela signifie prochainement votre retour.
En tous les cas, nous le souhaitons vivement.

Notre petite virée à La Teste a été bien appréciée par vos enfants même si je n'ai pu en profiter pleinement avec mes diverses fonctions ici.
Il ne manquait que vous pour nous asticoter un peu.
D'ailleurs, ça a manqué à Nic. M'enfin...bref... Pas spécialement pour ça que je vous écris non plus.

Nous avons une faveur à vous demander.
Nic doit repartir quelques semaines chez les moines. Je me demande bien ce qu'ils ont de plus que moi ceux là !!
Bref...Passons...

Quant à moi, je dois partir de mon côté pour mon Ambassade visiter le Comté de Toulouse.

Athalia nous saoûle pour revoir Matthis. Elle a appris des tours à la souris, si, si.
Thomas, quant à lui est trop petit pour un si long voyage, et ne connaissant pas l'état des routes par chez eux..

Serait'il possible qu'Athalia et Thomas viennent passer quelques jours en votre Domaine à Cournon ?!
Nic ou moi (celui qui reviendra en premier ^^) viendrons les récupérer à notre retour.

En espérant une réponse positive, nous vous embrassons.
Prenez soin de vous.

Amicalement.


Aiguemarine, Nic,
Athalia et Thomas

Elle enroula son message à la patte d'un jeune pigeon, tout frais et l'envoya vers la Bretagne, priant qu'il trouve bien les destinataires...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:46

Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Voilà elle était partie. La soirée avait été des plus calmes. Ils s'étaient simplement reposés évitant de parler de choses qui fâchent et puis elle avait rejoint le couvent un peu isolé avant la tombée de la nuit alors qu'il se promenait dans la ville avec son amie Gals. Cela évitait tout un tas de larmes. Il n'aimait pas être séparé d'elle mais il la savait en sécurité. Et puis ce ne serait qu'une semaine sans nouvelles...

... mais combien loin d'elle ? Dans une semaine elle serait toujours à Loches mais Dieu sait où lui serait.

Qu'importe ! Il ne pouvait rien y faire. Même avec la trêve il ne savait pas grand chose sur leurs futurs déplacements.

Heureusement que Gals était là d'ailleurs. SInon il aurait vraiment trouvé le temps long. Encore que... il allait avoir pas mal de courriers à ecrire. Mais pas de suite. D'abord une bonne soirée en taverne avec Gals, quelques bières et franches rigolades, malgré un gars franchement bizarre. Cela faisait bien longtemps. Et surtout cela détendait.

Au petit matin, il sortit de sa tante et trouva un coin tranquille dans une taverne de la ville pour rédiger quelques missives. D'abord répondre à celle de Fée, puis prévenir Tia et Rick et enfin répondre à la missive de Nic et Aigue, et les remercier d'avoir accompagner Eléa et Matthis à l'océan. Bref il était pas prêt de s'embêter pour peu qu'il trouve quelques bons joueurs de cartes et qu'il boive quelques bières.

Il commença par répondre à la lettre de Fée.


Citation :
Ma chère Fée,

Je te remercie mille fois. Je savais que je pouvais sur une amie telle que toi. Je suis très heureux de savoir que tu as trouvé quelqu'un pour t'accompagner. Je sais que tu peux largement te débrouiller et te défendre seule mais les routes sont si peu sures en ce moment.

Notre armée a quitté Orléans. Je suis aujourd'hui à Loches où Kory a rejoint la couvent le plus proche. J'espère que tu pourras faire le détour.

Il me tarde de te voir.

Je t'embrasse bien affectueusement.

Al la rousse !

Il attacha le message à la patte du pigeon qui avait meilleure mine que le précédent. Ou alors c'était le même, la cure d'amaigrissement en moins. Voler entre les flêches des bretons et françois lui avait peut-être coupé l'appétit.

Il commanda une bière ainsi que de quoi se restaurer. Il avait encore à écrire. Ppffff il avait mal à la main par avance. Mais bon il fallait que tout soit prêt et puis cela lui faisait plaisir d'avoir des nouvelles de ses amis.

Il sourit en la lisant. Il y avait juste jetter un coup d'oeil. Et bien voilà qui ferait assurément plaisir à Matthis. Et Eléa aussi parce qu'il ne serait vraiment pas bon pour elle qu'elle persiste dans son comportement actuel.

Enfin maintenant il avait 3 lettres à ecrire. Il but un coup et souffla avant de prendre sa plume.
Feeleone a écrit:
Toujours et encore dans un trou à rats en Bretagne

Le deuxième volatil revenu plus rapidement que le premier surement du au poids en moins .
Fée le délesta rapidement de son message .


Citation :
Ma chère Fée,

Je te remercie mille fois. Je savais que je pouvais sur une amie telle que toi. Je suis très heureux de savoir que tu as trouvé quelqu'un pour t'accompagner. Je sais que tu peux largement te débrouiller et te défendre seule mais les routes sont si peu sures en ce moment.

Notre armée a quitté Orléans. Je suis aujourd'hui à Loches où Kory a rejoint la couvent le plus proche. J'espère que tu pourras faire le détour.

Il me tarde de te voir.

Je t'embrasse bien affectueusement.

Al la rousse !

Fée retourna à sa tente et étudia la carte .Loches ou Orléans pour elle cela n'avait pas d'importance du moment qu'elle partait d'ici .
Elle avait presque terminé ses bagages .Enfin libre .

Libre de repartir sur les routes .Retour rapide en Bourbonnais Auvergne ,revoir les amis qu'elle y avait .S'imprégner des paysages verdoyant des monts d'Auvergne qui lui manquaient tant .
Elle ne pensait pas que cela lui manquerai tant que cela .Nostalgique elle finit de préparer ses affaires .
Demain il serait tant de partir et prendre la direction des monts verdoyants .
Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Il avait écrit la première de ses quatre missives. Il lui fallait à présent répondre à Aigue et Nic, prévenir l'Intendant et également écrire à Tia et Rick. Il but une gorgée pour se donner du courage. Mais faudrait bientôt qu'il arrête de se donner du courage comme ça où personne n'arriverait à lire les gribouillis qu'il écrirait.

D'ailleurs il faudrait qu'il trouve des volatiles aussi sinon les lettres étaient pas prête d'arriver. Il avait le pigeon d'Aigue qui avait l'air en pleine forme, tout jeunot. Le contraire de ses propriétaires. Il sourit. Décidement il ne pouvait s'en empêcher même quand il n'y avait personne...


Citation :
Chère Aigue, Cher Nic,

Nous sommes en pleine forme, aucune blessure grave à signaler. Nous sommes actuellement à Loches où Kory a rejoint le couvent le plus proche pour se reposer avant de rentrer en Auvergne.

J'espère pouvoir rentrer à mon tour mais rien n'est moins sûr. Je suis ravi que tout se soit bien passé à la Teste. Matthis semblait ravi, mais Eléa toujours bougonne apparement. Ca lui passera ou sinon j'y veillerai.

De votre côté, comment allez vous ? Je vois que vous être forts occupés. Ce sera pour nous un plaisir d'accueillir Athalia et Thomas aussi longtemps que vous le souhaiter. Je vais prendre contact avec l'Intendant Childebert pour qu'il se tienne prêt. N'hésitez pas à voir avec lui si vous avez besoin de quelque chose. Il pourra trouver également quelques personnes sures pour venir les chercher.

Kory rentrera probablement vers le 15 aout mais il y a toujours quelqu'un à Cournon et je suis sûr que Matthis se fera un plaisir de divertir Athalia et Mathilde de s'occuper de Thomas.

Je vous embrasse, prenez soin de vous mes amis,

A très bientôt je l'espère, Al

Il attacha la missive à la patte du pigeon puis le sortit de la cage dans laquelle il l'avait mis, ouvrit la fenêtre et le laissa prendre son envol pour la Guyenne.

Allez va, retourne vers ta maîtresse ! Bon allez la suivante maintenant !

Il prit un nouveau parchemin, plus petit et commença à écrire. Il fallait être bref. Toute façon il n'allait pas lui raconter sa vie.

Citation :
Intendant Childebert,

J'espère que tout se passe bien au domaine et que tout le monde se porte bien. Je vous écris pour vous faire part de plusieurs points.

Mon épouse se trouve dans un couvent près de Loches d'où elle rentrera en Auvergne avec mon amie Féeléone. Son arrivée devrait avoir lieu autour du 15 aout.

Ensuite, nos amis Aiguemarine et Nictail ont demandé à ce que leurs enfants soient accueillis chez nous. Ils sont actuellement très occupés. J'ai accepté avec grand plaisir et compte sur vous pour qu'ils soient reçus comme chez eux. Si Aiguemarine vous contactait veuillez répondre à ses demandes au mieux. Il est notamment possible qu'il faille quelques personnes pour venir chercher Athalia et Thomas. A moins que MaDeleine ne les accompagne.

Je vous laisse voir avec mon amie. J'ai toute confiance en vous.

Pour finir, pouvez demander à Mathilde qu'elle me transmette régulièrement des informations relativement à ma fille. En attendant le retour de mon épouse je tiens à être informé.

Bien à vous,

Althiof

Il appela un garçon et lui donna une pièce.

Tiens trouve un messager pour faire porter cette missive.

Aussitôt la garçon quitta la taverne.
Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Allez courage plus qu'une à écrire pour prévenir Tia et Rick comme ça ils seraient informés s'ils voulaient toujours venir. La taverne commençait à bien se remplir, il y avait passé toute la journée et il serait binetôt l'heure du dîner, qui attirerait forcément beaucoup de villageois.

Il voulait finir avant pour aller prendre l'air. Il écrivit rapidement.


Citation :
Ma chère Tia et son chauve de mari,

J'espère que vous allez bien, et que ta grossesse se passe tranquillement. Nous avons quitté Orléans et sommes désormais à Loches d'où Kory a rejoint le couvent le plus proche jusqu'au 3 août prochain.

Malgré la trêve les armées sont toujours mobilisées. Dieu sait où je serai dans les prochains jours aussi voulais-je vous prévenir pour que vous puissiez venir la chercher si d'aventure vous pouviez toujours.

Je vous embrasse bien affectueusement,
A très bientôt je l'espère, Al

Il rangea toutes ses affaires et posa quelques écus sur la table et sortit à la recherche d'un messager pour faire porter sa missive.

Puis il repartit en direction du campement et se promenant tranquillement. De petits bonheurs mais qui paraissaient si jouissifs après des mois de conflits et de batailles.
Rick a écrit:
Rick, qui était passé juste avant le départ dans leur atelier, avait reçu la missive de son beau-frère.

Citation :
Valeureux Al,

Toi qui n'hésite pas un instant à braver les armées bretonnes pour défendre tes idées et notre terre, sache que nous avons bien reçu ta missive. Mon épouse, ta filleule, se porte comme un charme et nous n'allons pas tarder à quitter Montbrisson. Nous devons faire un détour par la Bourgogne mais nous passerons par Loches pour récupérer Kory.
Nous lui enverrons un pigeon aux alentours du 3 prochain, pour savoir où nous en sommes.

Continue à être prudent.

Amicalement,

Rick

Le jeune tisserand plia sa missive et envoya la missive en direction de la Bretagne.
Feeleone a écrit:
Enfin le départ !!

Fée avait finit de préparer ses affaires .Les tentes n'étaient plus .
Le campement ressemblait plus à rien ,un simple champ ou des objet divers trainaient encore de-ci de-là .
Elle se dirigea vers le parc ou était les chevaux ,seul chose encore existante pour le moment du camp des 45 .
Mystic arriva au petit trot dès qu'elle aperçut Fée .Elle vient coller sa tête contre son épaule ,Fée flatta l'encolure de sa jument et la fit sortir du parc .


Aller ma belle il est temps de repartir vers notre village .

Il était temps effectivement de quitter ses terres avide de sang .Elle en était gorgée mais sa soif n'avait pas l'air de s'apaiser .
Fée était partit dans cette guerre pour protéger la princesse mais tous étaient devenus des cibles ,des boucliers, des remparts mais aucunement là pour rétablir la paix .
Elle était venue de son plein grès ,venu chercher à affronter la mort .Elle avait voulu rejoindre son enfant partit trop vite ,mais la faucheuse en avait décidée autrement la laissant grièvement blessée mais vivante .
Sur le coup elle avait maudit cette mort qui avait prit son fils mais aussi nombreux de ses amis et pas elle .D'ailleurs elle n'arrivait toujours pas à effacer la vision d''Oya tombant au combat et elle ne pouvant la rejoindre pour la sauver elle et l'enfant qu'elle portait ;jamais elle n'oublierais son amie .
Maintenant avec plus de recul ,elle savait que c'était une autre vie qui commençait ,une renaissance .Alors elle avait acceptée ce nouveau destin qui s'offrait à elle .

C'est Mystic qui la ramena de ses pensées en la poussant doucement dans le dos .
Fée sourit .
Elle aussi avait hâte de partir .Mais juste avant elle allait envoyer une missive à son ami Al pour le prévenir de son départ .


Citation :
Cher Al ,

Nous partons ce jour pour vous rejoindre à Loches .
Nous serons près de vous d'ici 4 à 5 jours si tout ce passe bien .
J'ai vraiment hâte de te voir ma rousse !!

Je t'embrasse .
Fée


Fée scella rapidement Mystic .Elle était fin prête au départ .Lui restait juste à récupérer son ami Slad au passage et direction Loches pour retrouver son ami Al ainsi que Kory .
Arrivée à l'emplacement de la tente de Slad ,il y avait tout un tas de paquetage mais pas de Slad en vue .
Ou pouvait il bien avoir été ?
Peut être à la rivière ?
Au même instant sortant de je ne sais ou Slad son ami arriva ,Fée sauta au sol pour aller dire bonjour à son ami,elle grimaça un peu ,elle avait présumer de ses forces ,il lui faudrait se ménager un peu et éviter de vouloir trop en faire comme à son habitude .



Bonjour Slad .
Prêt ?
Il est temps de partit d'ici ,l'odeur de la mort infeste le village .
Sladificator a écrit:
Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis la demande de Fée sur son voyage vers Orléans... Il était anxieux, la guerre avait fait rage, les esprits des hommes, anciens combattants ou nouveaux arrivants gardaient tous en mémoire ces coulées de sang qui avaient eu lieu durant ces batailles. Lui même rescapé et grièvement blessé lors de l'une d'entre elle, il espérait pouvoir repartir sans que les villageois ne s'acharne de nouveau sur eux par vangeance. Sa crainte venait surtout pour son amie Fée, il ne voulait pas la revoir tomber une seconde fois...

Le jour J arriva, les paquetages étaient déjà préparés depuis quelques temps, posés à l'entrée de sa tente au cas où Fée passerait plus tôt que prévu... Il alla en début de l'après midi dans le centre de Fougères, il fallait qu'il fasse bonne impression, qu'il ne voyage pas à pied jusqu'à Orléans... Il décida donc d'aller s'acheter rapidement un cheval en ville.


Quelques péripéties plus tard, il était sur le chemin du retour, accompagné derrière par sa monture. Il aperçut au loin son amie Fée qui semblait le chercher partout. Il posa la corde qui le reliait à sa monture sur un petit piquet de bois puis alla à sa rencontre. Elle sursauta en le voyant arriver, il lui sourit et vit qu'elle avait grimacé, il posa sa main sur son épaule et lui fit la bise.

Bonjour Slad .
Prêt ?
Il est temps de partit d'ici ,l'odeur de la mort infeste le village .


Sladificator hocha de la tête et regarda la monture de Fée... Elle était magnifique... Il rougissait à vue d'oeil

Oui oui je suis prêt on peut partir quand tu veux... Désolé du retard mais j'étais descendu en ville m'acheter un cheval... Malheureusement pour moi ils n'avaient plus que des mules !

Il baissa la tête puis posa ses sacs sur la mule qui refusait d'avancer.

Et bien avec ça on n'est pas prêt d'arriver !

Il se mit à rire puis sortit un gros sac de carottes.

J'ai la solution miracle !

Il monta sur la mule puis avec une canne il relia une carotte près des yeux de l'animal qui se mit à avancer pour attraper la carotte. Le torse bombé, fier de lui, il regarda Fée puis sourit.

Alors, t'en penses quoi de mon destrier ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:47

Feeleone a écrit:
Sur le départ! Enfin si la mule avance !!

Elle sursauta quand Slad arriva derrière elle .Elle lui fit face prête à râler mais quand elle vit non loin de la l'espèce de mule ou quelque chose qui lui ressemblait cela lui coupa la chique .



Mais qu'est ce que c'était que cette chose .Elle était tellement bloquée sur la bête ,hideuse on peut le dire qu'elle ne s'aperçut même pas que Slad lui avait fait la bise .

Oui oui je suis prêt on peut partir quand tu veux... Désolé du retard mais j'étais descendu en ville m'acheter un cheval... Malheureusement pour moi ils n'avaient plus que des mules !
Et bien avec ça on n'est pas prêt d'arriver !


Arriver ,impossible avec une telle monture sauf si c'est Slad qui la portait .Oh mon dieu dans qu'elle galère était elle aller encore se fourrer .
Elle n'avait pas imaginer un seul instant que son compagnon de voyage ne pouvait pas avoir un destrier digne de se nom .Fée se tourna vers Mystic pour la regarder et eu l'impression de lire un sourire moqueur sur la bouche de sa jument .
Ils étaient pas sortie de l'auberge !!!!!!


J'ai la solution miracle !


Heureusement se dit elle pour elle même .M'enfin on avait pas idée d'acheter une telle mule .Pourquoi celle -ci ?
Slad avait il eu un coup de coeur pour cette bête abominable ? Pitié ?
Fée secoua la tête et monta sur Mystic qui elle aussi regardait le destrier d'enfer de Slad .
Ben voyons une carotte !
Le voila tenant une ligne comme pour la pêche devant les naseaux de la ...quoi ? Mule pour qu'elle avance pour avoir son du.



Alors, t'en penses quoi de mon destrier ?

Ben ...Heu......................


Que répondre sans vexer son ami.Aller Fée réflechit vite !
Arrête de restée bouche bée devant l'animal ,il a quatre pattes donc pas de soucis .


Joli choix !

Bravo ,ça c'est de la réponse !
Fée talonna Mystic pour qu'elle avance un peu au devant de Slad et sa monture digne de se nom tout en se retenant de rire .
Le voyage promettait d'être surprenant ...Oui surprenant tel était le mot qui convenait le mieux ,a la hauteur de la mule tout aussi surprenante .
Ils sortirent du village ,les remparts derrière eux ,direction Loches !
Nictail a écrit:
[Dispensaire d'Agen - Guyenne.]

La plume à la main, Nic avait décidé d'écrire à Al' après en avoir discuté avec Aigue.
Celle-ci commençait à préparer ses affaires, Nic devrait aussi bientôt s'y mettre.


Citation :
Cher Al'.

Pour ne point te déranger dans vos préparatifs et toutes vos affaires, Aigue a décidé de contacter directement Childebert à Cournon, comme tu lui as surement conseillé, pour s'arranger pour les enfants.
D'ailleurs, nous voulions vous remercier d'avoir accepté de les garder !
Nous sommes sûrs que les 4 petits diables vont rendre chèvres vos domestiques !

J'espère que vous allez bien et que Kory se repose, ou bien qu'elle est déjà repartie.
J'ai appris qu'une trêve était en cours, j'espère qu'elle signifie vraiment la fin de la guerre, nous aimerions vraiment que vous rentriez pour qu'il ne vous arrive rien.

Dis à Kory d'être sage !
Les femmes enceintes sont souvent imprudentes, alors, demande aux autres de bien veiller sur elle. Enfin, tu dois déjà savoir tout ça, c'est tout de même votre troisième.

Allez, je ne vais pas t'embêter de trop non plus.
Aigue va entamer son voyage en terres toulousaines avant que je ne parte moi-même chez les moines. Elle t'écrira de là-bas, de telle manière que tu pourras lui répondre.

Nous pensons fort à vous.

Aigue, Nic et les enfants.

Nic renvoya le pigeon d'Al' ...
Allez, vole, retrouve qui de droit ...
Sladificator a écrit:
Sladificator voyait dans le regard de Fée que sa mule l'intimidait... Peut être n'aimait elle pas ce genre de bête... Il est vrai qu'elles étaient plutôt difficilement dociles, mais bon, il fallait bien le voyage était long, il n'aurait pas pu tenir tout celà à pied...

Joli choix !

Sladificator sourit et la vit commencer à partir devant avec son cheval. Il agita le morceau de carotte au bout de la corde et fit avancer la mule au pas en essayant de suivre son amie.

Suivie des yeux, fixé sur sa croupe ondulant de gauche à droite à l'allure des pas du cheval, il rêvassait tout en essayant de maintenir la carotte correctement placée pour que la mule avance toujours. Il avait fier allure derrière elle, elle noble sur son destrier et lui la suivant sur une... mule...
Il soupira un peu et la laissa ouvrir le chemin, il n'avait aucune idée d'où il allait, ne sachant pas se repérer dans l'espace, il lui faisait confiance.
Les minutes passèrent, les heures s'additionnaient, il regarda le soleil qui commençait à se coucher.


Fééééééeeeee ! Tu crois qu'on arrive bientôt à un village ? C'est que l'obscurité gagne du terrain ces dernières minutes ! Il faudra peut être bientôt s'arrêter tu ne crois pas ?

Il regarda sa mule qui semblait ne plus vouloir avancer puis elle s'arrêta pour revenir à sa hauteur et lui répondre
Feeleone a écrit:
Sur les chemins

Ils étaient parti dans l'après midi ,la journée n'avait pas été très chaude mais surtout lente très lente .
Ils n'avait pas passé la vitesse supérieur .
Tout le chemin parcouru au pas .Même les oiseaux allaient plus vite ,les abeilles et les papillons riaient en passant à leurs cotés .
Fée soupira .
Mystic elle trépignait d'impatience de passer à une vitesse plus rapide mais la mule allait tranquillement comme si elle visitait ,regardait le paysage !

Le jour commençait à décliner et le village était encore à des lieux de l'endroit ou ils se trouvaient.
Il fallait trouver un moyen de changer de cadence sinon ils dormiraient sur leur monture .


Fééééééeeeee ! Tu crois qu'on arrive bientôt à un village ? C'est que l'obscurité gagne du terrain ces dernières minutes ! Il faudra peut être bientôt s'arrêter tu ne crois pas ?

La voix de Slad retentit dans son dos .
Elle attendit qu'il arrive à sa hauteur pour lui parler .

Oui mais j'aimerais m'arrêter dans un village et trouver une auberge .
Ça fait des mois qu'on dort sous une tente et j'ai envie d'une vrai chambre et d'un vrai lit .
Alors soit ta MULE avance d'elle même ,soit je la traine derrière moi et dès demain on la revend pour acheter une monture digne de se nom pour remplacer ce TRUC .


Fée avait à peine finit de parler que la MULE se mit à détaler comme si une mouche l'avait piqué .
Elle en resta sans voix !
C'est que ça galopait vite cette chose .
Elle lui laissa prendre de l'avance car même si elle galopait vite ,Mystic aurait si tôt fait de la rattraper.
Fée se demandait encore ce qui l'avait poussée a agir ainsi cette bête .Peut être est ce le fait d'avoir mentionné de la vendre .
Fée partit d'un grand éclat de rire et talonna sa jument qui partit aussitôt au galop .
Enfin ils arriveraient sans doute pas trop tard au village et pourraient trouver une auberge .
Sladificator a écrit:
Il finit par arriver à sa hauteur quand elle se retourna pour lui répondre... Elle semblait légèrement irritée, la lenteur du trajet l'agaçait sûrement. La mule prenait son temps, s'arrêtait tantôt pour manger une touffe d'herbage, tantôt sans aucune raison, juste pour ne pas avancer...

Oui mais j'aimerais m'arrêter dans un village et trouver une auberge .
Ça fait des mois qu'on dort sous une tente et j'ai envie d'une vrai chambre et d'un vrai lit .
Alors soit ta MULE avance d'elle même ,soit je la traine derrière moi et dès demain on la revend pour acheter une monture digne de se nom pour remplacer ce TRUC .


Sladificator regarda la mule en souriant et s'apprêta à répondre lorsqu'elle se mit à courrir droit devant comme si elle avait compris ce que Fée venait de dire... A croire que ces bestioles étaient plus intelligentes qu'il le pensait. IL faillit perdre l'équilibre à son départ mais se cramponna, il rangea le bâton avec la carrote, elle ne semblait plus avoir besoin de celà pour avancer, ils commençaient à distancer un peu Fée et son destrier mais il savait qu'elle n'aurait pas énormément de mal à les rejoindre et les dépasser, il valait mieux d'ailleurs, avec son sens de l'orientation, il les aurait perdu en route...

ELle finit par refaire son apparition et dans un sourir, elle repassa devant, la mule continuait toujours de courrir, suivant le cheval de Fée... Les minutes passèrent quand ils finirent par apercevoir au loin quelques chaumières.


Heyyyyy ce serait pas un village ça ? On dirait que ton voeux est exhaucé ! Tu vois qu'elle est bien ma mule !

Il se mit à rire et la suivit en même temps
*Matthis* a écrit:
Baronnie de Cournon d'Auvergne.

Matthis avait écouté la lecture de la missive par Mathilde, son papa était très gentil, mais il se demandait bien pourquoi sa Maman ne répondait pas, il se gratta la tête et se souvint de certaine parole de son père à l’anniversaire de mariage d’Aiguemarine et Nictail "manger pour dix", elle devait être bien fatigué Maman avec dix bébés dans le ventre. Le petit garçon se gratta à nouveau la tête écarquillant les yeux. Quelque chose clochait, il quitta le bureau comme Mathilde lui avait demandé et se dirigea vers les cuisines.

Mathilde tenait dans ses petites mains la petite grenouille, il sourit, oubliant la question qu’il voulait poser à Cuistot concernant les dix bébés. Son papa lui avait suggéré de laisser la petite souris d’Athalia dans les jupes de MaDeleine, pour rire un bon coup. Il regarda la grande porte de la cuisine, puis la grenouille, il tendit l’oreille, Cuistot faisait beaucoup de bruit, il ne l’entendrait pas ouvrir la porte. Matthis la poussa doucement et laissa la grenouille entrer, restant derrière le mur caché, la main sur la bouche.

La grenouille s’avança dans la cuisine, sautant un peu dans tous les sens, le Cuistot ne l’avait certainement pas encore vu, puis un léger et doux…

Crooooooooooaaaaaaaaaaaaaaaa

... se fit entendre dans la cuisine, Matthis ne savait pas très bien ce qu’il se passait, mais à entendre le bruit qu’il y avait dans la cuisine, il n’avait pas intérêt à se faire prendre, sinon il finirait comme sa sœur, dans sa chambre. Le Cuistot devait certainement démonter la cuisine, lançant, plats, casseroles, rouleau à pâtisserie et autres ustensiles encore. Matthis pouffait de rire… Puis plus de bruit, que ce soit de la vaisselle ou des croassements, visiblement la grenouille était passée de vie à trépas… Ce que le garçonnet ne saurait jamais.

Matthis sentant qu’il n’était pas forcément bon, d’arriver juste après la bataille, resta un instant sagement derrière le mur, adossé comme les grands faisaient, enfin son Papa faisait, le pouce dans la bouche, ça son Papa ne le faisait pas… Il glissa sa main dans sa poche et en sortit un mouchoir, mouchoir qui appartenait à sa mère, le petit garçon ayant pris la liberté de fouiner dans les affaires de sa mère, renversant au passage un peu de "sens bon" dessus, "sens bon" de sa Maman bien sur, parce qu’elle lui manquait terriblement et puis elle sentait toujours très bon. Le bout de tissus coincé entre le pouce et l’index, le pouce toujours dans la bouche, il s’aventura dans la cuisine et écarquilla grand les yeux, apercevant tout le bazar, il se hissa sur une chaise, s’installa à la table et regarda Cuistot, retirant son pouce de sa bouche, posant le doudou, sur la table, il lui dit.


‘Oi je c’ois, ‘oi vas l’avoi’ des p’oblème ave’ mon Papa… Pace que t’as cassé la tuisine ! Pis c’est château à mon Papa, ‘oi pas le d’oit de tassé, le château de mon Papa. Vais l’dihe à mon Papa ! Va dihe à ‘oi ! Dehoh !

Matthis tendit son petit bras en direction de la porte regardant, le Cuistot, si un messire sans gène existait, aujourd’hui cela serait le petit Matthis. Il marchait tout droit dans les pas de sa sœur… Il sourit en regardant le Cuistot… La réaction ne se fit pas attendre longtemps…
Personnels_De_Cournon a écrit:
Baronnie de Cournon d'Auvergne.

Cuistot était affairé comme toujours dans sa cuisine, depuis que les deux enfants étaient de retour, il lui fallait satisfaire l’estomac des deux jeunes enfants. Il travaillait activement, tranquillement lorsqu’un croassement se fit entendre.

Surpris Cuistot envoya dans les airs de la cuisine, la cuillère qu’il tenait dans la main, cuillère qui retomba bruyamment sur le sol de pierre. Bruit qui fit fuir la grenouille, mais pas trop loin, elle était encore dans la cuisine, s’enchaina donc un lancer de cuillère, casserole, morceau de bois, la grenouille finit par être écraser par un de ces objets.

Cuistot s’en approcha, se frottant le front, il faisait bien chaud, mais surtout, il ne comprenait pas d’où elle sortait.


Hum… Pas de grenouilles prévues au repas… Puis tilt, la seule possibilité possible était Matthis, le collectionneur d’animaux pour le moins bizarre… Enfin des animaux qu’on n’avait généralement pas chez soit… Un crabe… qui pouvait se pavaner affirmant élever un crabe chez lui… Personne sauf Matthis.

Cuistot fit disparaître la grenouille à sa façon, il jeta le cadavre de la bête dans le feu, une douce odeur de grenouille carbonisée se répandit dans la pièce, alors qu’un Matthis se glissa à l’intérieur et dire que la Baronne en attendait un troisième, la bande Toggenburg-Marigny-Cournon d’Auvergne risquait fort bien d’anéantir doucement tous les serviteurs du domaine… Déjà la petite Eléa était terrible, le Matthis suivait sa trace… Que ferait le troisième avec de tels modèles… Si ce n’est la même chose…

Cuistot regarda le petit garçon s’installer à table, puis l’écouta en toussotant, c’est qu’il ne manquait pas d’air le garçonnet…


‘Oi je c’ois, ‘oi vas l’avoi’ des p’oblème ave’ mon Papa… Pace que t’as cassé la tuisine ! Pis c’est château à mon Papa, ‘oi pas le d’oit de tassé, le château de mon Papa. Vais l’dihe à mon Papa ! Va dihe à ‘oi ! Dehoh !

Ah oui, des problèmes, je pense plutôt qu’une autre personne risque d’avoir quelques problèmes… Je pense qu’un certain Messire Matthis risque d’avoir des ennuis… Je sais que la grenouille vous appartenait jeune Messire… Vous feriez mieux de garder ce petit incident pour vous, afin d’éviter les foudres de votre mère…

Cuistot ne parla pas de son père, sachant pertinemment que cette histoire risquait plus de le faire rire… Il servit à l’enfant un bref gouté avant de ramasser ce qui trainait par terre.

J’ai bien peur que votre grenouille soit retournée près de son étang jeune Matthis, elle sera mieux dehors…

Il ne valait mieux pas lui annoncer ce qui était réellement arrivé et surtout où se trouvait réellement la dite grenouille. Cuistot rangeait sa cuisine… Lorsque…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:48

*Mathilde* a écrit:
Baronnie de Cournon d'Auvergne.

Un véritable moulin cette cuisine, les remontrances contre la petite Baronne terminée, il fallait rejoindre le jeune Baron, dans la cuisine, enfin ce qui fut dans un temps pas si éloigné que ça une cuisine. Elle regarda bizarrement Cuistot ranger ce bazar, pour ne pas dire tempête, puis son regard se posa sur le jeune Baron qui mangeait doucement un morceau de brioche, mais sans grenouille. Mathilde comprit immédiatement, elle les connaissait ces enfants à force. Le jeune garçon avait encore frappé, écoutant certainement une brillante idée de bêtise de son père… Matthis avait la langue bien pendue et finissait toujours par avouer d’où venaient ses merveilleuses idées de bêtises… Suggestions de son père ou bien de sa sœur… Sans oublier son futur parrain, qui lui apprenait à roter et tant d’autres choses délicates en société…

Elle fixa le garçonnet qui ne semblait pas l’avoir vue, pour le moment, elle sourit, ne relevant pas sa bêtise, Cuistot ayant du faire le nécessaire…


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Plusieurs jours s’écoulèrent doucement, la petite fille toujours aussi pénible… Le jeune garçon toujours aussi étonnant, il était temps d’écrire au Baron, il fallait lui porter nombreuses nouvelles. Eléa une nouvelle fois consigner dans sa chambre pour cause de manque de respect total, ne participerait pas à la rédaction de la dite missive. Matthis dicta à Mathilde deux trois phrases, il avait bien vu sa sœur faire et s’appliquait à reproduire ses gestes…

Citation :
Mon Papa d’amour,

Eléa est trop trop méchante avec moi, elle me tape toujours, parce que je suis content que bébé arrive et pas elle. Elle me dit des choses méchantes et puis elle m’arrache mes cheveux, même une fois, j’ai eu du rouge dans le nez à cause de cette méchante sœur. Mathilde, Childebert et puis le précepteur la punissent tout le temps… Mais elle est toujours méchante…

J’ai eu un problème, enfin plein de problèmes… Le crabe il est mort tu pourras pas le voir, je l’ai enterré dans le jardin et puis j’ai perdu la grenouille que je voulais faire un cadeau avec. Je voulais la donner à Marraine Tatie Thémis, mais je peux plus maintenant, elle est partie ailleurs la grenouille… Faudra que tu m’aides à en attraper une autre pour l’offrir, sinon je donnerai à elle une souris comme Athalia. Mais ça sera pas ma princesse, ma princesse, c’est Athalia, pas Tatie.

Tu pourras dire à Maman de demander au bébé de sortir, puis si c’est pas un garçon, tu l’échanges avec Aigue et Nic, tu donnes bébé fille et tu prends Thomas, comme ça moi, un petit frère. Athalia dira oui, son petit frère, il lui pique ses jouets… Pis comme ça, pas de sœur méchante comme Eléa…

Je t’aime mon Papa, tu reviens quand ? Je veux te montrer quelque chose.
Matthis.

Mathilde sourit en retranscrivant les paroles du petit garçon, c’est vrai qu’Eléa n’avait pas été tendre du tout avec lui. Mathilde rajouta plusieurs lignes à la suite du petit garçon, afin d’éclaircir les propos du garçonnet.

Citation :
Messire Baron,

Comme votre fils m’a fait écrire, il y a eu de nombreux accrochages avec Eléa. Eléa ne supportant pas que son frère demande à Childebert de préparer une chambre pour l’arrivé du bébé… Votre fils est assez surprenant d’ailleurs, je ne sais pas si vous lui avez donné quelques responsabilités, mais il joue au petit chef pour préparer l’arrivée de sa mère. Elle est attendue. J’ai surpris votre fils se diriger vers la petite chapelle du domaine, la "maison d’Aristote et de Dame Nature" comme il dit si bien, il leurs demandait un petit frère… Je ne sais pas si ses drôles de prières lui donneront un petit frère… Surtout avec ses drôles d’offrandes… Fourmis et autres insectes…

Avec l’aide de Childebert et du précepteur nous tentons de faire comprendre à votre fille que sa mère l’aime toujours, mais je pense qu’un câlin et une explication de cette dernière serait certainement plus efficace qu’une quelconque punition. Elle semble néanmoins avoir compris votre missive, je ne l’entends plus râler après sa mère… Il nous faut maintenant régler les problèmes avec son frère… La dernière frappe s’étant soldée par un nez cassé… Celui de votre fils… Nous avons réussi à lui réparer, j’ai fait appel à un médicastre, j’ai quelques connaissances, mais j’ai préféré… Il va mieux et ne se plaint plus. Elle n’y va vraiment pas de main morte… J’ai réussi à lui coller quelqu’un sur le dos à longueur de journée, afin que cet incident ne se reproduise plus…

J’espère que la prochaine missive sera porteuse de nouvelles plus heureuses… Nous faisons notre possible…

Cordialement,
Mathilde.

Mathilde attacha les missives à la patte du faucon et le laissa s’envoler, espérant qu’il trouverait le Baron, la Baronne étant toujours aux dernières nouvelles chez les sœurs. Elle retourna vaquer à ses occupations… Veillant encore et toujours sur le petit garçon martyr de sa sœur… Sœur qui aurait encore des problèmes avec son père… ou sa mère qui allait bien rentrer… Mais mieux vaut ne pas faire hurler la Baronne, il ne manquerait plus qu’une fausse-couche…
Personnels_De_Cournon a écrit:
Baronnie de Cournon d'Auvergne.

Childebert s’agitait et dormait peu en ces longues journées d’été, les missives parvenaient de toutes parts, il était loin le temps calme… Une missive provenait du Baron, ce dernier l’informait des directives à prendre

Citation :
Intendant Childebert,

J'espère que tout se passe bien au domaine et que tout le monde se porte bien. Je vous écris pour vous faire part de plusieurs points.

Mon épouse se trouve dans un couvent près de Loches d'où elle rentrera en Auvergne avec mon amie Féeléone. Son arrivée devrait avoir lieu autour du 15 aout.

Ensuite, nos amis Aiguemarine et Nictail ont demandé à ce que leurs enfants soient accueillis chez nous. Ils sont actuellement très occupés. J'ai accepté avec grand plaisir et compte sur vous pour qu'ils soient reçus comme chez eux. Si Aiguemarine vous contactait veuillez répondre à ses demandes au mieux. Il est notamment possible qu'il faille quelques personnes pour venir chercher Athalia et Thomas. A moins que MaDeleine ne les accompagne.

Je vous laisse voir avec mon amie. J'ai toute confiance en vous.

Pour finir, pouvez demander à Mathilde qu'elle me transmette régulièrement des informations relativement à ma fille. En attendant le retour de mon épouse je tiens à être informé.

Bien à vous,

Althiof

L’intendant s’installa à son bureau en sortit, plume, parchemins et encrier et commença à rédiger sa missive… Mais il fut interrompu par un oiseau… Après l’enfant, l’oiseau, il déroula le parchemin et y trouve une missive, de la part d’Aiguemarine, bien il pourrait répondre par l’affirmative au Baron.

Citation :
Intendant Childebert,

Comme vous devez sûrement le savoir, mon époux et moi-même devons prochainement nous absenter quelques temps.

Aussi a t'il été convenu avec le Baron Althiof que nos enfants Athalia et Thomas séjourneraient au Domaine le temps nécessaire.

En revanche, serait'il possible d'envoyer quelques personnes de confiance au Dipensaire afin de venir les récupérer ?!

Sachant que mon départ est prévu pour Jeudi ou Vendredi prochain et celui de mon époux le samedi.

J'attends de vos nouvelles, et vous remercie de votre aide.

Cordialement, et Amicalement.
Aiguemarine

Plume qui gratte le parchemin...

Citation :
Messire Baron,

J’accuse bonne réception de votre courrier, missive suivit de peu par celle de votre amie Aiguemarine.

Je préparerai donc le domaine pour l’arrivée de votre épouse Ma Dame la Baronne dès le 15 aout, j’espère que son voyage se déroulera dans les meilleures conditions possibles. Dois-je faire envoyer un carrosse à Montbrison, pour le voyage jusqu’à Cournon ou le fera-t-elle à cheval ?

Quand aux enfants de vos amis, je veillerai à ce que leur séjour se déroule le mieux possible. Dame Aiguemarine m’a effectivement écrit, je lui répondrai dès cette missive terminée, je ferai envoyé quelques serviteurs chercher ses enfants chez elle.

En ce qui concerne Mathilde, elle a envoyé le faucon du domaine avec deux missives pour vous, je ne sais s’il vous est parvenu. Quoi qu’il en soit, je lui ferai part de votre désir de nouvelles. Gagez que le précepteur, Mathilde et moi-même faisons beaucoup pour qu’Eléa soit plus sage…

Votre dévoué Intendant Childebert.

Première missive enroulée et attachée à la patte du pigeon, il fallait s’atteler à la deuxième.

Citation :
Dame Aiguemarine,

Je viens de recevoir la missive du Baron m’informant de votre projet, vos enfants seront accueillis au domaine comme il se doit.

J’enverrai un carrosse aux couleurs de Cournon, avec un détachement de garde pour assurer la sécurité de vos enfants jusqu’aux domaines. Des personnes de confiance feront partis du convoi, notamment le cocher messire Gaspard et un jeune palefrenier Idriss, ne pouvant pas moi-même venir au dispensaire. La petite Baronne demandant beaucoup d’attention…

Le carrosse arrivera d’ici la fin de semaine, soyez en certaine. Je suppose que Ma Deleine sera au Dispensaire, le temps que les serviteurs de Cournon arrivent.

Cordialement et Amicalement,
Childebert Intendant de Cournon d’Auvergne.

La deuxième missive accrochée à la patte d’un autre oiseau et le voilà qui s’envole. Le problème des missives terminé, il était temps de s’atteler à la préparation du fameux convoi… Childebert quitta son bureau et se rendit à la salle des gardes… Ces derniers semblaient cuver leur vin. Childebert ouvrit brutalement la porte la faisant cogner violemment contre le mur de pierre.

Olaaaaaaaaa ! On se réveille ! C’est pas l’heure de la sieste et encore moins de cuver ! Je veux cinq volontaires tout de suite pour une mission particulière.

Childebert croisa ses bras dans son dos, ne voyant aucune réponse, il commença à taper du pied.

Elle est belle la garde de Cournon, un coup de lance aux fesses, rien de mieux pour réveiller…

Joignant le geste à la parole, le voilà qui saisit une lance accrochée au mur et commence à regarder les gardes, secouant la tête de désespoir, il piqua les fesses d’un premier gaillard qui se leva prestement.

Vous voyez quand vous voulez vous pouvez… Bon quatre autres, sinon je recommence…

Aussi étonnant que cela puisse être, après le hurlement de leur compagnon, quatre gardes se levèrent, Childebert heureux de la volonté des gardes, enfin surtout content que son idée ait fonctionné reposa la lance.

Bien, vous cinq prenez vos armes et descendez aux écuries, vous serez chargés de la sécurité des enfants de Dame Aiguemarine et Nictail.

Childebert les regarda descendre titubant légèrement… Décidément, l’été n’était pas la meilleure saison pour les serviteurs, ils finissaient tous bourrés… Hochement de tête. Aux écuries, situation rapidement expliquée à Gaspard et Idriss, il remonta, laissant les deux gaillards se débrouiller… Même si le cocher se trouvait être muet, Idriss s’en sortirait, c’était un jeune homme bien…

Childebert remonta s’occuper du reste… C'est-à-dire beaucoup de chose… Dieu que le domaine était animé…
Korydwen a écrit:
Couvent non loin de Loches...

Après avoir subit les soeurs, oui oui subit... Les soeurs et leurs écoeurantes tisane somnifère, soit disant parce qu'elle était censée se reposer et qu'une fois de plus, elle n'en faisait qu'à sa tête. Mais, elle avait maintenant l'autorisation de sortir... Les soeurs la poussaient même dehors, elles n'étaient pas très aimable par ici, haussement d'épaule, elle repartit sur son cheval, heureusement son époux n'était pas là, sinon elle aurait eu quelques ennuis.

Loches.

Coupée du monde, pendant de nombreux jours, les soeurs ne laissant rien entrer dans ce couvent hermétique et bizarre, la Baronne ne savait strictement rien de ce qui se passait autour d'elle, autrement dit, c'est une Baronne paumée qui arriva à Loches.

Elle regarda autour d'elle, espérant apercevoir l'étendard de son ex-armée flotté dans les airs... Mais rien, plus rien, enfin si des tentes, mais pas celles de son ancienne armée.

Autrement dit son époux ne devait pas être présent à Loches, elle n'était pas au courant du retrait des armées et des dissolutions de ces dernières. Elle s'avança dans les rues du village, croisant de nombreux villageois, écoutant les rumeurs, attrapant au passage un journal par-ci par-là... Elle finit par comprendre, ce qu'il se passait, il y avait donc un espoir que son époux se trouve à Loches ou pas trop loin. Elle attacha son cheval à l'entrée d'une auberge et entra.

Elle s'installa à une table, se commanda de quoi manger et sortit de quoi écrire à son époux. Elle rédigea sa missive tout en mangeant, avant qu'un pigeon venant de sa soeur vienne se fracasser contre le carreau...


Citation :
Mon tendre amour,

J'ai quitté le couvent dans la mâtiné, me voilà donc à Loches, plus précisément dans la taverne-auberge municipal...

Je sais que je dois attendre Féeleone pour repartir avec elle. Mais j'ai appris que les armées avaient été dissoutes... Tu es où ? Tu rentres avec moi ?

Tu me manques terriblement... Je t'aime si fort...
Notre enfant se porte bien, mon ventre s'arrondit doucement. J'ai hâte de te retrouver... As-tu des nouvelles de nos enfants ?

Je t'embrasse fort,
j'attends de tes nouvelles avec grande impatience, en espérant te revoir très bientôt.
Ta douce épouse qui t'aime plus que tout.
Korydwen.

Elle enroula la missive et l'accrocha à la patte de son hibou, il trouverait Althiof rapidement, elle ne se faisait pas de soucis. Elle se leva pour l'emmener jusqu'à la fenêtre et récupérer la missive de sa soeur. Elle retourna s'asseoir et continua son repas doucement, rêvassant, espérant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:49

Feeleone a écrit:
La route est longue en Anjou ...

Enfin la mule chose avait décider d'avancer .Fallait en profiter avant qu'elle ne soit trop épuisée pour continuer son effort et tombé au sol terrassée par un arrêt du cœur du à sa course effrénée .
Fée n'avait eu aucun mal à rattraper Slad et sa super monture .Bon c'est sur cela lui avait été facile Mystic n'étant pas une mule .


Heyyyyy ce serait pas un village ça ? On dirait que ton voeux est exhaucé ! Tu vois qu'elle est bien ma mule !


Enfin les rempart de la ville d'Angers apparaissaient .
Un village ,des auberges enfin ...
Fée rit aux propos de Slad .Sa mule qu'on devait menacer de se débarrasser pour qu'elle avance un temps soit peu .Mais bon pour le moment la bête hideuse était dans son effort donc fallait en profiter .
Fée lança Mystic au galop .


Aux portes du villages

Arrivés aux portes du village ,Slad et Fée pénétrèrent sans mal dans les ruelles .
Très peu de gardes .
Tout était désert ,pas âmes qui vit dans les rue .Au pas il traversèrent tranquillement le village cherchant une auberge .
Enfin presque à la sortie du village .
A peine arrivé dans la cours de celle ci un jeune palefrenier arriva pour s'occuper de leurs montures .
Il fit une de ces tête en voyant super mule que Fée ne pu s'empêcher de rire aux éclats .
Fée garda Mystic ,elle s'occupait toujours elle même de sa jument .Le jeune homme repartit lui dépité avec la mule .

Fée se tourna vers Slad .


Peux tu nous réserver deux chambres s'il te plais le temps que je fais la toilette de Mystic .
Ohhhh avec un bain pour moi .
Elle sourit .
Demande leur aussi ce qu'on mange ,j'ai une faim de loup .
Sladificator a écrit:
Le village en vue, ils s'avançaient rapidement en direction de ses portes qui étaient ouvertes. Il ne fallut que quelques minutes pour les faire parvenir jusqu'à l'entrée de la ville. Bien heureusement, aucun incident et personne pour leur faire un interrogatoire dès leur arrivée. La fatigue se faisait sentir, et ce village tombait à merveille.

A l'intérieur du village

Un homme arriva tout penaud et sembla vouloir s'occuper des montures. Sladificator le regarda d'un air méfiant, Fée se mit à rire aux éclats, probablement en voyant la mule une nouvelle fois et la tête du jeune homme qui semblait dépité à devoir s'occuper d'une mule plutôt que d'un cheval de race. Sladificator ne put s'empècher de rétorquer.


Hey et prends en soin ! C'est une mule pure race ! Je la veux nickel et en pleine forme demain matin !

Fée descendit de Mystic puis s'occupa d'elle. Elle se rapprocha finalement de Sladificator et lui dicta ses intentions.

Peux tu nous réserver deux chambres s'il te plais le temps que je fais la toilette de Mystic .
Ohhhh avec un bain pour moi .
Demande leur aussi ce qu'on mange ,j'ai une faim de loup .


Sladificator hocha de la tête et se dirigea vers une auberge où quelques lueurs passaient à travers la fenêtre. Il pénétra dans ce lieu puis s'acouda eu comptoire.

Bonsoir mon brave ! Trouve donc moi deux chambres pour la nuit tu seras gentil !

Il réfléchit puis reprit.

Ah oui, et avec un bain dans une des chambres, faites donc couler de l'eau chaude dans la baignoire. Nous avons également grand faim ! Qu'aurais tu à nous proposer pour nous rassasier ?

Il lui montra quelques piècettes d'or et l'aubergiste se dépêcha de donner ses instructions à son personnel.

Bien l'bonjours mes p'tites gens ! Permettez moi de vous accueillir dans l'auberge du Bouffon Repus !

Il se mit à sourir en montrant ses chicots, dents jaunies et parfois absentes, il regarda le menu puis renchérit.

Alors pour vous nous avons du sanglier fourré aux pommes sauce piquante, avec de la bonne pomme de terre !

Il montra une table du doigt puis retourna dans ses papiers d'aubergiste. Sladificator ressortit de l'auberge puis rejoint Fée.

Bon c'est fait, nous avons deux chambres pour la nuit et un repas chaud nous attend à l'auberge, tu viens ?

Il lui sourit et passa son bras autour du sien pour l'accompagner jusqu'à l'auberge.
Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Que cette semaine avait été calme. Heureusement qu'il y avait eu le mouvement de l'armée périgourdine pour passer le temps. Il avait craind un instant qu'ils étaient repartis sur le front breton et puis ensuite en se renseignant, on lui avait annoncé la meilleure des nouvelles qui soit après 3 mois et demi : la démobilisation des armées !! Ils rentraient... enfin.

Domamge qu'on ne leur ai pas dit avant de reprendre la route. Qu'importe il avait laissé son amie Gals à Châteauroux avant de reprendre la route de Loches. Il ne tarderait pas à la revoir d'ailleurs et espérait qu'elle s'installerait à Montbrison. Le village n'en serait que plus agréable.

En tout cas, Althiof était à Loches depuis hier et avait retrouvé sa place dans une des tavernes. Près de la fenêtre, un peu à l'écart de brouhaha du comptoir, il avait même déniché chez un vieillard un livre de strétagie militaire qu'il s'appliquait à essayer de déchiffrer entre deux pintes de bières. Kory serait de retour demain probablement et Fée ne tarderait pas non plus.

Il avait reçu réponse de Rick et Fée avant son petit séjour en Berry. Il serait temps de savoir où ils étaient quand Kory serait là. Et puis une de Nic et Aigue pour confirmer leur venue à Cournon. L'Intendant s'occupait d'eux, voilà un soucis de moins. Mais pas d'autres missives. Ils craignait qu'elles arrivent toutes ensembles et cela ne manqua pas : un pigeon, un hibou et son faucon.

Il ouvrit la fenêtre et referma son livre en soupirant. Ce n'était pas aujourd'hui qu'il pourrait étudier. Il détacha la missive du hibou qui semblait pressé de repartir. Un large sourire s'afficha sur son visage en lisant la missive de son épouse :


Hép petit ! Tu veux gagner quelques pièces ? Va à la taverne municipale prévenir mon épouse que je suis à Loches. Tu la reconnaîtras facilement elle est enceinte.

Préviens moi s'il faut venir la chercher. J'aimerais répondre à ces lettres entre temps.


Le garçon ne se fit pas prier et accepta avant de sortir rapidement. Il détâcha ensuite les autres missives et commença à lire. En lisant la misisve de Childebert il parut satisfait.

Je savais que je pouvais compter sur vous.

Il la rangea et lut ensuite les deux autres missives. Son sourire se crispa. Il allait être temps de recadrer les choses. Matthis et ses souhaits loufoques... Cela l'amusait toujours autant... Il lui ressemblait tellement... et puis Matthis qui se plaignait de sa soeur. Qui pouvait lui en vouloir il le faisait continuellement avec Thémis mais en revanche cela allait bien plus loin que de simples taquineries.

La missive de Mathilde n'arrangea rien. Il froissa la missive en serrant son poing.


Grrrrrrrr !!!! Attends un peu que je rentre je vais te faire passer l'envie de râler et de passer tes nerfs sur ton frère ma petite Eléa.

Ca va pas se passer comme ça ! Tu peux me croire.


Il donna à manger au pigeon qui repartit et commandat un morceau de viande pour son faucon. Il avait besoin de bien plus que quelques miettes de pain.

Il cherchait la meilleure façon de répondre à Mathilde et se faisait beaucoup d'inquiétude pour son fils même si elle avait essayé de le rassurer... ou de minimiser l'incident. Il allait devoir en parler à Kory aussi et franchement cela l'ennuyait bien plus. Il avait espérer qu'Eléa se serait calmée après sa lettre.
Korydwen a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches mais pas la même que son époux, faut pas que ce soit trop facile...

Alors qu'elle mangeait, un garçon débarqua dans la taverne, drôle d'endroit pour un jeune garçon, mais il devait être coursier... Elle sourit et se replongea dans son assiette, le hibou ne revenait toujours pas, elle soupirait, les chances qu'il se trouve à Loches.

Elle éclata de rire, en entendant le garçon s'adresser à une femme visiblement plus avancé dans sa grossesse qu'elle, ou alors elle avait de réel problème de poids la pauvre dame. La dame s'énerva et hurla au garçon que son époux était à côté d'elle.

Entre temps, son hibou revint, il ne portait pas de missive, mais la sienne n'y était plus, son coeur ne fit qu'un bond, le garçon était certainement là pour elle. Elle l'interpella.


Hé toi !

Le garçon se retourna et s'approcha d'elle.

Oui m'dame ? Z'êtes enceinte ? Z'avez perdu votre mari ? Et mais j'le connais c'hibou ! Il était dans l'aut'taverne.

Elle l'écouta, seul souci, il ne lui laissa pas le temps de répondre.

Oui je suis enceinte, mais je n'ai pas vraiment perdu mon époux... Elle se leva laissa quelques écus sur la table pour payer son repas.

Conduis moi, jusqu'à la taverne, vite.

Aaaaaaaargh ses humeurs de femme enceinte revenaient, manquaient plus qu'elle fasse peur au gamin, elle le suivit, enfin tentait de le suivre sans courir. Elle le regardait filer devant elle, il courrait, il avait compris le sens du mot vite. Sauf que si son époux la voyait courir, elle aurait droit à de nombreuses remontrances. Elle n'oublia pas son cheval, elle l'attacha à côté de celui de son époux.

Elle poussa doucement la porte et il était là. Le garçon venait de récupérer sa pièce. Elle s'avança doucement un large sourire sur ses lèvres, mais son époux semblait préoccupé et une missive froissée trônait sur la table. Comme avant son départ, la même tête, encore son travail... Non, jamais aucunes de ses activités ne lui avaient arrachées une telle tête, c'était autre chose.

Elle se glissa dans son dos, l'enlaça doucement, déposa un tendre baiser au creux de son cou, avant de se glisser sur ses genoux. Elle posa une main sur son ventre rebondis et lui dit doucement en attrapant la missive froissée.


Bonjour mon ange... Je suis si heureuse de te revoir... Mais quelque chose te contrarie... Ne me dit pas que c'est ton travail, je ne te croirai pas...

Elle l'embrassa tendrement et reposa la missive, attendant une réponse et cherchant un câlin aussi...
Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Il était toujorus perdu dans ses pensées quand des bras vinrent l'enlacer, un doux baiser puis elle s'assit sur ses genoux.

Bonjour mon ange ! Il l'embrassa tendrement. Je t'attendais pas avant demin. C'est une belle surprise.

Il sourit. Il était vraiment très heureux de la retrouver. La semaine avait été quelque peu ennuyeuse et ça aurait été pire s'il n'avait pas fait cette petite excursion à Châteauroux. Il chercha ses mots
:

Quelques soucis oui, qu'il m'est bien difficile de regler depuis ici. Disons que j'ai jamais autant écrit de missives que cette semaine !

Devant le regard étonné de son épouse il continua :

Fée devrait arriver très prochainement. Demain ou après-demain probablement. Rick et Tia je ne sais pas trop, il faudrait leur écrire. Sinon on les prendra au retour.

Ah et pis Nic qui part au monastère et Aigue qui va en visite diplomatique à Toulouse. Ils m'ont demandé d'accueillir leurs enfants à Cournon. J'ai accepté avec grand plaisir. L'Intendant s'occupe de tout...


Mais maitenant il fallait parler des choses qui fâche. Il préféra passer sous silence la lettre reçue d'Eléa avant son départ surtout vu ce qu'elle disait de sa mère puis celle envoyée en retour à Mathilde.

Matthis prend son rôle très à coeur. Il prépare tout pour ton arrivée et celle du bévé. Enfin il essaye. Même qu'il fais des offrandes à la chapelle pour que ce soit un petit frère.

Il a quelque chose à me montrer en plus. Surement un nouvel animal. Le crabe est mort, la grenouille volatilisée, je me demande ce que c'est.


Il sourit mais cela ne dura guère que quelques instants. Son regard devint dur.

Eléa par contre joue les pestes ! Un caractère de cochon ! Elle est jalouse qu'elle soit pas le centre permanent de l'attention. Mais elle s'est bagarrée avec son frère et lui a cassé le nez. Tout ça parce qu'il voulait aider pour la chambre du bébé.

Elle a été consignée et est surveillée de près.

Grrrr si j'étais là elle en aurait pris une ! Je lui aurais fait passer rapidement son sale caractère. Elle se permet bien trop de choses parce qu'on n'est pas là. A notre retour il faudra veiller à ce que cela change.

Sinon elle regrettera amèrement le temps où elle avait deux frères et soeurs du fin fond du couvent où je l'enverrai.


Ces mots étaient durs et avaient surpris son épouse mais il exprimait seulement son angoisse et son impuissance à ne pouvoir rien faire pour sa fille. Il savait qu'elle n'était pas méchante, seulement jalouse, mais avec leur longue absence sa jalousie devenait agressive autant dans ses propos et que ses gestes.

Il faudrait seulement lui parler, avec une bonne fessée pour la remettre dans le droit chemin. Mais pour l'instant il ne pouvait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:50

Korydwen a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Elle profitait des genoux et des bras de son époux, attrapant au passage sa main qu'elle posa sur son ventre, souriante, elle l'écoutait, il avait tant à raconter. Il ne l'attendait que demain, un autre baiser au creux du cou. Elle était si heureuse et une fois de plus, elle l'avait surpris de part sa présence.

Fee allait bientôt arriver, elle rentrerait avec elle et son mari que demander de plus. Elle était comblée. Son frère et sa belle-soeur aussi, mais il devait faire un détour visiblement, elle leur écrirait plus tard, il faudrait aussi lui parler de la lettre de Milosa.


Matthis prend son rôle très à coeur. Il prépare tout pour ton arrivée et celle du bébé. Enfin il essaye. Même qu'il fais des offrandes à la chapelle pour que ce soit un petit frère.

Il a quelque chose à me montrer en plus. Sûrement un nouvel animal. Le crabe est mort, la grenouille volatilisée, je me demande ce que c'est.


Elle sourit en l'entendant parler de son fils... Ce petit garçon grandissait et devenait de plus en plus étonnant, comme quoi son mois d'avance ne devait pas l'avoir déranger plus que ça. Au moins un des deux étaient heureux de la nouvelle, restait le cas Eléa...

Encore un animal que personne n'a idée de ramener chez lui. Des offrandes, il est grand temps de s'occuper de son baptême...

Elle le regarda perdre son sourire, elle se recula légèrement, il prenait ce visage, qu'elle n'aimait pas voir, il avait des mots durs qui lui firent un peu mal au coeur... Elle grimaça en l'écoutant, il semblait inquiet pour son fils, ce qui était normal, mais un nez cassé dont on s'occupait bien, retrouverait vite sa forme d'origine, elle même ayant eu un coup similaire à la soule... Coup donné par un ami de celui qui allait devenir son vassal. Elle sourit, déposa doucement sa main contre sa joue et le regarda.

Ne t'en fais pas pour Eléa, nous lui parlerons, elle comprendra, elle est loin d'être bête... Cette absence, et puis cette nouvelle, elle a du se sentir abandonnée... En trouvant les mots justes on devrait la faire retourner sur le droit chemin... Je suis certaine qu'elle doit s'en vouloir. Elle est un peu comme moi...

Quand à Matthis ne t'inquiète pas, Mathilde sait ce qu'elle doit faire, elle a du s'occuper de lui de la meilleure façon qu'il soit. Elle est douée, elle travaille au dispensaire, elle a de nombreuses connaissances. Je t'assure que notre fils est entre de bonnes mains.

Elle le regarda en souriant, espérant l'avoir rassurer, le chemin qu'Eléa empruntait n'était pas le bon, mais qui blâmer, ils avaient laissé leurs enfants longtemps... Ils étaient encore jeunes... A deux ans et demi... Presque 3 on ne comprend pas tout... On s'imagine des choses, la petite Eléa devait bien souffrir pour avoir un tel comportement. Korydwen s'en voulait de l'avoir laisser.

J'ai eu des nouvelles de ma soeur, je lui ai dit que je passerai la voir pour lui annoncer la nouvelle en arrivant au village. Tu voudras bien m'accompagner ?
Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Ses traits se firent plus doux lorsque Kory lui parla essayant de le rassurer et de communiquer son otpimisme. Elle avait raison, après tout ils allaient rentrer ensemble et tout reprendrait comme avant cette guerre.

En tout cas il avait bien fait de ne pas lui parler des mots qu'Eléa avait eu pour elle. Nul doute qu'elle irait s'excusez d'elle même. Un peu d'isolement la ferait reflechir sur ce qu'elle avait fait et dit.


Arf oui ce baptême ! Tu as tout reglé avec Papa Foulke je suppose ?

Grand sourire moqueur.

Je sais qu'ils sont entre de bonnes mains, que Matthis sera bien soigné, mais je n'aime pas le comprtement d'Eléa. Elle a toujours eu besoin de capter l'attention sur elle et cette guerre... Enfin elle se sent seule mais c'est pas une raison.

J'espère qu'elle redeviendra la petite fille têtue, polissonne, dégourdie et casse-coup que nous avons laissée en partant.


Il la serra contre lui et dit : Bien sûr ! Si tu veux que je vienne chez ta soeur je viendrai !
Feeleone a écrit:
En Anjou !Taverne ! Direction la Lorraine !!!!!Non la Touraine .........

Fée en avait finit avec les soins de Mystic,le jeune homme lui aussi en avait finit avec la mule récalcitrante .
Il avait éviter avec beauté quelques coup de sabots bien lancés.
Fée n'avait pu s'empêcher de rire devant un tel tableau .

Slad revint la chercher .Tout était réglé .
Fée prit le bras qu'il lui tendait et ils partirent en direction de l'auberge .Elle avait hâte de se glisser dans son bain et prendre un bon repas .
Cela changera des repas fait par Tarci enfin elle l'espérait .

Quand ils entrèrent un homme était derrière le comptoir ,surement l'aubergiste ,Fée le salua .
Une jeune soubrette passa devant eux pour les accompagner à leurs chambres .Sur le palier à l'étage elle s'arrêta devant la première chambre .


Voici pour vous Messire .Celle de la dame est au fond ,son bain est prêt .


La soubrette partit vers le fond du couloir faiblement éclairé par trois chandelles .
Fée se tourna vers Slad .


On se retrouve dans un moment en bas pour le repas .


A peine avait elle finit de parler que la jeune fille avait ouvert la porte de sa chambre .Fée la rejoint et entra .
Un bac avait été mit et remplit .La vapeur s'échappant du tube lui présageait un bon moment de délassement .
Fée la remercia et lui glissa quelques écus dans la main celle ci li sourit et repartit .

Fée jeta ses besaces sur le lit ,se dévêtit rapidement et glissa dans le bain juste après y avoir mit quelques gouttes d'eau de rose .
Enfin un bain digne de se nom .
En Bretagne elle avait eu droit au bain de boue surtout .Soit disant bon pour la peau ,difficile d'y croire vu le sang versé .

Fée ferma les yeux un instant se laissant aller dans ce bon bain chaud .


Un long moment plus tard ...Toujours à l'auberge .


Elle avait faillit s'endormir dans son bain .L'eau avait bien refroidit quand elle sortit enfin du tube .Elle pensa à Slad qui devait l'attendre pour le repas commandé .
Rapidement elle se vêtit .Braies ,chemises ,bottes .
Elle regarda son épée sur son lit ,hésita un moment mais là prit quand même .
Fée sortit de sa chambre en trombe et dévala les escaliers .
Slad était déjà attablé devant une chopine .
Korydwen a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Alors que son époux retrouvait son sourire, ce qui lui plaisait plus que son autre tête, la tête qui faisait légèrement frissonner de peur quand on le regardait trop longtemps, cette tête qui vous faisait reculer. Elle sourit, en retour. Mais en plus d'être souriant, voilà qu'il lui lançait une taquinerie. Elle secoua la tête en riant.

Mais bien sur mon chéri... Le baptême aura lieu le 52 aout 12 525 !

Elle le regarda avec un grand sourire niait, avant de reprendre son sérieux.

Hum non pas de date, avec cette guerre... Et puis maintenant le curé est parti faire son inspection des monastères.

Elle le regarda en souriant, il semblait vraiment préoccupé par sa fille, non pas qu'elle ne l'était pas elle aussi, mais elle savait très bien qu'Eléa avec le retour de ses parents redeviendrait la petite fille qu'elle était autrefois. Korydwen savait très bien ce que pouvait ressentir sa fille, ayant un caractère assez similaire et agissait bêtement quand il s'agissait de l'absence de l'être aimer... Plusieurs fois et pourtant à chaque fois, elle retrouvait son caractère d'antan durant les retrouvailles.

Elle lui écrirait cela améliorerait certaine deux trois petites choses en attendant leur retour. Mais pour le moment, il fallait répondre à Milosa, elle devait attendre sa missive. La Baronne écrivit un court mot pour sa soeur et l'attacha à la patte de son hibou qui prit la direction de Montbrisson

La journée était déjà bien avancée, et la Baronne assez fatiguée, elle devenait raisonnable, son tendre époux lui dirait qu'il s'agissait encore d'un miracle... En temps normal Korydwen et raisonnable étaient deux mots qu'il était quasiment impossible de placer dans la même phrase sans négation. Ils se retrouvèrent juste tous les deux dans une chambre... Des retrouvailles pleines de tendresses, les retrouvailles d'un couple qui ne s'était pas vue pendant plusieurs jours...
Sladificator a écrit:
Ils entrèrent dans l'auberge du Bouffon Repus ensemble puis une jeune femme les amena jusqu'à leur chambre. A l'étage, sur la droite au début du couloir se trouvait celle de Fée, elle y entra et put y découvrir son bain..

On se retrouve dans un moment en bas pour le repas .

Sladificator lui sourit et suivit la jeune femme qui l'accompagna jusqu'à sa chambre. Il la remercia d'un signe de tête et lui donna à son tour quelques piècettes. Il pénétra dans la chambre, plutôt vaste pour une chambre d'auberge. Il y serait à son aise c'en est certain. Il déposa ses quelques affaires à coté de son lit puis fit le tour des lieux en quelques minutes avant de ressortir en fermant la porte derrière lui. Il descendit pour prendre place à la tablée qu'avait préparé l'aubergiste, de là il pouvait voir la cuisine, leurs deux assiettes étaient prêtes, fumantes. Il s'en régalait d'avance, sur la table une bouteille de vin offerte gracieusement par l'aubergiste semblait il. Il décida d'en servir un verre à Fée puis se servit à son tour.

Il s'adossa au dossier de sa chaise en attendant Fée, les minutes passèrent, le temps semblait long, il commençait à s'inquièter, espérant qu'elle ne se soit pas endormie dans son bain et tombée dedans. Il frémit à cette idée. Il se leva d'un bond puis entendit quelqu'un descendre les escaliers en vitesse, il se rassit en espérant que ce fut Fée qui revenait puis porta sa chope de vin à ses lèvres, l'air de rien.

Fée entra enfin dans la salle où la tablée était mise, elle semblait un peu gènée.


Alors Fée ! Ce bain ?

Il eut un sourir en coin puis se leva pour l'accompagner jusqu'à sa chaise.

Et voilà, Madame si vous désirez bien vous assoir !

Il se mit à rire et tira sa chaise pour l'aider à s'y mettre. Il refit le tour de la table puis se rassit à son tour. Il fit un geste au gens qui se trouvait en cuisine et celui ci apporta les deux assiettes. Elles ne fumaient plus, tout juste tièdes.

Et bien, je crois que l'on devra se contenter du tiède pour ce soir... C'est qu'il commence vraiment à se faire tard, tu n'es pas trop fatiguée ?
Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Il eclata de rire à son tour.

Mais bien sur mon chéri... Le baptême aura lieu le 52 aout 12 525 !

Pwoaw on sera plus très jeunes dis donc. Tu crois qu'on arrivera à atteindre le coeur de l'Eglise ?

Elle avait l'air très niaise avec ce sourire mais il se garda bien de lui dire. Ille était à portée. Pis ça lui laissait du repis pour la surprise à laquelle il n'avait pas encore vraiment reflechi pour ne pas dire pas du tout.

T'auras tout le temps de t'en occuper vu que tu resteras sagement à te reposer chez nous. C'est ce pas ?

Il sourit et reposa les missives sur la table puis lui fit un tendre baiser. Il ne fallait quand meme pas qu'il la renverse sur la table il y avait bien du monde dans cette taverne, même si leur table était plutôt dans un coin, non loin d'une fenêtre. Ce n'était pourtant pas l'envie qui l'en manquait aussi se contenta t-il discrètement d'une main aux fesses tandit que l'autre caressait son ventre qui avait un peu pris forme arrondie.

Un endroit calme pour écrire mais maintenant pour ne pas se faire trop remarquer. Parce qu'il avait plus trop envie d'écrire en fait...


Mon ange ? Tu pourras répondre à Matilde et Matthis s'il te plait. Mes... euh... mes mains sont occupées.

Sourire coquin. Et puis ça rassurera Matthis, il doit s'inquiéter de ne pas avoir de nouvelles de sa maman.

Dis lui que je l'embrasse, que je suis désolé pour le crabe et la grenouille et que je suis impatient de voir ce qu'il a me montrer. Dis lui aussi d'être gentil avec sa soeur. Elle est pas méchante, juste esseulée et elle a mal réagi. S'il se montre gentil malgré tout, elle se sentira surement mieux. Elle doit regretter en plus. La connaissant l'isolement l'aura bien fait reflechir... Elle qui essaye toujours d'attirer l'attention...

Pis pour Mathilde je te laisse voir, je risquerai de m'enerver. Il sera temps de parler à Eléa quand nous rentretons...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:51

Korydwen a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Dans un coin tranquille juste tous les deux, plus ou moins, même plutôt plus déconcentrée par les tendresses de son époux, elle risquait d'avoir un peu de mal à écrire et pourtant, messire voulait qu'elle écrive parce qu'il avait les mains occupées.

Elle tenta de trouver une plume, un encrier et un parchemin, mais son époux l'aidait énormément heureusement... Après une longue bataille avec sa besace ou les mains de son époux, elle ne savait plus trop, elle trouva de quoi écrire...

Mais c'était sans compté une fois de plus sur les tendresses de son époux, qui n'ayant pas envie d'écrire occupait ses mains à autre chose, pendant qu'elle serait obligé d'écrire, soit disant parce que son fils s'inquiétait... Elle réglerait ça plus tard, sur l'oreiller, elle ne s'en faisait pas pour ça... Elle le regarda malicieusement.


Mon ange ? Tu pourras répondre à Matilde et Matthis s'il te plait. Mes... euh... mes mains sont occupées.

Moui moui, je vais écrire... Je vois que mon fessier t'avait beaucoup manqué... J'espère ne pas être trop lourde... Je risque d'être assez longue à écrire...

Elle lui rendit son sourire coquin, pouffant intérieurement.

Et puis ça rassurera Matthis, il doit s'inquiéter de ne pas avoir de nouvelles de sa maman.

Dis lui que je l'embrasse, que je suis désolé pour le crabe et la grenouille et que je suis impatient de voir ce qu'il a me montrer. Dis lui aussi d'être gentil avec sa soeur. Elle est pas méchante, juste esseulée et elle a mal réagi. S'il se montre gentil malgré tout, elle se sentira sûrement mieux. Elle doit regretter en plus. La connaissant l'isolement l'aura bien fait réfléchir... Elle qui essaye toujours d'attirer l'attention...

Pis pour Mathilde je te laisse voir, je risquerai de m'énerver. Il sera temps de parler à Eléa quand nous rentrerons...


Autre chose ? Parce qu'à ce rythme là, tu pourrais presque écrire.

Elle lui sourit malicieusement et déposa un tendre baiser sur sa joue. Plume en main, elle commença par la missive pour Matthis.

Citation :
Mon petit bonhomme,

ton papa et moi sommes très heureux d'avoir de tes nouvelles, même si tu sembles avoir quelques ennuis avec ta soeur. Tu sais elle n'est pas méchante, c'est un peu compliqué à t'expliquer, mais si tu ne comprends pas tu demanderas à Mathilde de mieux t'expliquer.

Eléa est très triste, parce que ton papa et moi ne sommes pas là pour nous occuper d'elle, alors elle croit que nous ne l'aimons plus. Alors pour se faire remarquer, elle fait d'énormes bêtises et elle te tape. Ce n'est pas bien de te taper, c'est pour ça qu'elle est punie. Mais je suis certaine qu'elle t'aime beaucoup, mais comme elle ne sent pas très bien, elle devient agressive.

Bientôt ton Papa et moi serons à la maison et tout redeviendra comme avant tu verras. Tu nous aideras avec ta soeur à préparer l'arrivée du bébé.

Pour ta grenouille cadeau, ton papa se fera un plaisir de t'aider à en attraper une, tu sais comme il aime embêter sa soeur, ta tatie. Athalia est certainement arrivée à Cournon, maintenant. Par contre je ne suis pas sûre qu'elle accepte d'échanger son frère, ses parents non plus. Le bébé arrivera dans plusieurs mois, tu sais si il sort maintenant, il ira tout de suite retrouver les anges et tu ne pourras pas jouer avec lui, il faut savoir être patient mon chéri.

Ton papa est pressé de voir ce que tu veux lui montrer et puis soit gentil avec ta soeur, elle a besoin de son petit frère en attendant que l'on arrive. Si tu es gentil avec elle, elle devrait l'être aussi. Tu pourrais peut-être lui offrir une souris ou un autre animal, elle se sentirait moins seule comme ça.

Nous t'embrassons très fort,
Ta Maman et Ton Papa.

Elle enroula la première missive et décida d'écrire à sa fille.

Citation :
Ma grande Eléa,

j'ai eu vent de tes exploits, je ne suis pas très fière de toi, tu as fait beaucoup de bêtises, j'espère que les remontrances de Mathilde et Childebert te feront comprendre certaines choses.

Je rentre très vite à la maison, bientôt ton papa et moi seront avec toi et nous discuterons avec notre grande Eléa. Nous t'aimons toujours ma puce, je te l'ai déjà expliqué à l'anniversaire d'Aigue et Nic, je t'aimerai toujours, ton Papa aussi et ce n'est pas l'arrivée du bébé qui changera quelque chose.

Soit la grande fille que nous avons laissé, prends soin de ton frère, tu es une grande, tu es l'aînée, tu sais c'est quelque chose de très bien. Tu pourras apprendre plein de chose à tes frères et soeurs. Tu seras un peu comme une petite maman pour eux, mais ce n'est pas en les tapant que tu réussiras.

Bientôt je serai là pour te serrer dans mes bras et te faire de gros câlins, bientôt je serai là pour te raconter plein d'histoires... Un peu de patience ma grande Eléa.

Ta maman qui t'aime très fort et qui t'aimera toujours.

Elle espérait que cette missive pleine de tendresse réussirait à calmer sa fille, après tout c'est ce dont elle avait besoin et elle savait très bien que Mathilde et Childebert devait bien lui hurler dessus, pas la peine d'en rajouter surtout si loin, cela risquerait de faire empirer les choses... Choses déjà fortes délicates à gérer loin.

Citation :
Mathilde,

J'ai eu vent des prouesses de ma fille, je n'en suis pas étonnée, même si je désapprouve totalement ses actes. Eléa a un caractère qui se rapproche du mien et lorsque quelque chose lui manque, elle réagit mal, elle est très impulsive comme moi... Mais n'hésitez pas à vous montrer ferme si elle dépasse à nouveau les limites, j'espère que ma lettre aidera à lui faire retrouver le droit chemin... Je ne souhaite pas que son père la place dans un de ces couvents... Je ne veux pas qu'elle soit éloignée des siens...

En lui annonçant la nouvelle avec son père, nous avons bien vu qu'elle ne le prenait pas de gaieté de coeur contrairement à son frère et cet éloignement n'arrange rien. Merci de veiller autant sur elle, elle n'est pas méchante, je pense qu'elle a juste besoin d'éloignement et elle doit bien souffrir la pauvre enfant... N'hésitez pas à lui dire que nous arrivons très vite, que nous l'aimons, vous trouverez ci-joint une lettre pour elle et une pour son frère.

J'espère que le nez de mon fils va mieux, je ne doute pas de vos capacités, je vous fait entièrement confiance, n'hésitez pas à l'emmener voir un médicastre à nouveau si le besoin s'en fait sentir, ne compter pas les écus, quand il s'agit de mes enfants...

Merci pour tout Mathilde,
vous êtes quelqu'un de formidable,
bien cordialement,
Korydwen.

Elle venait d'en finir avec ses missives, pas évident d'écrire et de résoudre certains problèmes de loin, elle espérait que cela finirait par s'arranger, son propre frère et sa soeur ne se parlaient plus, elle ne voulait pas voir la même chose avec ses enfants. Elle laissa le hibou s'envoler vers Cournon, elle se laissa aller tout contre son époux et ferma les yeux, laissant une larme suivit d'autres larmes coulés le long de ses joues, elle était très triste pour sa fille... Très triste de se trouver loin d'elle...
Aiguemarine a écrit:
[ Castres - Comté de Toulouse ]

Aiguemarine faisait la connaissance de Smartynina, la compagne de son beau-frère, Guitail.
Cela faisait des jours qu'elle pensait à écrire à Al' pour lui signaler l'endroit où elle se trouvait, mais chaque fois, un contretemps arrivait.

Elle profita d'un moment de répit pour donner quelques nouvelles, et en prendre par la même occasion.


Citation :
Cher Al',

J'espère que tu vas bien, et que tout se passe bien pour vous 2.
Pour ma part, je suis actuellement à
Castres si tu as besoin de me joindre.

Je fais connaissance avec la compagne du frère de Nic.
Ca fait bizarre...de se découvrir une nouvelle "famille".
Sinon, à priori, mes enfants sont bien arrivés en ton Domaine et Athalia semble bien en profiter.

Je ne sais dans combien de temps je serai de retour.
Il se peut que Nic me rejoigne à son retour du monastère afin que nous allions ensembles récupérer nos enfants. Enfin, si j'arrive à le décider...

Peut-être seras tu rentré en Auvergne ?!
J'espère que ta sale bête de femme prend soin d'elle et qu'elle ne s'agite pas trop dans tous les sens.

Allez, sur ce...je vous laisse avec la plume, mais pas avec le coeur.

Soyez prudents.
Je vous embrasse.


Aiguemarine
Feeleone a écrit:
Toujours en Anjou pour la nuit dans une auberge vide .

Fée était descendu aussi rapidement qu'elle avait pu .Elle avait bien faillit s'endormir dans son bain .Heureusement que l'eau qui avait bien refroidie l'avait réveillé.
Par contre sa blessure avait moins aimé le séjour prolongé dans le bain .Fée avait refait rapidement un bandage mais sa meurtrissure était pas très jolie mais cela était surement du au voyage à cheval et l'eau .
Il est vrai qu'elle la faisait un peu souffrir et son poignet n'était pas en reste ,des élancements se faisaient ressentir de temps en temps .

Arrivée en bas de l'escalier il ne lui fut pas difficile de trouver Slad dans cette auberge au combien .... vide .
Au moins il seraient au calme .
Elle se retrouva en face de Slad légèrement gênée.

Excuse moi du retard mais j'ai bien faillit m'endormir dans mon bain .
L'eau quelque peu fraiche m'a réveillé .
L'inconvénient c'est que cela n'a pas arrangé ma blessure . Fait la grimace .
Enfin on verra bien .


Elle s'avança vers la chaise qu'il lui tenait .Elle s'assit en souriant et le remerciant .
Slad lui servit un verre de liquide rougeâtre,elle gouta du bout des lèvres .C'était pas mauvais .


Et bien, je crois que l'on devra se contenter du tiède pour ce soir... C'est qu'il commence vraiment à se faire tard, tu n'es pas trop fatiguée ?

C'est vrai qu'il est un peu tard mais bon on va quand même prendre le temps de manger.
Que cela soit chaud ,tiède ou froid pas d'importance j'ai une faim de loup je pourrais dévorer un bœuf .
Après je pense pas que je resterais bien longtemps éveillée .Je suis harassée par tout ce chemin parcouru.
Et toi comment te sens tu ?


Fée bu une gorgée du liquide servit par Slad .Elle s'habituait bien au goût .
Slad lui en resservit une choppe.
L'aubergiste leur apporta leur repas ,il était pas si froid que cela .Le plat de sanglier était même très sapide . Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait mangé ainsi .
Le repas se passa tout tranquillement .Dans la joie et bonne humeur .
Fée avait une facilité déconcertante avec Slad de parler de tout et de rien mais aussi des choses plus grave de sa vie .
Avec lui tout était simple .
Pas de faux semblant ,pas de mensonges ,pas de cachotteries .Elle pouvait parler avec lui des heures entières .
Mais elle Fée commençait a se demander si cette petite boisson n'aidait pas un peu au bavardage .
Ils avaient finit leur repas dans l'euphorie .Riant d'un petit rien .
Ils se levèrent de table et chancelèrent tous deux .
Ils se mirent à rire et se tenaient l'un à l'autre pour monter les escaliers .

La montée fut interminable mais enfin ils arrivèrent sur le palier .Slad raccompagna Fée jus qu'a sa chambre chancelant un peu plus qu'elle quand même ce qui la fit rire de plus belle .
Arrivé devant sa porte elle lui souhaita la bonne nuitée .
Dans un geste spontané Slad déposa un doux baiser sur ses lèvres et repartit vers sa chambre .
Fée en resta toute hébétée.
Elle entra dans sa chambre en pensant que l'alcool était sans nul doute celui qui l'avait poussé à faire cela .



Lendemain réveil au chant du coq .Départ imminent ...

Fée se leva aussitôt le premier chant poussé par le gallinacé .
Levée un peu trop vite d'ailleurs ,mal aux cheveux ce matin ,elle regarda le ciel et le trouva un peu brumeux .
Ou était ce ses yeux ?
Bref elle fit une rapide ablution ,l'eau froide aidant à finir de la réveiller.
Paquetages terminé Fée descendit prendre un petit déjeuné .

L'aubergiste lui apporta lait ,pain frais ,œufs ,lard ,fruits.
Fée se délecta de tout ,cela lui avait tellement manqué la bas au pays des chapeaux ronds .Il n'y avait que poisson ,mouette et choutrucbidule .Rien de bien comestible !
Fée était seule dans la grande salle de l'auberge .Pas de Slad en vu .Soit il était déjà levé et aux écurie soit il faisait la marmotte .
Fée demanda à l'aubergiste mais celui ci ne l'avait point vu ce matin .
Elle glissa quelques écus dans la main de l'aubergiste et lui fit envoyer quelqu'un réveiller la marmotte avec un plateau bien remplit pendant qu'elle allait s'occuper des chevaux enfin de sa jument et super mule racée .

L'aubergiste héla une femme rondelette qui s'exécuta de suite aux ordres donnés.
Fée sortit et se rendit aux écurie .Il faisait assez frais ce matin et le temps était bel et bien couvert .Maintenant qu'elle était bien éveillée cela ne venait point du fait qu'elle était dans un état cotonneux a son réveil .
Arrivée à l'écurie elle fut accueillit par les braiments un peu bizarre entre l'âne et le cheval de super mule .
Fée fut surprise de cet accueil .
Elle s'approcha de la bête se méfiant tout de même .Il lui tint un long discours sur le fait qu'elle devait aujourd'hui avancer plus vite sinon il lui en couterait.
La mule poussa un braiment retentissant comme si elle avait comprit le message .

Fée les prépara et sortie dans la cour de l'auberge pour attendre Slad .En attendant son arrivée Fée repensait à ce qui c'était passé la veille au soir ,elle ne savait qu'elle attitude adopté .
Ils auraient tout loisir d'en parler en chemin .
Fée monta sur Mystic et au même moment Slad arriva ,fort peu éveillé mais il trouva de suite sa mule qui vint au devant de lui pour le saluer d'un grand coup de langue .
Fée éclata de rire .Slad riait beaucoup moins .


Bonjour Slad .
Super mule a l'air heureuse de te voir .
En tout cas elle est pressée de prendre la route ce matin ,nous avons eu une petite discution et je pense qu'elle a saisit l'enjeu d'avancer aujourd'hui .
Aller en selle cavalier ,on a de la route a faire .


Rapidement ils sortirent du village et partirent sur le chemins qui les menait à Loches .
Ce soir ,enfin elle reverrait sa rousse favorite .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:52

Sladificator a écrit:
Fée arriva en trombe et finit par s'assoir à sa chaise. Ils furent servis par une personne travaillant dans cette taverne puis commençèrent à diner.

C'est vrai qu'il est un peu tard mais bon on va quand même prendre le temps de manger.
Que cela soit chaud ,tiède ou froid pas d'importance j'ai une faim de loup je pourrais dévorer un bœuf .
Après je pense pas que je resterais bien longtemps éveillée .Je suis harassée par tout ce chemin parcouru.
Et toi comment te sens tu ?


Entre deux bouchées, Sladificator s'arrêta pour lui répondre.

Oui, même tiède ça passe très bien ! En plus c'est délicieux ce petit plat ! Tu disais que ta blessure te faisait mal ? Essaie de ne pas trop en faire alors, je n'aimerais pas te voir faire un malaise pendant notre route... Je suis un peu fatigué aussi, et j'ai plutôt mal aux cuisses, c'est qu'une mule ce n'est pas de tout repos pour les muscles !

Il se mit à rire puis le repas continua tranquilement, buvant joyeusement et parlant toujours sans retenue... L'heure avançait, le repas prit fin. Sladificator raccompagna Fée jusqu'à sa chambre, le chemin n'avait pas été des plus faciles, avec ce vin, marcher droit devenait difficile. Ils restèrent un moment sur le pallier de sa porte puis il se lança à l'abordage de ses lèvres, lui déposant un doux baiser.. Aucun mot, ils repartirent tous deux dans leur chambre... Sladificator avait le coeur qui battait à cent à l'heure depuis ce baiser échangé... Il se demandait si l'alcool n'avait pas aidé ou forcé cet échange d'intimité.

Au petit matin, il entendit la porte de sa chambre grincer et s'ouvrir doucement. Il s'extirpa de son sommeil doucement pensant apercevoir Fée, puis se frotta les yeux en s'étirant... Stupeur, il s'agissait d'une grosse femme arrivant près de lui avec un plateau repas. Il tira sa couverture complètement sur lui pour ne pas dévoiler une quelconque intimité à cette femme...


J'pô faire q'chose pou' vous m'sieur ?

La vieille folle souriait malicieusement. Il grimaça en la regardant puis fit quelques gestes de la main pour lui demander de sortir.

Merci Dame, mais ça ira je vous remercie de votre hospitalité !

Elle finit par sortir, puis il se mit à grignoter puis s'habilla en vitesse. Il sortit de sa chambre et aperçut celle de Fée ouverte, déjà rangée. Elle était probablement déjà levée. Ni une ni deux, il courrut prendre son paquetage et descendit la rejoindre hors de la taverne. Elle était assise sur son destrier, l'attendant tout sourir. Il s'avança vers elle et aperçut la mule qu'elle avait prise à coté d'elle. Il passa son sac sur la mule puis s'avança vers Fée pour lui parler quand la mule lui lecha le visage...

Bonjour Slad .
Super mule a l'air heureuse de te voir .
En tout cas elle est pressée de prendre la route ce matin ,nous avons eu une petite discution et je pense qu'elle a saisit l'enjeu d'avancer aujourd'hui .
Aller en selle cavalier ,on a de la route a faire .


Humpf, bonjour Fée, oui elle a l'air heureuse la mule ! Je m'y mets tout de suite, partons dès maintenant nous arriverons à destination plus vite !

Il grimpa sur la mule et suivit Fée tant bien que mal. Elle n'avait pas trop de mal à avancer pour une fois... Les minutes passèrent, le voyage était silencieux, à l'écoute de la nature... Sladificator était tout de même perturbé par la scène de la veille... Il essaya de faire avancer sa mule plus rapidement puis finit par arriver à la hauteur de Fée.

Dis moi Fée... J'aimerais quand même que nous parlions d'une petite chose...

D'un coup, un petit sanglier passa sur la route et fit stopper les deux destriers. Ils descendirent tous deux pour les calmer puis se regardèrent en souriant. Sladificator s'avança vers elle et continua.

Voilà, je disais tout à l'heure...

Il haussa les épaules puis se décida.. Il déposa doucement ses lèvres sur les siennes et l'embrassa avec toute la tendresse qu'il pouvait lui offrir.. S'arrêtant au bout de quelques secondes, il reprit ses paroles.

Hum... Désolé, je voulais dire que j'avais pris goût à tes lèvres hier... Et...

Il s'arrêta et la regarda en espérant ne pas s'être trompé sur la veille.
Feeleone a écrit:
En chemin ,des révélations ...Que faire ...Que penser ...

Ils étaient partit tôt ,à la fraicheur de l'aube .Ils chevauchaient à un bon rythme,super mule suivait sans peine .
Il y avait pas mal de lieux a parcourir avant Loches .
Fée était tout en joie par le fait de retrouver son ami de longue date Al.Il lui avait tant manqué .La dernière fois qu'elle l'avait vue ,elle ne l'avait pas reconnue car sa mémoire lui faisait défaut .D'ailleurs quelques trous subsistaient encore mais cela n'avait pas d'importance , surement des événements douloureux qui ne revenaient peut être jamais .
Fée était perdue dans ses pensées .

Ni l'un ni l'autre parlait .Ils chevauchait en silence .
Elle repensait à ce qui c'était passé la veille .Ce baiser spontané qu'il lui avait donné.Il est vrai qu'ils s'étaient beaucoup vu à Fougères .
Blessé ensemble dans cette guerre inutile .
Ils avaient beaucoup parler ,avec facilité .
Mais elle ne savait si elle avait envie pour le moment d'entamer une nouvelle relation .
Jusqu'ici tout avait toujours mal finit .
La peur de souffrir à nouveau ne l'aidait pas .
Elle fut tiré de ses pensées par Slad .


Dis moi Fée... J'aimerais quand même que nous parlions d'une petite chose...


Il fut interrompu par le passage nonchalant d'un sanglier .Manquait pas d'audace celui ci .Dommage que son arc était hors de porter de main ,elle aurait bien fait une petite partie de chasse .Elle regarda Slad et sourit .
Ils étaient arrêtés.
Fée sauta en bas de Mystic pour rassurer sa jument .
Elle savait que cette conversation aurait lieu ,mais elle ne savait toujours pas quoi répondre .
Elle n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu'il déposait ses lèvres sur les siennes .

Hum... Désolé, je voulais dire que j'avais pris goût à tes lèvres hier... Et...

Fée ne sut que dire à cela .
La vérité tout simplement .


Slad ,tu connais mon passé ,mes souffrances et mes peurs .
Je ne sais pas ou cette relation nous mènera .
Ce que je sais c'est que je suis bien auprès de toi ,ta présence m'apaise et me rassure .
Laissons le temps au temps .


Fée remonta sur son destrier et repartit .Elle espérait ne pas l'avoir blessé ,car elle ne savait ce qu'il attendait vraiment d'elle .
Sa vie avait été épargné durant cette guerre ,il y avait bien une raison ,quel était son destin ?
Lui peut être !
L'avenir le dirait .
Elle lança sa jument au galop suivie non sans surprise par super mule qui ne voulait apparemment pas être vendu pour un travail au champ ,ni à un boucher .


Loches en vue ...

Le village de Loches apparaissait dans la lumière déclinante du soleil .Village déjà visiter il y avait déjà longtemps .Que de souvenirs ici .
Fée secoua la tête comme pour les chasser ce n'était pas le moment de penser à eux ,ceux qui lui manquaient tant .

Une auberge accueillante juste devant eux ,ils décidèrent de s'arrêter là fourbu .
Sa blessure la tiraillait ,il fallait vraiment qu'elle regarde cela de plus près .Les bêtes furent confiés au jeunes hommes qui regardait la mule amusé .Fée n'avait pas le courage de s'occuper de Mystic ce soir .
Elle entra dans la salle de l'auberge et vit une silhouette dans le fond près de la fenêtre .Un homme d'après la stature ,roux !
Un sourire s'étira sur ses lèvres et fit signe à Slad de faire silence .Elle sortit sa dague discrètement et se plaça derrière l'homme roux .
Elle prit un voix grave et lança à l'homme en lui pointant sa dague entre les deux omoplates .

Bien le bonsoir Messire .
Il me semble voir a votre ceinture ,une bourse bien pleine d'écus ,permettez moi de vous en délesté ainsi vous voyagerez plus léger.
Sachez que le brigand le plus rechercher du royaume vous est très reconnaissant d'autant de générosité.


Fée se retenait à grand peine d'éclater de rire .
Korydwen a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Elle était bien, blottit tout contre lui, juste eux deux, mais comme à chaque fois qu'ils avaient le malheur de se retrouver tous les deux, et bien ils ne le restaient jamais vraiment longtemps.

Visiblement la dame à la dague ne l'avait pas vue, l'espace d'un instant elle crut s'être transformer en fantôme, après tout, d'un geste maladroit, elle attrapa son bras et commença à le pincer, visiblement non.

Plus sa grossesse avançait et plus elle trouvait les "moeurs" de la prévôté assez particuliers, entre une qui entre en hurlant dans une tente lors de joute et l'autre qui... D'ailleurs elle fait quoi ?

La Baronne se retourne, essayant de passer sa tête par dessus l'épaule de son époux. Elle a un peu de mal à voir avec cette obscurité, elle reste un moment sans bouger le regard posé sur... Sur une dague...

Puis une voix grave...


Bien le bonsoir Messire .
Il me semble voir a votre ceinture ,une bourse bien pleine d'écus ,permettez moi de vous en délesté ainsi vous voyagerez plus léger.
Sachez que le brigand le plus rechercher du royaume vous est très reconnaissant d'autant de générosité.


Puis un rire... Elle comprend rapidement, c'était Fee qui embêtait son époux... Elle se lève et quitte à contre coeur, ses genoux, au moins debout et à l'écart, elle ne risque pas de se retrouver projeter par un geste brusque, il ne manquait plus que ça d'ailleurs... Quand est-ce que les gens arriveraient-ils a venir saluer les personnes normalement... Elle se mordit la lèvre, pour éviter de sortir une énormité et leur faire subir une nouvelle fois ses humeurs...

Elle n'en n'avait pas souvent, mais quand on venait l'embêter alors qu'elle était avec lui, généralement, cela montait très vite... Mais ça redescendait tout aussi vite, une fois la petite animation passée et un bon verre d'eau... Elle attrapa ce qu'elle pensait être une choppe d'eau et attrapa la choppe de bière de son époux, qu'elle reposa rapidement pour attraper l'autre choppe, elle la vida et retourna s'asseoir sur une chaise à côté.


Bonsoir...
Feeleone a écrit:
A Loches !Première bévue !!!!

A peine avait elle finit sa tirade que Fée avait éclaté de rire .
Mais d'un seul coup surgit des genoux de Al ,sa femme Kory .
"Super comme entrée Fée tu pouvais pas faire mieux ."


Un Bonsoir... Assez glaciale l'accueillit de la part de la jeune baronne .Pas étonnant en vue de ce qu'elle venait de faire .
Déjà que la dernière fois elle ne l'avait point reconnue a cause de son amnésie passagère et maintenant elle arrivait en trombe troublant un instant de tranquillité du couple .
C'est rouge de honte et de confusion que Fée s'inclina et salua Dame Kory.

Bonsoir Dame Korydwen.
Vous me voyez confuse de troubler vos retrouvailles.

Que dire de plus !
S'enfoncer encore dans des excuses inutile vue le regard que lançait la Baronne ,elle n'était pas arrivée au bon moment .
Elle qui se faisait un joie de revoir Al et sa femme même si elle se connaissait peu toute les deux ,Fée avait grande estime pour cette femme si généreuse .
Mais là pour l'heure elle se sentait plus que mal à l'aise .Apparemment la Baronne ne l'aimait guère et ne le cacha pas .

Fée fit quelques pas en arrière .Mieux valait les laisser .
Ils se verraient plus tard .
Déçut Fée ressortie et se dirigea vers les écuries .
S'occuper de Mustic l'aiderait à retrouver son calme .
Korydwen a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches, puis à la course poursuite de Fee...

Légère moue de la Baronne, elle avait fait fuir Feeléone et c'était vraiment pas volontaire. Bon c'est vrai, tête de mule qui n'apprécie pas qu'on la dérange quand elle avec son époux, un tantinet jalouse aussi... M'enfin, quand même, elle ne faisait pas si peur que ça.

Encore une fois, elle avait fait une bourde, elle se leva prestement et partit à la poursuite de Feeleone dans les rues du village. Aaaah ses humeurs de femme enceinte on s'en passerait bien, elle vient de foutre en l'air les retrouvailles entre son époux et sa grande amie.

Elle se dépêcha de rattraper Feeléone. Elle entra dans les écuries, elle était là en train de s'occuper de son cheval, décidément, elle sourit, elle se revoyait avec Beths lors des joutes.

Elle s'approcha doucement.


Dame Feeleone...

Elle baissa légèrement la tête, cherchant à cacher un certain mal-être naissant.

Je ne voulais pas vous faire fuir... Sincèrement... Je...Je suis désolée...

Ronge de honte, même ses humeurs n'excusaient pas son comportement très froid.

Je... Revenez... Vraiment, je ne voulais pas paraître si froide... C'est que euh... Bein, vous savez... Je...

Comment lui expliquer, elle en bafouillait, ça se bousculait dans sa tête.

Vous êtes arrivée au mauvais moment... Mes humeurs de femme enceinte... Oh s'il vous plait revenez... Pour Althiof...

Elle s'approcha doucement, décidément elle n'était pas sortable...

Il était si content de votre venue... Et moi j'ai tout gâché...

Elle regardait Feeleone, se demandant comment la jeune femme allait réagir, peut-être qu'elle croyait qu'elle ne l'aimait pas, alors que ce n'était pas le cas. Au contraire... Elle lui serait reconnaissante éternellement d'une chose... C'est cette femme, Dame Feeleone qui était à ses côtés lorsque son fils avait décidé de découvrir le monde un mois trop tôt. Toujours tête baissée, elle attendait une réaction de sa part...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:53

Feeleone a écrit:
Loches ...Une taverne ...Les écuries

Fée était sorti de la taverne aussi vite que ses jambes pouvaient la porter .Elle qui se faisait un joie de revoir Al et Kory .Des mais qu'elle n'avaient pas vu depuis longtemps .Avant toutes ces horribles guerres ou elle avait tant perdu .Cet accueil glacial,ce ton froid l'avait laissé sans voix .
Il est vrai que sa blague était de mauvais gout mais elle ne s'était pas attendu à de telles retrouvailles .

Arrivée dans l'écurie elle se dirigea droit vers le box ou était Mystic .Elle entra et passa ses bras autour de l'encolure de la jument .
Elle avait été blessé et peinée mais ne l'avait pas montré.
Seule dans l'écurie ,elle laissa aller ses larmes .Que lui arrivait il ?
Depuis cette maudite guerre elle avait les nerfs à fleur de peau un rien la contrariait ou la blessait .

Elle n'avait pas entendu Korydwen arrivée elle sursauta en entendant sa voix .


Dame Feeleone...
Je ne voulais pas vous faire fuir... Sincèrement... Je...Je suis désolée...
Je... Revenez... Vraiment, je ne voulais pas paraître si froide... C'est que euh... Bein, vous savez... Je...
Vous êtes arrivée au mauvais moment... Mes humeurs de femme enceinte... Oh s'il vous plait revenez... Pour Althiof...
Il était si content de votre venue... Et moi j'ai tout gâché...


Fée fut surprise que Dame Korydwen vienne vers elle .
Elle se tenait toujours dos à elle ,séchant discrètement ses larmes ,larmes qui n'avaient pas lieu d'être si elle était pas aussi sensible aux moindres petites remarque qu'on pouvais lui faire en ce moment .
Enfin elle lui fit fasse et vit une femme en face d'elle troublée .
Fée cherchait à répondre sans montrer qu'elle avait été peinée .Ce n'est pas parce qu'elle et Al était ami depuis de longue année que sa femme était obligée de l'apprécier .
Fée cherchait ses mots .


Dame La Baronne ,ne vous excusez point .
Mon arrivée un peu cavalière et cette blague n'était pas vraiment de bon gout je l'avoue .C'est à moi de m'excuser auprès de vous .
Je suis venue jusqu'ici afin de vous protéger jusqu'à votre domaine et je tiendrais la promesse faite à votre époux .
Si je vous insupporte je préfère le savoir Dame .
On est pas obligé d'aimer tout le monde
.

Fée esquisa un petit sourire .
Elle ne montra pas sa peine ,cela elle le gardait pour elle laissant libre cours à sa peine quand elle était seule ,nul besoin de montrer aux autres qu'elle souffrait .
C'est vrai qu'elle s'était fait une joie de retrouver Al mais elle préférait les laisser seuls .


Dites seulement à Al que l'on se verra pour le départ demain matin à l'aube ,je ne veux point déranger .
Je vais monter dans ma chambre ,me coucher tôt ne me fera pas de mal .
Je vous souhaite la bonne nuit Baronne Korydwen .


Fée s'inclina légèrement devant la Dame ,grimaçant a cause de sa blessure .Il lui fallait vraiment la regarder car elle était bien douloureuse .Ayant un peu de temps avant de se mettre au lit elle vérifierait cela .
Elle pensa aussi à Slad qu'elle n'avait pas revue depuis sa sortie rapide de la taverne .Surement qu'il avait du monter lui aussi se coucher .Leur chevauchée n'était pas des plus facile avec super mule .
Korydwen a écrit:
Loches ...Les écuries...Une taverne... Non toujours les écuries... Quand c'pas l'jour, c'pas l'jour.

Alors qu'elle se tenait toujours non loin de Feeleone, elle la regardait et attendait une réaction, tout en l'écoutant, elle baissa la tête, pensant que cela serait plus compliqué qu'avec Beths... Quel sale caractère.

Dame La Baronne ,ne vous excusez point .
Mon arrivée un peu cavalière et cette blague n'était pas vraiment de bon gout je l'avoue .C'est à moi de m'excuser auprès de vous .
Je suis venue jusqu'ici afin de vous protéger jusqu'à votre domaine et je tiendrais la promesse faite à votre époux .
Si je vous insupporte je préfère le savoir Dame .
On est pas obligé d'aimer tout le monde.


Voilà qu'elle lui envoyait du Baronne et du Dame, elle n'aimait pas qu'on l'appelle comme ça, mais elle ne réagit pas, toute façon quand elle réagissait tout se passait mal, alors autant ne plus réagir. Visiblement, il y avait des explications à fournir... Beaucoup, peut-être que après ça...

Je... Vos excuses sont acceptés, mais je ne venais pas ici pour ça... Je crois que je ne mérite pas d'excuse... Cette blague aurait pu être drôle, si je ne m'étais pas trouvé sur les genoux de la dite victime... Je... Hum comment vous expliquez ça... Disons que Beths, nous a fait le même genre de blague, enfin la dague en moins et que...

Elle se perdait une nouvelle fois dans ses mots, se demandant comment tout lui raconter surtout sans l'endormir.

Elle m'a fait sursauté... Après j'ai eu quelques ennuis et j'ai bien cru que...

La Baronne osant avouer ses peurs c'était une grande première, elle qui souvent gardait tout pour elle.

Que j'allais perdre le bébé à cause de douleur dans le bas du ventre... Si j'ai été si froide, ce n'est pas parce que je ne vous aime pas... Au contraire... Et puis comment peut-on ne pas apprécier une Dame que l'on ne connait pas ? Parce que finalement, je ne vous connais pas vraiment... Et puis tout ce que vous avez fait pour Al et moi, lorsque Matthis est arrivé... Jamais je ne l'oublierai...

Elle sentait ses yeux s'embuer, dans quoi c'était elle encore foutue... Décidément, elle avait le don en ce moment, peut-être qu'elle devrait retourner chez les soeurs un petit moment.

Votre présence est loin de m'insuporter... J'étais très heureuse à l'idée de vous voir, je m'étais dit que... En voyageant avec vous, j'aurai le temps d'apprendre à vous connaître... Mais bon là je crois que c'est un peu raté...

Elle la regarda une dernière fois, avant de la laisser s'éloigner...

Dites seulement à Al que l'on se verra pour le départ demain matin à l'aube ,je ne veux point déranger .
Je vais monter dans ma chambre ,me coucher tôt ne me fera pas de mal .
Je vous souhaite la bonne nuit Baronne Korydwen .


Je... Tête qui se baisse, yeux qui se ferment, voix tremblante... Lui dirais... Mais vous ne dérangez pas...

La voilà partie et elle toujours là, debout, tel une vieille locque, sans bouger, elle finit par se laisser tomber dans la paille, elle ne voulait pas y retourner dans cette auberge, elle n'y retournerait pas, elle s'allongea dans la paille se recroquevillant, laissant nombreuses larmes roulées sur ses joues... Ce voyage était plus compliqué que prévu... Entre les problèmes avec Eléa et maintenant Feeleone... Elle resta sur la paille sans réagir, c'était mieux ainsi, même si peut-être, elle aurait pu courir après Feeleone, si elle pouvait effacer ce qu'elle venait de faire, elle l'aurait fait avec grand plaisir, c'est certain...
Feeleone a écrit:
Loches ...Les écuries...Une taverne... Non toujours les écuries... Quand rien ne va plus !!!!!!!!!!

Fée sortie des écurie repensant aux paroles de Kory .
Comme à son habitude elle avait été froide et dure ,quand est ce qu'elle apprendrait à ne plus être aussi froide et distante .Pourtant nombreuse fois on lui avait fait la remarque .
Elle s'en voulait énormément.
De rage elle donna un coup de pied dans un caillou qui se trouvait là .Elle se fit plus mal au pied qu'autre chose .
Sautillant sur un pied elle lança quelques jurons à la pierre comme si elle était fautive de ses humeurs .

Fée après avoir sautillé un moment ,elle se rendit compte que Kory n'était pas sortie des écuries .Aurait elle fait un malaise ?
Fée retourna s'en assurer ,elle se sentait mal ,elle avait du la blesser.

Quand elle entra elle la vit là ,recroquevillée sur elle même dans la paille .Elle sentit son coeur se serrer ."Et voila tu à gagné ma belle ,tu es contente du résultat,sale caractère !"


Fée s'approcha d'elle ,s'agenouilla à ses cotés et sortit un mouchoir de sa poches .
Doucement elle essuya ses larmes .Elle n'aimait pas voir les gens malheureux ou triste .


Kory ... Pardonnez moi mes paroles un peu dures .
Je ne voulais point vous blesser .
Je vous en prie ne vous mettez pas dans des états pareils ,ce n'est pas bon pour vous et le bébé .
Kory ...


Fée la regarda en lui souriant .
Que d'émotions en si peu de temps ,paroles parfois lancé trop rapidement se peinant l'une et l'autre .
Mais Fée s'inquiétait pour Kory ,il n'était pas bon de se mettre dans de tels états lors d'une grossesse.
Elle l'aida à se relever
Althiof a écrit:
En Touraine, dans une taverne à Loches

Que s'était-il passé ? Il avait à peine eu le temps de se retourner que son épouse s'était levé d'un bond puis Fée partie et Kory qui la poursuivit. Il eut à peine le temps de dire le moindre mot.

Tout se passait bien pourtant. Il profitait de quelques agréables moments avec Kory à répondre à leurs amis. Une missive d'Aigue venait juste d'arriver d'ailleurs. Aigue semblait en pleine forme, cela faisait plaisir à entendre.

Et puis des va-et-viens dans la taverne, des voyageurs, soiffards et autres notables. Il n'avait pas remarqué l'arrivée de son amie.


Bien le bonsoir Messire.

Tiens qui donc venez s'adresser à lui. Voix bizarre qui plus est.

Il me semble voir a votre ceinture ,une bourse bien pleine d'écus...

Nan mais de quoi j'me mêle.

permettez moi de vous en délesté ainsi vous voyagerez plus léger.


Aussitôt mis t-il la main sur sa dague se tenant prêt à saisir le bras de la personne si jamais elle osait approcher sa main. Et puis il jetta un oeil alors que la voix se faisait de plus en plus féminine.

Sachez que le brigand le plus rechercher du royaume vous est très reconnaissant d'autant de générosité.

Le brigand le plus recherché ? Un large sourire se dessina sur son visage. Il n'y avait qu'une personne qui pouvait se faire appeler comme ça. Il lâcha son épouse des yeux et se retourna pour la saluer. Mais déjà Kory avait bondi.

Et en moins de temps qu'il n'en faut pour échanger un regard fée était sortie brusquement, suivie de prêt par Kory.

Il regarda la scène sans pouvoir dire un mot, puis il regarda devant lui dans le vide et laissa tomber sa tête sur la table comme si elle était devenue soudain trop lourde.

Un grand soupire. Y'a des jours vaut mieux rester coucher. N'empêche c'était la deuxième fois que son épouse faisait ce coup. Il la savait jalouse mais là elle allait trop loin. Il n'allait pas s'empêcher de voir ses amies sous prétextte qu'elle faisait un caprice.

Il soupira, puis se leva, pay ce qu'il devait, rangea la missive d'Aigue et sortit errer au hasard dans les rues de Loches. Il avait besoin d'être un peu seul.
Feeleone a écrit:
Loches ...Taverne ...Sur le départ .

Fée avait presque porter Kory jusqu'à sa chambre .Kory était épuisée physiquement mais aussi moralement .Une fois devant sa chambre ,qu'elle lui avait indiquer ,Fée l'emmena jusqu'au lit et l'aida à s'allonger .

Kory je vais vous préparer une tisane afin de vous apaiser et ainsi vous passerez une nuit calme .Demain il nous reste le plus gros du voyage .Il vous faut une bonne nuit de sommeil sans agitation .

Fée se dirigea vers la cheminée et suspendit une bouilloire pour faire chauffer de l'eau .De son aumônière elle sortit quelques petits sachets de plantes et entreprit de faire un mélange fleurs d'oranger ,aubépine ,tilleul et valériane .
Fée préparait cela avec soin .
Il fallait que Kory se détende et dorme au mieux en son début de grossesse .

Une fois le mélange infusé ,Fée en apporta une tasse à Kory .


Buvez Kory cela vous fera du bien .C'est un peu amère mais au moins vous passerez une nuit tranquille .

Fée s'en servie aussi une tasse ,peut être que cette nuit serait sans cauchemar pour elle .Elle bu lentement la tisane en veillant à ce que Kory prenne bien la sienne .Sa santé été essentielle .
Leur tisane finit ,elle récupéra les tasses et les posa sur la petit table .


Je vais vous laissez vous reposer maintenant ,Bonne nuit Dame Kory .

Fée sortit de la chambre et se dirigea vers la sienne épuisée par le voyage et aussi par toutes ses émotions de la soirée .Elle n'avait même pas vu son ami Al .Cela serait pour le lendemain .
Il avait le temps ,il leur restait un bout de chemin à faire encore .

Fée se dévêtit prestement ,elle avait grand hâte de se coucher .Elle devait néanmoins regarder ou en était sa blessure qui devenait assez douloureuse .Quand elle défit le bandage ,ce qu'elle vit la rassura pas mais bon elle en avait vue d'autre .
Plaie nettoyée ,onguent passé et bandage propre elle pu enfin se mettre au lit .



Départ ... Tôt dans les brumes de l'aube ...Le BA est proche .


Réveillée par du bruit dans le couloir ,Fée se leva .
Le ciel éclaircissait à peine .Ils allaient pouvoir partir de bonne heure et à la fraiche .
Petit déjeuné rapide .Fée se dirigea vers les écuries pour faire préparer les montures de tout le monde .
Elle espérait que tout le monde serait bientôt levé .
Fée prépara avec soin Mystic et laissa aux jeunes garçon d'écuries s'occuper des autres montures .
Ceci étant fait elle revint à la taverne .
Althiof a écrit:
Départ... Toujours dans la taverne...

La nuit avait somme toute été tranquille, il avait fait une ballade seule pour laisser le temps à son épouse de se calmer. Visiblement il y avait quelque chose de plus que ses simples humeurs. Cela faisait deux fois. Lui cachait-elle quelque chose ?

Si c'était le cas c'était seulement pour ne pas l'inquiéter et le rassurer mais visiblement ça lui trottait dans la tête. Il s'était réveillé dans ses bras, blotti contre elle et après une caresse sur son ventre arrondi et un baiser sur la joue, il se leva sans faire de bruit. Inutile de la réveiller encore. Il était tôt.

Il songeait à son malaise. Elle s'en était voulue de ses mots mais apparement c'était arrangé maintenant. Ppfffff il ne cotoyait que des femmes aux caractères bien trempés décidément. Et ce n'était pas simple tous les jours. Mais au moins il ne s'ennuyait pas...

Il descendit dans la taverne encore bien vide quand il vit son amie Fée qui semblait regarder autour d'elle attendant dieu sait quoi. Elle ne semblait pas avoir remarqué sa présence encore. Avec un grand sourire :


Hé beau brigand ! Tu cherches si quelqu'un a pas laissé une bourse ou un vieux truc de quelconque valeur.

Il s'approcha quand elle regarda vers lui.

Tu fais des économies pour notre super ramponneau ? T'as raison je vais te plumer.

Et avant qu'elle ait pu dire le moindre mot il la serra fort dans ses bras et lui fit une grosse très grosse bise.

Ca va ma chère Fée ? Je suis tellement heureux de te voir tu peux pas imaginer Smile Bon d'accord c'était un peu raté hier les super retrouvailles mais on a bien le temps de se rattraper jusqu'à Montbrison.

Maintenant que je t'ai avec moi je vais pas te lâcher ! Alors raconte moi tout !


Il sourit et passe son bras autour de ses épaules en la regardant. Vi commençons large je veux tout savoir ! T'as trouvé un nouvel homme ? Il est comment à la consommation ?

Rhoooo voilà déjà qu'il racontait n'importe quoi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:54

Feeleone a écrit:
Taverne .....Encore ! On part ? Oui ou non ....

Fée était revenu des écuries ,tout les montures allaient être prêtes bientôt .
Allait elle devoir tous les réveiller ?
Si il le fallait oui .Le départ pressait .


Hé beau brigand ! Tu cherches si quelqu'un a pas laissé une bourse ou un vieux truc de quelconque valeur.

A ces mots Fée éclata de rire ,une seule personne pouvait lui parler ainsi ,sa belle rousse .

Tu fais des économies pour notre super ramponneau ? T'as raison je vais te plumer.

Pas le temps de répondre qu'elle se retrouva dans ses bras et deux énormes bises était déposés sur ses joue .Un sourit .
Enfin elle retrouvait son ami de toujours son soutient moral ,sa conscience .Toujours un mot pour la faire rire ,sourire .
Cette histoire de brigand et de rousse revenait sans cesse entre eux mais les faisait toujours autant rire .
A peine le temps de lui dire bonjour et de poser un bise sur sa joue que le moulin à parole reprenait .


Ca va ma chère Fée ? Je suis tellement heureux de te voir tu peux pas imaginer . Bon d'accord c'était un peu raté hier les super retrouvailles mais on a bien le temps de se rattraper jusqu'à Montbrison.


Je vais bien ,très bien maintenant que j'ai quitté la Bretagne et que je te retrouve .

Mais pas le temps d'en dire plus .

Maintenant que je t'ai avec moi je vais pas te lâcher ! Alors raconte moi tout !
Vi commençons large je veux tout savoir ! T'as trouvé un nouvel homme ? Il est comment à la consommation ?


Fée le regarde un peu étonnée .Il avait mangé quoi ce matin ?
Un manque de sommeil ?
Enfin c'était Al ,Fée ne pu s'empêcher de rire ,il n'y avait que lui pour lui parler ainsi .
Mais le moment était pas au bavardage mais au départ .Il était temps qu'ils prennent le départ .


Al on a tout le temps d'en parler plus tard ,l'instant est au départ et non aux bavardages sans importance .
J'ai fait préparer les montures .Il nous faut profiter de la fraicheur ,le temps risque d'être lourd chargé d'orage aujourd'hui et pour les chevaux c'est pénible Et je voudrait aussi éviter la chaleur à Kory .


Al acquiesça et monta réveiller Kory et les autres .


Enfin ....

Le départ s'était passé dans l'euphorie .Tous le monde était heureux de rentrer .
Finit les armures ,les corps à corps épée à la main ,les remparts en feu et à sang ,finit le cauchemar .

Fée prit la tête du convoi dans la bonne humeur .Kory avait l'air bien mieux que la veille .Une bonne nuit de sommeil rien de tel pour remettre en forme .
Fée caracolait au devant .
Al restait aux cotés de sa femme ainsi elle évitait ses questions .Pour le moment elle ne savait quoi lui répondre .Elle même ne savait pas .
Toujours hésitante sur tout .
Cela faisait un bon moment qu'ils chevauchaient.Les paysage changeaient,devant eux les monts verdoyant d'Auvergne .Elle pensait ne jamais y revenir mais elle ne pouvait ,elle était attirée par cette verdure ,ce décors fascinant ,regorgeant de forêts ,plaines ,monts .

Une halte près d'une petite rivière pour abreuver les chevaux quelque peu nerveux .Pas besoin de se mettre à l'ombre ,le soleil n'était pas au rendez vous cette journée .
Les nuages étaient de mise .Un orage se préparait surement .
Accueil du BA pour leur retour .
Au moins Kory et Tia souffraient pas de la chaleur .
Après un repas frugal tous les cavaliers repartirent rapidement espérant arriver avant la pluie ou un bon orage à Montluçon .
Althiof a écrit:
Quelque part en Bourbonnais-Auvergne...

Voilà cette fois ils étaient bien rentrés chez eux. Kory était revenue du couvent aussi radieuse qu'au premier jour. Mais Fée était repartie déjà et avait rejoint à son tour le couvent avant de prendre la route de Mimizan. D'ailleurs il faudrait qu'il parle de Pierre à Kory. Mais l'heure n'était pas à cela. Après des retrouvailles agitées ( Embarassed ) dans leur petite maison du bord du lac ils avaient pris la route de Cournon pour rejoindre leurs enfants et ensuite se rendre à Clermont toute proche.

Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas accompli pareil projet et qu'il n'en avait été si sûr. Pendant que Kory retrouvait leurs enfants il envoya une missive à la personne nécessaire puis une autre beaucoup plus difficile à ecrire en fin de compte. Bien plus dur que toutes ses lettres alambiquées avec des formules de politesse à plus savoir quoi en faire.

Heureusement il avait déjà son idée.


Citation :
Chère Beths,

Avant toute chose ceci n'est point une blague !

Je suis allé dernièrement aux Joutes en Bourgogne... Arrête de râler je t'entends d'ici... J'avais besoin d'être un peu seul.

Bein tu sais quoi j'ai rencontré un Duc célibataire. Quoi c'est complètement pas possible ? Tout gentil, propre sur lui et tout et tout et en plus il doit se rendre en Guyenne et passe par le Bourbonnais-Auvergne. Je lui ai donc bien évidément proposé de l'accompagner.

Et bein devine quoi ? Je sais pas s'il est naïf ou fou ou suicidaire ou les trois mais il voudrait que je lui présente quelques amis pendant son séjour.

Pas la peine de faire cette grimace... Je te vois... Moi dans ma grande générosité j'ai parlé de toi tu te doutes bien. Il serait vachement déçu si tu venais pas. Donc voilà t'as intérêt à rappliquer. Aujourd'hui si possible. Même si le ravalement de façade risque de prendre du temps et qu'il en faudra encore plus pour trouver une tenue potable.

Bon allez je suis sûr que la curiosité l'emporte déjà sur les grognements et que tu voudras le rencontrer.

Je lui ai déjà présenté quelques connaissances de Clermont mais une vraie amie future duchesse célibataire c'est quand même carrément beaucoup mieux.

Normalement on devrait traîner aux alentours du château vu qu'il avait des choses à régler. J'en profiterais surement pour flanner dans les jardins cet après-midi. Après tout les chefs bossent pas alors pourquoi nous ?

Bien à toi, Al

Il accrocha le message à la patte de son faucon et l'envoya vers Thiers. Il souriait en s'imaginant déjà la réaction de son amie. Peut-être même que si le vent soufflait de l'est on pourrait entrendre ses cris jusqu'à Clermont.

Ma chérie c'est bon on peut y aller, l'opération Duchesse Beths est lancée !

Il rit de bon coeur. Bon bein y'a plus qu'à quoi...
Korydwen a écrit:
BA, Montbrisson, Cournon, Clermont que des "on"

Une sortie de chez les soeurs, des retrouvailles, des aveux fait, elle était radieuse la Baronne, de retour chez elle à Montbrisson, leur petite maison au bord du lac, calme et tranquilité. Elle avait profité de son époux et de l'absence de leurs deux enfants.

Puis il fallait aller à Cournon, Eléa et Matthis étaient là, mais Athalia et Thomas aussi, Aiguemarine et Nictail n'étaient pas encore passés les récupérer. Ils participeraient eux aussi à l'opération duchesse.

Eléa s'était excusée auprès de sa mère, Korydwen ne comprenait pas vraiment pourquoi, certainement pour quelque chose que son époux ne lui avait pas dit, de peur qu'elle s'énerve, elle avait accepté les excuses de sa fille. Matthis lui plus direct, il s'était mis à causer au ventre de sa mère, au "bonzhomme Timothée de la dedans" il était persuadé qu'il allait avoir un petit frère...

Korydwen regarda la petite Athalia, lui attrapa doucement la main et l'attira vers elle pour lui faire un gros bisou. Mathilde arriva avec le petit Thomas dans les bras. Korydwen s'attendait à retrouver ses enfants, mais pas à en avoir quatre dans les jambes. Mathilde resterait avec Thomas, elle ne pouvait pas le porter...

Puis une voix, celle de son époux.


Ma chérie c'est bon on peut y aller, l'opération Duchesse Beths est lancée !

Il n'y a plus qu'à l'attendre alors... Je crois que ton fils à quelque chose à te demander en attendant...


Matthis lui avait quelque peu expliqué son projet... Elle n'était pas contre, mais il restait à convaincre son père, mais elle ne se faisait pas de souci pour ça... En plus Athalia était présente... Un argument de plus pour le petit Baron.
*Matthis* a écrit:
Quelque part en Bourbonnais-Auvergne... Avec Pôpa et Môman...

Son papa et sa maman étaient enfin de retour, on a pas idée de laisser des enfants tout seul très longtemps, celui qui avait inventé les guerres était un idiot et celui qui envoyait les papas et les mamans à la guerre encore plus idiot. Matthis en était là dans ses réflexions, chevalier qu'il voulait être, mais pour protéger sa princesse la petite Athalia. Il fallait d'ailleurs qu'il demande à Azdrine, le suzerain de son Papa et de sa Maman et le parrain de sa soeur qu'il lui apprenne à devenir chevalier.

Papa et Maman s'étaient bien trompés sur les parrains, Eléa aurait du avoir Ptitoliv et lui Azdrine le chevalier, parce qu'Eléa ne veut pas devenir chevalier, pis d'abord c'est une fille et les filles c'est nul. Mais ça faut pas le dire sinon Papa donne la fessé.

Il avait discuté un peu avec le bozhomme Timothée de la dedans, de toute façon ça ne pouvait pas être une fille, parce que les filles, bein c'est pas très utile, ça fait que pleurer, se coiffer, mettre plein de bijoux. Comme pour les sapins de noel. Pis c'est peste une fille. Sauf Athalia et Maman, parce que Maman c'est la plus meilleure des Maman et qu'elle fait plein de bisous partout et plein de câlin et qu'elle donne des bonzhomme Timothée.

Le petit garçon regardait son Papa faire et s'approcha de lui tirant largement sur ses braies quitte à les lui descendre, c'est pas grave, pis il a qu'à mettre une ceinture d'abord. Il commença à la façon "Eléa" ça marche toujours...


Mon papa d'amou q'j'aime tès tès fo't ! T'veux 'ien l'aider 'oi ! Veux l'faihe un tateau à Thalia, moi 'oi doit dihe oui sinon 'oi ze peux pas.

Tu compends ?


Le petit garçon se frotta le menton.

L'aute jou un tetit seval, l'est soti pa' les fesses de sa Maman de lui ! Tout tout vu, Matthis étais cassé déhièhe le foin ! Je voudais donner le tetit seval à Thalia, déza donné une souhis, s'appelle Peedi la souhis. Mais tenant faut le seval, en plus pas de s'appelle le seval.

Le petit garçon reprit sa respiration et regarda son père.

Pis Thalia aime les sevals et pis 'oi tu l'êtes son pahain, alo' tu dois l'offi à elle le seval qu'l'a pas de s'appelle !

Ah vi aut'chose z'aussi ! Tu voudais 'ien l'inviter ma tatie mahaine Thémis à la maison de 'oi ! Ze voudai lui faihe un tateau, une tetite genouille l'a pas de s'appelle aussi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:54

Beths a écrit:
[Quelque part, perdue à Thiers … enfin non … quelque part, dans le bureau de la prévôté de Thiers, de toute façon c’est sa maison.]



FLAP FLAP FLAP FLAP

Beths dressa l’oreille.
En général ce genre de bruit signifiait missive. Et qui disait missive disait ennui à l’horizon. Enfin ces derniers temps toutes les missives qu’elle avait pu recevoir étaient porteuses de nouvelles qui l’avaient sérieusement agacée, nouvelles concernant la prévôté, il va sans dire, et qui l’avaient faire greuh plus fort qu’usuellement ! Elle en était arrivée à un point que même lorsque des co-listiers d’un parti présentaient leur programme, elle s’était mise à hurler pensant qu’on lui demandait de se taire.
Tsssssssssssssssssssssss.

Elle vit donc contre arriver … un faucon ? Elle s’en étonna. D’habitude c’était des pigeons. Elle l’observa et admira : c’est que c’est moins stupide un faucon, au moins, cela ne dérape pas pour finir par se manger une fenêtre en arrivant à destination.

Donc, le faucon se posa tranquillement sur le rebord de la fenêtre.
Elle s’en approcha et détacha la lettre qu’il portait avec appréhension : et si le bestiau lui picorait la main ? Boaf, elle hurlerait dans les tympans du destinataire. Un prêté pour un rendu quoi.
Elle ouvrit le parchemin et commença … bien évidemment par la fin ! Pourquoi donc commencer par le début ? Et puis Patience étant son deuxième nom eh bien, c’était logique, sisi.

Al lui écrivait ? Diantre ! Que se passait-il donc ? Elle fronça les sourcils et commença sa lecture.
Dès les premières lignes, elle ne put s’empêcher de s’exclamer fortement !



Mais il se moque de moi ma parole !!!!


Apparemment Al avait réussi encore là ou nul autre n’était parvenu, elle commentait toute seule une missive !!!
Déjà qu’elle parlait toute seule dans les couloirs et que récemment, elle s’était même retrouvée, euh … quelque peu … euh … dans les couloirs de la prévôté, comment … on va dire … guillerette, voila c’était ça guillerette, et que même ses collègues avait été contents puisqu’ils l’avaient rejoints assis au beau milieu d’un couloir pour chanter et se désaltérer.

Mais pourquoi elle pensait à ça ? Elle reposa les yeux sur le parchemin et poursuivit sa lecture. Et là ses joues prirent une délicate couleur cramoisie. De honte ? De colère ?
Suuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuspense.



Naïf, fou ou suicidaire hein ????
Grrrrrrrrrrrrrrr !!!!! Tu ne perds rien pour attendre !!!!



Et pourquoi un homme possèderait forcément ces caractéristiques s’il souhaitait la connaitre !! Elle était exceptionnelle et sure que tous ceux qui ne la connaissaient pas encore devait surement le regretter profondément.
Hum …
Elle lève les yeux au ciel … ouais … enfin presque.
Mais bon !!!!! Elle n’avait pas QUE des défauts !!!


Elle continue donc à prendre connaissance de cette édifiante missive.


Je ne grimace pas, Andouille !!!

QUOOOOOOOOOOOOOOOIIIIIIIII ????!!!!

Un ravalement de façade ?!!!!

Gggggggggggggggnnnnnnnnnnnnnnnnnn !!!!



Il allait trop loin !!!
Bon soit, elle n’était pas comme certaines de ces charmantes toujours magnifiquement coiffées, et habillées, d’ailleurs Beths ne comprenait pas comment les choucroutes tenaient et comment l’on pouvait ne pas se salir … enfin son épée qu’elle prenait soin d’astiquer chaque jour n’aidait pas a tenir totalement propre le coté de son pourpoint et ses braies.

Et puis !!!


Oh !!!!!


Il l’avait déjà vu en robe !!! Elle se souvint parfaitement qu’il s’était déjà moqué et qu’elle avait fait un effort. Pour des joutes d’ailleurs !!!

Bon c’était clair, il cherchait querelle …. EH BIEN IL L’AURAIT !!!!


Elle froissa la missive et allait la jeter quand elle réalisa qu’elle avait oublié d’en lire la fin. Bon, elle rouvrit le parchemin qui ne ressemblait plus à rien et acheva.



Je ne GROGNE PAS s’pèce de …. de … de …. COURGE !


Bon, cela ne soulageait qu’elle puisqu’elle était seule, mais bon, au moins cela lui éviterait de se jeter sur lui pour le provoquer en duel lorsqu’elle le verrait ! Surtout que si bal ou autre de ce genre il y avait, Kory serait présente, et que Kory n’appréciait ni qu’elle hurle, vu son état, ni qu’elle … ben …
Beths grimaça. Lors des dernières joutes, Kory l’avait aidé car elle avait un tout petit peu trop bu, la faute à Al et son suzerain. Ah ces deux là ! Des bourriques !!!
Heureusement Kory l’avait prise sous son aile, mais Beths ne savait plus comment réagir : depuis qu’elle était enceinte, elle était … grognon … et Beths avait peur de la blesser à chaque mot ou chaque geste. Bref, il ne valait donc mieux pas qu’elle se jette épée au poing sur son époux. Les bretons devaient suffisamment le faire …

Mais …

Beths se met à écarquiller les yeux brusquement



ILS SONT RENTREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEES !!!!!!

YAAAAAAAAAAAAHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO



La joie prendrait presque, preeeeeeeeeesque le pas, sur la colère. Elle allait enfin pouvoir les revoir dans leur Duché. Et cette nouvelle l’aiguayât. Elle allait presque pardonner les idioties d’Al lorsqu’elle se rappela …. un abreuvoir … VENGEANCE !!!!

Elle refroissa le parchemin, parce qu’il le valait bien, et se précipita sur sa penderie. Etonnant, en dehors de son habit de maréchal en 27 exemplaires uniques, elle avait … deux robes. Son amie Ekat lui en avait confectionnée deux. Ekat avait eu mal au cœur de la voir toujours habillée en gueuse. Beths sourit. Bon de toute façon, elles ne servaient jamais, alors autant sortir LAAAAAAAA grande tenue. Ehehehhee. Elle serait méconnaissable.

Elle la sortie donc et la secoua un gros coup. Sait-on jamais quelles bebêtes y trainaient depuis le temps …
Elle se mit à éternuer … effet premier poussière.

Délicatement elle caressa la soie du tissu. Elle ne l’avait jamais mise, mais elle n’était pas inquiète. Du fait du Conseil elle était devenue famélique, mais certains de ses amis, Bettym et Legowen notamment, l’avaient remplumée.
Elle la passa donc. Elle lui allait vraiment. C’en était même amusant. Il lui fallait se coiffer maintenant.

Zut !!! Une brosse. Elle devait bien avoir cela quelque part … voyons … elle retourna une à une ses affaires dans le coffre à bordel.


Non pas là, non, c’est pas ça

La tête plongée dans le coffre, elle sortait des … choses … une à une

AAAH horreur, j’avais ça ?! découverte de vieux restes d’une chasse au sangliers


Beurk Hop fenêtre ouverte, hop balancé.
Faudrait qu’elle fasse un peu de tri quand même.



Dague, poignard, non, ça va pas m’aider …

Et la ?
Coin opposé du coffre à farfouiller, avec un bruit à faire fuir tous les lapins de la prairie


Etrille … mouais … j’aimerai mieux une vrai brosse … tarière ? mais franchement !!!! j’ai de ces trucs moi !!
Aaaaaaaaaaaah !!!
Petite expression de contentement

Brosse !!!


Ressort du coffre où elle s’était en bonne parti plongée, les joues rouge, le regard brillant et dirigée vers sa main droite levée, une brosse au bout de la main, telle une statue immortelle qui veillerait sur …

Euh … oui bon … ahem..


Beths se mit donc à l’ouvrage : brosser ses cheveux et tenter de faire une coiffure.



Aïe ! Aïe !!! TRUUUUUFFF!! Humpf


Après quelques essais infructueux, enfin, elle était arrivée à quelque chose. Puis … LA touche finale … un souvenir que sa mère lui avait laissé, un pendentif … Vague à l’âme.

Elle se porte devant un miroir. Elle-même est surprise du résultat






Elle est prête.
Elle jette un œil sur son épée. Hum … bon c’est sur qu’arriver l’épée au côté devait presque paraitre insultant, mais elle était maréchale, et prévôt royal, cela ne surprendrait donc personne. Elle la prit donc avec.

Ah … zut

Comment aller jusqu’au château de Clermont habillée comme ça ? Bon ben sur son canasson, elle n’avait pas le choix, elle irait juste doucement … pour une fois.

Elle se rendit donc à l’écurie, son cheval se mit à hennir en l’apercevant, ce qu’il ne faisait jamais !
Elle attrapa la sangle, tira dessus, et regarda le bestiau dans les yeux.


Oh ça va toi ! Ne commence pas à te moquer toi aussi !!! Il y aura bien assez de Kory et d’Al !

Elle monta en selle, difficilement, ben ouais en robe, c’est pas top, et elle était partie.


Quelques heures plus tard … les jardins du château de Clermont …
Soopy a écrit:
Chien en fuite à la recherche de sa jeune maîtresse... Dans les rues de Clermont laissé passer !

Soopy, le petit euh grand chien de la petite Eléa avait joué avec sa maitresse, mais elle avait oublié de le remettre dans son espèce d'enclos, donc le chien pouvait s'échapper... Les chiens des cournon de toute façon s'étaient tous au moins une fois échappé... Enfin ils n'en avaient eu que deux.

Ricky le chien partit et là Soopy.

Soopy le chien, posa sa truffe par terre et commença à renifler, à chercher l'odeur particulière d'Eléa. Il finit par trouver une trace, bon d'abord un lapin et puis ensuite Eléa, il se retrouva dans les jardins de Clermont, il allait rejoindre sa chère petite maitresse, mais une autre odeur l'attira, odeur qu'il avait déjà senti à Cournon, parce que la porteuse de cette odeur bein elle était déjà venue, même qu'elle était repartie très vite et que ça avait mis en rogne l'Intendant, il avait bien hurlé.

Le gentil toutou à sa mémémère, euh gentil toutou à son Eléa décida donc de saluer à sa façon la dame à l'odeur connue. Pour commencer il la renifla un peu partout, histoire de s'assurer que c'était la bonne porteuse de cette odeur et oui c'était bien Beths la porteuse d'odeur, un...


Woof Wouaaaaaf !

Pour commencer suivit d'un lèvement de pattes avant boueuses qu'il reposa sur la belle robe de Beths, et la regarda en japant, d'un air content de te revoir, mais ne te barre pas cette fois hein !
Althiof a écrit:
Quelque part en Bourbonnais-Auvergne...

Cette fois c'était bon. Ca avait enfin commencé après des semaines et des semaines à attendre et vu ce qu'il s'était passé la dernière fois... Enfin bref c'était un jour de réjouissance. Enfin pt'être pas pour Beths mais pour eux ça le serait à coup sûr.

Il s'apprêtait quand sa femme le retint avec Matthis caché dans ses jupons.


Je crois que ton fils à quelque chose à te demander en attendant...

Il sourit et s'approcha de son fils.

Je t'écoute mon bonhomme.

Et là effectivement il écoutait mais il ne comprenait rien. ET bien sûr la question qui tue :

Tu compends ?

Euh ouai... continue.


Mais là ce fut de pire en pire. Pire que s'il essayait d'expliquer le codex à une blonde pendant qu'une Beths bourrée gueulait juste à côté pour l'embêter préparant encore un muavais coup à base de seau d'eau.

Vite une solution ! Vite ! Et là le coup de génie le fameux...


C'est pas faux mon fils !

Mais rien qu'à voir sa tête il comprit que c'était un de ces coups où la botte secrète ne faisait pas effet. Bon alors il reflechissait. y'avait une histoire de cheval, les fesses de maman, fort jolie d'ailleurs. Tiens pourquoi il parlait des fesses de Kory ?

Rhaaaaaaaa concentration. Donner, Thalia, Cheval... Donner Athlia au cheval ? Non l'inverse plutôt.

Bon on va dire que c'est ça.


D'accord Matthis !

Grand sourire. Ca devait être à peu près la bonne réponse.

Oui on va inviter Thémis pour ton baptême. Mais là faut reclamer à ta mère c'est elle qui doit trouver une date avec Papa Foulke.

Pwoaw ct'e chance quand même. Il s'en était brillament sorti. Bien mieux que ça avait commencé. Grand sourire moqueur à sa femme. Ca se reglera plus tard ça.

En attendant ils allaient prendre la route de Clermont.



Dans les jardins du château de Clermont...

Voilà le court chemin avait été fait et il commençait à faire les cent pas dans les jardins se demandant si elle allait arriver. Et le Duc aussi il était long, enfin un truc comme ça parce qu'il avait vraiment être très long à venir... Genre une éternité...

Kory passait du temps avec les enfants et lui tournait, comme la souris d'Athalia dans sa cage.

Puis soudain il vit arriver une belle dame, enfin une dame, pis surtout il vit Soopy s'échapper de la surveillance d'Eléa pour courir vers la dame. Halala la pauvre dame, le sale cabot commença à laisser trâiner ses pattes sur la robe.


Rhhhhhhhhhhaaaaaaaaaaa mais c'est pas vrai. Viens ici toi !

Il s'approcha. Veuillez l'excuser...

Et là il commença à regarder cette dame et à écarquiller les yeux. Il était pas bien sûr surtout que sans le son c'était pas évident.

Beths ? C'est toi ? Purée la vache !

Ravalement de façade... Mais euh t'étais pas obligée de démolir pour reconstruire !


Il explosa de rire. Jolie robe en tout cas. Ca te va euuuuh... Bein j'en sais rien ça fait bizarre.

Dommage elle est tachée de boue maintenant...


Hein quoi mais qu'est ce qu'il racontait lui ?

Soopy vient ici ! Il s'accroupit et sortit un petit gâteau de sa poche qu'il lui donna en lui faisant une caresses. C'est bien mon chien. T'as vu il a été bien dressé il ta reconnu tout d'suite et il a su quoi faire.

Tant mieux en tout cas il aurait pas à rembourser la robe. Toute façon il était un peu près aussi improbable qu'elle la remette un jour que de lui trouver un duc. Il ne pouvait s'empêcher de rire.

Certaines femmes avaient une robe pour chaque jour de l'année, Beths c'était plutôt une par décennie. Il l'avait vu deux fois en robe et les deux fois le port de la robe n'était pas vraiment approprié.

Il se retint d'exploser de rire en pensant aux joutes où elle l'avait assisté comme écuyè... enfin comme elle pouvait la première fois avec ses grosses mains potellées.

Non pis là franchement. Remarques elle serait bien gênée dans ses mouvements il pourrait s'enfuir plus facilement à moins qu'elle retrousse le bas ou qu'elle le édchire ça aussi elle était bien capable.


Super la tenue. L'épée c'est le nouveau bijou tendance avec la robe de bal ? C'est un peu volumineux ?

Ou alors c'est pour tuer le Duc direct... Le pauvre s'il savait...


N'empêche elle avait bien fait d'ammener son épée mais elle le savait pas encore. Il continuait de la regarder en riant. Décidément c'était bien trop drôle.

Dis t'aurais pas une saucisse au milieu de ta choucroute j'ai un peu faim là...

Pis le plus drôle c'était comme toujours de la voir lutter pour se contenir... en vain puisque àa finissait toujours pareil. Non pis c'est vrai. En ce moment c'est comme si tout le monde la regardait et se foutait d'elle. Z'êtes pas d'accord ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:56

Beths a écrit:
[Dans les jardins du château de Clermont, début des ennuis, j’le savais !!!!]



Bon, elle était dans le jardin. Mais boudiou où devait elle aller ?
Non parce que l’idiot du village, l’amuseur de foire qui se croyait drôle a proposer à un Duc de la rencontrer, ne lui avait pas envoyé un plan avec un gros X dessus !!! Non cela aurait été trop simple !!!! Et elle était censée les retrouver comment ???
Même pas le moindre indice, vaaaaaaaaaa vers le viiiiiiiiiieux chêêêêêêêêne, ou bien, 4ème bosquet vert tendre à droite, 7ème branche du 3ème arbuste d’Hydrangea sur le parterre principal du château !!! Non rien de rien !!!

Bon … et maintenant ? Une vague maxime disait que si tu ne vas pas à Lagardère, Lagardère viendra à toi, sauf que dans son cas, de Lagardère, il n’y en avait point et d’ailleurs c’était qui ce personnage ?

Elle s’approche gentiment et silencieusement, pour le plus grand bonheur de tous les aves qui roucoulaient dans le jardin en provoquant des sons qui pouvaient paraître mélodieux pour qui n’était pas entrainé, enfin mélodieux, sa voix aussi était mélodieuse, puisque quand on l’écoutait, ce qui n’arrivait jamais et la mettait hors d’elle, et bien l’on s’empressait de répondre à ses ordres … euh désirs, il va sans dire, … (et c’est la cher lecteur que je vous ai perdu, moi aussi en meme temps … reprenons donc depuis le début … AAAAAAAAAAAAHH non, revoyons donc le décors)

Elle s’approche donc du parterre central entouré de grandes vasques de pierre grisâtre. Au pied de chaque vasque des amphores emplies de plantes rares et délicates. Beths se penche légèrement pour en humer l’odeur.

Et la c’est le drame.

Un vague mastodonte s’approche furieusement d’elle. Elle se paralyse d’effroi, l’animal ouvre sa gueule, un aboiement en sort.
Elle se tétanise sur place, sa dernière heure est venue, elle a à peine le temps de se releve, afin d’éviter qu’il ne l’attaque a la gorge, l’immonde bête lui colle alors ses pattes boueuses sur l’avant de son habit. Elle reste la stupide. Et regarde le chien … il … il a l’air gentil, il ne leur ressemble pas … il faudrait qu’un jour sa peur cesse …

Elle allait pousser un petit soupir de soulagement, et tenter d’approcher doucement sa main de la tête du bestiau lorsque …


Rhhhhhhhhhhaaaaaaaaaaa mais c'est pas vrai. Viens ici toi !


Surprise elle sursauta et se tourna vers Al … elle avait parfaitement reconnu sa voix

Veuillez l'excuser...


Tous deux se regardèrent. Alors cette bête lui appartenait ??? Elle aurait du s’en douter !!! Il n’en ratait pas une pour la ridiculiser !!!! Mais comment diable avait il pu apprendre sa peur des chiens. Elle n’en avait parlé à personne. Personne depuis ce jour …


Beths ? C'est toi ? Purée la vache !


Elle est lente à réagir. Serait ce le deuxième effet, je porte une robe totalement incongrue en ces lieux ?
Quoi qu’il en soit, elle ne réagit pas … pas encore …



Ravalement de façade... Mais euh t'étais pas obligée de démolir pour reconstruire !

Jolie robe en tout cas. Dommage elle est tachée de boue maintenant...



Serait ce le rire ? l’ironie ? la peur violente précédemment qui enfin ressortait ? Toujours est-il … qu’elle sera les poings, vira au rouge et ….


AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
LLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL !!!!



Elle hurla jusqu'à ne plus avoir de souffle. Elle avait tant pris d’air qu’elle avait presque craint à un moment que son corsage, enfin que … bref, non impossible.
S’arrêtant enfin d’hurler, rouge, essoufflée, le regard colérique, les poings toujours fermés, les jointures en blanchissaient …

Discrétion assurée quoi. En un mot … Beths.

Et Al riait, riait, et riait encore. La joie inconditionnelle de la revoir. Beths hésitait entre lui sauter à la gorge ou l’étrangler. D’autant plus qu’il félicitait son chien et que ce dernier, avait l’air ravi de son travail, d’autant plus qu’on le félicitait !



Donne lui une médaille aussi a ton corniaud tant que tu y es !!!! Je ne sais pas ce qui me ….

Elle pose la main sur le pommeau de son épée, et regarde le chien méchamment. Ce dernier lui retourne comme … un regard confiant. Elle laisse retomber sa main


… ce qui m’empêche de l’occire Et jette finalement un regard sur Al

ou toi !!! Pour achever le travail que ces abrutis de bretons n’ont pas sur faire apparemment !!!


Et puis aussi soudainement qu’elle se met à brailler, elle se calme. Et se rendant compte du comique de la situation, de l’apparence qu’elle transmet, en robe debout au milieu du jardin du château, tachée de boue par un chien mal élevé, en présence d’un ami, enfin la plupart du temps sauf quand il décide de l’envoyer voler dans un abreuvoir, elle éclate de rire.

De l’index, elle récupère un peu de boue que le chien lui a gentiment offert, et elle s’approche d’Al avec un immense sourire. Etrangement il recul. Pas assez malheureusement, elle a le temps de lui en laisser une trace sur la joue avant qu’il ne bondisse a des mètres plus loin.



C’est bon pour la peau !! Kory me remerciera !!


Apparemment sa tenue le surprend plus qu’elle n’aurait pu le croire. Mais en l’entendant parler, Beths essaye de ne pas grincer des dents. C’était une trèèèèèèèèèèès mauvaise idée la robe en fait. Elle aurait du venir habillée … normalement, cela lui aurait évité un certain cynisme ! Surtout que chatain clair comme elle l’était, elle ne retenait pas la leçon puisqu’elle y avait déjà eu droit !


Super la tenue. L'épée c'est le nouveau bijou tendance avec la robe de bal ? C'est un peu volumineux ?

Ou alors c'est pour tuer le Duc direct... Le pauvre s'il savait...

EXACTEMENT !

Je tue le Duc, je suis Duchesse, et j’épouse le Roy que je sers!!!

Non mais ils ont du frapper fort en fait les bretons ! Tu es toujours autant dérangé toi ma parole !!! Ou alors tu as pris des cours d’incompétence avec l’une de nos connaissances communes pour être aussi perspicace dans une enquête !



Mais qu’est ce qu’il a à fixer ainsi son épée ? Voudrait-il l’attraper pour la lui balancer au visage ? Tel un jeu qu’il aurait inventé ?

Si mon épée te plait tant je peux te donner le nom de son forgeron !


Et puis il l’agacait à rire comme une outre là !!!! Beths sentait qu’elle allait encore crier !!! C’est pas possible ça !!!


Dis t'aurais pas une saucisse au milieu de ta choucroute j'ai un peu faim là...


Trop c’est trop. Elle attrape d’une main la belle amphore qu’elle admirait auparavant, le bas de sa jupe de l’autre main et se met à lui courir après, parce qu’évidement il a vu venir le coup.

GRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR !!!!!

AAAAAAAAAAAAAAAALLLLLLLLLLLLLL !!!!


TU VAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAS VOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR !!!!




Et voila deux ex prévots du Ba, deux prévôts royaux, l’un coursé et riant, l’autre coursant avec une amphore à la main en hurlant, le tout à travers tous les jardins et différents parterres du château du BA, accompagnés d’un chien aboyant et ayant l’air de penser qu’il s’agit d’un nouveau jeu.

Ils avaient l’air fin …

Heureusement que les jardins semblaient vides.



Edit : mise en page, j'ai eu pitié ... trop casse pied a lire Wink
*Elea* a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont...

Eléa restait sagement à côté de sa maman, lui tenant la main, elle profitait de sa présence et puis son frère se préoccupait plus de ses petites affaires que de sa maman donc c'était impeccable.

Puis un chien se jeta sur une dame, mais elle n'avait pas vu de quelle dame, il s'agissait parce que Papa il était parti et les avait laissé derrière. Puis une Dame devait venir, elle s'appelait un jour Naluria et puis l'autre jour Auvergne, c'était bizarre d'ailleurs.

Comment peut-on s'appeler Naluria un jour et Auvergne l'autre, c'était pas logique du tout. Faudrait lui demander et puis lui demander aussi comment elle avait fait parce que c'est rigolo, un jour elle pourrait s'appeler Eléa et puis l'autre bein... Elle ne savait pas trop.

Maman elle avait expliqué que cette dame devait venir pour donner de la terre à Beths, pourquoi ils avaient besoin d'une dame Auvergne pour donner de la terre. Eléa aussi pouvait donner de la terre. Faudrait lui demander, elle devait donner la terre d'une certaine façon pour être la seule à pouvoir le faire. Faudrait apprendre, Eléa lâcha la main de sa Maman et attrapa un peu de terre dans sa main et chercha la meilleure façon de la donner à quelqu'un. Elle finit par la faire tomber.

Ca devait être fort compliqué de donner de la terre. Eléa se gratta la tête, elle finit par se souvenir d'une chose des fois les gens ils appelaient son parrain Usson, mais la petite fille savait que son parrain il avait une Baronnie d'Usson même qu'il y avait une chambre pour elle là-bas et qu'elle devrait aller les voir...

Donc si parrain s'appelle quelque fois Usson, papa s'appelle aussi Cournon... Naluria Auvergne, donc elle est la Baronne de l'Auvergne, il faudrait lui demander ! Encore une question à poser à Naluria Auvergne. L'Auvergne c'est grand certainement pour ça qu'elle donne plein de terre à plein de gens !


Bon Maman, elle arrive quand Auvergne ? J'ai des questions pour elle !
Korydwen a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont...

Son époux s'était encore fichu de sa tronche avec le baptême, mais il le payerait un jour... Prochain... Elle le regarda en agitant la tête, léger sourire... Puis il disparu quelque part la laissant avec les quatre nains de jardin. Tant pis, elle devrait les surveiller avec son ventre et son enfant assez mal accroché d'ailleurs... En songeant à ça elle posa sa main sur son ventre et chercha une pierre ou quelque chose dans le genre pour s'asseoir...

Se rappelant les paroles barbantes du médicastre... "Restez assise et allongée le plus possible ma dame la Baronne" Eléa venait de lui lâcher la main et commençait à jouer avec de la terre. Korydwen fronça les sourcils ça ne ressemblait pas à Eléa la terre, surtout en ce moment, elle préférait largement les robes et les bijoux... M'enfin un peu de terre n'a jamais fait de mal à personne de toute façon.

Le fiston heureux de la réponse de son père concernant le cheval pour Athalia, finalement il arrivait à avoir tout ce qu'il voulait... Il s'amusait avec Athalia et la souris Peedi. Athalia devait certainement montrer les tours qu'elle avait appris à la petite souris. Les poches de son fils remuaient beaucoup, elle en venait à se demander quels genres d'animaux les habitaient... Thomas dormait sagement dans les bras de Mathilde... Au moins les nains de jardin étaient tous présents !
Lorsque...


Bon Maman, elle arrive quand Auvergne ? J'ai des questions pour elle !

Là ça se corsait, enfin pas pour elle, surtout pour Auvergne lorsqu'elle arriverait.

Elle arrivera quand elle arrivera bientôt... A entendre les cris de ton père et de Beths...

Elle avait tout de suite reconnu la charmante et douce voix de Beths... Heureusement qu'elle était loin, parce que là Beths, elle aurait réussi à faire que le petit habitant il lache tout, déjà qu'il ne tenait pas grand chose... Elle était bien sur sa pierre pour le moment... Au calme, elle... Elle les regardait et aperçu vaguement un chien qui courait derrière eux... Et bien évidemment c'était Soopy.

Tu ferais bien d'aller chercher ton chien en attendant Auvergne, comme ça si tu croises Auvergne en même temps tu pourras l'accompagner jusqu'ici, en attendant que ton père finisse de faire mumuse.
Azdrine a écrit:
[En route pour Clermont]

Azdrine avait faire sortir le carrosse du domaine pour se rendre à Clermont. Riom était pas très loin mais après des journées et des nuits fatigantes, le carrosse était très bien adapté. Et puis s'il pleuvait il serait à l'abri.

Il avait été convié à se rendre à Clermont et vu la raison de sa venue, il se doutait qu'il passerait un bon moment.

Arrivé près du chateau, le carrosse s'immobilisa dans un nuage de poussière ce qui ne manque pas de faire grogner Azdrine à l'encontre de son cocher. Celui ci ne savait vraiment plus conduire du tout...

Marchant vers le château et tenant la main de Sibella, il entendit du remue ménage dans les jardins du château, un coup d'œil vers Sibella. Le BA allait il imiter le Limousin ?

A en juger par les cris à n'en pas douter. Ils devaient être une quarantaine pour hurler comme cela.

Pressant le pas, il fut soulagé en voyant que ce n'etait que Al qui se faisait courser par une mégère.


Mais .. mais .. c'est Beths en robe la ? je croyais que mardi gras était passé depuis longtemps moi, je savais pas qu'on devait se déguiser, j'aurais su, je n'aurais pas hésiter ...

Il fit alors arriver en courant une petite puce qu'il attendait de voir depuis très longtemps.

Comme à son habitude elle lui agrippa les jambes et le serra fort fort fort. Il la prit dans ses bras apres lavoir essayé de la soulever mais elle était de plus en plus lourde la miss..


Bonjour ma puce !!! Alors comment elle va Elea ? Je suis trop content de te voir, tu m'as manqué tout plein !!!

Au fur et à mesure, il ne s'en était pas rendu compte avant la fin mais il avait été obligé de parler de plus en plus fort pour couvrir la voix de Beths.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:56

Althiof a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont...

Ah bein vi c'était bien Beths ! Il avait cru un moment que quelqu'un l'avait génétiquement modifié pendant la nuit mais non, ou alors il avait oublié les cordes vocales.

EXACTEMENT !

Je tue le Duc, je suis Duchesse, et j’épouse le Roy que je sers!!!


Ah bein voilà je savais que tu serais tentée par la place de Reyne de France. En plus y'a déjà des princesses t'auras même à donner d'ton corps.

Non mais ils ont du frapper fort en fait les bretons ! Tu es toujours autant dérangé toi ma parole !!! Ou alors tu as pris des cours d’incompétence avec l’une de nos connaissances communes pour être aussi perspicace dans une enquête !

Bein non justement j'en ai pas vu beaucoup des Bretons... Ils frappent moins fort que toi en fait... J'étais rôdé en fait déjà... Pis ils crient pas... En fait c'est mignon un Breton.


En tout cas elle commençait à fulminer. C'était drôle à voir avec sa robe verte et tous ses attrirails. On aurait dit... hum oui c'est ça... Un sapin de Noel avec une boule rouge au sommet.

Pis alors le coup fatal, le fameux coup de la Saucisse de Thiers, quoi qu'en ce moment on l'associait plus facilement à une andouille spécialité bien connue de Charlieu à une heure de marche de Roanne.

D'ailleurs il faudrait qu'il propose qu'elle soit la représentante de leur village. Ca s'rait la classe z'êtes pas d'accord.

Pis alors qu'il pensait à ça...


GRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR !!!!!

AAAAAAAAAAAAAAAALLLLLLLLLLLLLL !!!!


TU VAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAS VOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR !!!!


Un tremblement de terre ? Des vitres venaient de voler en eclat dans les tours du château. Le sol tremblait, des pierres tombaient.

Puis elle se mit à la courser mais même avec sa robe relevée c'était pas facile. Et évidément :


Tu m'attraperas pas nananère ! Vas y arrache le bas au point où t'en est ! Y'a personne pour te voir...

Quoique... Il croisa Az qui avait dû être attiré par le bruit. En meme temps c'était plus sûr dehors que dans le château. Pauvre charpentiers la structure du château avait du en prendre un sacré coup...

Salut Az ! Tu m'excuses je suis à toi de suite. Je sème un sapin de Noel. C'est que c'est dangeureux à cette époque là de l'année. Ca a tendance à bouilloner. Ils sont mieux au frais.

Il continuait de courir en tout sens faisant de nombreux virages. Rhhaaa mais c'était qu'elle était agile. Même pas foutue de marcher sur sa robe et de s'étaler de tout son long. Aucune bonne volonté j'vous jure.

Soudain il vit arriver Auvergne enfin Naluria enfin deux en un quoi. Il stoppa net et entrainée dans son élan Beths vint lui rentrer dedans.


STOOOOOOOOOOOOOOOOOP !!!

Bonjour Auvergne, comment allez vous ? Ravi de vous voir, nous n'attendions plus que vous.


Regardant Beths il ajouta :

Vous n'auriez pas vu un Duc célibataire dans l'coin ?

Il commença à compter sur ses mains histoire de gagner du temps.

Alors le coup des joutes c'est bon j'y étais, un, donc l'opportunité, deux, la lettre, trois, faire venir tout le monde, quatre.

Bein il manque quoi ?


Se tappant sur la cuisse explosant de rire.

Zut j'ai oublié le Duc. Rhaaa j'savais bien qu'un détail clochait dans tout ça.

Bon bein tant pis pas de mariage Auvergne.


Auvergne semblait un peu perplexe. Oui ça devait sortir de l'ordinaire. M'enfin ils étaient pas vraiment ordinaires Beths et Al.

Oh que oui je vous comprends Madame. Y'a du boulot quand on voit ça !

Et il désigna avec ses mains Beths, qui semblait pas connecter du tout, surtout qu'elle était toujours en train de fumer. Pauvre neuron ça devait pas êrte facile à l'intérieur.
Korydwen a écrit:

Du point de vue d'Eléa... oui on fait comme on peut !!


La petite fille était partie en courant à la recherche de son chien Soopy.

Soopyyyyyyyyyyyy ! Soopyyyyyyyyy ! Tu es oùùùùùùù ?
Mon chiiiiiiiiien !


Pas de chien, mais un parrain... Azdrine, juste droit devant, la petite fille se met à courir, courir, courir très vite en direction de son parrain d'amour.

Paaaaaaaaaarraiiiiiiin Azzzzzzzzzzzzz ! Tu es viendu !!

Bonjour ma puce !!! Alors comment elle va Elea ? Je suis trop content de te voir, tu m'as manqué tout plein !!!

La petite fille s'aggripa à son parrain qui lui avait beaucoup manqué.

Bonjour parrain d'amour ! Bonjour Tata Sib ! Ca va très bien ! Contente aussi moi de te voir ! Tu viens voir Naluria euh Auvergne enfin je sais pas trop son nom donner de la terre à Beths ?

La petite fille resta dans les bras de son parrain, lorsque son papa passa rapidement devant elle, elle glissa à l'oreille d'Azdrine.

Maman, elle a dit que Papa il faisait mumuse.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Du côté de Matthis oui on fait toujours comme on peut quand les PNJs fonctionnent pas.

Le petit garçon regardait les tours que la souris d'Athalia faisait, elle lui avait appris plein de chose, qu'est-ce qu'elle était forte sa princesse quand même. Bon Soopy était de retour à côté de Matthis qui avait les poches bien grouillantes, que cachait-il encore à l'intérieur ? Seul lui le savait, mais il ne le dirait pas...

Il avait la réponse de son Papa, même si il avait encore pas écouté ou compris, ah ce papa alors, qu'est-ce qu'il était polisson quand même... Polisson comme le fiston !

Puis il se tourna vers sa Maman et s'approcha d'elle, enfin surtout de son ventre pour voir le bonzhomme de la dedans...


------------------------------------------------------------------------------------------------------

Du côté de Korydwen...

La Baronne toujours assise à l'endroit où devait avoir lieu la cérémonie attendait que les différents protagonistes réapparaissent... Son époux courait avec Beths, Eléa cherchait, enfin avait trouvé son chien et son parrain et Sibella visiblement. Auvergne ne devait pas être bien là. Mathilde attendait Thomas dans les bras et Soopy reniflait la souris d'Athalia...

Que d'agitation, pauvre Baronne, elle posa une main sur son ventre, mais tout de même souriante, appréciant le siège assez confortable...
Naluria a écrit:
Auvergne travaillait tranquillement, comme à son habitude dans l'aile héraldique du chasteau quand tout d'un coup des hurlements se firent entendre.

Non, déjà des révoltes du peuple ? On se fait envahir ?


Auvergne, inquiète courra vers la fenestre puis vit passer une plante derrière une haie de buis. La jeune héraut en resta sans voix quand le vrombissement s'intensifia et que les fenestres vibrèrent, sa Pile, ses recherches et les patentes qui gisaient sur son bureau tombèrent au sol. Elle regarda le plafond, et ayant peur pour sa vie elle quitta les lieux, prenant le plus important pour le héraut, son écritoire et tout ce qu'il contient.

Enfin dehors, enfin... L'on ne pouvait dire si le dehors était plus rssurant que le dedans, Auvergne vit un nuage de poussière se diriger vers elle. Elle pouvait vaguement distinguer à l'intérieur d'icelui une sorte de troupeau de taureaux enragés... Ah non, ca se rapproche et cela ressemble plus à un individu coursé par une asperge géante. Auvergne repris ces esprit, il n'était point là le temps de divaguer mais de fuir. Deux personnes se dirigeait droit vers elle sans un semblant de ralentissement.

Aperçevant un chien à l'arrière de ce monticule de poussière, de cris, de rire, et d'hurlement, Auvergne se pencha pour mieux l'apercevoir, mais c'est un STOP prolongé et d'une certaine intensité, et d'une intensité certaine qui accueilla la jeune femme qui commençait à toussoter avec la poussière qui l'entourait.

Le nuage s'estompant, Auvergne tapota ses habits pour en faire partir la poussière puis leva la teste avec gêne puis salua le Baron de Cournon d'Auvergne et... et... et... une femme vêtu de vert et quelque peu... animalisé par ses vestements.

Althiof salua le héraut du Bourbonnais-Auvergne mais à vrai dire icelle n'avait pas vraiment le temps de répondre ou d'assimiler les dires dicelui tellement sa verve était préssée.


Bonjour Auvergne, comment allez vous ? Ravi de vous voir, nous n'attendions plus que vous.

Vous n'auriez pas vu un Duc célibataire dans l'coin ?


Juste quelques mots placés avant un enchaisnement de mots qu'elle n'arrivait pas à suivre.


Bonjour, bien merci, euh non comme ca là...

Assurément les réponses lui apportait peu, il cherchait plutost à gagner du temps... Mais pour quoi...

*Ah pas de mariage ? Heureuse de l'apprendre je n'étais pas au courant...*

Auvergne regardait donc tout ce petit monde, un Baron beaucoup moins timide qu'en chambre des nobles, une asperge et un chien qui tournait en rond en remuant la queue. Elle les regardait les uns après les autres quandle Baron s'adressa à elle en lui montrant la jeune femme, rouge de colère et décoiffée.

La jeune héraut sourit à ses propos voyant les enfantillages des adultes puis se demanda où il y avait le plus de boulot... Remettre la jeune femme dans son plus bel apparat, remettre les plantation du jardin où elles étaient à l'origine ou tout simplement recouvrer son ouïe qui bourdonnait encore...
Sibella a écrit:
Arrivée avec son époux, ils descendirent du carrosse et entendirent un bruit fou, que se passait-il ? Azdrine et elle se regardèrent en souriant, mais au fur et à mesure qu'ils avancèrent, ils aperçurent Al et derrière lui une bourgeoise déguisée en drôle de mégère.

C'est Beths tu crois ? je ne l'avais pas reconnu dans ce déguisement. Tu aurais dû me dire qu'il fallait se costumer.

Sibella heureuse de se trouver dans une bonne ambiance avec des personnes sympathiques. Une petite princesse arriva en courant, appelant son chien d'une part et voyant son parrain

Paaaaaaaaaarraiiiiiiin Azzzzzzzzzzzzz ! Tu es viendu !! Bonjour parrain d'amour ! Bonjour Tata Sib ! Ca va très bien ! Contente aussi moi de te voir !

Sibella tendait ses bras vers Eléa qui était dans les bras d'Azdrine, voulant également la prendre pour l'embrasser fort. Mais elle tenait son parrain d'amour fermement

Tu as grandi ma puce, une vraie petite jeune fille à présent, je suis contente de te voir, ça me vraiment plaisir tu sais.
Où est Matthis que j'aille lui faire une bise également ?


Ils avancèrent tous ensembles et Sibella aperçu sa consoeur et amie Naluria. Elle ne s'attendait pas à la voir et elle en fût ravie.

Bonjour Nalu comment vas-tu, tu as fait bonne route ?

Du regard Sib cherchait Kory pour l'embrasser et prendre de ses nouvelles

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:57

Beths a écrit:
[Dans les jardins du château de Clermont, discrétion assurée …]



Un tantinet occupée à courser Al tout en maintenant la jupe d’un coté, le pot de fleur de l’autre, en évitant le chien qui aboyait de plus belle en faisant des bons a cotés d’eux, Beths ne remarqua pas franchement que d’une part que ses hurlements avaient quelque peu fait trembler le château et ses habitants, et que d’autre part le jardin commençait doucement à se remplir.

Elle était concentrée sur un point : rattraper Al et lui faire regretter ses paroles en lui … en lui … bof, elle trouverait bien une fois qu’elle l’aurait attrapé !! Mais sa vengeance serait terrible ! Ca c’était sur !!!

Arg, le bougre n’arrêtait pas de tourner, droite, gauche, droite. Beths suivait, mais n’arrivait pas à le rattraper ! Gnnnnn saleté de robe ! Mais comment les Dames faisaient elles ??? Ben elles n’avaient tout simplement peut être pas à courir comme des folles à travers un jardin. Hum. Intéressante question qu’il faudrait poser.


Et ce, ce … ce rustre !!! Il saluait du monde alors qu’elle allait le rattraper. Hum mais qui saluait-il donc au fait ? Elle avait cru entendre "Az", non cela ne pouvait pas … PAS AZDRINE EN PLUS ?!!!!
Son cerveau fonctionna à une vitesse folle. Non Azdrine ne pouvait pas être là, et puis si jamais il était là, il n’y avait pas d’abreuvoir dans les jardins de Clermont ! Mouais … mais qui sait ce qu’ils étaient tous deux capables d’imaginer … et si elle était tombée dans un piège ?
Elle réfléchissait beaucoup trop pour quelqu’un qui courait, et forcément elle lâcha un instant Al des yeux tout en continuant à courir, et elle comprit enfin pourquoi il est dit de regarder toujours devant soit lorsqu’on cavale.
Al s’était brusquement arrêté en hurlant un joli STOOOOOOOOOOOOOOOOOOP, avec de l’entrainement il pourrait presque, presque la concurrencer, enfin il aurait encore du boulot, mais bon, son arrêt quant à lui était indiscutablement réussi. Emportée par son élan, et comprenant un quart de seconde trop tard qu’elle devait s’arrêter, ben ce qui devait arriver, arriva, elle se cogna littéralement contre son dos



Mais aïïïïïïïïïïïïïïeeeeeeeeeeeuhhhhhhhh !!!
Tu ne peux pas faire attention non????
Dégradation d’agent assermenté, je peux au moins te mettre un TOP pour ça j’suis sure.




C’est qu’il a le dos large Al ! Bon ça elle le savait déjà, mais elle ne pensait pas qu’elle devrait s’y cogner un jour pour le confirmer !
Enfin son nez surtout.
Assez étonnamment, elle ne se retrouva pas les abatis au sol, elle était bien campée sur ses jambes, mais son nez était vraiment douloureux. Elle lâcha le pan de sa robe, se frotta doucement le nez. Ouch … plissa des yeux, ça aide toujours. Bon, il ne devait pas être cassé. S’intéressant à l’objet du brusque arrêt d’Althiof, Beths toujours derrière lui, se pencha sur la droite pour voir qui était la Dame devant eux.

Ils devaient offrir un bien joli tableau, elle cachée derrière Al, penchée sur un côté voir ce qui se passait devant elle.


Bonjour Auvergne, comment allez vous ?


Oups, la Dame est Auvergne.
Et évidement à cause d’Al, elle se trouve encore dans une situation ridicule. C’est assez amusant comme il en est systématiquement responsable.
Se rendant compte du risible de la situation, cachée derrière Al avec juste la tête dépassant du côté, elle se décide à bouger, grand pas latéral, sans déchirer sa robe ce qui n’était pas simple, toussota un peu, c’est qu’il y avait de la poussière, secoua vaguement sa robe, enfin tapota le corsage et la jupe. Affichant un grand sourire sur ses lèvres, genre, tout est normal, l’amphore à fleurs, coincée sous le bras, pauvres fleurs, elles ne devaient pas être dans un état excellent, c’est que traumatiser un végétal, soufflant sur l’une de ses mèches de cheveux tombées devant ses yeux, elle s’exprima, ah mais au fait comment saluait-on un Héraut ? Boaf … normalement on allait dire.



Euh, bonjour, belle journée n’est il pas ?


Logique, elle hurlait trois secondes encore avant, et elle parle du temps qu’il fait. Même le chien se décide à se moquer d’elle en se mettant à aboyer joyeusement et en faisant des bons autours d’eux. Elle lève les yeux au ciel et ressouffle sur la mèche rebelle.


Couchez Médor !


Evidement le chien ne s’appelle pas Médor, et en plus, il n’est pas obéissant. Chien d’Althiof en même temps.

Soudain, elle entend des phrases qu’elle ne comprend pas. Al et Auvergne échange, mais décidément elle ne comprend rien à leur histoire. Auvergne était attendue. Ah ? C’était elle qui connaissait le Duc ?
Ah apparemment pas vu qu’Al ne put s’empêcher de dire



Vous n'auriez pas vu un Duc célibataire dans l'coin ?


Vague grimace, vague murmure alors qu’Auvergne semble encore plus étonnée qu’elle

Et puis il en rajoute, comme quoi, il y avait du boulot, pour faire quoi là c’est un grand mystère que seul Al doit connaitre !



Gnnnn, ben vas y placarde une annonce aussi tant que tu y es : cherche à caser ancien prévôt, forte gueule, mais a surement des qualités, débarrassez m’en, je vous en conjure ! Mets aussi une prime tant que tu y es !!! humpf !!! .


Elle lui jette son regard du "si tu en rajoutes, tous les canards du royaume ne suffiront pas pour concevoir l’édredon qui te tombera dessus".


Elle regarde Auvergne et se racle la gorge


Ecoutez pas tout ce qu’il dit m’Dame, vous savez, les bretons ont du taper fort sur sa noble tête, parce que pfiou … le nombre de choses pas très claires qu’il dit. Enfin je suis sure que vous n’aurez pas manqué de le remarquer par vous-même.


Elle s’interrompt et se rend compte d’une chose …


Dame, je crois que nous n’avons pas été présentées. Je me nomme Beths, ex prévôt de notre Duché, et toujours membre de la maréchaussée. C’est dans ces lieux que j’y ai travaillé … ma voix … vous savez … se faire entendre …


L’art ou la manière de tenter de se justifier pour une chose qu’elle seule possédait. Il lui semblait que personne d’autre ne hurlait à la prévôté, ou si de temps à autre, mais elle supposait naïvement qu’elle arrivait en tête, vu le nombre de fois où on lui disait que sa voix portait …
Bon il valait mieux passer à autre chose. Regardant à droite et à gauche, ce qui eut pour résultat de détruire encore un peu sa coiffure qu’elle avait eu tant de mal à faire, elle remarqua



Bien apparemment, vous avez à parler, moi je vais aller … voir Kory ? Elle est là non ?


Beths se met soudain à pâlir … Kory, enceinte, voix. Elle lui avait promit qu’elle ferait des efforts pour ne plus crier.
Comment dire … elle avait encore un tout petit effort à faire ce sur point là ?

Elle allait donc se mettre en quête de la jeune Baronne son amphore contenant des plantes rares traumatisées toujours dans les bras. Elle allait finir par l’adopter ce pot de fleurs.
Althiof a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont...

Rhhhaaaa mais qu'elle était pénible. Elle tenait pas en place celle là. Pis elle captait rien en plus. Remarque pour ce coup c'était un peu compréhensible. Son pauvre neurone devait plus savoir où donner de la tête.

Mais mainteant tout le monde était là ils allaient pouvoir commencer.

Enfin quand Beths se serait calmée. Parce qu'elle venait de se cogner contre lui.


Bein moi j'ai rien senti. Pis t'as qu'à ouvrir mes yeux et regarder où tu vas. Danger public va !

Fais moi penser de demander au prochain prévôt de te mettre à la circulation, pour gérer le trafic des charrettes au carrefour. T'as bien besoin d'une remise à niveau.

Dégradation d’agent assermenté, je peux au moins te mettre un TOP pour ça j’suis sure.

Dégradation ? Allons allons t'es pas bien finie de toute façon. Un poil plus un poil moins ça fait pas de différence.


La vache ! Ca venait naturellement n'empêche. Pouvait pas s'en empêcher. C'est d'sa faute toute façon. Elle avait qu'à pas tendre des perches pareilles aussi.

Enfin maintenant elle s'était ecartée. Elle était un peu moins ridicule qu'avec juste sa tête sortie. Enfin juste un peu avec son pot de fleur, sa robe euh... presque impeccable et ses cheveux en bataille.


Gnnnn, ben vas y placarde une annonce aussi tant que tu y es : cherche à caser ancien prévôt, forte gueule, mais a surement des qualités, débarrassez m’en, je vous en conjure ! Mets aussi une prime tant que tu y es !!! humpf !!! .

Hum oui pas bête ça. J'ai bien droit à une petit compensation financière en plus. Avec tous les exigences que tu as c'est plus des batônes mais des troncs d'arbres que j'ai dans les roues.

Mais c'est plus marrant aussi. Pis d'abord faut trouver l'homme qui te mérite.


Tiens une remarque gentille. Qui êtes vous et qu'avez vous fait d'Al ? Non bein quoi de temps en temps il est gentil avec Beths. Si si je vous assure.

Il laissa Beths se présenter et s'écarta un peu voyant arriver Azdrine, Sibella, son épouse Korydwen et ses enfants. Au loin il y avait quelques curieux qui attirés par les bruits étaient venus assister à l'égorgement du cochon surement pour essayer de chaparder un bout. Mais pas de cochon, pas de lard, pas de saucisse, juste une choucroute, enfin ce qu'il en restait.


Bien apparemment, vous avez à parler, moi je vais aller … voir Kory ? Elle est là non ?

Hé attends toi, ils arrivent en plus...


Il la rattrapa par le bras. Elle avait reposé le bas de sa robe et arrangé un peu ses cheveux pour dégager son visage. Hum bon ça irait comme ça. De toute façon y'avait pas le choix.

Quand tout le monde fut arrivé. Il n'avait pas salué Sib encore.


Bonjour Sibella, ravie de te revoir.

Az était là, mais il ne se rappelait pas l'avoir prévenu. Il avait surement dû voir les documents et n'aurait manqué pour rien au monde d'assister à ce spectacle et il avait bien fait le bougre. On ne le serait à moins.

Se tournant vers Beths.


Allez pose ce pot de fleur. Personne va te la voler ta nouvelle famille. On est pas si cruels.

Il sourit. Décidément c'était plus fort que lui. Il était face à son amie.

Hum bon alors soyons sérieux un peu 5 minutes. Tu crois qu'on peut y arriver ? Faut sauver le château aussi et si tu cries encore une fois il pourrait bien s'écrouler.

Sourire en coin. Ca allait pas être évident...

Tu l'auras compris, aucun Duc ne viendra aujourd'hui mais il fallait bien une raison pour te faire venir. Tu ne resisterais pas à la curiosité de voir ça...
Beths a écrit:
[Jardin du château toujours, un ange passe ? ]


Alors qu’elle se remettait comme elle pouvait d’avec la rencontre violente de son dos, Al cru de bon ton de se moquer … encore


Dégradation ? Allons allons t'es pas bien finie de toute façon. Un poil plus un poil moins ça fait pas de différence.


Pas de difference?
Gnnnnn

Et c’est un sire avec les cheveux mauve qui me dit ça????



Elle avait furieusement envie de lancer une tirade sur un dispensaire, des moqueries, et la charité, mais le temps lui manqua

Et il était reparti sur l’histoire du Duc, elle avait chuchoté en vain de vague menace. Un instant un mot gentil passa ses lèvres. D’étonnement Beths en cligna les yeux. Wooo mais que se passait-il donc ? Serait il devenu enfin raisonnable ?

Ah non, non en fait non, c’était un leurre. Non content de toujours se moquer d’elle, Al la rattrape par le bras, l’empêchant de partir, alors qu’elle voulait trouver et voir Kory.
Plusieurs personnes se rapprochent effectivement d’eux, des enfants, elle reconnait de loin la petite Eléa, enfin petite, elle a un peu grandit, mais raisonnablement quoi. Ensuite, il y a une Dame et ... noooon … Azdrine ! Là c’est clair, il y a un piège. Ses yeux s’arrondissent un peu. Que va-t-il donc lui arriver aujourd’hui … après la femme de petite vertu, l’abreuvoir … ils allaient quoi ? La faire boire ? Ah nan, ça elle faisait parfaitement toute seule. Alors quoi ? Lui faire faire des pitreries en équilibre sur une jambe ? Hum …

Al la lâche et se tourne brusquement vers elle. Mouais, ce n’est pas normal tout ca, il y a un truc bizarre.



Allez pose ce pot de fleur.


Mouais, c’est bien ce qu’elle pensait c’est vraiment très louche.


Naaan, j’le garde


Depuis quand elle obéissait de toute façon, et puis, elle préférait avoir les mains occupées, sait on jamais.
Elle ré affirma la position du pot qui commençait à peser un peu au bout de son bras.



Hum bon alors soyons sérieux un peu 5 minutes. Tu crois qu'on peut y arriver ? Faut sauver le château aussi et si tu cries encore une fois il pourrait bien s'écrouler.

Finalement, elle pose son amphore fleurie au sol tout en se baissant, elle fait mine ensuite d’admirer sa main droite, mais ce n’est que pour mieux placer son poing droit dans sa main gauche et enfonce soudainement son coude droit donc (oh faut suivre !) dans les côtes de son interlocuteur. Elle fait bien attention de viser entre les côtes, là où cela fait mal. C’est qu’elle ne fait pas partie de l’équipe de soule pour rien non plus. Elle a d’autres moyens que sa voix pour terrasser un adversaire.


Vivivi on peut y arriver c’est évident.


Beths affiche alors un grand sourire, et de nouveau récupère le pot fleuris qu’elle avait délicatement posé à ses pieds, les fleurs sont merveilleusement rares et odorantes. Elle observe un peu mieux le pot … les pauvres, elles sont dans un triste état.

Jetant un œil aux personnes présentes, elle ne comprend toujours pas. Une sorte de vague mal être commence à l’assaillir. Al tout juste perturbé par le coup qu’elle lui a mis poursuit amusé



Tu l'auras compris, aucun Duc ne viendra aujourd'hui


Moui ça elle avait cru comprendre … la prendrait il pour une blonde en plus ?


… mais il fallait bien une raison pour te faire venir.


Cette fois Beths fronce franchement des sourcils.
Mais pourquoi donc la faire venir dans les jardins du château ? Certainement pas pour admirer les divers espèces et cultivars, ou bien encore le jardin des simples, ou les nouvelles plantations de cette fin d’été, enfin, il serait étonnant si, brusquement, ils se mettaient tous à parler botanique. M’enfin on ne sait jamais, si une lubie comme ça les piquait … "rencontre insolite autours d’un végétal". Mouais, non, définitivement.



Tu ne resisterais pas à la curiosité de voir ça...


Un ange passe, la phrase est laissée en suspens, des paires d’yeux qui les regardent, Beths qui alternativement consulte les différents visages des personnes présentes, non rien, pas d’indice, mais c’est quoi cette histoire là ?
Son regard retombe sur celui qui l’a fait venir en ces lieux et elle pose la question que tous semblent attendre


La curiosité de voir quoi exactement ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:58

Althiof a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont...

Pppffff c'était plus facile de se chamailler quand même. Une pitrerie, un haussement de voix, une moquerie, un seau d'eau, une grosse moquerie, une grosse gueulante. C'était presque automatique.

M'enfin là il allait bien falloir s'y mettre. Pouvait plus reculer. Il ne le voulait pas du tout d'ailleurs, il n'en avait jamais été si sûr mais il appréhendait sa réaction.


La curiosité de voir quoi exactement ?


Hum bein pas un Duc toujours ? Encore que si un Duc imaginaire juste à côté de toi là... avec ta famille imaginaire.


Comme d'habitude il partait sur des moqueries. Il avait toujours été comme ça. Sa façon à lui de se détendre.

Voyant son regard et la façon donc elle faisait taper ses doigts sur le pot de fleur, il sut qu'il était temps. Sinon il pourrait prendre le dit pot de fleur dans la tête. Déjà qu'il se remettait doucement du coup de coude.


Hum soyons sérieux ! Enfin juste un peu quoi faut pas exagérer quand même. Ecoute moi jusqu'au bout Beths après tu pourras rire...

Beths... Je te connais depuis que tu es arrivée à la prévôté. Et même un peu avant. La première fois cétait pour un remplacement impromptu de garde. Et tu captais rien, mais ça ça étonnera personne. Mais déjà tu avais cette belle habitude de poser plein de questions.

Oui parce que Beths à le débit question-minute le plus impressionnant que j'ai jamais vu !

Ensuite et bien tu as pris la bonne décision et tu as rejoins la grande famille qu'est la maréchaussée. Si y'a bien une personne qui peut comprendre l'attachement qu'on a pour cette institution c'est bien toi. Enfin bref tu as posé des questions, appris, posé beaucoup de questions, gravi les échelons, posé encore des questions, puis tu es devenue prévôt et là bein moins de questions mais faut dire que j'ai pas trop été là...

Toute façon j'avais plus rien à t'apprendre...
Clin d'oeil à son amie.

Bref au cours de ces heures à discuter police et protection de la loi dans ce duché tu es surtout et avant tout devenue une amie proche, sur qui j'ai toujours pu compter quoi que je demande.

Tu peux pas savoir à quel point je t'estime et à quel point je suis fier de t'avoir fait venir à la prévôté et t'avoir un peu aidé pour arriver là où tu es.

Moi j'ai pas été présent au début de ton mandat mais de ma retraite lointaine j'ai pû reflechir. C'est bien la seule chose que je pouvais faire. Alors j'ai pris une décision...


Il reprit son souffle. La vache elle avait pas dis un mot. Pour une fois qu'il pouvait monopliser la parole. Vite vite terminer avant qu'ellle reconnecte le cerveau et trouve à nouveau le moyen de parler.

Et pis cette décision s'est transformée en certitude. J'avais dis que je te changerai les idées après ton mandat et entre les différentes joutes et le projet délirant de la grande prévôté je pense que je m'en suis bien sorti.

La preuve tu es même venue aux joutes sans qu'on te prévienne, juste avec ta bonne humeur, tu as supporté des railleries et des sautes d'humeurs bien corsées mais tu étais toujours là. Et dieu sait que sans toi on se serait pas autant amusés.

Et pis malgré tout ça bein tu as été là quand Kory allait pas fort, là juste dernièrement. Alors voilà, parce qu'il faut bien que j'arrête un jour, pour ton soutien à la prévôté mais aussi pour moi et ma famille, mais avant tout parce que je suis fier d'avoir une amie comme toi, je souhaite t'offrir la Seigneurerie de Gondole qui dépend des terres qui m'ont été octroyées.


A voir sa tête, il avait réussi sa surprise.

Acceptes tu ma chère Beths ?

Rhhaaa il avait la gorge toute pateuse. Ca donne soif de beaucoup parler quand même.
Beths a écrit:
[Dans les jardins du château de Clermont ... ben ça … ]



Et il continuait ! Ben voyons, une famille et un Duc imaginaire !
Beths commença a tapoter de ses doigts l’amphore qu’elle ne quittait décidément pas … finalement elle allait lui servir a lui faire retrouver ses idées, à lui éclaircir l’ombre qui menaçait de l’envahir, la sorte de chose étrange qui s’appelait … ironie …
Quoi que …elle s’ennuierait ferme si Al s’assagissait.

Et le voila qui prend son souffle et qui se lance … dans une tirade, non un monologue, exceptionnel. Beths en reste bouche bée. Il parle, il parle, il parle encore, il ne s’arrête plus, mais, mais, diantre !
Ca pour être une surprise, c’set une surprise. Des mots, des phrases complètes, bon il a toujours été doué pour ça, il fallait bien l’avouer, mais là c’en était impressionnant.

Mais que dit-il au fait ? Car tous ces mots alignés, les uns a la suite des autres, avec en plus cet air sérieux qu’elle lui connaît qu’en de rares occasions, la gestion de dossiers délicats à la prévoté, elle avait été éblouie, mais elle n’écoutait pas du tout ce qu’il disait.

Elle se concentra donc.
Mais … il parle d’elle !
Clignement de paupières, elle le regarde, sans vraiment comprendre, et là vraiment sur son visage s’affiche un air de "Maisqu’estcequisepasse ? Maisquestcequiluiprend ? Maisquestcequ’ilraconte ?"

Lorsqu’il clame haut et faut qu’il l’estime, une teinte légèrement colorée commence à envahir ses joues. Elle lève vaguement la main pour tenter de prendre la parole, mais elle ne peut en placer une.
Pour une fois, elle reste silencieuse et écoute. Au fur et à mesure du discours, elle devient de plus en plus rouge. Mais pourquoi tant d’éloges brusquement et devant témoin en plus ? Elle se sent vraiment gênée et en cet instant aimerais pouvoir brusquement disparaître ! Autant se chamailler avec lui est facile, autant là … pourquoi dire tout haut ce qui était visible ? Respect mutuel, estime, amitié …

Puis il s’arrête, mais elle est trop estomaquée pour prendre la parole, alors il continue. Et elle n’est pas au bout de ses surprises.



pour ton soutien à la prévôté mais aussi pour moi et ma famille, mais avant tout parce que je suis fier d'avoir une amie comme toi, je souhaite t'offrir la Seigneurerie de Gondole qui dépend des terres qui m'ont été octroyées.


Sa mâchoire en tombe d’étonnement. Enfin tomber, elle est bien accrochée, heureusement d’ailleurs sinon elle pouvait aller la ramasser par terre.
Ses yeux s’agrandissent aussi, enfin s’agrandissent encore ! Elle qui a les yeux plutôt en amande, ben voila qu’elle a deux magnifique ronds. Elle aurait essayé, elle ne serait jamais arrivée. Enfin il faut dire qu’elle est tellement étonnée qu’elle a le souffle coupé. C’est peut être pour ca aussi, le manque d’air …
En plus d’être rouge comme un magnifique coquelicot au début du printemps, son visage exprime une surprise complète. Pour couronner le tout, à croire que tout son corps est étonné, sa chevelure emprisonnée dans un vague chignon commence doucement a s’affaisser laissant les boucles libres.



Acceptes tu ma chère Beths ?


C’est le coup de grâce. Son corps doucement commence à s’affaisser. Et sans même qu’elle comprenne ce qui lui arrive, elle se retrouve assise au milieu d’un jardin, quelques personnes hilares autours d’elle, et son ami, Al, qui lui propose une Seigneurerie comme ça, sans même la prévenir.

Elle regarde alternativement les visages des uns et des autres, tout cela ne serait ce qu’une immense blague ? Elle capte le regard de Kory et ce qu’elle y lit lui confirme que tout cela est bien réel, et qu’Al est parfaitement sérieux.

Alors, elle prend une grande goulée d’air.
Et là elle les voit tous, sans exception rentrer la tête dans les épaules attendant qu’elle s’exprime.
Elle ferme puis ouvre la bouche alternativement



Et



........



Rien


.................


Le silence total


..................... !!!!!!!!!!!! ..................





Elle n’arrive tout simplement pas à parler.


Elle reprend son souffle une nouvelle fois.



..................... ??????????????? .................. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Puis le chien bondit vers elle, et la ses réflexes reviennent. Le pot de fleur qui ne l’a pas quitté depuis qu’elle est arrivée dans le jardin, d’un mouvement purement instinctif, son bras envoie l’amphore …. en direction d’Althiof. Les plantes volent, atteignent vaguement la cible, mais le pot rebondit sur l’épaule d’Al et va terminer sa course avec un bruit fracassant de poterie qui se brise, juste devant les pieds d’Auvergne, la terre salissant irrémédiablement le bas de sa robe

Gniiiiiiiiii.

ooooooooopppppppprrrllld

Gnaaaaaaaaaaaaaaa




Elle était déjà rouge, elle devient cramoisie. Et en plus, comprenant que ses cafouillages sont totalement incompréhensible, elle se tait, et se racle vaguement la gorge.
Elle toussote un peu également.

Et elle prend conscience qu’on attend sa réponse, mais quoi zut, mais mince comment le dire quoi, mais c’est que là … ben là … il a réussi son coup Al, elle est sans voix, déboussolée, assise par terre au milieu d’un jardin, et ne sachant pas comment répondre à la question. Puis elle réfléchit un instant.
Oui, elle admirait le travail qu’il pouvait faire, il sera toujours à ses yeux le meilleur prévôt du BA
Oui, elle avait pour Al un profond respect. Tout comme pour Kory d’ailleurs.
Oui, elle avait une entière confiance en eux.
Oui, elle était honorée qu’il la compte parmi ses amis.
Bon il était tout le temps en train de la taquiner, mais en même temps, elle allait le chercher aussi …
Ce qu’aujourd’hui Al lui proposait était un cadeau d’immense valeur. Une sorte de reconnaissance de son travail, l’une des rares choses qui lui tenait à cœur. Elle était à la fois honorée et effrayée, de cette proposition.

Mais il fallait bien répondre

Et c’est timidement, très différemment de sa façon habituelle de s’exprimer, qu’elle répondit



Oui ….


Beths se doutait qu’en répondant favorablement, il lui arriverait encore des histoires incroyables, ou bien elle tomberait dans des situations étonnantes … enfin … pas plus que d’habitude en fait.
Hermanicus a écrit:
[Chateau de Clermont, bureaux de la maréchaussée]

Une journée comme une autre au BA, alors que certains travaillaient dans les bureaux de la maréchaussée, doucement bercé par les hurlements habituels de Beths...

Hermanicus était occupé comme à son habitude à travailler... au loin les cris stridents se faisaient entendre de plus en plus fort... Beths devait avoir trouvé un nouveau Petitrusse à massacrer... pauvre de lui. Hermanicus se pencha en arrière, un sourire aux lèvres en pensant au pauvre hère qui devait faire face à Beths en ces moments...

Puis surprise... un silence... un silence sépulcral... mêmes les oiseaux et les insectes depuis longteps habitués aux cris de Beths s'étaient arrêtés de gazouiller... plus aucun bruit ne se faisait entendre dans le chateau... comme si le temps s'était suspendu. Hermanicus jura et fonca droit vers les jardins d'où s'étaient faits entendre les derniers cris...

Il devait être arrivé quelque chose à Beths ! interrompre ses cris? demandez au soleil d'arrêter de se lever et de se coucher oui. Hermanicus courrait donc pour voir ce qui lui était arrivé...



[Chateau de Clermont, les jardins silencieux]

Arrivé dans les jardins, hermanicus a beau chercher Beths des yeux pas moyen de la trouver...
Althiof occupé à courtiser une damoiselle assise par terre un peu plus loin au milieu de toute une troupe... mais pas de Beths. Hermanicus se dirige vers le groupe pour se renseigner tout en saluant les inconnus de la tête, il s'adresse à Althiof:


Salut Althiof ! dis je n'entends plus Beths tu l'aurais pas v...

Hermanicus s'aperçoit brusquement que la donzelle à côté de lui ... ben ... C'est Beths...

Beths? mais qu'est ce que tu fous dans cette tenue ? heu c'est pas moche hein c'est juste que... enfin heuu bref... tu vas bien? tes doux hurlements se sont brutalement éteints... il s'est passé quelque chose? on t'a demandé en mariage? attends! ne me dis pas que toi et al? noooooooooooooooooooooooooon?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 19:59

Korydwen a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont... Korydwen-Matthis-Eléa... Chacun son tour un petit peu...

Tranquillement assise sur sa petite pierre, enfin grosse pierre, elle était tranquille loin du vacarme que son époux pouvait faire avec sa presque vassale. Matthis regardait la souris d'Athalia et se demandait bien comment elle avait réussit à la dresser. Il faudrait lui demander quand ils rentreraient à Cournon. Pour le moment le fiston devait être sage.

Korydwen se leva et récupéra le petit Thomas, ceux qui ne la connaissait pas aurait pu la prendre pour une pondeuse et oui... Mais tous ces enfants n'étaient pas à elle, juste la petite rousse et le petit blond, et le troisième à venir, une petite descendance qui devenait grande au fil des années... Certaines choses ne se contrôlent pas et encore heureux, l'arrivée d'un nouvel enfant est toujours chose merveilleuse... Les deux autres étaient les enfants de leurs amis. Mais ils étaient encore bien loin, en terre Toulousaine ou quelque part par là-bas.

Eléa n'était pas revenue, elle regarda les deux éleveurs d'animaux... Entre la souris, le chien et le ou la locataire des poches de Matthis, ils étaient bien les deux.

Korydwen s'avança pour se retrouver près de son époux et de ses enfants pour cet instant joyeux. Beths allait recevoir un beau cadeau, comme Ptit et Sun plusieurs mois auparavant lors de leur mariage... Sauf que là le nom était un peu moins charmant... Gondole...

Matthis écoutait la cérémonie, mais il voulait voir quelque chose. En plus il avait chipé quelque chose à son papa et s'était bien garder de le dire... Bein oui, sinon il en aurait pris pour son grade. Il traînait derrière lui une besace que sa maman refusait de porter. Il l'ouvrit et regarda à l'intérieur pour en sortir une couronne, il était pas bête le Matthis, il avait trouvé la couronne dans le bureau de son père, et il l'avait apporté.

Il la posa sur sa tête, mais léger problème, sa tête était trop petite et la couronne ne tenait pas. Il réussit à la caler avec ses oreilles, puis écouta son papa attentivement. Il parlait plus, c'était le moment d'essayer de se glisser dans ses bras, avouez qu'admirer le spectacle depuis les hauteurs des bras d'un père est toujours plus agréable. Avec sa petite taille, il ne voyait pas grand chose. Alors que son Papa attendait une réponse de Beths visiblement, parce qu'il avait posé une question, le petit garçon avait reconnu le ton de son père.

Il se plaça devant lui, levant les bras dans sa direction, avec la couronne autour du cou, elle était bien tombée. Il regardait son père se demandant si ce dernier aurait compris qu'il voulait se hisser dans ses bras...

Quand à sa mère, elle suivait la cérémonie, lorsque quelqu'un qu'elle ne connaissait pas vraiment, juste de nom, peut-être croiser un jour dans les couloirs de la maréchaussée, vienne troubler la cérémonie d'anoblissement et surtout raconter des bêtises... Elle le regarda de travers. Puis son regard se tourna pour se poser sur Beths qui se posait pas mal de question quand au vrai du faux, de la blague ou non d'Althiof, mais il était bien sérieux.

Auvergne avec un peu de terre à ses pieds. Eléa toujours avec son parrain et celle qu'elle considérait comme sa marraine de coeur, parce que la sienne se trouvait chez les anges maintenant. Elle avait glissé un gros bisou sur la joue de Sibella lorsque cette dernière s'était approchée d'elle, lorsqu'elle était dans les bras de son parrain. La petite fille regardait Auvergne avec de grands yeux, attendant que cette dernière ne soit plus occupée et puis embêtée par Beths qui lui lançait de la terre. Peut-être qu'elle ne voulait pas de la terre qu'Auvergne voulait lui donner. Elea se gratta la tête tout en se disant que finalement les grandes personnes c'étaient bien compliqués, toujours à crier à faire des colères et puis à se battre aussi. C'était bien finalement la vie de petite fille de trois ans.
Azdrine a écrit:
Dans les jardins du chateau

Alors qu'ils venaient de tous se saluer et d'échanger quelques nouvelles au sujet de tout et de rien, en fait quelques ragots bien curieux comme Kory avait l'habitude de raconter (Razz), le petit groupe fut rejoins par les deux prévots royaux en pleine "discussion". Althiof salua son suzerain, celui ci portant déja le sourire jusqu'aux oreilles en voyant que Beths courrait après Althiof avec un pot de fleur à la main.

Tiens ! Beths veut arroser ses fleurs ? Pourquoi elle n'utilise pas d'arosoir plutot que d'attendre de rejoindre un abreuvoir ?

Cohue Bohue habituel et oreilles endoloris autant qu'à l'accoutumée, Althiof changea radicalement de comportement et devint sérieux. Ce qui surpris d'abord Azdrine. D'ailleurs il ne se rappelait plus la dernière fois qu'il l'avait vu sérieux à ce point. Autant dire que ca remontait à ... non il savait plus.

Il évoqua Beths et ses qualités, semant le doute daans l'esprit d'Azdrine qui ne soupçonnait pas tant de choses si bonnes chez ce bout de porte voix. Il fut alors ravi d'entendre Althiof proposer à Beths de devenir sa vassal.

Celle ci semblait vraiment sous le choc et partagé entre son état habituel envers Al et son nouvel état de muette à genou, elle ne chuchota ( Shocked ) qu'un "oui" si petit qu'Azdrine dut lire la réponse par le sourire de l'assemblée. Le soucis de n'avoir qu'une seule oreille était d'entendre peu de son faible mais d'etre meurtri au moindre hurlement.

Ils furent rejoins par l'ancien maire de Montpensier et Azdrine lui fit signe de ne rien dire en posant un doigt sur ses levres en faisant chut afin de préciser le moment solennel.

Il se tourna ensuite vers le Héraut du BA qui se trouvait les pieds pris dans de la terre.
Althiof a écrit:
Dans les jardins (silencieux ou presque) du château de Clermont...

Une drôle d'atmosphère régna soudain sur le jardin et plus loin apparamment. La silence ! Mais quel silence ! Le genre de silence qu'on avait pas connu depuis que Beths était arrivée à Thiers. Il faut croire que tout le monde s'était habitué à ce fond sonore qui mêlaient selon les jours cris et grognements.

Là rien ! Pas un bruit ! Même les mouches avaient cessés de voler... Ca en devenait presque pesant. Comme s'il manquait quelque chose en fait... Un peu comme ces profs complètement fous qui ont des élèves tellement turbulents (Rolling Eyes) qu'une fois rentrés chez eux ils font eux même du bruit pour pas perdre l'habitude. Y'a de ces cas j'vous jure...

N'empêche il avait réussi son coup au delà de ses espérances. Parce que non seulement il n'avait jamais été aussi sûr de son choix mais en plus il lui avait coupé le sifflet. Et ça ils étaient pas nombreux dans ce duché à y être parvenu. C'était presque un exploit quand même ! Ca méritait au moins un Lapin d'Or 1456 d'Honneur !! Un prix à la hauteur de l'évenement !

Il regardait Beths, léger sourire aux lèvres, qui s'était affalée par terre, assise, la bouche grande ouverte, qui après avoir avalé un grand bol d'air essaya d'articuler vaguement quelque chose. Mais... pas un son... Ou alors quelqu'un avait trop coupé la volume. Mais à ce poitn c'était pas possible. C'est à peine si elle parlait moins fort que le commun des mortels quand elle avait une extinction de voix alors...

Elle avait un peu 2 de tension en ce moment encore qu'il aurait mieux fait de rester vigilent car Soopy eut la mauvaise de s'approcher. Il ne vit pas arriver le pot qui heureusement effleura juste son épaule avant de s'écraser aux pieds de Naluria. Hum faut faire attention quand même ! Ca a toujours des réactions nerveuse ces bêtes là même aussi amorphe qu'en ce moment...

En tout cas elle semblait réagir enfin. C'est à ce moment là qu'il vit arriver Hermanicus comme un cheveu sur la soupe. Il ecarquilla les yeux quand il l'entendit :


Beths ? mais qu'est ce que tu fous dans cette tenue ? heu c'est pas moche hein c'est juste que... enfin heuu bref... tu vas bien? tes doux hurlements se sont brutalement éteints... il s'est passé quelque chose? on t'a demandé en mariage? attends! ne me dis pas que toi et al? noooooooooooooooooooooooooon?

Bein mon cochon ! Il avait déjà vu des gens arriver au pire moment, des gens mettre des pieds dans le plat, mais des gens venir au pire moment et sauter à pieds joins dans la marmite en s'assurant que tout était bien ecrasé... beaucoup moins souvent.

Et vus les regards qu'on lui lançait, l'assemblée se demandait quel espèce d'énergumène n'avait pas remarqué ce qui se passait ici. Encore un maréchal qui a passé deux mois avec Petitrusse. Ca dérange ces choses là mais quand même...


Chuuuut Herma, profite du spectacle, Beths silencieuse tu verras pas ça tous les jours...

Est-ce que ça suffirait ? En tout cas il faillit manquer le...

Oui ….

Même qu'il s'était penché pour être sûr. Si si j'vous assure. Personne va me croire quand je vais raconter ça ppffff. Il sourit comme toutes les personnes présentes qui lançaient de temps en temps des regards vers Hermanicus.

Beths avait relevé la tête. L'air de dire ? Et moi j'dois faire quoi ? Rhalala une fois elle lui avait posé des question sur les sceaux ! Genre pourquoi trois oculeurs et patatati et patata pis aussi des trucs sur les ornements. Si elle avait su qu'elle en aurait ue besoin elle aurait peut-être retenu. Il mit sa main devant sa bouche comme pour faire une confidence.


Pssst faut que tu mettes un genou à terre.

Il avait cru que ça serait le plus dur mais elle était assis les fesses dans l'herbe devant tout le monde. Ca pouvait pas être pire...
Hermanicus a écrit:
La situation n'était décidément pas claire... Beths, qui avait manifestement un gros souci était assise à même le sol avec de la terre un peu partout, et puis tout le monde qui regardait Hermanicus bizarrement... Puis althiof qui lui glisse 2-3 mots à l'oreille... Non décidément qqch ne tournait pas rond
Hermanicus se pencha vers Althiof et lui chuchota :


Heu je dois vraiment admirer ca? bon d'accord elle se tait... mais après hein? elle risque pas d'exploser? la pression et tout?

Les regards des autres à nouveau braqués sur lui, Hermanicus se tut gêné...

Mais qu'est ce qu'ils ont les gens ici?
Beths a écrit:
[Aux Jardins du château de Clermont, quand le silence règne … ]


Alors qu’elle réfléchissait à la réponse à apporter à Al, Herma arriva sur les lieux de la scène de crime … ben une Beths qui se tait, c’est bien un crime il me semble …

Bref, elle est tellement sous le choc qu’elle ne réagit même pas à ses étranges paroles. Rien, à part de vagues gargouillements totalement incompréhensibles.
Cela n’était plus inquiétant, c’était terrifiant.

Et elle se décida … le petit oui timide franchit ses lèvres. Elle se demanda encore comment elle avait réussi un tel exploit. Parler, dans son état totalement second.



Pssst faut que tu mettes un genou à terre.


Beths, plus châtain clair que jamais, lève les yeux vers Al, "questcequidit" pensent toutes les cellules de son corps.

Elle remarque alors le fils de Kory et Al, Matthis, se tenait juste a coté. Il avait une couronne autours du tout, tout était normal, sisisisi, elle était sans voix assise par terre, un bambin avait une couronne autours du cou, des personnes se trouvaient là comme par magie, Herma pensait qu’elle allait se marier, en même temps il avait bien réussi à lui trouver un amant imaginaire, et une grossesse imaginaire, et la on lui demandait de mettre genou à terre. Tout allait bien, elle ne devenait pas folle …

Bon ben … puisqu’il le faut.

Arg

C’est que ce n’est pas très pratique une robe pour ce genre d’exercice qui demande souplesse et agilité, deux éléments que Beths avaient naturellement, mais là, plus gauche, maladroite et il fallait bien l’avouer, ridicule, on ne faisait pas.

Pose une main au sol, glisse à moitié sur un côté, une jambe part à moitié vers l’arrière, c’est bien un miracle qu’elle n’arrive pas à toucher le petit Matthis d’un coup de hanche ! Elle aurait été saoule qu’elle n’aurait pas si bien réussi.
Enfin elle réussi à atteindre l’objectif ! Hourra victoire, le genou est en l’air et s’abat immanquablement sur … le pied d’Althiof !

Forcément, il ne pouvait en être autrement si on y réfléchissait bien : elle n’avait plus sa voix pour casser les pieds … lui restait donc … un genou …

Elle eut le bon ton de virer totalement cramoisi, elle était déjà fort rouge avant, mais là …



Désolée …. Euh ….Robe


Elle écarte donc son genou du pied molesté, et se tient donc, enfin si l’on appelle ca se tenir, genou a terre devant Althiof …

En grimaçant elle regarde tour à tour, Al, Auvergne, Kory …. Bon et maintenant ? Elle espère qu’Al comprendra qu’elle n’a aucune idée de comment se déroule ce genre de … cérémonie ? Ne s’y étant jamais intéressée … mais quelle idée … quelle idée !
Qu’est-elle censée faire ensuite ?

Bon, et si elle usait de son outil de prédilection ?

Euh … on fait quoi maintenant ?

ce n’est qu’un vague croassement, mais il y a un léger mieux … Alleluia, pour le plus grand plaisir de toutes les personnes en présence, elle retrouve petit a petit ses capacités.
Hermanicus a écrit:
C'était la première fois qu'hermanicus voyait une future mariée se mettre à genou maladroitement devant son futur époux.... quelque chose clochait... et incroyable mais vrai, les neurones d'Hermanicus s'activèrent pour trouver une solution à la situation actuelle... Ben oui, Beths n'allait pas droit dans ses bottes...

Heu Beths? t'as bu ou quoi? c'est pas difficile de se mettre à genou pourtant !


Et puis une timide étincelle se fit dans le cerveau embrumé d'herma... ce n'était pas un mariage ! mais oui enfin ! Althiof était marié ca il l'avait entendu il ne le savait plus trop où... mais alors? si ce n'était un mariage? qu'était-ce donc ?

Psssst al ! il se passe quoi là? dis moi je comprends rien!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 20:00

Althiof a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont...

Ah enfin elle réagissait. Et dans élan de grâce, de légereté et volupté... ou pas elle tenta de se redresser. Le pied passa non loin de la tête de son fils Matthis. D'ailleurs son fils lui tirait sur ses braies pour essayer de grimper dans ses bras.

Il la regarda et lui sourit et prit sa main. Il le prendrait après. Là fallait qu'il s'occupe de l'autre qui avait l'air aussi empotée qu'une cruche.

D'ailleurs il aurait mieux fait de faire attention à nouveau parce que...


Aieeeeeeuuuu !

Son genou venait de s'ecraser sur son pied. Il retira son pied rapidement. Heureusement qu'il lui avait pas dit de prendre son épée devant il se serait retrouvé unijambiste. Pas facile pour traquer le brigand ou échapper à Beths. D'ailleurs quelle étrange tendance elle avait. Le poursuivre pour lui lancer toutes sortes de projectiles et qu'il était gentil comme un ange... Jamais une bêtise, jamais une moquerie... De la persecution j'vous dis...

Hé bé quelle journée, ils auraient tout fait. Enfin voilà maintenant elle était genou à terre et recommença son regard interrogateur genre et maitenant. Et pis...


Euh … on fait quoi maintenant ?

Wow ! It's alive !! Elle parle !! Elle avait repris des couleurs aussi enfin plutôt après le blanc, le rouge pis le rouge cramoisi elle retrouvait la normale. Enfin si on pouvait dire que Beths était normale. Elle avait plus la machoire qui pendait comme les nunuches devant les étals des tisserands. Sourire aux lèvres :

T'en fais pas Simone c'est facile...

Il était ému. Autant que la première fois avec Ptit avec les circonstances particulières. Beths était sa plus proche amie.

Ma chère Beths, me jures tu, obsequium, auxilium et consilium ?

Jures tu sur les terres de Gondole que tu veilleras au bien être et à la sécurité des gens qui y habitent ?


Et en fait ça allait pas être si facile. Là il vit deux grands yeux ronds ecarquillés, une grimace, l'air de dire "patate tu m'as regardé, j'ai une tête à comprendre le latin". Il se mordit la lèvre pour pas exploser de rire. En tout cas elle reprenait ses esprits y'avait pas de doute.
Hermanicus a écrit:
Ha ben voilà évidemment quand on met les sous-titres ca va nettement mieux hein... ils étaient pas clair aussi là à faire des messes basses. Maintenant Hermanicus en pleine possession de ses moyens intellectuels venait de comprendre ! l'écu était tombé. Aristote lui était apparu enfin bref : TILT!

Un énorme sourire s'afficha sur le visage d'herma : pas pcq il venait de comprendre la situation non... plutôt car maintenant il avait compris : Beths allait devoir dire 3 mots en latin qu'elle n'avait manifestement pas entièrement entendu... ca allait être marrant...

Aussi herma se tint droit cérémonieusement et attendit avec joie les prochaines paroles de Beths...
Beths a écrit:
[Aux Jardins du château de Clermont, où la bizarrerie des mots ]


Et voila qu’Herma remettait ça. Déjà qu’elle n’était pas franchement à l’aise ou dans son état normal, voila qu’il lui demandait si elle n’avait pas bu

NAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN elle n’avait pas bu, sauf qu’elle n’arrivait plus à parler encore moins à crier, qu’elle avait une énorme boule au fond de la gorge, un truc qui l’empêchait de parler, une chose qui s’appelait … trouble et émotion.

Bref, Beths lui jeta un regard vaguement furieux, qui dans son état devait … être très crédible, genre, un louveteau qui montre une dent, elle tenta de se concentrer sur la suite, et d’en profiter également. Car autant sa voix avait disparu, autant son cerveau s’était doucement remis en marche. Un anoblissement ce n’était pas rien, et … ben elle avait tout intérêt à tenter de profiter de la cérémonie, cela ne lui arriva sans doute jamais plus.

Donc et ensuite que se passait-il ?



Ma chère Beths, me jures tu, obséquium, auxilium et consilium ?

Jures tu sur les terres de Gondole que tu veilleras au bien être et à la sécurité des gens qui y habitent ?



Et la …. le silence, terrible, pesant, effrayant, monstrueux, inquiétant, angoissant, silencieux (pratique pour un silence tout de même), bref … RIEN. Ah si, une grimace. Fort appréciable et magnifique d’ailleurs.

Puis, clignement de paupières, yeux toujours ronds, Beths se dit qu’elle aurait peut être du aller a une cérémonie au moins une fois avant, parce que là, elle ne comprend strictement rien.
Elle hoche vaguement la tête signe d’assentiment, genre, oui oui tout à fait.

Veuillez au bien être et à la sécurité des gens qui habitent à Gondole ? Mazette mais c’est si grand ? Ya des gens en plus de la terre ?
Mince elle avait pas franchement pensé à ça …



Euh …. Oui ?


Qui ne tente rien, n’a rien. Vu les mines hilares de certains, cela ne devait pas être la bonne réponse.
Elle s’agite un peu dans la position qui n’est finalement guère confortable.

Bon, alors peut être



Moi Beths, je te jure, Althiof, euh …


Elle a l’impression de se retrouver petite fille lorsqu’elle n’arrivait pas à quelque chose. Elle se tord un peu les mains machinalement et cesse aussitôt en s’en rendant compte. Bon … elle n’avait rien comprit et elle allait devoir l’admettre …


Tu peux répéter les mots bizarres doucement ?


Elle y arriverait ! Elle relèverait ce défit ! Tout comme elle retrouverait sa voix!!!!
Korydwen a écrit:
Dans les jardins (silencieux ou presque) du château de Clermont... Korydwen-Eléa-Matthis

La cérémonie se poursuivait dans le calme, c'était incroyable Beths ne parlait plus. Mais Korydwen avait déjà réussit ce miracle une fois, bien avant l'anoblissement, pendant des joutes en Normandie, d'ailleurs, ils n'avaient jamais connu le résultat des joutes.

Beths s'était agenouillée, manquant d'assommer le pauvre Matthis qui n'avait rien demandé, mis à part les bras de son père. Le garçonnet ne comprenait pas d'ailleurs pourquoi son Papa ne le prenait pas dans ses bras, d'habitude c'était du action-réaction. Je tire sur tes braies mon Papa et hop je me retrouve dans tes bras, mais cette fois, c'était plus du je tire sur tes braies, et je me retrouve à te donner la main. Enfin, il avait toujours con collier-couronne, il avait beau essayé de la faire tenir sur sa tête, la couronne ne restait pas en place. Un peu dans le genre prince Jean de Robin des bois le petit Matthis, oups nous nous égarons... Reprenons...

Comme quoi être Baron c'est difficile, premièrement parce que la couronne ne tient pas sur votre tête. Ce qui peut s'avérer gonflant. La main dans celle de son père, il regardait Beths écraser lamentablement le pied de son père un :


Tapes pas 'on Papa 'oi !

quitta la bouche du jeune garçon. Il regarda Beths et lui tira la langue, un mini-Al en face de Beths, la pauvre. Un raclement de chausse sur le sol, prêt à envoyer de la terre, seul problème son père et sa mère le regardait de travers. Pas de terre dans la tête de Beths.

Korydwen était assez amusée par la scène, il faut dire, le fiston pas content que l'on embête son père et le père qui doit se débrouiller pour finir cette cérémonie avec une Beths qui ne comprend pas le latin.

Un bref regard vers Athalia, perdue, elle devait se demander ce qu'il se passait, elle n'avait pas encore vraiment l'habitude de son futur parrain... Ah bein oui, Athalia avait comme parrain le merveilleux Baron Althiof... Aigue et Nic aurait du soucis à se faire... Remarque avec Thomas aussi, parce qu'une Korydwen comme marraine... Y a qu'une Korydwen pour accrocher des sacs de farine dans un arbre et jouter contre... Un pauvre sac de farine...

Pauvres enfants... Pauvres parents aussi. Eléa étrangement sage, suivait la cérémonie, elle en avait déjà vu une, celle avec Ptitoliv au mariage. Elle avait tellement prit faut dire avec ce qu'elle a pu dire à son père qui n'a rien répété à sa mère, il valait mieux, parce que là le petit Cournon-Neschers-Marigny-Toggenburg, ne serait pas resté longtemps accroché dans le ventre de sa mère.

L'homme arrivé en dernier, d'ailleurs elle ne savait toujours pas comment il s'appelait, mais il s'était calmé, remarque le pauvre, il avait tellement de méchants regards sur lui. Le pire étant certainement celui de la Baronne... ah mais qu'elle enquiquineuse elle faisait quand elle s'y mettait.

Elle attendait que Beths répète les mots "bizarres" et cela risquait d'être comique... Heureusement qu'ils étaient en comité réduit... Sinon pour sur que ça aurait hérissé les poils de certaines personnes.
Naluria a écrit:
Après le dernier mot d'Althiof, seul le son de la voix de sa consoeur Sibella lui parvient. Un simple Oui, ca va merci, un peu perdue quand mesme pu sortir de sa bouche.

Auvergne perdit pied dans la conversation ambiante, ce brouhaha entre l'asperge et le Baron de Cournon d'Auvergne. Elle apercu sur le costé la petite Elea dans les bras d'Azdrine et plus loin Kory qui s'avancait, le ventre arrondis. Mon dieu ! On lui avait informé que Kory était excécrable pendant se grossesse et tout le monde faisait du bruit partout.
Auvergne essaya de faire des gestes demandant le silence mais rien n'y fait, les deux compères ne la voyait pas. Elle devient blanche, les bruits s'estompèrent, sa vue se floutte... Seul un graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaand silence, oh oui au moins comme grand comme ca, se fit et la jeune héraut repris pied.

Elle aperçu un homme, nouveau, elle ne l'avait point encore vu et Althiof lui demandant de profiter du spectacle, le silence de la jeune Beth apparement, ce qui était une chose rare. L'on dit que tout ce qui est précieux est rare.... Les oreilles aussi.

Un oui final, petit mot sans voix ni timbre qui sortait de la bouche de la jeune femme qui était la cause de ses bourdonnements d'oreille et de sa migraine passagère et rompait ce silence à la fois interminable mais oh combien solvateur.

Auvergne comprit avec le genou posé en terre et le serment qui suivit, qu'Althiof octroyait son fief de Gondole. Assurément la jeune femme ne savait pas comment s'y prendre, mais Althiof était un bon professeur, taquin, mais bien.
Althiof a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont...

Hé bé alors ? C'était pourtant bien reparti. L'espace d'un quart de fraction de seconde tout le monde avait cru que Beths était redevenue bein... Beths quoi, la même que d'habitude et puis à nouveau... Le blanc et ce silence... Si inhabituel... A croire qu'on avait enfin trouvé le moyen de la faire taire.

Moi Beths, je te jure, Althiof, euh …

Il tendit l'oreille. Elle était bien partie pis en fait non. Visiblement elle reflechissait. Ca fumait là bas en haut.

Tu peux répéter les mots bizarres doucement ?

Un large sourire se dessina sur son visage. Il dit tout doucement, vraiment tout doucement en faisant des mimiques pour articuler.

Obsequium... auxilium... consilium

Puis plus rapidement.

En Français ça donne, fidélité, aide, conseil.

Et la elle le regarda d'un petit regard du genre attends voir que j'te choppe après. Non mais c'est vrai quoi il aurait pu le dire avant en Français. A croire qu'il l'avait fait exprès. Nan mais j'vous jure aucune bonne volonté. Tout ce perd moi j'vous dis.

Et évidemment il crut bon de répéter encore une fois toujours aussi lentement :


Obsequiuuuuuuuum... auxiiiiiiiliuuuuuuuuuum... consiiiiiiiiliuuuuuuuuum

A coté on se retenait pour pas rire. Nan mais c'est vrai quoi c'est vachement sérieux cette cérémonie. Y'a qu'à voir depuis le début.
Bettym a écrit:
Marty lui avait dit de passer le voir, une chose très importante concernant le Bureau de Brigandage. Comme elle était passée au bureau des avocats, elle en profita pour passer par les jardins du château, histoire de profiter du soleil et de l'ambiance châleureuse de ces petits parcs bordés de sentiers pierreux sans un brin d'herbe.

Quand au détour d'un lopin arboré, elle vit un attroupement. Sa curiosité lui fit oublier la raison pour laquelle elle se trouvait à Clermont. Elle s'avança, sait-on jamais s'il s'agissait d'un complot pour détrôner le duc... Quand... à la vue de Beths agenouillée, Bettym se demandait se qu'il pouvait bien encore arriver. Ce fut à ce moment là que son amie fit son allégence.

Pour le coup, elle faillit en tomber. Beths chez les Nobles ! Ben j'en connais qui vont être ravis... Elle sourit à cette vision.

Elle en profita pour faire un signe de tête en guise de "bonjour" aux personnes présentes et qui écoutaient cérémonieusement Beths...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 20:01

Beths a écrit:
[Dans les jardins du château de Clermont, on va y arriver]


Evidemment il se moquait silencieusement, Beths pu le remarquer à la fois au sourire qu’il affichait, mais aussi à sa façon de parler.

Elle sentit doucement qu’elle réagissait … que la Beths allait réapparaitre manu militari. Ah nan pas langue étrange, elle n’y comprenait rien.
Faut dire aussi qu’elle n’avait pas tout a fait eu le temps d’apprendre aussi cette langue bizarre, étrange et venue d’ailleurs ! Déjà qu’elle savait à peine lire et écrire en arrivant à la prévoté, et que c’est cette unité qui lui avait tout appris. Monter à cheval, et manier l’épée également.
Alors les langues étrangères ….


La position était décidemment inconfortable.
Pendant qu’Al s’amusait à répéter les 3 mots



Prends moi pour une truffe aussi !

s’indigna Beths, à la surprise général.
Tiens … Beths ? La voix était encore assez basse, enfin presque normale … ils allaient devoir finir rapidement, sinon elle aurait retrouvé le plein usage de ses cordes vocales.

Elle en profita pour changer de genou à terre.
Hop les deux mains au sol, elle tente de changer de jambe, mais malheureusement la robe la gène plus qu’autre chose, elle se débat encore, perd à peine l’équilibre, évite tous les pieds, petits et grands, pattes, bris de céramique qui trainaient par la, et victoiiiiire changement de jambe.
Parfait, pas une anicroche, même pas un bout de tissu qui se déchire. Beths était très fière d’elle-même.

Bon elle allait devoir répéter la fameuse phrase. Elle inspira doucement, elle en était capable, elle y arriverait, il suffisait juste d’être suffisamment motivée et d’y croire. Bon les vagues gloussements, et les sourires en coin qu’elle remarquait ne l’aidait pas.
Humpf rhaaaaaaaaaaaaaa concentration, CONCENTRATION.

La, le pot de fleur brisé. Elle le fixe et répète dans sa tête.


Obsilium, auxéquim, consibium ….


Ou alors c’était autre chose ? Elle avait comme un doute brusquement. AAAAAAAAAAAAARG !!! Les langues étrangères !!!!!!!
Et qu’est ce qu’il avait dit en français ? Fidélité, aide, conseil ? Et elle devait jurer ca ???

Bon elle réfléchit. C’était difficile. Fidélité, ça … cela devrait aller, Al était fidèle à son Roy, elle aussi, ça c’était bon.

Elle leva les yeux vers Al, et remarqua qu’il patientait tranquillement, sans même rire. Bon si elle accélérait un peu la.
Elle sourit naïvement, courage, elle allait y arriver.

Aide, ben ça, il savait déjà qu’il pouvait compter sur elle. Conseil par contre, elle était plus sceptique, en quoi pourrait elle donc le conseiller ? l’art et la manière de l’ironie ? le hurlement en trois leçon ?
Hiiiiiiiiiiiiiii reprendre son sérieux.

Puisqu’il le faut …



Moi Beths, je te jure, Al …. petit instant de silence, cœur qui cogne fort dans une poitrine, elle allait y arriver, débit parole qui s’accélère soudainement Obsequium, auxilium, consilium et tout et tout, viiiiii j’ai réussi


Elle affiche un immense sourire. Qui a pensé un seul instant qu’elle n’y arriverait pas ? Ses yeux pétillent de joie.
Elle se rend compte qu’apparemment il manque quelque chose car tous la regarde en tendant le cou genre, et la suiiiiiiiiiiiiteuh



Euh, je jure sur les terres que tu m’octrois, les terre de …. Gondole un instant d’hésitation, c’est pas étrange ça pour un nom de terre, elle aurait plus vu cela marin, aller comprendre … elle se reprend que je veillerai au bien être et à la sécurité des gens qui y habitent, en espérant pour eux qu’ils ne soient pas trop nombreux !


S’est elle trompée ? A-t-elle oublié quelque chose ? Elle regarde Al avec une légère appréhension …
Althiof a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont... On y est presque...

Il attendait que Beths reprenne un peu ses esprits et saisissent les mots à prononcer. Sa robe semblait la gênait. Mais quelle idée aussi de mettre une robe pour un annoblissement ! Quoi ? Ah vi il aurait fallu la prévenir avant peut-être... La prochaine fois il reflechirait avant de parler de ravalement de façade.

Alors que Beths semblait essayait de connecter les deux bouts il vit Bettym qui s'approchait curieuse. Il sourit. A ce rythme toute la maréchaussée serait bientôt présente.

Elle souriait mais semblait tendue. Il l'avait rarement vue comme cela à part peut-être quand elle était arrivée à la prévôté. Elle doutait d'elle mais regardez où elle en était arrivée maintenant. Ca lui rappelait aussi son propre annoblissement. Az et lui ne savaient pas trop comment faire non plus à l'époque et ils s'étaient bien amusés.

Puis soudain elle se lança venant rompre le silence.

Large sourire, il préférait la voir comme ça. Il prit ses épaules et l'invita à se relever. Son sourire s'élargit encore. Elle n'avait pas l'air mécontente du tout là.


Mal aux genoux ? Nan parce que moi je sens rien...

Sourire moqueur. Il la regarda et dit plus haut avant qu'elle ne réplique :

Beths, en échange de ton serment, je te promets sécurité, protection et subsistance à toi et toute ta famille...

D'ailleurs pour la famille va falloir qu'on s'y remette avec Azdrine.


Nouveau grand sourire. Le calvai... La cérémonie touchait bientôt à sa fin. Et maintenant ? Ah oui desfois y'avait un baiser. Mais il l'avait rarement vu pis c'était encore pas aujourd'hui qu'on le verrait. Il regarda Beths et fit une grimace avant de lui faire une accolade chaleureuse.

Puis il se recula et prit enfin son fils Matthis dans ses bras avant souriant à son amie.
Beths a écrit:
[Dans les jardins du château de Clermont, Hourra, victoire ! encore une victoire de canard … ahem]]



Elle n’a pas le temps de se poser plus de question après avoir achevée sa tirade qu’elle se sent soulevée de terre. Enfin … soulevée … non pas vraiment, mais aidée à se relever.
Un craquement distinctif se fait entendre. Ses genoux n’ont que très modérément appréciés la cérémonie et le font savoir.
Quant à elle, elle lève les yeux au ciel et pousse un petit soupire de contentement. Piou … ça va mieux..
Elle lève un sourcil lorsqu’Al lui chuchote que ses propres genoux vont bien.
Elle allait lui répondre, mais apparemment elle n’a pas encore récupéré pleinement ses capacités vocales, elle n’a pas le temps de répondre. Elle est encore toute secouée, toute émue.

Bref, Al reprend la parole pour un serment à son tour.

Ainsi cela se passe ainsi un anoblissement ?



D'ailleurs pour la famille va falloir qu'on s'y remette avec Azdrine.


Instant suspend son vol, calme et tranquillité, perdurerez vous ? Les oiseaux avaient le plaisir du silence, les oreilles aussi, plus un gargarisme à l’horizon, …. Cela ne pouvait pas durer

Beths se mord la lèvre d’étonnement en entendant la dernière phrase d’Al.



Grrrrrrrrrrrrrrrrrrr !

Tu ne vas pas encooooooooooooooore recommencer ? Ya paaaaaaaaaas de Duc pour moi !



Puis elle prend enfin conscience des personnes présentes. Et là une belle surprise l’attend.


Bettym !


Nul besoin d’autre chose, Beths est heureuse de voir son amie présente pour cet événement qui même si elle ne le dit pas … la touche beaucoup.
Elle lui fait un immense sourire.

Puis elle détaille un peu plus les autres personnes présentes, exerçant un mini demi tour sur ses pieds. Kory, d’autres petits … hum … serait elle nounou ? En tout cas, elle a l’air en forme avec ses délicieuses rondeurs. Beths réfléchit, Kory sera sa suzeraine … bon faudra qu’elle lui pose des questions, parce qu’elle ne comprend pas tout.
Azdrine est lui aussi présent, la petite Eléa accrochée a sa jambe. Beths serre les dents se demandant ce qu’il va dire. Une Dame est à ses côtés, il faudra qu’elle aille la saluer et se présenter, elle ne croit pas la connaître.
Herma est la aussi. Rha celui la, il a toujours le don de se mettre dans des situations étranges. Ou alors c’est un défaut de la maréchaussée ? En tout cas, sa présence lui fait également plaisir.

Après avoir pris un peu de temps pour observer les témoins de son anoblissement. Oooooooooooh elle était vraiment noble ? Elle n’allait pas s’y faire … Elle reporta son regard sur Al qui tenait Matthis dans ses bras, tient il avait eu gain de cause ? et Auvergne … qu’allait il se passer maintenant ?
Regardant timidement Al



Merci Al. Pour ben … Geste de la main … comment dire … oh et puis zut, s’il comprenait pas tant pis. Comment pouvait-elle exprimer que sa confiance l’honorait grandement et qu’elle était sincèrement touchée ?
Pfffffffffffffffff tant pis. Elle dirait rien de plus, il allait encore se moquer de toute façon.



Et … c’est fini ? On peut aller boire quelque chose ?
Korydwen a écrit:
Dans les jardins du château de Clermont... C'est finiiiiiiiiiiiii...

Korydwen retenait avec de plus en plus de difficulté son fou rire naissant. C'était enfin fini, Beths avait réussi à prononcer les mots "bizarre". Il ne restait plus qu'à Auvergne de valider le tout. Elle s'était bien débrouillée Beths, la cérémonie aurait pu se terminer le lendemain.

Matthis s'était enfin retrouvé dans les bras de son père, sauf que maintenant il n'avait plus rien à voir, il n'avait pas compris ce papa et en plus personne ne l'avait entendu ronchonner. Matthis glissa sa main dans sa poche en sortit la petite Grenouille et la jeta sur la tête de Beths quand elle passa près de son père. Bien content de son tour, il profita des bras de son père, parce que même si il n'y avait plus rien à voir, au moins, il était confortablement installé.

Eléa s'approcha de sa maman pour récupérer quelque chose. Korydwen glissa une main dans sa besace et donna le fameux quelque chose à Eléa. Elle s'approcha ensuite de Beths pour la féliciter et profiter du spectacle.


Et bien ça a été dur mais tu y es arrivé Beths ! Pour sur que Gondole est entre de bonnes mains.

Eléa regarda Beths et lui tendit un truc :



Bonjour Beths ! Moi je voulais te faire un cadeau, alors mon Papa il a dit que je devais chercher dans mes choses à moi. J'ai trouvé et Papa il a dit de prendre le plus moche.

Eléa regarda Beths, se demandant si elle avait fait une bêtise, mais elle avait beau cherché elle ne trouvait pas, elle avait dit la vérité. Papa, Maman, le précepteur parrain, marraine, tout le monde.

Korydwen quand à elle, éclata de rire devant la naïveté d'Eléa, mais expliquer ce qui était bon à dire et mauvais à dire à un enfant... Elle en avait la preuve.
Hermanicus a écrit:
après une longue attente, Beths parvint tout bas à articuler les mots... Magnifique! Puis althiof eut la bêtise de parler famille à beths... et hop ca y était : elle retrouvait d'un coup sa capacité à grogner... les cris suivraient bientôt... Bon pas tout ca mais comme la cérémonie était terminée, Herma soortit de sont court silence (trop court diront certains) et s'approcha de Beths :

Beths ! toutes mes félicitations ! ca me fait plaisir de savoir que dorénavant tu feras souffrir encore plus de monde ! sisi je t'assure cda me fait super plaisir ! j'espère que les gondoliens se plairont sous ta seigneurie ! le suis certains que tu seras une bonne maitres heu seigneurie ou un truc du genre... on dit quoi? on doit t'appeler comment?

Puis se tournant vers les autres personnes présentes :

heu je suis navré de ne pas m'être présenté plus tôt... je suis Hermanicus un maréchal de Montpensier et donc collègue de Beths... et d'althiof aussi évidemment

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gypsie
Intoxiqué par les RRs
avatar

Nombre de messages : 6519
Age : 12
Localisation : Clermont
Date d'inscription : 27/12/2005


Niveau: 4

MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   Sam 6 Sep 2008 - 20:01

Naluria a écrit:
Auvergne avait gardé un sourire sur ses lèvres, se retenant de rire, non pas que la jeune femme semblait ridicule, mais c'était surtout l'infantilisation que faisait le Baron de Cournon d'Auvergne de sa future vassale.

Une franche accolade surpris l'Héraut qui se demanda si la vassale n'en allait pas perdre l'épaule, mais ne se défendant point, l'habitude devait estre acquise.

Tout le monde semblait joyeux, entre nous qui ne le serait pas au vu des circonstances, puis la petite Elea apporta un.. Auvergne ne distinguait pas très bien.. une sorte de dragon à fleur.... Qu'elle donna à la vassale. Auvergne cacha son rire en écoutant les paroles de la petite. Assurément la suite de la cérémonie serait intéressante à observer.

Auvergne regarda le petit dernier dans les bas de son père puis l'homme que ne connaissait point Auvergne se présenta. Hermanicus, maréchal de Montpensier, collègue de Beths, la vassale, et Althiof, le Baron. Mon Dieu ca doit tourner rond dans la maréchaussée avec Beths et Althiof, pourtant... les maréchale de Bourbon ne lui avaient pas donnée cette impression...

Le Héraut du Bourbonnais-Auvergne se reprit puis clotura la cérémonie.


Dame Beths, fit elle pour qu'elle écoute avec attention, j'entends bien les serments ce jour échangés dont je suis témoin.
Dame Beths, vous estes dorénavant Dame de Gondole..

Par ce contreseing et ce blasonnement vous estes officiellement reconnue Dame de Gondole. Puissiez vous faire honneur à la Noblesse en général et à vos suzerains en particulier.

Portez ostensiblement vos couleurs et veillez au Vivre Noblement. Gagez que j'y veillerai personnellement

Je vous félicite grandement car j'ai pu observer que cela n'a point été facile pour vous.


Auvergne sourit pris le contreseing, le déposa sur son écritoire puis fit couler la cire avant de déposer son sceau délicatement.

Citation :
Par la présente, Nous Naluria Marthun Vaast, Héraut du Bourbonnais Auvergne faisons acte de la demande de Messire Althiof de Toggenburg de Marigny, Baron de Cournon d'Auvergne et Seigneur de Neschers, quant à l'octroi d'une seigneurie se trouvant sur ses terres de Cournon d'Auvergne Sise au fief nommé Gondole à Dame Beths.

Apres recherches héraldiques dument enterinées, le Fief de Gondole est bien seigneurie de la Baronnie de Cournon d'Auvergne.
Après consultation d'armoriaux, l'écu se référant à ladicte seigneurie est : D'azur à l'épée haute d'argent, garnie d'or, adextrée d'une couronne de laurier du même et senestrée d'une croisette ancrée aussi d'or , soit, après dessin :



Pour complèter le présent dossier, voici une lettre manuscrite de Messire Althiof de Toggenburg de Marigny, Baron de Cournon d'Auvergne et Seigneur de Neschers, attestant de la volonté d'octroi d'une seigneurie à Dame Beths :

Citation :
Moi, Althiof de Toggenburg de Marigny, Baron de Cournon d’Auvergne et Seigneur de Neschers, par la présente patente, désire faire don du fief de Gondole, terres sises sur celles du domaine de Cournon qui m’ont été octroyées par le Bourbonnais-Auvergne, à ma chère amie Beths pour la remercier de l’ensemble de ses actions envers son duché, son village et moi même.

Beths assure depuis très longtemps et à merveille la sécurité de Thiers et est maintenant un Prévôt de grande qualité. Dieu sait combien j’apprécie tant ces fonctions de l’ombre parfois pénibles mais terriblement nécessaires pour le bien de tous et qui ne sont jamais assez reconnues à leur juste valeur. Pour tout ceci mais surtout parce qu’elle est une amie très chère sur qui j’ai toujours pu compter et parce que je l’estime au plus haut point, je souhaite qu’elle reçoive ce fief qu’elle mérite tant et devienne ainsi ma vassale et Dame de Gondole.

J’espère qu’elle en sera honorée et je sais qu’elle s’en montrera digne.

Fait à Rieux le 23 de Juin de l’an de grâce MCDLVI.

Althiof de Toggenburg,
Baron de Cournon d’Auvergne,
Seigneur de Neschers.


Par nostre Scel, actons ce document comme valide et conforme aux réglements Héraldiques et nous engageons en tant que Héraut du Bourbonnais-Auvergne, à estre le témoin Héraldique des serments vassaliques échangés entre l'octroyant et l'octroyée.

Faict le e jour du Mois de Aoust 1456 sous le règne de nostre souverain bien aimé le Roy Lévan le troisième de Normandie.


Auvergne montra l'acte et le blason qui lui serait livré dans la semaine puis y ajouta un autre parchemin sur le vivre noblement et le devoir des parties.

Voici le vivre noblement et ce a quoi vous ne devez déroger, y est inscrit le devoir de vous, l'octroyée, la vassale ; et d'Althiof, l'octroyant, le suzerain.

Citation :
Des devoirs des vassaux

Arrow Tout vassal doit fidélité, aide militaire et conseil à son seigneur. Il appartient aux duchés et comtés de légiférer, le cas échéant, sur les modalités de ces devoirs, qui ne sauront être exorbitants.

Arrow Interdiction de nuire au seigneur, à sa famille et à ses biens. Les critiques politiques respectueuses ne sont pas considérées comme une volonté de nuire, mais relèvent du devoir de conseil au seigneur.


Des devoirs des seigneurs

Arrow Les seigneurs doivent justice et protection à leur vassaux.

Arrow Pour leur assurer subsistance, ils octroient un fief à leurs vassaux. Ce fief ne peut être ôté via la procédure normale de destitution (destitution prononcée par le comte ou duc en exercice) qu'après vérification de la conformité des motifs auprès de la Hérauderie Royale. Il ne sera donné aucune suite aux destitutions pour opposition politique.

Arrow D'autres relations de vassalité pourront exister sans octroi de fief. Par exemple, à l'intérieur d'un ordre de chevalerie, ou dans le cas de la concession d'un office (municipal, comtal/ducal...).


De la félonie

Arrow Une allégeance est prêtée à vie (un baron prête l'allégeance à vie à son duché). Si un seigneur ou un vassal contrevient à ses devoirs, il peut être déclaré félon par la Haute-Cour des Pairs. La Haute-Cour des Pairs sera chargée de juger les procès en félonie et les cas de rupture des serments vassaliques.

Arrow Un vassal ne saurait être condamné pour avoir obéi scrupuleusement à son seigneur félon : le seigneur portera seul la responsabilité des consignes données.


De la nécessité de vivre noblement

Arrow [HRP : Être anobli est une distinction purement RP, il est donc logique que tout noble fasse un minimum de RP, sinon, cela revient à montrer qu'il se moque bien d'avoir été anobli. Il faut donc à tout le moins qu'il se conforme aux bases du RP noble, défini ci-après.]

Arrow Vivre noblement, c'est :
-prêter l'allégeance à qui de droit pour son ou ses fiefs ;
-porter blason en règle ou montrer que l'on cherche à l'acquérir rapidement ;
-ne pas exercer d'activités manuelles [HRP : dans votre RP noble, ne mentionnez pas le métier de votre personnage, qui est souvent incompatible avec votre état de noblesse] ;
-ne pas épouser un(e) conjoint(e) qui ne soit pas noble [dans son RP : les "seigneurs" et "dames" autoproclamés sont donc acceptés]
-ne pas avoir été condamné par une juridiction ducale, comtale ou royale pour les chefs d'accusation suivants : brigandage, sorcellerie, meurtre, et pour escroquerie grave (car le goût du lucre est incompatible avec la noblesse). Ne pas avoir été condamné par la juridiction du duché auquel on doit l'allégeance, pour les chefs d'accusation suivants : trahison et haute-trahison.

Arrow Tout noble qui ne vivrait pas noblement pourra se voir réduit, lui et sa descendance, à l'état de roture. Il appartiendra à la Haute-Cour des Pairs, suivant des dispositions déterminées ultérieurement, de trancher les cas de dérogeance.

Arrow L'époux(se) d'un noble titré ne prête pas l'allégeance au seigneur pour le fief de son (sa) conjoint(e), attendu que son époux(se) l'a fait pour toute sa maison. Mais il est tout de même astreint à l'obligation de vivre noblement, et sa dérogeance entraînera celle du conjoint (de la conjointe) titré(e).

Je vous invite donc Dame, à vous présenter et à demander vos clés à la chambre des nobles du Chasteau de Clermont et de me contacter lorsque vous le pourrez afin d'établir vostre cry et devise afin d'effectuer vostre jeu de sceaux tricolores qui ornera dorénavant vos missives.

Naluria sourit puis arrachant l'une des fleurs gisant dans le pot cassé au sol, elle la donna à la jeune femme comme signe de la terre des fiefs du Bourbonnais-Auvergne.
Bettym a écrit:
Elle n'en revenait toujours pas... Al lui avait bien dit qu'il ferait un truc du genre mais elle avait toujours cru que c'était une blague comme il a l'habitude de faire. La cérémonie venait de prendre fin avec toute l'étiquette à suivre et bien sûr ses nouvelles armes.

Encore des lois... Beths va être contente, de nouvelles contraintes à apprendre par coeur et des questions en perspective pour Al et Auvergne. Elle sourit à cette pensée, se rappelant comment Beths était à la Prévôté.

Elle s'approcha de son amie et s'inclina en une jolie courbette, essayant de retenir son fou rire naissant.


Ma Dame de Gondole... baisse la tête... Je vous félicite pour cet heureux événement. Il ne vous reste plus qu'à trouver....

Elle préféra ne pas dire la suite pour ne pas la faire crier et se redressa un clin d'oeil à l'attention de son ancien chef Al, qui semblait arborer un sourire amusé.

Au fait, très jolie robe Beths... dommage que tu y aies fait un trou au niveau des genoux ! Laughing La prochaine fois met des braies... elles sont renforcées à ce niveau et à bien d'autres.
Beths a écrit:
Elle commençait tout juste à récupérer sa voix lorsque différents éléments décidèrent de la lui faire retrouver intégralement.
Une grenouille tout d'abord. Sortie tout droit de la poche du jeune Cournon, cette dernière eut l'excellente idée de se poser sur sa tête. Louchant quelque peu pour tenter de l'apercevoir, elle monta ses bras sur sa tête, et hop, l'attrapa. La malheureuse bestiole comprenant son erreur se mit à croasser follement au creux de ses mains. Évidement le chien à cet instant décida qu'il ne fallait point l'oublier et participa au concert avec quelques jappements et aboiements.
Beths leva les yeux au ciel. Elle Tendit alors la grenouille à son légitime propriétaire qui se trouvait être dans les bras d'Althiof


Jeune homme, veille sur tes affaires si tu ne veux pas qu'elles disparaissent ! Ton père ne t'a donc rien appris ?


Ce fut au tour d'Eléa de se manifester. Décidemment tous les enfants de Kory et Al s'étaient décidés à fêter son anoblissement à leur manière ?
Beths jeta un regard implorant vers Kory, mais cette dernière souriait et semblait franchement amusée. Lorsque Beths posa les yeux sur la peluche qu'Eléa lui tendait, elle eut beaucoup de mal à s'empêcher d'éclater de rire. Elle se mordilla les lèvres, mais malgré cela un immense sourire lui mangeait le visage. Mazette, mais qu'allait elle donc faire d'une telle chose ? Lorsque la petite parla, elle ne put s'empêcher de jeter un regard assassin à son père. Hum cela se payerait, et elle avait déjà une petite idée sur la question.

S'accroupissant à la hauteur de la petite, elle lui chuchota.



Merci jeune damoiselle pour ce cadeau. Malgré son côté quelque peu étonnant, je suis touchée par ce geste. Mais diantre où as tu trouvé une pareille peluche ? C'était pour te faire peur ?
Saches Eléa que je conserverai ta peluche, elle décorera ... hum ... ma maison ?


Se relevant soudain, secouant le bas de sa robe ... pfffffff irrécupérable ... bref, en pleine mesure de ses moyens

Quant à toi cher suzerain S'exprima-t-elle en pointant son doigt vers l'intéressé,

Pour avoir dit de telles choses à ta fille, tu me feras le plaisir de réciter ton Codex en équilibre sur une jambe, avec un seau empli d'eau sur la tête.

Imaginant la scène, elle ne put s'empêcher de pouffer de rire. Au moins cela mettrait un peu d'animation à la prévoté. Enfin ... cela mettrait un peu plus d'animation à la prévoté.

Elle sourit aussi à Hermanicus et à ses encouragements. Pfffffff terroriser plus de monde, c'était impossible. Quoi que ... un immense sourire carnassier s'afficha. Gnark ... gare ... Beths arrivaaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiit!

Puis, Auvergne parla. Et le silence se fit. Elle était impressionnée par sa capacité à recueillir le silence quasi aristotélicien autours d'elle. Elle cligna des yeux, non mais c'est vrai, elle devrait lui demander son astuce, car sans même hausser la voix, même pas un chouyat, tout le monde l'écoutait. Beths était franchement admirative.
Sagement, elle se tourna vers elle, écouta, et tenta de comprendre. Au fur et à mesure qu'elle lui tendait les documents, elle les prenait en y jetant un oeil. C'est ainsi qu'elle découvrit son blason. Bleu et or, Epée, couronne de laurier et croisette, elle sourit et jeta un oeil à Althiof, oui décidément ce blason lui plaisait bien. Et d'une certaine façon lui correspondait. Elle, la gueuse, n'aurait jamais pensé une telle chose quelques heures auparavant, mais ...

Puis fronçant un sourcil, elle écouta le Vivre Noblement et prit peur. Mais pourquoi tant de règles ? Et le point 3 était il inné ou acquis ? Non parce que c'était important ... Zut encore des règles à comprendre puis apprendre.
Le mouvement d'épaules de Bettym attira son regard. Elle comprit qu'elle riait silencieusement. Se pourrait-il ? Oui Bettym la connaissait suffisamment pour qu'elle sache qu'elle avait pléthore de questions suite à la lecture de ce texte. Elle ne put s'empêcher de lui tirer discrètement la langue ... d'autant plus qu'elle se moquait de sa robe.
Rhalalala, changerait elle un jour ?

Puis Auvergne lui tendit l'une des fleur rares, celles qui n'avaient pas réellement survécu à toute cette histoire, l'une de celle qui s'était vue enlever, puis se promener dans tous le jardin puis voler jusqu'à atterrir aux pieds d'Auvergne. Machinalement Beths la prit, l'observa, et se demanda si elle pourrait la replanter ? Les terres de Gondoles, étaient elles fertiles ? Et puis d'abord où étaient elles ?
Elle n'avait pas fini de poser des questions. Regardant silencieusement les différentes personnes en présences, elle ... se tut. Les questions viendraient plus tard. Il y avait un temps pour tout.

Rangeant précieusement les différents parchemins dans sa besace, elle sourit et prit une grande inspiration.



Euh.... merci ... à tous
Euh ... si ... on ... aller fêter ça dans une auberge ?



Boire et manger lui semblait une idée intéressante à l'instant présent. Et puis ... elle avait une retraite à préparer ensuite aussi, et donc, elle devrait passer voir cette Seigneurie qui lui était tombée dessus ... hum ... le temps manquerait ... qu'importe, elle reviendrait en forme de chez les soeurs de la gaïté et pourrait s'atteler à n'importe quelle tache.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques d'un retour en Auvergne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques d'un retour en Auvergne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chroniques d'un retour en Auvergne
» [Vds] Carte retour de force Atomiswave + Maximum Speed/FTS
» [Traité Frontalier] Limousin-et-Marche/ Bourbonnais-Auvergne
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Ducs Régnants du Bourbonnais-Auvergne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché du Bourbonnais-Auvergne :: Bureaux publics :: Archives de la gargote-
Sauter vers: